AccueilLa peine de mort en questions : approches nouvelles et regards croisés

La peine de mort en questions : approches nouvelles et regards croisés

The death penalty: new and comparative approaches

*  *  *

Publié le mardi 12 février 2013 par Loïc Le Pape

Résumé

Il s'agit d'interroger l'historiographie de la peine de mort, qui confond souvent son histoire avec celle de son abolition, et d'en interroger les points aveugles. À ce titre ce colloque n'entend pas séparer l'histoire du présent, et acceuille des chercheurs issus de diverses disciplines spécialistes de cette question. Il se tiendra à la faculté de droit de Bordeaux, les 20 et 21 mars 2013.

Annonce

Colloque organisé par le CAHD (Bordeaux 4), le CRAJ (Pau), et la MSHA, 20 et 21 mars 2013, Université de Bordeaux 4, Salle Manon Cormier : La peine de mort en questions : approches nouvelles et regards croisés

Présentation 

L’historiographie dominante de la peine de mort répète un schéma progressiste déjà bien ancré et incorporé comme un lieu commun scientifique : celle d’une progressive et constante abolition de cette peine. L’histoire de la peine de mort se confondrait donc avec celle de sa disparition, à l’aune d’un regard téléologique qui fait du Moyen Âge un âge d’or cruel dans l’utilisation de la mort légale, et de l’époque contemporaine un âge de raison au cours duquel elle aurait, en fait et en droit, totalement disparue. Instrument de domination du souverain, partie prenante de la construction de l’État et de son monopole de la violence physique légitime, la peine de mort aurait, dès le Moyen Âge, servi les ambitions d’imposition de l’ordre monarchique par la terreur et la fréquence des spectacles judiciaires de mort. Au fur et à mesure que l’État se serait structuré et imposé, elle aurait progressivement perdu de son utilité et de son importance, pour finalement perdre son caractère utile, et se voir abandonner en fait, puis en droit. À la suite de travaux récents issus de disciplines diverses qui ont renouvelé, et qui renouvellent encore, l’histoire de la peine de mort, en se dégageant du tropisme progressiste, ces journées d’étude ont pour ambition de mettre à l’épreuve l’historiographie dominante et de proposer des pistes pour repenser cette histoire. Trois pistes seront explorées :

  • 1. La remise en cause d’un schéma linéaire de long terme d’une peine en constant abandon : l’utilisation de la peine de mort doit être éprouvée par des études montrant, au contraire, les contextes d’utilisations, d’intensifications, voire de résistances ou de préventions à l’utilisation et à la théorisation de cette peine, pour se dégager d’une vision totalisante, abrasive des contextes particuliers d’usages de la mort légale.
  • 2. La remise en cause d’une déritualisation progressive : la peine de mort est une pratique, un rituel qui n’est pas performatif en soi. L’étude de cette pratique, et de ses conditions de mise en œuvre, doit permettre d’interroger les préventions, les résistances, et les représentations sociales dont elle a été l’objet.
  • 3.  La remise en cause de l’abandon de la peine de mort : si l’usage de la peine de mort est restreint, écarté voire interdit, il demeure que d’autres peines et d’autres pratiques pénales se développent pour s’y substituer. La dégradation morale et le retranchement de la société, inscrits dans la peine de mort, trouvent dans d’autres peines un nouveau champ dans lequel se déployer.

Programme

Mercredi 20 mars 2013 (14h – 18h)

« Nous avons de plus en plus horreur de la violence » (É. Durkheim) : Lieux communs savants et sens commun abolitionniste

Introduction : « L’histoire de la peine de mort a-t-elle un sens ? » (M. Soula)

  • Denis Salas (AFHJ) : « Réflexions sur la mort pénale »
  • Jérôme Ferrand (Université de Grenoble) : « Penser l’histoire de la peine de mort : quelle méthode pour quels enjeux ? »
  • Jean-Claude Farcy : « Le débat sur l’abolition de 1906-1908 et les raisons d’un échec »
  • Jean-Pierre Allinne (Université de Pau) : « Le mystère américain. Rétentionnisme et droits de l’Homme en démocratie »
  • Discussions

Jeudi 21 mars 2013 (9h – 12h)

« On estima généralement que la décapitation était une peine trop douce pour un pareil monstre » (A. Camus) : Un rite d’institution

  • Pierre Prétou (Université de La Rochelle) : « Le gibet de Montfaucon : les représentations d’une justice royale entre notoriété et désertion »
  • Martine Charageat (Université de Bordeaux 3) : « Les préventions médiévales à la peine de mort : droit et pratiques en France et en Aragon »
  • Mathieu Soula (Université de Pau) : « Les usages périlleux de la peine de mort au XVIIIe siècle »
  • Emmanuel Taïeb (IEP de Grenoble) : « Le jeu social des émotions d’échafaud (XIXe–XXe siècles) »
  • Ludovic Maugué (Université de Genève) : « Les évolutions des instruments de la peine de mort »
  • Discussions

Jeudi 21 mars 2013 (14h – 16h)

« La trappe est prête où « l’incorrigible » disparaîtra » (M. Foucault) : Une peine capitale parmi d’autres

  • Laurence Soula (Université de Bordeaux 4) : « La portée limitée de l’abolition de la peine de mort en matière politique »
  • Jean Christophe Gaven (Université de Toulouse Capitole) : « Mourir en prison aux XIXe et XXe siècles »
  • Jean Danet (Université de Nantes) : « La réclusion perpétuelle comme horizon ? »
  • Sébastien Pellé (Université de Pau) : « Réflexions positives sur deux tentations du droit pénal : la perpétuité et la prévention »
  • Discussions

Conclusions : Wanda Mastor (Université de Toulouse Capitole)

Renseignements

Lieux

  • Université de Montesqieu - Bordeaux IV, Salle Manon Cormier
    Pessac, France (33)

Dates

  • mercredi 20 mars 2013
  • jeudi 21 mars 2013

Mots-clés

  • peine de mort, pratique pénale, rituel judiciaire, peines capitales

Contacts

  • Mathieu Soula
    courriel : mathieu [dot] soula [at] univ-reims [dot] fr

Source de l'information

  • Mathieu Soula
    courriel : mathieu [dot] soula [at] univ-reims [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La peine de mort en questions : approches nouvelles et regards croisés », Colloque, Calenda, Publié le mardi 12 février 2013, http://calenda.org/238638