AccueilLes territoires de l’échange en Méditerranée dans l’Antiquité II

Les territoires de l’échange en Méditerranée dans l’Antiquité II

The territories of exchange in the Mediterranean in Antiquity II

Acteurs et pratiques de l'échange

Actors and practices of exchange

*  *  *

Publié le vendredi 08 février 2013 par Loïc Le Pape

Résumé

Au cours de notre première journée d’étude, nous avons défini les territoires de l’échange comme des territoires conçus pour et dédiés aux activités d’échange économique, c’est-à-dire à un transfert de biens ou de services contre une valeur équivalente. Cette seconde journée s’intéressera à deux axes de réflexion : le premier doit porter sur les pratiques de l’échange employées dans ces territoires : comment l’échange se pratique-t-il concrètement dans les espaces qui lui sont dédiés ? Quelles sont les langues véhiculaires utilisées ? Lesquelles emploie-t-on pour garder une trace écrite de la vente ? Quelles sont les pratiques d’approche de l’acheteur, de mise en vente, de garanties juridiques du transfert ? Un deuxième aspect doit s’intéresser aux acteurs responsables de ces échanges : non seulement les acteurs « évidents » des transferts, c’est-à-dire les marchands et les acheteurs, mais aussi le monde des commanditaires, de l’aristocratie foncière productrice, des banquiers ou encore des fonctionnaires chargés de l’application du droit commercial.

Annonce

Présentation

Au cours de notre première journée d’étude, nous avons défini les territoires de l’échange comme des territoires conçus pour et dédiés aux activités d’échange économique, c’est-à-dire à un transfert de biens ou de services contre une valeur équivalente. Le don et le contre-don à l’origine de l’échange économique sont des actes qui dépassent de beaucoup leurs seules implications marchandes : le transfert de biens s’accompagne d’un échange linguistique et culturel entre des acteurs souvent de provenance et d’origine différentes.

À ce titre, les ports, les marchés, les guichets douaniers ou frontaliers, mais aussi les sites d’étape routière, les entrepôts, les places publiques ou encore les agglomérations périphériques peuvent représenter des territoires d’échange économique ou commercial. Entre l’appropriation inhérente à la notion de territoire et l’ouverture indispensable aux échanges, les « territoires de l’échange » sont ces espaces charnières qui rendent possibles les transferts matériels en leur fournissant un cadre spatial, mais aussi culturel et juridique. Pour l’Antiquité, les caractéristiques matérielles de ces espaces comme les productions qui y transitent ont fait l’objet de toute l’attention des archéologues notamment, qui depuis plusieurs décennies attirent le regard des historiens sur l’organisation spatiale de ces lieux. Mais les historiens eux-mêmes peuvent et doivent s’emparer de nouveau de cette notion de territoires de l’échange, pour l’envisager sous des aspects aujourd’hui délaissés ou rarement réunis dans une étude conjointe.

Cette seconde journée s’intéressera à deux axes de réflexion : le premier doit porter sur les pratiques de l’échange employées dans ces territoires : comment l’échange se pratique-t-il concrètement dans les espaces qui lui sont dédiés ? Quelles sont les langues véhiculaires utilisées ? Lesquelles emploie-t-on pour garder une trace écrite de la vente ? Quelles sont les pratiques d’approche de l’acheteur, de mise en vente, de garanties juridiques du transfert ?

Un deuxième aspect doit s’intéresser aux acteurs responsables de ces échanges : non seulement les acteurs « évidents » des transferts, c’est-à-dire les marchands et les acheteurs, mais aussi le monde des commanditaires, de l’aristocratie foncière productrice, des banquiers ou encore des fonctionnaires chargés de l’application du droit commercial.

Programme

9h30 à 17h30

Introduction de la journée, par Gwladys Bernard (Docteur, Université Bordeaux III, membre associée Anhima)

Territoires de l’échange commercial : acteurs et pratiques linguistiques

  • Contacts et modalités de contacts en péninsule Ibérique, par Pierre Rouillard (Directeur de recherche, CNRS, MAE, Nanterre)
  • Les plombs inscrits du Languedoc ibère : 25 ans après, par Coline Ruiz Darasse (Docteur EPHE)
  • Pause
  • Les normes de l’échange (suite) :
  • Normes de l’échange et échange de normes. Commerce et citoyenneté dans les traités romains d’époque républicaine, par Ghislaine Stouder (MCF, Université de Poitiers)

Après-midi

Les territoires de l’échange en Italie et en Afrique : acteurs et pratiques

  • Des acteurs du commerce entre l’Afrique et Rome : les Africains d’Ostie et leurs réseaux, par Anne-Florence Baroni (ATER, Université de Paris I) et Hélène Rougier (allocataire-monitrice, Université de Paris I)
  • Granaria et horrea à Ostie et à Pouzzoles (République-Haut-Empire), par Lucia Rossi (ATER, Université de Aix-Marseille I) et Britta Moehring (doctorante Humboldt Universität de Berlin)
  • Pause
  • Boutiques à Pompéi et Ostie, acteurs et pratiques des territoires urbains de l’échange,  par Nicolas Monteix (MCF, Université de Rouen) et Julien Schoevart (doctorant, Université de Paris VII)

Conclusions de la seconde journée, par Nicolas Tran (Professeur, Université de Poitiers)

Lieux

  • INHA, Galerie Colbert, salle Walter Benjamin - 6 rue des Petits-Champs
    Paris, France (75002)

Dates

  • samedi 23 février 2013

Contacts

  • Gwladys Bernard
    courriel : gwladys [dot] bernard [at] gmail [dot] com
  • Anne-Florence Baroni
    courriel : aflorence [dot] baroni [at] gmail [dot] com
  • Béatrice Le Teuff
    courriel : beatrice [dot] leteuff [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Coline Ruiz Darasse
    courriel : r [dot] coline [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les territoires de l’échange en Méditerranée dans l’Antiquité II », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 08 février 2013, http://calenda.org/238198