AccueilL’interface sémantique-pragmatique

L’interface sémantique-pragmatique

The semantic pragmatic interface

Perspectives linguistiques, logiques et philosophiques

Linguistic, logical and philosophical perspectives

*  *  *

Publié le jeudi 17 janvier 2013 par Élodie Faath

Résumé

L'UMR 8163 « Savoirs, textes, langage » organise à partir de janvier 2013 à l'université Lille 3 un séminaire de recherche interdisciplinaire sur le thème de l'interface sémantique-pragmatique selon des perspectives linguistiques, logiques et philosophiques.

Annonce

Séminaire interdisciplinaire, L’interface sémantique-pragmatique :  perspectives linguistiques, logiques et philosophiques 

Responsable : Ilse Depraetere

Présentation

Depuis Grice 1975, les linguistes portent un vif intérêt pour les différentes façons dont le contexte contribue au sens. En particulier, différents points de vue ont été avancés afin de mesurer l’importance du contexte pour l'interprétation d’un énoncé, une question clé étant de savoir si les différents types d'informations contextuelles relèvent de la sémantique d'un énoncé ou de la pragmatique. Grice reconnaît que le contexte est nécessaire pour établir la référence et pour résoudre l'ambiguïté et que, de cette manière, le contexte contribue à « ce qui est dit ». Cependant, de nombreux experts affirment que le contexte joue un rôle beaucoup plus fondamental dans la récupération d'une proposition complète, c’est-à-dire une proposition qui peut être évaluée en termes de vérité. Les théoriciens qui travaillent dans le cadre de la Théorie de le Pertinence (Sperber et Wilson, Carston) ont plaidé pour une distinction entre ‘explicature’ (résultant des processus de saturation et d’enrichissement) et ‘implicature’. Ils affirment que ce que Grice appelle implicatures conventionnelles et implicatures conversationnelles généralisées font partie de l’explicature, et que cette dernière englobe en plus d'autres informations contextuelles non abordées par Grice. Alors que Bach reconnaît également que le contexte a un rôle plus fondamental à jouer dans la compréhension d’un énoncé que celui reconnu par Grice, il maintient que le statut théorique de ces informations ne peut pas être saisi en termes d'explicature. Au lieu de cela, en dehors de la distinction entre « ce qui est dit » (what is said) et « ce qui est impliqué » (what is implicated), il importe de réserver de la place pour les «implicitures», qui résultent d’une part d’un processus d'expansion et d’autre part, d’un processus qui consiste à compléter la proposition. Les contextualistes comme Recanati vont plus loin, en attribuant un rôle encore plus important au contexte pour la récupération du sens. Selon Recanati le sens de plusieurs items lexicaux est modulé par des informations contextuelles, position qu'il appelle « pragmatique véri-conditionnelle ». Récemment, Korta et Perry ont fait valoir que la position avancée par Recanati s'inscrit avec aisance dans une approche de la langue et de la communication plus générale, approche qu'ils appellent «pragmatique critique». Une position apparentée, le « relativisme », met en avant que ce n’est pas le sens qui est modifié par le contexte, mais que les valeurs de vérité le sont bien.

Trois questions principales émergent dans la discussion :

  • D'abord, il y a la question théorique des aspects de sens qui sont dérivés du contexte et qui ne sont pas des implicatures. Que sont exactement ces éléments et à quel point sont-ils essentiels pour l'interprétation et la compréhension d’un énoncé ?
  • Deuxièmement, il y a la question des processus impliqués dans la récupération de l’information contextuelle. Est-ce que saturation est comparable au processus qui ‘complète’ la proposition (completion)? Est-ce que le processus d’enrichissement est comparable à celui d’expansion ? Les processus pragmatiques primaires correspondent-ils strictement à la saturation ? Et est-ce que les processus pragmatiques secondaires constituent nécessairement des cas d'enrichissement libre ?
  • Troisièmement, il y a la question empirique : comment ces différents points de vue peuvent-ils être exploités dans l'analyse de phénomènes langagiers tels que les temps, la modalité, la référence, etc.

Le séminaire sera composé de six réunions mensuelles, la première ayant lieu en janvier. 

Différentes formes de travail seront utilisées pour répondre à chacune des questions mentionnées ci-dessus. Elles incluent des débats autour de lectures de textes ainsi que des exposés suivis d'un débat. 

Programme

Mercredi 16 janvier 2013

 Matin: (10h-13h)

  • “L’interface sémantique-pragmatique du point de vue de la linguistique – un aperçu” (Ilse Depraetere, UMR 8163 STL)
  • “L’interface sémantique-pragmatique du point de vue de la philosophe et de la logique – un aperçu” (Laurent Keiff, UMR 8163 STL)

Après-midi (14h-17h):

  • Discussion autour de Grice (Bach 2012, Burton-Roberts 2011, Chapman 2006 (ch 9, Gricean pragmatics), Horn 2012)           

Mercredi 23 janvier 2013

Matin (10h-13h):

  • Discussion autour de Allott  2011, Carston (2002 (ch 2, the Explicit/Implicit distinction), 2009), Sperber & Wilson 2004.        

Après-midi (14h-17h) : table ronde (modérateur: Ilse Depraetere)

  • “Pragmatics and meaning” (Siobhan Chapman, University of Liverpool)
  • “Pragmatics and meaning" (Noel Burton Roberts, Lancaster University)

Mercredi 27 février 2013

Matin (10h-13h):

  • Discussion autour de de Bach (2006), Borg (2012a, 2012b ch1 Surveying the terrain), Ranta (1994, ch 1 and ch 2)

Après-midi (14h-17h): table ronde (modérateur: Raphael Salkie, University of Brighton)

  • “Free enrichment vs. covert indexicals” (Robyn Carston, University College London)
  • “What kinds of context-sensitivity can semantic minimalism allow?” (Emma Borg, University of Reading)
  • “Formal Grammars and Language Games” (Aarne Ranta, University of Gothenburg)

Mercredi 20 mars 2013

Matin: (10h-13h) :

  • Discussion autour de Recanati (2010a (Introduction, ch8 Open Quotation revisited), 2010b)

 Après-midi (14h-17h) (modérateur: Shahid Rahman, UMR 8163 STL)

  • “The contextual gap, part 1” (François Recanati, Institut Jean Nicod, Paris)
  • “The contextual gap, part 2” (Helge Rückert, Université de Mannheim)

Jeudi 2 mai 2013

Matin (10h-13h) :

  • Discussion autour de Cappelen & Hawthorne (2009, ch1 Overview: simplicity, possible worlds semantics and relativism) et García-Carpintero & Kölbel (2008, ch1 Introduction: motivations for relativism)      

Après-midi (modérateur: Shahid Rahman)

  • “Semantic content and context dependence” (Max Kölbel, University of Barcelona)
  • “Relativism, tense and modality : where does the truth lie?” (Raphael Salkie, Université de Brighton) 

Mercredi 29 mai 2013 : études de cas

 Matin (10h-13h)

  • “Counterfactuality at the semantics/pragmatics interface” (An Verhulst, Université d’Anvers et Ilse Depraetere)
  • "Raisonnement probabiliste en contexte: le cas du parfait" (Gerhard Schaden, UMR 8163 STL)
  •  “Cognitive linguistic perspectives on the semantics/pragmatics interface” (Maarten Lemmens, UMR 8163 STL)

Après-midi (14h-17h)

  • Discussion : publication et élaboration de pistes de recherche futures.

 

Catégories

Lieux

  • Université Lille 3, Maison de la recherche (bât. F), salle F0.13 (métro Pont de Bois)
    Villeneuve-d'Ascq, France (59)

Dates

  • mercredi 16 janvier 2013
  • mercredi 23 janvier 2013
  • mercredi 27 février 2013
  • mercredi 20 mars 2013
  • jeudi 02 mai 2013
  • mercredi 29 mai 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • pragmatique, sémantique, logique, interface

Contacts

  • Shahid Rahman
    courriel : shahid [dot] rahman [at] univ-lille3 [dot] fr
  • Ilse Depraetere
    courriel : ilse [dot] depraetere [at] univ-lille3 [dot] fr
  • Raphaël Salkie
    courriel : R [dot] M [dot] Salkie [at] bton [dot] ac [dot] uk

Source de l'information

  • Florence Thill
    courriel : florence [dot] thill [at] univ-lille3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’interface sémantique-pragmatique », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 17 janvier 2013, http://calenda.org/234394