AccueilPresse et exil dans l’Europe du XIXe siècle

Presse et exil dans l’Europe du XIXe siècle

Press and exile in Europe in the 19th century

*  *  *

Publié le mardi 05 mars 2013 par Élodie Faath

Résumé

Le colloque « Presse et exil dans l'Europe du XIXe siècle » voudrait confronter deux réalités : l’exil politique, qui tend alors à devenir une « institution » (Carlo Cattaneo), et la rédaction d’une presse étrangère par les exilés dans les pays d’asile qui les accueillent. En quoi la presse d’exil est-elle un moyen de faire connaître un combat idéologique, de donner un débouché professionnel aux exilés, mais aussi de contribuer à des « transferts culturels » entre pays d’origine et pays d’asile ?

Annonce

Colloque à l’École française de Rome « Presse et exil dans l’Europe du XIXe siècle », 23-24 septembre 2013

Argumentaire

Contexte

L’équipe « Exil » rassemble des chercheurs français et italiens autour d’un projet de base de données collective sur les exilés politiques italiens dans la Méditerranée du XIXe siècle, avec le soutien de l’École française de Rome. Elle prévoit un programme de rencontres sur le thème de l’exil ouvertes sur l’ensemble du monde européen. Le premier de ces projets porte sur la presse et l’exil au xixe siècle.

Exposé

Tout au long de l’époque contemporaine, l’exil a constitué une forme de mobilisation à part entière, qui s’est inscrite dans le répertoire d’actions contre-révolutionnaire, libéral, républicain, puis socialiste et anti-fasciste. Pour le patriote lombard Carlo Cattaneo, c’était ainsi une « nouvelle institution » que le poète Ugo Foscolo avait donnée à l’Italie du Risorgimento en quittant Milan en 1816 pour embrasser une vie de proscrit. Cette modalité de l’engagement politique a alimenté des flux migratoires quantitativement de plus en plus importants dans l’Europe du xixe siècle et du premier xxe siècle, mais ce n’est pas par son effectif qu’il convient de jauger son importance. Car les exilés, même en petit nombre, ont joué un rôle crucial dans l’internationalisation des débats politiques et la circulation des idées, favorisant la naissance d’une sphère publique européenne ou transatlantique et de nouvelles formes de politisation. Ils ont également joué un rôle économique et professionnel non négligeable, contribuant à faire circuler techniques, process, savoirs et savoir-faire entre communautés d’exilés et pays d’accueil. Faire l’histoire de leurs expériences permet d’envisager le développement des cultures et des identités au-delà de la sphère étroite de la nation ou du groupe, pour reconnaître l’importance des échanges et des interactions dans la formation de communautés séparées.

Le projet se fonde sur l’idée que la contribution des exilés à la presse de leur temps constitue une fenêtre d’analyse sur l’exil comme expérience politique, créatrice d’« exopolitie », ainsi que Stéphane Dufoix a proposé de baptiser l’espace spécifique dans lequel les exilés mènent leurs différentes activités. L’exil représente, dans le même temps, un facteur d’ouverture de la presse européenne aux pays étrangers, contribuant ainsi à l’internationalisation de certains slogans et thèmes politiques dans l’Europe des guerres civiles et des constructions nationales, ainsi qu’à la circulation des connaissances liées au monde du travail.

Nous nous intéressons donc à l’ensemble des façons dont les exilés ont pu contribuer à la presse de leur temps, comme journalistes ou plus rarement comme éditeurs, aux périodiques qui accueillaient leurs contributions comme aux organes de presse que des proscrits ont pu créer durant leur séjour à l’étranger, et aux conditions réservées dans chaque pays d’accueil à cette activité. Les sources qui nous permettront de nous pencher sur ces phénomènes iront des journaux eux-mêmes aux sources administratives et diplomatiques, en passant par les archives privées et les correspondances d’exil.

Problématiques retenues

  • Les conditions d’écriture et de publication des journaux d’exil (cadre juridique et économique dans lequel s’inscrit la publication de ces organes de presse, parfois clandestins ; censure exercée par le pays d’accueil mais aussi par la diplomatie du pays d’origine ; importance des lectorats visés, qu’ils se trouvent dans le pays d’accueil ou dans le pays de départ).
  • Le contenu technique et professionnel de cette presse (annonces, offres de travail, rubriques spécifiques…
  • Les stratégies éditoriales et politiques des rédactrices et rédacteurs, mais aussi des lectrices et des lecteurs (utilisation de la presse pour légitimer un combat politique mené depuis l’étranger, pour cliver ou au contraire rassembler une communauté d’étrangers dispersés dans le pays d’asile).
  • Le contenu idéologique et culturel de ces périodiques (la presse comme moyen d’influencer le débat national du pays d’origine, ou comme interface avec celui du pays d’asile ; la part prise par la presse d’exil dans une histoire du sentiment public international ; les représentations et les transferts culturels permis par cette presse parfois bilingue, pont entre deux ou plusieurs cultures).

Modalités de soumission

Les propositions de communications doivent nous parvenir

avant le 24 avril

aux trois adresses suivantes : catherine.brice@gmail.com, delphinediaz@gmail.com et simon.sarlin@gmail.com.

Ces propositions comporteront

  • un titre,
  • un résumé d’environ 2.000 signes,
  • ainsi que les coordonnées complètes de l’intervenant(e) (nom, prénom, fonction, rattachement institutionnel et courriel).

Comité scientifique

Sylvie Aprile (Université Lille III), Catherine Brice (Université Paris-Est Créteil), Simon Burrows (University of Western Sydney), Christophe Charle (Université Paris 1), Diana Cooper-Richet (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Delphine Diaz (Université Paris-Sorbonne), François Dumasy (École française de Rome), Simon Sarlin (Université Grenoble II).

Lieux

  • École française de Rome - Piazza Farnese, 67
    Rome, Italie (00186)

Dates

  • mercredi 24 avril 2013

Mots-clés

  • presse, exil, Europe, XIXe siècle

Contacts

  • Catherine Brice
    courriel : catherine [dot] brice [at] gmail [dot] com
  • Delphine Diaz
    courriel : delphine [dot] diaz [at] univ-reims [dot] fr
  • Simon Sarlin
    courriel : simon [dot] sarlin [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Delphine Diaz
    courriel : delphine [dot] diaz [at] univ-reims [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Presse et exil dans l’Europe du XIXe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 05 mars 2013, http://calenda.org/240738