AccueilMutations territoriales contemporaines et modes de faire la ville

Mutations territoriales contemporaines et modes de faire la ville

Quels repères pour une formation en urbanisme ?

*  *  *

Publié le lundi 03 décembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Cette rencontre poursuit un double objectif. D’une part, nourrir la réflexion sur des situations impactant et / ou caractérisant le territoire régional et la mettre en partage. Cette réflexion éclairera le dialogue entre architecture, urbanisme et aménagement du territoire au moment où les modes de vie connaissent de grands bouleversements et où il s’agit pour l’ensemble des acteurs de la ville et des territoires de remettre en perspective leurs modes de faire. D’autre part, cette réflexion sera aussi l’occasion d’interroger les exigences d’une formation en urbanisme de type master. Quels attendus ? Quelles formations initiales ? Quels contenus pédagogiques ? Quels supports privilégier pour transmettre savoir et savoir-faire ? Quelle éthique ? Quels partenariats ?

Annonce

Présentation

La journée de réflexion organisée par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier (ENSAM) le 14/12/2012 est une contribution à l’Année de l’architecture 2012 (1ère édition). Elle précèdera la journée de clôture de cet évènement, programmée le 15/12/2012 à la Chartreuse à Villeneuve-lès-Avignon où une restitution de la journée est d’ores et déjà programmée. Comme l’indique son intitulé, cette rencontre poursuit un double objectif :

  • D’une part, nourrir la réflexion sur des situations impactant et/ou caractérisant le territoire régional et la mettre en partage. Cette réflexion éclairera le dialogue entre architecture, urbanisme et aménagement du territoire au moment où les modes de vie connaissent de grands bouleversements et où il s’agit pour l’ensemble des acteurs de la ville et des territoires de remettre en perspective leurs modes de faire. Ceux-ci ne répondent bien souvent plus avec pertinence aux enjeux renouvelés et aux configurations territoriales toujours changeantes.
  • D’autre part, ces réflexions seront aussi l’occasion d’interroger les exigences d’une formation en urbanisme de type master. Quels attendus ? Quelles formations initiales ? Quels contenus pédagogiques ? Quels supports privilégier pour transmettre savoir et savoir-faire ? Quelle éthique ? Quels partenariats ?

En effet, l’ENSAM et l’Université de Nîmes, en association avec l’Ecole des Mines d’Alès ouvrent à la rentrée 2013-2014 le Master Management des projets urbains durables. Il s’agit donc de réunir à cette occasion les acteurs de l’urbanisme en Région Languedoc-Roussillon, partenaires potentiels du Master, autour de thématiques, problématiques, enjeux, modes de faire parmi les plus actuels. 

La journée propose en matinée trois conférences qui ont pour ambition de poser le cadre général de la réflexion. Prenant appui sur les réflexions et expériences des conférenciers, éclairées d’un regard rétrospectif, ces conférences se donnent pour objectif de poser les jalons d’une prospective questionnant et le devenir de nos territoires - de nature et d’échelle variées - et le devenir des modes de faire inhérents, mobilisés pour l’aménagement et le développement durables desdits territoires. Les thèmes, problématiques, exemples abordés prendront à bras-lecorps les enjeux de l’habitat, des déplacements, du foncier, du développement économique, etc., séparément ou selon l’approche transversale et complexe des projets urbains/ de territoire. La question de l’organisation de la maîtrise d’ouvrage urbaine dans son rapport étroit aux stratégies et à la conduite politique du projet pourra également être convoquée. Au final, les présentations interrogeront ou du moins poseront des repères forts, susceptibles d’alimenter et de préciser les exigences d’une formation aux métiers de l’urbanisme et en l’occurrence de celle qui sera dispensée dans le Master Management des projets urbains durables. L’après-midi permettra l’approfondissement de ces questions. Les ateliers seront animés autour de trois thématiques avant une séance plénière de synthèse, de débats et de conclusion.

atelier 1 Interconnexions et dynamiques métropolitaines 

animé par Catherine Bernie-Boissard, professeure à l’Université de Nîmes

La ville contemporaine est caractérisée par les notions d’inter-dépendance (entre territoires à différentes échelles), d’interterritorialité (coopérations multi-niveaux), d’interconnexions des réseaux et des flux. En Languedoc-Roussillon, les dynamiques métropolitaines sont étroitement imbriquées aux logiques d’interconnexion des réseaux de communication, dans un espace en cours de métropolisation (Sète, Montpellier, Nîmes, Alès). Les frontières entre urbain et rural s’effacent, l’étalement périphérique progresse, les mobilités se généralisent, dans un contexte de forte croissance démographique, de précarité sociale et de vulnérabilité de l’environnement. Que peut-on dire du ou des modèles qui se dessinent ? Métropole polycentrique à maillage dense ou agglomération monocentrée ?

invités à la table-ronde

  • Fabien Blasco directeur adjoint, direction du foncier et de l’aménagement opérationnel, Pôle Développement Territorial, Montpellier Agglomération
  • André Bruston conseiller, ancien secrétaire permanent du plan urbain
  • Magali Chaptal directrice des études, agence d’urbanisme et de développement des régionsnîmoise et alésienne
  • Emmanuel Nebout architecte, président du CA de l’ensam
  • Jean-Pierre Segonds directeur, direction départementale des territoires et de la mer du Gard
  • Jean-Louis Villeneuve responsable du Pôle Aménagement et urbanisme durable, Service aménagement, DREAL LR

atelier 2 Dynamiques urbainesnon métropolitaines 

animé par Laurent Viala, maître-assistant à l’ensam

L’organisation et les formes de développement du territoire régional doivent beaucoup à une dynamique métropolitaine dont le déploiement s’est organisé au cours des trente dernières années. Avec l’affirmation progressive de la capitale régionale comme grande ville française, le phénomène de métropolisation a accompli son oeuvre. Ce phénomène répond au double principe de concentration des hommes et des activités à forte valeur ajoutée et de commandement en un point, d’une part, et d’établissement hiérarchisé del’ordre métropolitain à l’échelle de vastes territoires, d’autre part. Si l’organisation et les logiques qui en découlent constituent un champ majeur de la réflexion et de l’intervention, l’aménagement et l’urbanisme ont également à se situer hors de ce champ pour interroger, qualifier et accompagner d’autres logiques renvoyant à des dynamiques urbaines non métropolitaines, bien que leur émergence puisse être une conséquence du phénomène massif décrit ci-dessus. Quelle est donc la nature de ces dynamiques urbaines ? Quels en sont les territoires d’accueil ? Quels diagnostics pour quels enjeux urbains, sociaux, économiques, culturels ? Quelles sont les problématiques identifiées ou en voie de l’être que les responsables publics et l’ensemble desacteurs du territoire ont à traiter ? En réponse, quelles postures politiques, quelles stratégies se mettent en place ? Et au-delà, est-ce que des adaptations ont eu lieu ou sont sur le point d’aboutir en matière d’organisation des acteurs, de préparation et de mise en oeuvre de leur action ? Au final, c’est la dimension « projet » (urbain, de territoire) qui peut être questionnée selon l’approche transversale qui la caractérise et qui permet d’associer tout à la fois développement économique, habitat, transport, aménagement urbain, renouveau de l’agriculture, etc.

invités à la table-ronde

  • Vincent Delorme responsable du Pôle Etudes et développement territorial, Société d’Aménagement et d’Equipement du Gard
  • Jacques-Marie Loiseau directeur, Agence Terres neuves
  • Emmanuel Négrier directeur de recherche, CEPEL, CNRS / Université Montpellier 1
  • Alain Péréa directeur général adjoint, Pôle aménagement durable du territoire, Communauté d’agglomération du Grand Narbonne
  • Morgan Pujol chargée de mission écoconstruction et Plan Climat Energie Territorial, Sydel Pays Coeur d’Hérault
  • Elodie Valette géographe, chercheur, UMR TETIS, CIRAD

atelier 3 Du péri-urbain à l’urbain : formes urbaines et modes de vie 

animé par Anne Sistel, maître-assistante à l’ensam 

La région Languedoc-Roussillon attire une population importante qui justifie la création de nouveaux quartiers sous forme de ZAC à Montpellier mais aussi dans les communes de l’agglomération et au-delà pour limiter l’étalement urbain. Mais le Languedoc-Roussillon est aussi la troisième région française à présenter le niveau de vie médian le plus bas : 18% de la population - près du quart des moins de 25 ans - vit en dessous du seuil de pauvreté contre 13% au niveau national, se situant juste derrière le Nord-Pas de Calais et la Corse (INSEE 2008). Cette situation pose la question de l’adéquation entre les revenus et les attendus de ces habitants et l’offre de logement qui leur est faite. Elle accentue les difficultés de cohabitation dans le périurbain entre habitat individuel en lotissement à la population plus aisée et nouveaux arrivants en logement collectif. D’autre part, le développement de la grande distribution en périphérie ne semble pas diminuer. La mixité des formes urbaines engendre-t-elle la mixité sociale ? De quelle réalité la mixité urbaine peut-elle être faite au regard de la continuation de l’étalement commercial périurbain ? La mobilité remplace-t-elle la proximité ?

invités à la table-ronde

  • Luc Doumenc architecte, maître-assistant ensam
  • Guillaume Faburel géographe, professeur à l’institut d’urbanisme de Lyon
  • Christophe Lladeres architecte, président de l’ordre des architectes Languedoc-Roussillon
  • Nicolas Lebunetel architecte urbaniste, président de l’APULR
  • Denis Millet directeur général adjoint de l’aménagement du territoire, communauté d’agglomération Hérault-Méditerranée
  • Philippe Silvestre direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, Montpellier

Lieux

  • 179 rue de l'Espérou
    Montpellier, France (34)

Dates

  • vendredi 14 décembre 2012

Mots-clés

  • Urbanisme, territoires, ville, Languedoc-Roussillon, pratiques professionnelles, formation

Contacts

  • Martine Lieutaud
    courriel : martine [dot] lieutaud [at] montpellier [dot] archi [dot] fr
  • Constance Naji
    courriel : constance [dot] naji [at] montpellier [dot] archi [dot] fr

Source de l'information

  • Laurent VIALA
    courriel : lviala [at] montpellier [dot] archi [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mutations territoriales contemporaines et modes de faire la ville », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 03 décembre 2012, http://calenda.org/229906