AccueilL’éros dans l’âme et dans la cité

L’éros dans l’âme et dans la cité

Eros in the soul and in the city

*  *  *

Publié le lundi 25 février 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Les Départements de science politique et de sociologie de l’Université de Moncton, Canada, ont décidé d’organiser deux journées de réflexion autour du thème : « L’Eros dans l’âme et dans la Cité ». Elles auront lieu les 2 et 3 octobre 2014. On y accueillera des chercheur(e)s internationaux qui présenteront, dans une perspective critique, le traitement de la question de la dynamique érotique par un(e) auteur de leur choix. Avec les prolongements logiques auxquels cette pensée donne accès en même temps que les impasses qui nécessairement la bornent. De la sociologie à l’anthropologie, en passant par la psychanalyse, la philosophie et la science politique, toutes les théories systématiques du lien érotique seront les bienvenues. 

Annonce

Argumentaire

On le sait depuis Platon, Eros, Grand Génie, intermédiaire entre l’humain et le divin, inspire aux êtres l’amour du Beau et du savoir[1] et travaille à l’unification de l’âme autant qu’au bon gouvernement des Cités. Principe unissant le grand Tout à lui-même, il s’affaire à rassembler l’épars et le dispersé dans un ensemble cohérent et fraye l’accès de l’âme aux formes intelligibles en dépassant sur la voie de l’unité le disparate des sensations[2]. Eros, c’est aussi, écrit Freud, le principe de vie qui « cherche à provoquer et à maintenir la cohésion des parties de la substance vivante »[3], « Eros à qui le monde entier doit sa cohésion »[4], « Eros qui poursuit le but de compliquer la vie en rassemblant, de façon toujours plus extensive, la substance vivante éclatée en particules … »[5]. C’est encore grâce à lui, écrit Lou Andreas Salomé, que « nous devenons plus étroitement unis à nous-mêmes »[6]. Quant à l’érotisme, on le sait depuis Georges Bataille[7], il définit une expérience intérieure donnant à vivre une continuité d’être sur fond de finitude essentielle. Bref, sous l’égide d’Eros, on passe du disparate, du chaotique, du morcelé des âmes et des rassemblements humains, au tout, à l’unité, à l’ensemble coordonné.

Mais, on le sait aussi, Eros n’a pas toujours bonne presse et Platon lui-même le présente parfois comme un désir tyrannique dépourvu de raison, source de jalousie, d’envie et d’aliénation. Se nourrissant de l’élan amoureux et des puissances pulsionnelles, il n’est jamais très loin des forces qui fracturent les psychismes, les traumatisent, mettent à mal leur cohérence et compromettent leur bon fonctionnement. On songera ici au drame du héros sadien, persécuté par son impérieux besoin de jouir des corps, de tous les corps, ou à l’esclavage du pervers voyeur qui cherche inlassablement à percer du regard les mystères de la sexualité. L’Eros peut aussi singulièrement compliquer la gestion politique de la Cité démocratique quand les petits moi égoïstes, avides de jouissance et repliés sur leurs droits individuels, réclament à corps et à cris la satisfaction de leur aspiration personnelle au risque de mettre à mal la cohésion sociale et la logique du contrat qui la rend possible. On pourrait aussi invoquer la puissance érotique des sociétés totalitaires qui cherchent à créer une telle unité dans le corps social qu’elles en viennent à ne plus y autoriser aucune diversité, aucune divergence, aucune dissidence. On sait les funestes conséquences d’un tel pouvoir. Enfin, on n’oubliera pas les effets désastreux, sur la chose politique, des conduites érotiques des gardiens de la Cité quand elles quittent la sphère de la vie privée pour investir l’espace de la gestion du bien commun. Les logiques d’Eros sont donc aussi intrigantes que paradoxales.

C’est pourquoi les Départements de science politique et de sociologie de l’Université de Moncton, Canada, ont décidé d’organiser deux journées de réflexion autour du thème : « L’Eros dans l’âme et dans la Cité ». Elles auront lieu les 2 et 3 octobre 2014. On y accueillera des chercheur(e)s internationaux qui présenteront, dans une perspective critique, le traitement de la question de la dynamique érotique par un(e) auteur de leur choix. Avec les prolongements logiques auxquels cette pensée donne accès en même temps que les impasses qui nécessairement la bornent. De la sociologie à l’anthropologie, en passant par la psychanalyse, la philosophie et la science politique, toutes les théories systématiques du lien érotique seront les bienvenues.

Conditions de soumission

Les personnes désireuses de présenter leur réflexion à ces journées de travail sont invitées de faire parvenir un résumé de leur présentation – maximum 550 mots – avec un titre provisoire, à Anne Decerf, Chercheure associée au Département de science politique, adecerf@nbnet.nb.ca

Au plus tard, le 30 avril 2013.

Elles pourront compter sur un temps de parole de 30 minutes. Une table ronde pourra être réservée aux doctorant(e)s.

Comité scientifique

  • Gilles Labelle, Professeur titulaire, École d’études politiques, Université d’Ottawa : gplabell@uOttawa.ca
  • Chedly Belkhodja, Directeur du Département de  science politique : chedly.belkhodja@umoncton.ca
  • Anne Decerf, Chercheure associée, Département de science politique, Université de Moncton : adecerf@nbnet.nb.ca

[1] Platon, Le Banquet, 202

[2] Platon, Phèdre, 249c.

[3] S. Freud, « Au-delà du principe de plaisir », 1921, in Essais de psychanalyse, trad.fr.J.Laplanche et J.B. Pontalis, 41-112, Payot, Paris, 1981, note 16 p.110.

[4] S. Freud, « Psychologie des foules et analyse du Moi », 1921, in Essais de psychanalyse, op.cit., 71-161, p.152.

[5] S. Freud, « le Moi et le ça », 1923, in Essais de psychanalyse, op.cit., 219-275, p.254.

[6] Lou Andreas-Salomé, A l’école de Freud Journal d’une année, 1912-1913, Mercure de France, Le petit Mercure, Paris, 2000, p.37.

[7] Georges Bataille,  L’érotisme, Editions de Minuit, Paris, 1957. 

Lieux

  • Campus de Moncton, édifice Léopold-Taillon - 18 avenue Antonine-Maillet
    Moncton, Canada (E1A 3E9)

Dates

  • mardi 30 avril 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • éros, bien public

Contacts

  • Anne Decerf
    courriel : adecerf [at] nbnet [dot] nb [dot] ca
  • Chedly Belkhodja
    courriel : chedly [dot] belkhodja [at] umoncton [dot] ca

Source de l'information

  • Marie-Andrée Pelland
    courriel : marie-andree [dot] pelland [at] umoncton [dot] ca

Pour citer cette annonce

« L’éros dans l’âme et dans la cité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 25 février 2013, http://calenda.org/239453