AccueilÎles, patrimoines et ethnicité dans l’aire indianocéanique

Îles, patrimoines et ethnicité dans l’aire indianocéanique

Islands, heritage and ethnicity in the Indian-Oceanic region

*  *  *

Publié le jeudi 14 février 2013 par Élodie Faath

Résumé

Cette journée d’étude, propose, à partir de cas détaillés, une lecture des reformulations historiques et des processus de patrimonialisation ; la constitution d’un patrimoine agissant tantôt comme un élément concourant à l’ethnicisation des rapports sociaux, tantôt à une sorte de « réconciliation nationale ». Les intervenants, géographes, cinéastes, anthropologues et ethnologues montreront que les préoccupations intellectuelles des acteurs de la patrimonialisation ne sont pas nécessairement celles de la population générale et viseront à déconstruire les éléments de rationalisations et de légitimations en référence aux notions fourre-tout de « tradition » et d' «identité » liée à cette politique de patrimonialisation – la préoccupation identitaire s'inscrivant dans le contexte de la globalisation des cultures et du pluralisme culturel, géré plus ou moins différemment par les sociétés insulaires de l’aire indianocéanique.

Annonce

Présentation

Par delà leur très grande hétérogénéité, les sociétés insulaires de l’aire indianocéanique ont tout de même pour caractéristiques communes d’être des sociétés postcoloniales, composées de personnes originaires de différentes régions du monde (Europe, Afrique, Inde et Chine particulièrement), porteuses à divers degrés de spécificités qui coexistent dans un espace social marqué par l'occidentalisation (via la colonisation principalement mais pas de manière exclusive). De ce fait, elles constituent un laboratoire d'observation privilégié pour la compréhension des représentations, discours et pratiques d'une population hétérogène aux prises avec des modèles qu'elles cherchent ailleurs (ou qui lui viennent d’ailleurs) et qu'elles reformulent dans un contexte local. La dialectique entre faits multiculturels et politiques multiculturalistes est particulièrement complexe dans les sociétés insulaires de l’aire indianocéanique où les références et (re)définitions identitaires sont multiples et mouvantes.

Cette journée d’étude, propose, à partir de cas détaillés (Timor Leste, Maurice, Sri Lanka, et Singapour), une lecture des reformulations historiques et des processus de patrimonialisation, la constitution d’un patrimoine agissant tantôt comme un élément concourant à l’ethnicisation des rapports sociaux, tantôt à une sorte de « réconciliation nationale ». Les intervenants, géographes, cinéastes, anthropologues et ethnologues montreront que les préoccupations intellectuelles des acteurs de la patrimonialisation ne sont pas nécessairement celles de la population générale et viseront à déconstruire les éléments de rationalisations et de légitimations en référence aux notions fourre-tout de « tradition » et d' «identité » liée à cette politique de patrimonialisation – la préoccupation identitaire s'inscrivant dans le contexte de la globalisation des cultures et du pluralisme culturel, géré plus ou moins différemment par les sociétés insulaires de l’aire indianocéanique.

Cette journée d’étude est co-organisée avec l’association de développement internationale InMaLanka et les étudiants de l'IUT de Périgueux-Bordeaux IV.

Programme

8h30 : accueil des participants

9h00 : ouverture de la journée d’étude par la présentation officielle de l’exposition « Timor oriental, un nouvel Etat à découvrir ».

  • 9h40 : « Les jeux d’argent au Timor Leste : entre patrimoine et construction nationale ». Par Marie Redon, maîtresse de conférences en géographie, Université Paris 13-Nord, membre de l’UMR Prodig.
  • 10h10 : « Entrepreneurs identitaires et patrimonialisation à l’Île Maurice. Tendances in, tendances out ». Par Catherine Servan-Schreiber, anthropologue, chargée de recherches au CNRS, membre du Centre d’Etude de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS), Paris.

10h50-11h00 : Pause café

  • 11h05 : « La patrimonialisation de l’identité ‘indienne’ à Singapour ». Par Delon Madavan, doctorant, université de Paris IV, membre de l’UMR ENeC.

11h40-12h00 : Discussion

  • 13h30-13h45 : « Le cinéma en diaspora : un élément de racinement ? ». Par Anthony Goreau-Ponceaud, Maître de conférences en géographie, Université de Bordeaux IV, membre de l’UMR ADES.
  • 14h00-15h00 : Diffusion et discussion autour des courts métrages du réalisateur Pradeepan Raveendran en sa présence.
    • A mango tree in the front yard. 11min / 2009 / France - Sri Lanka / Tamil with English subtitles / DVC Pro 50. Sélection officielle du festival international du film de Berlin 2009.
    • Shadows of silence. 11min / 2010 / France - Sri Lanka / Tamil with English subtitles / RED ONE 4K. Primé lors de la « Quinzaine des réalisateurs » du festival international du film de Cannes de 2010.
  • 15h00 : Diffusion du film « Demain est un secret. Le Timor entre en lice », 2013, 52 minutes. En la présence du réalisateur Emmanuel Cano

16h30 : Conclusions et perspectives

Organisation

  • Anthony Goreau-Ponceaud, maître de conférences à l’université Bordeaux IV, membre de l’UMR ADES
  • et Zoe Douet, Anne Estoup, Laurène Monie, Sanz-Roméo Chloé et Eugénie Rivière, étudiantes à l’IUT de Périgueux-Bordeaux IV

Lieux

  • Amphithéâtre du campus Périgord
    Périgueux, France (24)

Dates

  • vendredi 22 mars 2013

Mots-clés

  • identité, patrimoine, ethnicité, îles, Océan indien

Contacts

  • Anthony Goreau
    courriel : anthonygoreau [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Anthony Goreau-Ponceaud
    courriel : anthonygoreau [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Îles, patrimoines et ethnicité dans l’aire indianocéanique », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 14 février 2013, http://calenda.org/239180