AccueilPenser les droites en Amérique latine au XXe siècle

Penser les droites en Amérique latine au XXe siècle

Thinking rights in Latin America in the 20th century

*  *  *

Publié le lundi 11 février 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Ce colloque s’intéressera à la question des « droites » en Amérique latine au XXe siècle. Tout en s’interrogeant sur l’échelle géographique pertinente pour penser ce concept, il cherchera à savoir si les droites latino-américaines ne sont qu’une prolongation du conservatisme du XIXe ou s’il existe des événements structurants qui expliquent leur apparition au XXe siècle. Sont attendues des communications des différentes sciences sociales qui, partant d’exemples concrets, tant monographiques que comparatistes, conduisent à une « historicisation » du concept et de l’objet.

Annonce

Argumentaire

A l’heure où l’Amérique latine est majoritairement gouvernée par la gauche, il est de plus en plus fréquent, de trouver dans la presse ou dans des travaux scientifiques, des références à des partis politiques de droite ; comme si cette catégorisation relevait d'une évidence et qu’elle était inhérente aux systèmes politiques modernes qui se sont mis en place et consolidés depuis les indépendances. Or il convient de rappeler que le terme « droite » apparaît tardivement dans le vocabulaire politique latino-américain (les années 1930 au Chili, 1940 au Mexique par exemple) et qu’il reste sujet à caution dans de nombreux pays où le système politique bipartisan, organisé autour d’une dyade de type conservateurs / libéraux, ne reconnaît pas l’existence de « droites » en tant que telles.

La confusion autour de ce concept ne fait que souligner une absence de réflexion théorique et historique sur cette famille politique. Malgré quelques efforts monographiques et comparatistes méritoires, on ne peut que déplorer la pauvre bibliographie existante, surtout au regard des études pléthoriques portant sur les mouvements et partis de gauche. Or il faut se rendre à l’évidence : si l’on fait exception de la période actuelle, ce sont bien les « droites » qui ont présidé aux destinées des pays du continent tout au long du XXe siècle. Ce simple état de fait rend donc indispensable et urgente la tenue d’une telle réflexion.

Ce colloque se propose donc de penser les « droites » en Amérique latine au XXe siècle en tant qu’objet d’histoire, et cela dans le but d’établir un cadre chronologique et conceptuel qui permette d’en donner une définition non minimaliste (la non-appartenance à la gauche) et non-essentialiste (l’appartenance à la classe dominante). On cherchera donc à savoir si les droites latino-américaines actuelles ne sont qu’une prolongation du conservatisme du XIXe sous d’autres formes, notamment en raison du rapport qu’elles entretiennent avec l’église catholique et le catholicisme ? Ou s’il existe une série d’événements structurants qui expliqueraient l’apparition au XXe siècle de nouveaux acteurs situés à la droite de l’échiquier politique, tout en s’interrogeant sur l’échelle géographique pertinente - nationale ou continentale - pour penser ce concept ?

Sont attendues des communications des différentes sciences sociales qui, partant d’exemples concrets, tant monographiques que comparatistes, conduisent à une véritable « historicisation » du concept, seule à même d’appréhender le processus dynamique de construction des identités de droite et de saisir la réalité des acteurs sociaux qui se reconnaissent dans ces identités.

Trois aspects seront privilégiés :

  • Une réflexion tout d’abord sur les acteurs de droite, leurs mémoires et leurs sensibilités.

On cherchera à déterminer quels sont les acteurs pertinents pour penser les droites en Amérique latine : partis politiques et mouvements, penseurs et passeurs, l’église catholique et ses ramifications, les media, les chefs d’entreprises et les syndicats patronaux, les clubs et leurs avatars contemporains les think tanks…). Au-delà de cette diversité des acteurs et partant de l’idée même d’une pluralité des droites, on se demandera si se dessine à travers l’historiographie, les représentations sociales et les imaginaires politiques, un « homme de droite » ? Celui-ci serait habité par un « pessimisme anthropologique » et intimement convaincu de l’inexorable inégalité naturelle entre les êtres humains. Il privilégierait toujours la permanence contre toute forme de constructivisme, et la prédominance d’un petit nombre d’élus seuls capables d’endiguer la décadence de la nation et du corps social.

  • Puis on abordera les droites sous l’angle des marqueurs idéologiques et des cultures politiques

Existe-t-il un corpus d’idées et de valeurs homogène fondées sur les notions de « continuité historique et légitimité », « autorité et tradition », « ordre et élitisme », « propriété privée et libéralisme économique » propres aux droites ? Ou bien les droites n’ont-elles de sens que par rapport à la définition que l’on donne de la gauche et du centre politique ou encore par rapport à l’adjectif qu’on lui accole (réactionnaire, conservatrice, libérale ou révolutionnaire) ? En fonction des cultures politiques propres aux différents acteurs de droite, on s’interrogera sur les formes d’actions politiques privilégiées et sur les réseaux sociaux à travers lesquels ceux-ci prennent part au jeu politique ou entretiennent un pouvoir symbolique plus ou moins hégémonique selon les pays.

  • Enfin, on ne saurait comprendre la construction des identités politiques de droite en Amérique latine sans prendre en compte les processus de circulation, de diffusion et de transferts des idées et des modèles entre les droites latino-américaines et leurs homologues du nord du continent et de l’Europe.

Au-delà des mouvements de population, on s’intéressera aux liens que les droites latino-américaines entretiennent avec les institutions, organismes ou partis inter et trans-nationaux, tels que l’Eglise catholique, les réseaux de think tank mondialisés ou encore les internationales (L’internationale libérale, l’Internationale démocrate-chrétienne, l’Internationale démocrate centriste, l’Union démocratique internationale, l’Alliance mondiale des démocrates, etc.). Ce dernier point nous permettra de questionner la nature des idées, des savoirs et des pratiques politiques qui circulent mais aussi sur les acteurs qui les produisent et sur les lieux où ils sont produits.

Mots-clés : Droite, histoire politique, idéologie, culture politique, Amérique latine, circulations, histoire connectée

Conditions de soumission

Les propositions de communication (en français, anglais, espagnol ou portugais) comporteront les éléments suivants :

  • titre de la communication
  • résumé de la communication (3000 signes)
  • nom et prénom du ou des auteur-es, en précisant pour chacun-e, l’institution ou l’association de rattachement et les coordonnées complètes (adresse mail, adresse postale, numéro de téléphone).
  • CV résumé et liste des travaux et publications

Les propositions doivent être reçues au plus tard le 1er juin 2013.

La réponse concernant la participation sera rendue au plus tard le 1 septembre 2013.

Les articles complets devront être envoyés au plus tard le 15 décembre 2013.

Le colloque se tiendra les 23, 24 et 25 janvier 2014 à l' Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 et Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis.

Comité d'organisation

  • E. Bohoslavsky
  • S. Boisard
  • E. Fernández

Contact : droites.al.2014@free.fr

Comité Scientifique

  • Jordi Canal (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – France)
  • Olivier Compagnon (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 - France)
  • Françoise Coste (Université Toulouse 2 – Le Mirail - France)
  • Carlos Demasi (Universidad de la República – Uruguay)
  • Eduardo Deves (Universidad de Santiago de Chile - Chili)
  • Paulo Drinot (University College London - Angleterre)
  • Armelle Enders (Université Paris IV - France)
  • Renée Frégosi (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – France)
  • Eduardo González Calleja (Consejo Superior de Investigaciones Cientificas - Espagne)
  • Annick Lempérière (Université Paris I – France)
  • Daniel Lvovich (Universidad Nacional General Sarmiento – Argentine)
  • Perla Petrich (Université Paris VIII - France)

Organisation

  • Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (France)
  • Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis (France)
  • Universidad Nacional General Sarmiento (Argentina)

Lieux

  • Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 - 13 rue de Santeuil
    Paris, France (75005)
  • Université Paris 8 - 2 rue de la Liberté
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • samedi 01 juin 2013

Mots-clés

  • droite(s), histoire politique, idéologie, culture politique, Amérique latine, circulations, histoire connectée

Contacts

  • Ernesto Bohoslavsky
    courriel : derechas [at] ungs [dot] edu [dot] ar
  • Enrique Fernández
    courriel : droites [dot] al [dot] 2014 [at] free [dot] fr
  • Stéphane Boisard
    courriel : sboisard [at] univ-jfc [dot] fr

Source de l'information

  • Stéphane Boisard
    courriel : sboisard [at] univ-jfc [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Penser les droites en Amérique latine au XXe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 11 février 2013, http://calenda.org/238319