Accueil« N’y aller que pour des prunes ? » Observer et analyser les conflits violents : le cas syrien

« N’y aller que pour des prunes ? » Observer et analyser les conflits violents : le cas syrien

"Only go for nothing?" Observing and analysing violent conflicts: the Syrian example

*  *  *

Publié le jeudi 21 février 2013 par Elsa Zotian

Résumé

« Y aller pour des prunes »… L'expression trouverait son origine au XIIe siècle, dans un épisode de la deuxième croisade. Les croisés revenant défaits de leur campagne contre Damas, après un siège de la ville de seulement quatre jours sous des jets de flèches continus, n’auraient en effet rapporté avec eux qu’une nouvelle variété de pruniers ! Les chercheurs en sciences sociales qui tentent d’analyser aujourd’hui la guerre en Syrie et travaillent à récupérer des informations fiables sur le terrain ont évidemment des intentions nettement moins belliqueuses. Mais est-il possible, dans un contexte marqué par une violence massive et une forte déstructuration des rapports sociaux, de récolter et rassembler des informations fiables, visant à produire une connaissance plus fine des processus violents actuellement à l’œuvre en Syrie ?

Annonce

Organisateurs : Amin Allal (IEP Aix-en-Provence – CHERPA) et Olivier Grojean (Aix-Marseille Université, CERIC – UMR 7318)

Contacts : amin.allal@gmail.com; olivier.grojean@free.fr

Argumentaire

« Y aller pour des prunes »… L'expression trouverait son origine au XIIème siècle, dans un épisode de la deuxième croisade. Les croisés revenant défaits de leur campagne contre Damas, après un siège de la ville de seulement quatre jours sous des jets de flèches continus, n’auraient en effet rapporté avec eux qu’une nouvelle variété de pruniers !

Les chercheurs en sciences sociales qui tentent d’analyser aujourd’hui la guerre en Syrie et travaillent à récupérer des informations fiables sur le terrain ont évidemment des intentions nettement moins belliqueuses. Mais leur est il possible de rapporter autre chose que des prunes ? Est-il possible, dans un contexte marqué par une violence massive et une forte déstructuration des rapports sociaux, de récolter et rassembler des informations fiables, visant à produire une connaissance plus fine des processus violents actuellement à l’œuvre en Syrie ?

En ces temps de guerres également informationnelles, recueillir des données de première main apparaît comme un principe incontournable... bien exigeant. Dans un contexte d’une telle violence, l'observation ethnographique et les entretiens, techniques reines des sciences sociales qualitatives, posent également des problèmes méthodologiques importants, sans parler des risques encourus par les chercheurs eux-mêmes.

Ces expériences incitent à un retour réflexif sur les enquêtes en situations de conflit violent et à poser une série de questions sur la fragilité du recueil de données : sur les dispositions des enquêteurs, leurs compétences et savoir faire ; sur la division et les frontières du travail scientifique, et aussi sur les limites de l'interprétation sociologique dans de telles situations. Mais au delà de réflexions déjà débutées il y a plus de quinze ans dans Fieldwork Under Fire (Nordstrom et Robben, 1996), ces expériences viennent questionner les travaux récents et très théoriques de certains analystes de la violence, plus habitués aux coupures de presse qu’aux observations directes sur le terrain (Cf. Collins, 2009).

C'est autour de trois chercheurs de retour d'un terrain d’un mois en Syrie, mais aussi en présence de spécialistes de plus longue date des dynamiques politiques dans ce pays, que cette table ronde ambitionne de rediscuter les modèles d'analyses théoriques des conflits violents.

Table ronde le vendredi 1er mars de 14h à 18h

Intervenants

  • Adam Baczko (EHESS Paris),
  • Gilles Dorronsoro (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne),
  • Elizabeth Picard (IREMAM Aix-en-Provence),
  • Thomas Pierret (University of Edinburgh),
  • Arthur Quesnay (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne / IFPO Erbil),
  • Cyril Roussel (IFPO Amman)

Lieux

  • MMSH, Salle Georges Duby - 5, rue du château de l'horloge
    Aix-en-Provence, France (13090)

Dates

  • vendredi 01 mars 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • violence, Syrie, enquête de terrain

Contacts

  • Amin Allal
    courriel : amin [dot] allal [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Amin Allal
    courriel : amin [dot] allal [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« « N’y aller que pour des prunes ? » Observer et analyser les conflits violents : le cas syrien », Informations diverses, Calenda, Publié le jeudi 21 février 2013, http://calenda.org/239931