AccueilFermé pour travaux : l’action publique saisie au travers de l’inachèvement

*  *  *

Publié le jeudi 20 décembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

La recherche en matière d’action publique s’intéresse traditionnellement aux réussites des politiques ou des projets, ou, à l’inverse, aux échecs des politiques ou des projets qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Nous nous proposons dans le cadre de cette journée d’étude de porter notre regard sur l’inachèvement, en interrogeant les situations de blocage et de dysfonctionnements facteurs d’inaboutissement des politiques territoriales ou des projets d’aménagement.

Annonce

Argumentaire

La recherche en matière d’action publique s’intéresse traditionnellement aux réussites des politiques ou des projets, ou, à l’inverse, aux échecs des politiques ou des projets qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Nous nous proposons dans le cadre de cette journée d’étude de porter notre regard sur l’inachèvement, en interrogeant les situations de blocage et de dysfonctionnements facteurs d’inaboutissement des politiques territoriales ou des projets d’aménagement.

Une part d’incertitude accompagne tout projet d’aménagement liée aux obstacles, aux difficultés, à l’imprévu qui peuvent surgir tout au long du processus qui débute avec la conception du projet jusqu’à la livraison du chantier. Il arrive parfois que le projet avorte avant même que les travaux ne commencent. Il arrive également que le projet débute puis s’arrête en cours de route, s’immobilise, s’enlise pour finir par ne pas être achevé : erreurs de conception, sous-estimation des coûts, faillite des entreprises en charge des travaux, recours et contre-recours judiciaires, épuisement des sources de financement, autant de raisons qui peuvent entraîner une interruption des travaux. Il reste alors une construction inachevée, appelée à devenir une ruine si le chantier n’est pas relancé. En matière de politiques territoriales, les processus d’élaboration et d’adoption des documents d’intervention (PLU, PDU, SCOT…) dans certaines configurations sont parfois si longs qu’ils semblent ne devoir jamais voir le jour ou être déjà obsolète à peine sont-ils adoptés. Le renouvellement d’une équipe municipale peut remettre en cause le travail précédent de concertation et de conception. De même un changement brusque et important de conjoncture économique peut rendre caduque une stratégie territoriale.

Cependant, un projet de politiques territoriales tout en étant officiellement abandonné peut rester dans la mémoire collective et continuer alors d’alimenter le débat et servir de référence à d’autres projets. Même inachevée, une construction est capable de modeler le paysage et donner lieu à des formes d’appropriation sociale ou de mobilisations collectives. L’inachèvement est ainsi devenu une forme de tourisme en Sicile, un objet d’expertise pour les praticiens de l’urbanisme et de l’architecture (cabinet Alterazioni video), et un support d’action pour le milieu associatif (Incompiuto siciliano) et artistique (Festival del incompiuto, Unfinished Italy de Benoît Felici réalisé en 2011).

Pourquoi un projet d’aménagement ou une politique territoriale n’aboutit pas ? Qu’arrive-t-il alors ? Tout inachèvement est-il définitif ? Comment ces situations de blocage ou de dysfonctionnement s’inscrivent-elles dans des temporalités plus longues du projet inachevé ? A quelles formes d’appropriation et d’utilisation cette situation donne-t-elle lieu ? Y a-t-il une esthétique de l’inachèvement comme il existe une esthétique de la ruine ? Que nous dit l’inachèvement des modalités de l’action publique ? Dans quelle mesure l’inachevable est-il un horizon de l’action publique ?

 Programme

9h30 – 10h Accueil et introduction de la journée : Fabrizio Maccaglia et Hovig Ter Minassian

10h – 12h30 Session 1- des projets et des politiques inachevées

Discutant : Christophe Demazière (Université François Rabelais de Tours)

  • Samuel Rufat (Université de Cergy-Pontoise) : Bucarest, interrupted : deux siècles de chantier
  • Nacima Baron-Yellès (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) : Seseña (Espagne), la charge poétique d’un urbanisme en déroute
  • Catherine Neveu (IIAC-TRAM, CNRS-EHESS) : Qu’achève-t-on dans des mouvements sociaux ?

Pause déjeuner

14h00 – 15h45 Session 2- Détournements et réappropriation de l’inachèvement

Discutant : Fabrizio Maccaglia (Université François Rabelais de Tours)

  • Diffusion du film-documentaire Unfinished Italy (Benoît Felici, 2011) et débat en présence du réalisateur.
  • Anne Bargès (Université François Rabelais de Tours) : Anciens espaces cheminots, usages par les riverains et projets urbains

15h45-16h30 Débat général et conclusion de la journée

Lieux

  • MSH - Val de Loire - 33, allée Ferdinand de Lesseps
    Tours, France (37)

Dates

  • vendredi 25 janvier 2013

Mots-clés

  • inachèvement, aménagement, action publique

Contacts

  • Hovig Ter Minassian
    courriel : hovig [dot] terminassian [at] univ-tours [dot] fr
  • Fabrizio Maccaglia
    courriel : fabrizio [dot] maccaglia [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Fabrizio Maccaglia
    courriel : fabrizio [dot] maccaglia [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Fermé pour travaux : l’action publique saisie au travers de l’inachèvement », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 20 décembre 2012, http://calenda.org/233090