AccueilLes masculinités au prisme de l'hégémonie

Les masculinités au prisme de l'hégémonie

Masculinities through the prism of hegemony

*  *  *

Publié le mardi 15 janvier 2013 par Élodie Faath

Résumé

Le concept de « masculinité hégémonique » élaboré au milieu des années 1980 par la sociologue australienne Raewyn Connell – depuis plusieurs fois revisité – vise à analyser les processus de hiérarchisation, de normalisation et de marginalisation des masculinités, par lesquels certaines catégories d’hommes imposent, à travers un travail sur eux-mêmes et sur les autres, leur domination aux femmes, mais également à d’autres catégories d’hommes. L’objectif de ces journées d’études est de problématiser les masculinités à partir du concept d’hégémonie, en faisant dialoguer l’approche développée par la sociologue australienne Raewyn Connell avec d’autres approches des formes de domination se référant également à la conceptualisation de l’hégémonie par Antonio Gramsci.

Annonce

Argumentaire

Dans le sillage des women’s studies et des gender studies émerge, dans les universités anglo-saxonnes des années 1980, un nouveau champ d’études alternativement appelé men’s studies, masculinity studies ou critical studies of men, qui se donne pour objet de recherche les hommes, problématisés en tant que groupe social dominant dans un ordre social genré. La constitution de ce champ d’étude marque d’abord une rupture féministe par rapport aux sciences humaines et sociales androcentrées qui, depuis leur fondation, étudient de manière privilégiée les hommes tout en ignorant plus ou moins consciemment que leurs analyses portent sur des expériences spécifiquement masculines. Ces perspectives se construisent ensuite contre les approches essentialistes de « la » masculinité pour déployer une compréhension historicisée des masculinités, appréhendées dans leur multiplicité, et à partir des rapports de pouvoir qui les constituent et les hiérarchisent.

Ce champ d’études s’est notamment constitué autour du concept de « masculinité hégémonique », qui apparaît en Australie dans des travaux de sociologie de l’éducation au début des années 1980, avant de connaître sa première formalisation théorique dans un article de 1985 (Carrigan, Connell, Lee, 1985). En collaboration avec James Messerschmidt, sa principale auteure, Raewyn Connell, avance ensuite une proposition théorique renouvelée (Connell, 1995/2005 ; Connell, Messerschmidt, 2005 ; Messerschmidt, 2008) qu’elle déploie sur de nouveaux terrains : la santé, la sexualité et la globalisation. Ce concept vise à analyser les processus de hiérarchisation, de normalisation et de marginalisation des masculinités, par lesquels certaines catégories d’hommes imposent, à travers un travail sur eux-mêmes et sur les autres, leur domination aux femmes, mais également à d’autres catégories d’hommes.

L’objectif de cette journée d’études est de problématiser les masculinités à partir du concept d’hégémonie, en faisant dialoguer l’approche connellienne avec d’autres approches des formes de domination se référant également à la conceptualisation de l’hégémonie par Antonio Gramsci (Gramsci, 2011). Les cultural studies britanniques et les subaltern studies indiennes, empruntent par exemple ouvertement les concepts gramsciens pour penser l’articulation entre genre, race, ethnicité et classe. Dans le domaine des études posctoloniales, Edward Saïd théorise la dialectique entre l’hégémonie culturelle et les conditions de possibilité de la domination épistémique de l’Occident. Peter D. Thomas (Thomas, 2009) note par ailleurs que, dans les relectures contemporaines de Gramsci, l’accent est trop souvent mis sur les aspects culturels de l’hégémonie en la réduisant parfois aux seuls champs de la culture ou de l’identité, et plaide en faveur d’une conception plus proprement gramscienne de l’ « appareil hégémonique » de l’État comme combinaison de coercition et de consentement, de violence et d’hégémonie, les deux termes étant dialectiquement indissociables.

À quelques exceptions (Liotard, Terret, 2005 ; Revenin, 2007 ; Benvido, 2009 ; Farges, 2012 ; Quemener, 2012), les travaux francophones sur le masculin et les masculinités, qui se sont développés ces dernières années, se sont peu emparés de la question hégémonique. Dans le contexte français, cette frilosité non dissimulée s’explique sans doute par l’émergence de ce champ d’étude initialement du fait des historiens qui, pour des raisons de sources, rencontrent davantage la notion de virilité que celle de masculinité, d’usage bien plus précoce. Mais l’historicité du concept ne justifie pas à lui seul le silence académique. En amont des discussions sur l’intérêt d’une analyse des masculinités à partir de la notion d’hégémonie, l’emploi du terme « viril », fondant la singularité d’une approche française ainsi différenciée des men’s studies « à l’américaine », ne traduit-il pas une réticence à penser les formes de masculinités non problématiques qui, demeurant non problématisées, échappent à l’analyse critique ? L’intérêt heuristique du concept de masculinité hégémonique étant justement qu’il permet de saisir les processus simultanés de hiérarchisation, de normalisation et de marginalisation des masculinités.

Nous invitons chercheur-e-s, jeunes chercheur-e-s et doctorant-e-s de toute discipline à proposer des communications présentant des études de cas ou les enjeux méthodologiques et épistémologiques que soulève l’étude des masculinités au prisme de l’hégémonie. Celles-ci pourront notamment suivre quatre axes de réflexion :

  • Le local et le global

Ce premier axe se propose d’explorer les agencements historiquement et culturellement situés des masculinités et de leur rapport avec l’hégémonie. Les propositions pourront ainsi concerner les effets et les interactions du colonialisme, des phénomènes transnationaux et de la globalisation sur les masculinités hégémonique et/ou subalternes dans des contextes socio-culturels indûment dits périphériques. Comment à travers ces processus historiques, plusieurs modèles hégémoniques de masculinité en viennent-ils à coexister au sein d’une même société, d’un même groupe social ou culturel, voire d’une même trajectoire ou expérience individuelle ? Nous sollicitons particulièrement les approches critiques sur les oppositions impropres entre masculinités « nouvelles » et « anciennes », « modernes » et « traditionnelles », « progressistes » et « archaïques », etc.

  • Les reconfigurations de l’hégémonie

Le concept de masculinité hégémonique repose sur une théorie de la transformation historique et non de la reproduction sociale (Connell, Messerschmidt, 2005 : 853). Les réappropriations, altérations et détournements des modèles masculins hétérnormatifs dans les subcultures trans’, lesbiennes et gaies constitue un premier vecteur de changement à étudier : comment les pratiques et les discours subalternes élaborent des masculinités alternatives ? Mais aussi, dans quelle mesure ces pratiques et ces discours ne reconduisent pas simultanément des normes et des hiérarchies de genre, de race et de classe ? Les reconfigurations de l’hégémonie face aux résistances qui lui sont opposées est une autre dimension de ce changement. Nous sollicitions ainsi des analyses des processus d’essentialisation et de normalisation du masculin à l’œuvre dans des domaines tels que le droit, la médecine, la science, la littérature, les arts ou les industries culturelles et créatives.

  • L’incorporation de l’hégémonie

Comment l’hégémonie prend-elle corps ? Quels rapports entretiennent les modèles institutionnalisés de masculinité et leurs incarnations subjectives ? Et, l’incarnation des masculinités hégémoniques est-elle seulement réalisable ? Les contributions s’inscrivant dans cet axe s’intéresseront à la façon dont l’hégémonie, loin de relever de dynamiques coercitives enserrant les masculinités « de l’extérieur », est un processus incorporé. Les propositions pourront par exemple, dans la perspective foucaldienne des « disciplines de soi » et de la « gouvernementalité », penser l’hégémonie comme un processus de subjectivation. La hiérarchisation des masculinités à l’œuvre dans les formes d’autocontrôle et d’autodiscipline pourront ainsi être explorées à l’aune d’exemples de socialisations masculines professionnelles, sportives, religieuses, affectives, sexuelles, économiques, politiques, etc.

  • Vers une épistémologie féministe de l’hégémonie

En 1975 Gayle Rubin introduisait le « système sexe / genre » comme un outil théorique et épistémologique pour décrire l’oppression des femmes et des minorités sexuelles dans le but de donner les moyens au féminisme de penser « l’élimination du système social qui crée le sexisme et le genre ». Depuis lors, le besoin d’outils conceptuels pour la lutte féministe n’a pas arrêté de croître. Avec ce dernier axe, il s’agira de mettre à l’épreuve le concept de masculinité hégémonique, mais aussi plus largement d’hégémonie, pour proposer des pistes d’épistémologie féministe permettant de penser des nouveaux défis, et de promouvoir des nouvelles stratégies de lutte. Comment la masculinité hégémonique peut-elle expliquer et décrire les systèmes de pouvoir qui maintiennent et revitalisent continuellement l’ordre du genre ? De quelle manière l’hégémonie peut constituer un outil théorique pour penser ensemble, la violence, la coercition, et le pouvoir sur les femmes et les minorités subalternes (de genre et de sexualité) et à la fois leur « consentement », leurs résistances et leur agency ? Enfin, en quoi le concept d’hégémonie permet-il de déjouer les discours masculinistes et antiféministes qui s’organisent atour de la rhétorique d’une « crise du masculin » ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront comporter un titre et ne devront pas excéder 2000 signes.

Elles sont à envoyer avant le 23 février 2013

à l’adresse suivante : masculinites@gmail.com

Conférencière invitée

Raewyn Connell (sous réserve), Professeure, Université de Sydney (sociologie)

Comité d’organisation

Comité scientifique

  • Elisabeth Anstett, chargée de recherche, CNRS (anthropologie)
  • Michel Bozon, directeur de recherche, INED (sociologie)
  • Marc Bessin, chargé de recherche, CNRS (sociologie)
  • Patrick Farges, maître de conférence, Paris 3 (littérature, histoire)
  • Éric Fassin, professeur, Paris 8 (sociologie)
  • Luca Greco, maître de conférence, Paris 3 (sociolinguistique)
  • Marie-Élisabeth Handman, maîtresse de conférence, EHESS (anthropologie)
  • Razmig Keucheyan, maître de conférence, Paris IV (sociologie)
  • Eric Maigret, professeur, Paris 3 (sociologie, sciences de l'information et de la communication)
  • Elissa Mailander, maîtresse de conférence, Sciences Po Paris (histoire)
  • Frédérique Matonti, professeure, Paris I (sciences politiques)
  • Enric Porqueres, directeur d’étude, EHESS (anthropologie)
  • Genneviève Pruvost, chargée de recherche, CNRS (sociologie)

Bibliographie

Beasley, C. (2008). « Rethinking Hegemonic Masculinity in a Globalizing World » in Men and Masculinities, 11(1), pp. 86‑103.
Benvido, B. dir. (2009). Masculinités, Bruxelles, Sextant.
Carrigan, T., Connell R.W. et Lee, J. (1985). « Toward a new sociology of masculinity » in Theory and Society, 14(5), pp. 551‑604.
Connell, R. W. et Messerschmidt, J.W. (2005). « Hegemonic Masculinity : Rethinking the Concept » in Gender & Society, 19(6), pp. 829‑859.
Connell, R. W. (2005). Masculinities, Los Angeles, University of California Press, deuxième édition révisée.
Debenest P., Gay V. et Girard G. (2010). « Les masculinités et les hommes dans les mouvements féministes, entretien avec Raewyn Connell » in Féminisme au pluriel, Paris, Syllepse, pp.59-76.
Demetriou, D.Z. (2001). « Connell’s Concept of Hegemonic Masculinity: A Critique ». Theory and Society, 30(3), pp. 337‑361.
Farges, P. (2012). « Masculinités et masculinisme ? (1880-1920) » in Les carnets de recherche du CIERA [en ligne], http://ciera.hypotheses.org/322.
Gramsci, A. (2011). Guerre de mouvement et guerre de position,textes choisis et présentés par R. Keucheyan, Paris, La fabrique.
Howson, R. (2006). Challenging Hegemonic Masculinity, Londres, Routledge.
Liotard P. et Terret, T. (2005). Sport et genre, volume 2. Excellence féminine et masculinité hégémonique, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces et temps du sport ».
Messerschmidt, J. W. (2008) « And Now, the Rest of the Story : A Commentary on Christine Beasley’s “Rethinking Hegemonic Masculinity in a Globalizing World” » in Men and Masculinities 11(1), pp. 104‑108.
Quemener N. (2012). « Les contradictions corps/langage comme moteur du rire. Parodies et incarnations de genre chez les humoristes femmes en France », in La face cachée du genre, N. Chetcuti et L. Greco (dir.), Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, pp.85-102.
Révenin, R. dir. (2007). Hommes et masculinités de 1789 à nos jours. Contributions à l'histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007
Thomas, P. D. (2009). The Gramscian Moment. Philosophy, Hegemony and Marxism, Leiden, Brill.

Catégories

Lieux

  • EHESS, amphithéatre François Furet - 105 boulevard Raspail
    Paris, France (75006)

Dates

  • samedi 23 février 2013

Mots-clés

  • genre, masculinités, hégémonie, rapports de pouvoir

Contacts

  • Mélanie Gourarier
    courriel : melanie [dot] gourarier [at] yahoo [dot] fr
  • Gianfranco Rebucini
    courriel : gianfranco [dot] rebucini [at] gmail [dot] com
  • Florian Voros
    courriel : florian [dot] voros [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Mélanie Gourarier
    courriel : melanie [dot] gourarier [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les masculinités au prisme de l'hégémonie », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 15 janvier 2013, http://calenda.org/234867