AccueilLes mises en guerre de l’État

Les mises en guerre de l’État

The State goes to war

1914-1918 en perspective

Bringing the Great War into perspective

*  *  *

Publié le mardi 26 février 2013 par Elsa Zotian

Résumé

À partir de l’été 1914, les sociétés européennes paraissent brutalement saisies par la guerre et, ce faisant, saisies par l’État. C’est en son nom que des millions d'hommes vont s'affronter, sous l'uniforme, et que s’opère une gigantesque « mobilisation » des corps, des esprits et des ressources, pour reprendre le terme de l’époque toujours employé par les historiens. Cent ans plus tard, alors que tous les États ayant fait la guerre ou en étant issus lancent de vastes programmes de commémoration, le moment est bienvenu pour étudier comment l’État parvient à faire la guerre et, en retour, ce que la guerre fait à l’État.

Annonce

Colloque international organisé par le Crid 14-18 à Paris, Laon et Craonne (Aisne), du 30 octobre au 1er novembre 2014.

Argumentaire

À partir de l’été 1914, les sociétés européennes paraissent brutalement saisies par la guerre et, ce faisant, saisies par l’État. C’est en son nom que des millions d'hommes vont s'affronter, sous l'uniforme, et que s’opère une gigantesque « mobilisation » des corps, des esprits et des ressources, pour reprendre le terme de l’époque toujours employé par les historiens. Cent ans plus tard, alors que tous les États ayant fait la guerre ou en étant issus lancent de vastes programmes de commémoration, le moment est bienvenu pour étudier comment l’État parvient à faire la guerre et, en retour, ce que la guerre fait à l’État. Dans le cadre de cette vaste question, ce colloque international et pluridisciplinaire (histoire, science politique, sociologie) s’intéressera aux mises en guerre de l’État considérées comme l’ensemble des processus par lesquels l’irruption de l’événement se traduit – ou ne se traduit pas – dans les structures, dans les actes et les manières de faire de la puissance publique. Il s’agira donc d’observer des éventuelles ruptures ou des ajustements limités, mais toujours des situations de passages liées à la situation de guerre.

La réflexion sur les mises en guerre de l’État sera restreinte à des enquêtes précises, limitées à des objets abordés de manière empirique, matérielle, voire matérialiste. Il est surtout attendu qu’il soit décrit, de manière fine et sur des terrains bien circonscrits, comment les choses se passent dans leur dimension la plus concrète, en s’interrogeant sur les conditions de possibilités de ce déroulement. Les idées, les lois ou directives de toutes sortes, seront avant tout envisagées en tant qu’il sera possible d’en mesurer les effets ou les applications.

Dans cette perspective, l’analyse de la mise en place ou du développement d’un outil et d’une organisation particulière sera particulièrement bienvenue : une commission de contrôle postal en France, un bureau de recrutement en Grande-Bretagne, une région militaire en Allemagne, ou encore un atelier de travaux publics, une gare de triage, un office de ravitaillement, un hôpital de campagne, un cabinet ministériel, etc. De même, il sera important d’aborder le cas des institutions plus ou moins situées aux marges de la fonction publique (une chambre de commerce, un syndicat, un diocèse ou une loge, etc.) et dont la guerre serait susceptible de mettre en lumière la capacité à capter du capital d’État.

C’est à ce niveau d'observation que pourront être saisis en actes les phénomènes d’invention ou d’ajustements de normes et de procédures (une éventuelle spécificité des modes d’organisation militaire et leur diffusion, l’évolution des modalités d’emprise sur les corps : identification, définitions de la nationalité, etc.), les permanences ou les renouvellements de personnels (les limogeages de 1914, le remplacement dans l'urgence des fonctionnaires partis au front, le recrutement et la spécialisation d'experts, etc.), les conflits de compétences (pouvoirs civils et militaires, par exemple, ou du sommet à la base des hiérarchies administratives) et leur arbitrage, etc.

L’État sera entendu au sens le plus large de la puissance publique sous toutes ses formes. D’abord, parce que l’État central à la française n’est qu’une de ces formes possibles et qu’il sera accordé le plus grand intérêt aux démarches permettant l’étude d’autres situations nationales et d’autres modèles étatiques (multinationaux, fédéraux, impériaux, etc.) éventuellement dans un cadre comparatif. Ensuite parce que, l’objectif du colloque étant de réunir des études aussi proches que possible des réalités concrètes, les pouvoirs locaux (municipalités, par exemple) entrent dans le champ d’étude considéré. Le colloque s’attachera ainsi à observer l’État à toutes les échelles et sur les différents types de territoires qu’il recouvre : de la commune au pays, l’arrière et l’avant, la zone des armées, les territoires occupés, les colonies etc. Enfin, comme on l’a déjà suggéré plus haut, on pourra examiner la manière avec laquelle le périmètre de l’action publique se modifie dans le contexte d’une sphère publique élargie en temps de guerre, ce qui révélera éventuellement l’importance de ses marges (les associations ou institutions de toutes sortes qui se réclament et qui sont reconnues comme porteuses de « l’intérêt général », par exemple) et obligera à reconsidérer la frontière entre le « public » et le « privé ».

À l’image d’une précédente manifestation scientifique organisée autour des mutineries de 1917 , le colloque sera à la fois centré sur 1914-1918 et largement ouvert à une mise en perspective avec d’autres conflits des XIXe et XXe siècles qui pourront aussi faire l’objet de propositions. Par ailleurs, si le moment inaugural de l’entrée en guerre est par définition privilégié, aucune borne ultérieure n’est a priori fixée puisque le processus de mise en guerre d’un service de l’État ou d’une forme de l’action publique peut fort bien s’étendre sur une longue période, voire être différé ou engagé après l’entrée en guerre elle-même (on peut penser par exemple à la mise en place, en 1916, de la conscription au Royaume-Uni et de la loi sur le service auxiliaire en Allemagne). C’est à ce titre que l’étude des mises en guerre de l’État n’est pas seulement celle des « entrées en guerre » : elle peut recouvrir des séquences plus longues, aussi bien en amont (l’extension de la conscription en France dès 1905 ou 1913) que vers l’aval (la fin du cycle de guerre de la production imprimée aux alentours de 1923), posant la question du maintien dans le temps de mécanismes ou d’institutions élaborés dans l’urgence par les États, de leur caractère éphémère ou durable, et des façons dont des modes d'action et de fonctionnement nés du conflit peuvent ensuite être réutilisés, repensés ou pérennisés (le contrôle médical des travailleurs introduit en 1916 dans les usines d'armement qui se déploie après guerre dans le monde industriel).

Largement ouvert dans l’espace et dans le temps autour du point de référence de 1914 et composé d'enquêtes bien circonscrites, ce colloque permettra de questionner ce qui semble une évidence, au moins en France : la spectaculaire capacité de l’État de prendre en charge, presque du jour au lendemain, une société toute entière. L’intensification de l’emprise de l’État est-elle immédiate, progressive, continue ou discontinue ? Connaît-elle des phases d’essoufflement, des ratés ? S’accompagne-t-elle de phénomènes parallèles de « déprise » ? Loin de toute généralité ou de toute extrapolation hasardeuse, est-il possible de repérer des formes de résistances ou d’évitement ?

Conditions de soumission

Les propositions de communication, problématisées, devront présenter brièvement les matériaux mobilisés (archives, témoignages…). Elles ne dépasseront pas 5000 signes. Elles devront parvenir à crid.colloque2014@gmail.com

le 30 mai 2013 au plus tard.

Comité scientifique

  • Sylvain Bertschy (université Paul Valéry-Montpellier III),
  • François Buton (CNRS-CEPEL),
  • Jean-François Chanet (Sciences Po Paris),
  • Astrid Guinotte (université du Havre),
  • Alexandre Lafon (université Toulouse 2 le Mirail),
  • André Loez (CRID14-18), Nicolas Mariot (CNRS-CURAPP),
  • Julien Mary (université Paul Valéry-Montpellier III),
  • Valériane Milloz (université de Paris I-IRSEM),
  • Philippe Olivera, Jean-Paul Pellegrinetti (université de Nice),
  • Renaud Payre (IEP Lyon-Triangle),
  • Emmanuelle Picard (ENS Lyon),
  • Giovanna Procacci (université de Modène),
  • Frédéric Rousseau (université Paul Valéry-Montpellier III),
  • Philippe Salson (université Paul Valéry-Montpellier III),
  • Arndt Weinrich (Institut Historique Allemand, Paris),
  • Thomas Weber (University of Aberdeen - Harvard University),
  • Blaise Wilfert (ENS Ulm).

Lieux

  • Paris, France (75)
  • Laon, France (02)
  • Craonne, France (02)

Dates

  • jeudi 30 mai 2013

Mots-clés

  • État, guerre, 1914-1918, State, war, Great War

Contacts

  • Astrid Guinotte
    courriel : crid [dot] colloque2014 [at] gmail [dot] com
  • sylvain Bertschy
    courriel : bertschy [dot] sylvain [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • sylvain Bertschy
    courriel : bertschy [dot] sylvain [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les mises en guerre de l’État », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 février 2013, http://calenda.org/240259