AccueilReprésentations transnationales de la fuite et de l’expulsion des Allemands après la seconde guerre mondiale

Représentations transnationales de la fuite et de l’expulsion des Allemands après la seconde guerre mondiale

Transnational representations of the flight and expulsions of Germans after the Second World War

Allemagne – Pologne – République tchèque et Slovaquie

Germany, Poland, the Czech Republic and Slovakia

*  *  *

Publié le jeudi 13 décembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Depuis une quinzaine d’années, les événements de la fuite et de l’expulsion des Allemands des territoires de l’Est à la fin de la seconde guerre mondiale occupent l’espace public en Allemagne. Le colloque souhaite s'interroger sur les représentations littéraires, artistiques, médiatiques et muséographiques de ces événements dans une perspective transnationale, en incluant la réception de ces événements dans les principaux pays voisins concernés : Pologne – République tchèque et Slovaquie. Il s'inscrit ainsi dans une tendance à lire ces événements dans une perspective européenne des migrations et déplacements de population. 

Annonce

Université Charles de Gaulle – Lille 3 / Laboratoire CECILLE, Colloque international, 20-22 mars 2014 : Représentations transnationales de la fuite et de l’expulsion des Allemands après la Seconde Guerre mondiale (Allemagne – Pologne – République tchèque et Slovaquie)

Argumentaire

Depuis une quinzaine d’années, les événements de la fuite et de l’expulsion des Allemands des territoires de l’Est à la fin de la Seconde Guerre mondiale occupent l’espace public en Allemagne de façon massive. Le nouveau contexte géopolitique après la chute du Mur et l’ouverture des archives dans les pays de l’Est ont peu à peu conduit dans les années 1990 à un regain d’intérêt pour ces événements touchant à la fois l’histoire allemande, mais également centre-européenne et européenne. Les historiens s’accordent à dire qu’une histoire de la fuite et de l’expulsion, conçue comme conséquence de l’agression nazie,  fait désormais consensus.

Au niveau politique, les prises de position de l’Association des anciens expulsés en faveur de la création d’un « signe visible » à la mémoire des expulsés, n’ont pas manqué de heurter la sensibilité des pays voisins concernés par cette histoire commune, comme la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, conduisant le gouvernement de la République fédérale à se saisir de cette problématique et à l’inscrire dans un dialogue européen. Parallèlement à ces initiatives politiques, la thématique affirme sa présence dans le domaine culturel, dans la littérature, le cinéma, à la télévision, dans les médias, dans les musées et expositions. Si l’on n’a pas manqué de souligner l’importance de la victimisation des Allemands dans les récents débats et dans les représentations culturelles de ces événements (les Allemands se considérant désormais comme victimes de la guerre et non plus seulement comme coupables), on peut également s’interroger sur la tendance – peut-être une conséquence de ce premier constat – à lire ces événements dans une perspective transnationale. Ils s’inscriraient ainsi dans l’histoire européenne, voire mondiale des déplacements, expulsions et génocides, entre les déplacements de population pendant la Première Guerre mondiale et le génocide arménien d’un côté, et la guerre en ex-Yougoslavie et les camps de réfugiés dans l’Afrique de nos jours, de l’autre. Si cette tendance à l’universalisation recèle le danger d’un relativisme historique, il apparaît néanmoins que l’histoire de la fuite et de l’expulsion des Allemands ne peut plus être considérée aujourd’hui dans sa seule dimension nationale et que les questions qu’elle soulève, afférentes aux déplacements de populations et aux migrations en général, dépassent ce cadre limité.   

Au-delà de l’Allemagne, le présent colloque souhaite élargir le périmètre de perception de la fuite et de l’expulsion aux pays d’Europe centrale concernés : la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie. Si le colloque s’intéresse principalement à la représentation des événements historiques dans la littérature, les arts, les médias, les musées et les expositions, surtout après 1989, il est néanmoins nécessaire d’accorder une place à l’historiographie du temps présent des différents pays concernés, notamment en s’interrogeant sur les nouvelles approches historiographiques.

Concernant les représentations, on pourrait se demander comment différentes générations d’auteurs et d’artistes perçoivent-ils ces événements dans les différents pays, quels retentissements ces événements ont-ils dans la presse, quels débats provoquent-t-ils, qu’en est-il de leur muséalisation ?  Le débat est ouvert en Allemagne, est-il pertinent pour les autres pays ? De manière générale, quelles visions et quelles images transmettent la littérature, le cinéma, les arts, les médias de l’événement historique, sous quel angle est-il perçu, quelles sont les différentes perspectives nationales ? Quelle image est donnée de l’Autre et de sa culture, dans quelle mesure cette image influe-t-elle sur les rapports actuels entre les différents pays ? Comment est perçu l’espace désormais occupé par l’Autre, comment se le réapproprie-t-on (le motif du retour sur les lieux, du voyage) ? Dans quelle mesure ces territoires sont-ils encore porteurs d’une double culture, de mélanges culturels, et comment cela se ressent-il ?  On pourra s’interroger sur une possible utilisation des outils conceptuels des études postcoloniales : la question des mélanges culturels, de l’hybridité, de l’emplacement de la culture, de leur superposition et interaction dans des espaces autrefois partagés.

Dans ce contexte, il faut également tenir compte du fait que les déplacements de population dans cet espace géographique ne concernaient pas seulement les Allemands. Au même moment, la Pologne par exemple a subi un glissement vers l’Ouest de ses frontières, recouvrant des territoires autrefois allemands, mais perdant une partie de ses territoires orientaux occupés par l’Union soviétique. Ainsi, une partie de la population polonaise fut elle-même expulsée et contrainte de s’installer sur les territoires laissés par les Allemands. Y a-t-il des représentations, y a-t-il une conscience de cette double histoire ?   

En décloisonnant le questionnement dans une perspective européenne, le colloque souhaite également soulever la question des possibles répercussions de ces événements et de leurs représentations dans la construction d’identités et de mémoires en Europe centrale. Le contexte historique implique en effet des relations culturelles multiples liées aux différents flux migratoires dans cet espace, de même que le croisement de mémoires différentes. Dans quelle mesure une réflexion sur ces événements peut-elle œuvrer dans le sens de la construction d’une mémoire commune en Europe centrale ?

Le colloque souhaite rassembler des spécialistes des différentes disciplines (littérature, arts, cinéma, médias, muséologie, etc.) et des différentes aires culturelles concernées par la thématique. Les propositions dans une perspective comparatiste sont particulièrement bienvenues. La période retenue est celle d’après 1989, sans exclure des interventions sur la période antérieure.

Modalités de participation

Date limite pour l’envoi des propositions : 15 février 2013

Vous pouvez envoyer votre proposition (une page maximum) ainsi qu’une notice biobibliographique avant le 15 février 2013 à

  • Carola Hähnel-Mesnard, maître de conférences en littérature allemande, Université Lille 3 (carola.hahnel-mesnard [dot] univ-lille3.fr) 
  • Dominique Herbet, professeur de civilisation allemande, Université Lille 3 (dominique.herbet [dot] @univ-lille3.fr)

Langues du colloque : français, allemand

Comité scientifique

  • Pascal Fagot, professeur, Université de Strasbourg
  • Carola Hähnel-Mesnard, maître de conférences, Université Lille 3
  • Dominique Herbet, professeur, Université Lille 3
  • Maryla Laurent, professeur, Université Lille 3
  • Bill Niven, professeur, Nottingham Trent University
  • Gwénola Sébaux, maître de conférences HDR, Université Catholique de l’Ouest, Angers
  • Jérôme Vaillant, professeur, Université Lille 3

Lieux

  • Université Charles de Gaulle - Lille 3
    Lille, France (59)

Dates

  • vendredi 15 février 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • fuite, expulsion, migration, déplacement de population, représentations

Contacts

  • Carola Hähnel-Mesnard
    courriel : carola [dot] hahnel-mesnard [at] univ-lille3 [dot] fr

Source de l'information

  • Carola Hähnel-Mesnard
    courriel : carola [dot] hahnel-mesnard [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Représentations transnationales de la fuite et de l’expulsion des Allemands après la seconde guerre mondiale », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 13 décembre 2012, http://calenda.org/231715