AccueilLes espaces des expériences coloniales allemandes : échanges, transferts et circulations (1850-1950)

Les espaces des expériences coloniales allemandes : échanges, transferts et circulations (1850-1950)

Spaces of German colonial experience: exchanges, transfers and circulations (1850-1950)

*  *  *

Publié le vendredi 15 février 2013 par Elsa Zotian

Résumé

En s’ouvrant aux démarches de l’histoire globale et transnationale, la recherche historique sur l’expansionnisme allemand a connu, au début des années 2000, un profond renouvellement : après avoir été longtemps marqué par une spécialisation géographique étroite et un certain  eurocentrisme, ce champ  historiographique  se  caractérise  désormais par des tentatives de plus en plus nombreuses visant à restituer, dans un cadre spatial élargi, le jeu complexe des interrelations  entre les différentes  scènes  de l’impérialisme allemand. Profitant de l’impulsion donnée par une série d‘études pionnières, l’atelier que nous proposons invite doctorants et post-doctorants à présenter leurs propres travaux sur ces thématiques.

Annonce

Présentation

Cet atelier s’adresse en particulier aux jeunes chercheurs qui, en recourant par exemple aux méthodes comparatives, à l’histoire des transferts, ou encore aux théories des  postcolonial studies, entreprennent d’étudier les interactions entre au moins deux des terrains d’étude suivants :

  • les possessions formelles de l’Empire colonial allemand outre-mer (en Afrique, en Asie et en Océanie)
  • les autres espaces ayant accueilli des migrants ou des colons allemands (Europe         centrale et orientale, Amérique du Nord, Amérique latine, etc.)
  • les régions de l’Empire allemand marquées par un processus de  colonisation intérieure (Posnanie/Prusse occidentale, Alsace-Lorraine, Schleswig-Holstein)
  • les territoires européens occupés par l’Allemagne au cours des deux guerres mondiales (Russie, Pologne, Ukraine, Balkans, pays d’Europe de l’Ouest, etc.)
  • les empires  tiers  et  autres  nations impériales  dont l’expérience a pu être marquée par une présence allemande informelle ou bien qui ont eux-mêmes pesé sur la construction de l’impérialisme allemand (Empires britannique ou ottoman, États-Unis)

Les débats seront centrés sur des exemples concrets mettant en évidence les influences réciproques entre les « expériences  coloniales » qui ont pu être effectuées dans ces divers contextes spatiaux. Pour en rendre compte, on privilégiera deux axes d’études principaux :

1. la question des acteurs dont les parcours individuels, en particulier les carrières professionnelles, se sont jouées de façon transversale ou successive dans plusieurs  de ces espaces : voyageurs,  journalistes, colons, militaires, administrateurs, experts divers (scientifiques, médecins, forestiers, ingénieurs, etc.) ;

2. le problème des formes culturelles, savoirs  et compétences qui ont fait l’objet de transferts entre ces mêmes espaces : systèmes juridiques, stratégies d’exploitation économique, techniques de  surveillance des populations,  imaginaires raciaux, conceptions spatiales, pratiques guerrières voire génocidaires, etc.

Bien qu’ils s’intéressent à des terrains d’études très divers, ceux qui ont décidé de travailler de façon simultanée sur deux ou plusieurs espaces du colonialisme allemand doivent  la plupart du temps faire face à des problèmes pratiques et théoriques similaires. L’objectif central de l’atelier sera donc d’offrir aux jeunes chercheurs la possibilité de présenter leurs travaux (à travers un exposé individuel d’une vingtaine de minutes), mais aussi d’en discuter, en mettant en particulier l’accent sur les questions suivantes :

  • quels arguments permettent de justifier un rapprochement entre deux espaces éloignés l’un de l’autre, marqués par différents contextes historiques et relevant de courants historiographiques distincts?
  • comment gérer la confrontation à des sources documentaires  qualitativement hétérogènes, géographiquement dispersées et pouvant être de langues différentes?
  • quel cadre théorique et outils heuristiques (comparaison, transferts, analyse sémantique, etc.) peut-on  mobiliser pour traiter les sources et construire son raisonnement ?
  • comment composer avec des  traditions historiographiques nationales  diverses voire divergentes  et qui n’entretiennent pas le même rapport aux grands courants de la recherche (faible réception des postcolonial studies en France par exemple) ?

Conditions de soumission

Les propositions de communication (titre + résumé de 300 mots) sont à envoyer aux adresses mail indiquées

avant le 25 mars 2013.

Les candidats sont également priés d’indiquer précisément leurs compétences linguistiques (langues comprises et langues éventuelles pour la présentation orale).

Date de l'atelier : 5 juin 2013

Comité scientifique

  • Christine de Gemeaux, PU à Tours, experte du colonialisme allemand
  • Catherine Repussard, MC à Strasbourg, experte du colonialisme allemand
  • Jawad Daheur, doctorant à Strasbourg en histoire
  • Isabell Scheele, doctorante en cotutelle à Aix-en-Provence et Tübingen en études germaniques

Prise en charge financière

Seront pris en charge, pour chacun des participants (Ne réservez rien vous-mêmes svp.) :

  • l’hébergement à Strabsourg pour la nuit qui précède la journée d’étude (nuit d’hôtel du 4 au 5 juin)
  • le repas du midi pour la journée du 5 juin
  • les frais de transport dans la limite de 100 € par personne

Lieux

  • Collège doctoral européen - 46 Boulevard de la Victoire
    Strasbourg, France (67)

Dates

  • lundi 25 mars 2013

Mots-clés

  • histoire coloniale allemande, colonialisme, étude de transferts, impérialisme, histoire globale

Contacts

  • Isabell Scheele
    courriel : e-lla [at] univ-provence [dot] fr
  • Jawad Daheur
    courriel : jdaheur [at] hotmail [dot] fr

Source de l'information

  • Isabell Scheele
    courriel : e-lla [at] univ-provence [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les espaces des expériences coloniales allemandes : échanges, transferts et circulations (1850-1950) », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 15 février 2013, http://calenda.org/238513