AccueilLa part du langage dans le « formalisme » : l'arrière-plan linguistique des « formalismes russes »

La part du langage dans le « formalisme » : l'arrière-plan linguistique des « formalismes russes »

The role of language in "formalism": the linguistic background of "Russian formalisms"

*  *  *

Publié le vendredi 08 mars 2013 par Elsa Zotian

Résumé

L’apport croisé des courants psychologique, sociologique, formel a nourri la pensée formaliste. En Russie, le courant formaliste s’est développé en intégrant les réflexions des grandes tendances de la linguistique de l’époque : l’ École dite de Kharkov fondée par A.Potebnja (1835-1891) ; l’ École linguistique de Moscou, liée au nom de Ph. Fortunatov (1848-1914), enfin celle souvent dénommée École linguistique de Kazan, de Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929). Ces courants entretenaient eux-mêmes des relations complexes avecla linguistique occidentale de l’époque. C’est cet arrière-plan linguistique du formalisme russe qui sera au centre de l’attention du colloque, les interactions et influences mutuelles entre ces courants ayant joué un rôle décisif dans l’émergence et la genèse d’une pensée plurielle que nous serions tentés de désigner de « formalismes russes », au pluriel.

Annonce

Argumentaire

L’apport croisé des courants psychologique, sociologique, formel a nourri la pensée formaliste. En Russie, le courant formaliste s’est développé en intégrant les réflexions les grandes tendances de la linguistique de l’époque : l’ École dite de Kharkov fondée par A. Potebnja (1835-1891) ; l’ École linguistique de Moscou, liée au nom de Ph. Fortunatov (1848-1914), enfin celle souvent dénommée École linguistique de Kazan, de Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929). Ces courants entretenaient eux-mêmes des relations complexes avec la linguistique occidentale de l’époque. C’est cet arrière-plan linguistique du formalisme russe qui sera au centre de l’attention du colloque, les interactions et influences mutuelles entre ces courants ayant joué un rôle décisif dans l’émergence et la genèse d’une pensée plurielle que nous serions tentés de désigner de « formalismes russes », au pluriel. Il semble en effet que ce contexte linguistique permette de mettre en valeur des lignes unificatrices dans ce phénomène multiple qu’est le « formalisme » en Russie.

Plus qu’une simple remise en contexte, ce sont précisément ces diverses passerelles et perspectives, faisant de la pensée formaliste un véritable creuset d’élaboration d’une pensée linguistique, qui constitueront l’objectif principal et la visée épistémologique de ce colloque. Ainsi, on abordera cette pensée du point de vue des courants antérieurs et émergents, on s’intéressera à ses sources autant qu’à son héritage dans les sciences du langage.

La réflexion des formalistes sur le langage s’avère être un bon point de départ pour envisager, tout à la fois, l’apport formaliste et fonctionnaliste à l’étude du langage et de la littérature, sa place dans l’histoire générale du structuralisme européen ; mais aussi bien les racines théoriques du dialogisme ; la nature et le fonctionnement de la parole dialogale, oratoire, déclamatoire, récitative, poétique ; la contribution psychologique à l’émergence du courant formaliste et structuraliste au tournant des 19e et 20e siècles ; les progrès théoriques de la phonétique et de la phonologie ; l’élaboration d’une perspective socio-linguistique , les théorisations de la diachronie et de l’histoire des systèmes linguistiques.

Lors de ce colloque international et pluridisciplinaire, les théories des auteurs formalistes, théoriciens de leur temps pris dans leur temps, parfois « linguistes sans le vouloir», seront aussi appréhendés du point de vue des sciences du langage d’aujourd’hui. L’apport de Roman Jakobson ayant fait l’objet de très nombreuses études, celui de Evguéni Polivanov ayant fait l’objet d’un colloque scientifique international tenu en France en 2009, nous privilégierons les communications centrés sur les présupposés linguistiques chez d’autres auteurs « formalistes » (tels que Boris Ejxenbaum, Lev Jakubinskij, Viktor Šklovskij, Jurij Tynianov, Viktor Žirmunskij…). Les aperçus synthétiques sur le sujet pourront alterner avec des sections plus monographiques. Nous espérons qu’un réexamen du contexte linguistique de ce courant contribuera au regain d’intérêt actuel pour le formalisme.

Programme

4 avril

9 h 30 : Accueil des participants

10 h : Ouverture du colloque

  • 10h - 10h40 : Catherine Depretto (Univ. Paris 4 Sorbonne)
    Poétique et linguistique : l’expérience des formalistes russes
  • 11h 20 - 12 h : Patrick Flack (Univ. Charles, Prague)
    La linguistique structurale et son ferment néo-kantien : l’étape formaliste en Russie
  • 12 h – 12 h 40 : Sergeï Romashko (Acad. des Sciences, Moscou)
    FORMALISME, formalisme et la communication comme productivité

Déjeuner

  • 14 h – 14 h 40 : Cinzia Cadamagnani (Univ. de Pise)
    Les travaux de Boris Jarcho et Michail Petrovskij à la base du formalisme moscovite
  • 14 h 40 – 15 h 20 : Sergeï Tchougounnikov (Univ. de Dijon, ENS)
    Le formalisme et la linguistique psychologique
  • 15 h 20 – 16 h 00 : Sergio Cappello (Univ. Bâton Rouge, Louisiane)
    Sémantique et argumentation dans le « Vocabulaire de Lénine polémiste » (1924) de Iouri Tynianov

Pause

  • 16 h 30 – 17 h 10 : Elena Ourjoumtseva (Univ. Paris Diderot)
    Les obstacles linguistiques dans la théorie littéraire de Viktor Shklovskij
  • 17 h 10 – 17 h 50 : Ekaterina Velmezova (Univ. de Lausanne)
    L’arrière-plan linguistique du formalisme russe dans la littérature: Le faiseur de scandales de V. Kaverine

5 avril

9 h 30 : Ouverture de la 2nde journée

  • 9 h 30 – 10 h 10 : Galin Tihanov (Queen Mary, University of London)
    Re-Evaluating Russian Formalism: Modernity and the Significance of Language
  • 10 h 10 – 10 h 50 : Serhii Wakulenko (Univ. de Kharkiv)
  • Langue concrète / langue abstraite chez Jan Baudoin de Courtenay

Pause

  • 11h 10 - 11h 50 : Roger Comtet (Univ. de Toulouse)
    L'histoire de la langue chez Jakubinskij
  • 11 h 50 – 12 h 30 : Valerij Gretschko (Univ. de Kobe)
    Lev Iakubinskii in the Linguistic-Political Crossfire of the 1930
  • 12 h 30 – 13 h 10 : Marie-Cécile Bertau (Univ. de Munich)
    Le « naturel » du dialogue, quelle catégorie ?

Déjeuner

  • 14 h 30 – 15 h 10 : Katharina Meng (Institute for German Language (IDS) Mannheim)
    L.P. Jakubinskij: Kinds of verbal interaction as linguistic subject
  • 15 h 10 – 15 h 50 : Elena Simonato (Univ. de Lausanne)
    L'argot dans la doctrine de Jakubinskij
  • 15 h 50 – 16 h 30 : Sylvie Archaimbault (CNRS/Univ. Paris Diderot)
    L.P. Jakubinskij et ses sources d’inspiration

Pause

16 h 50 – 18 h 00 : Table ronde finale

Lieux

  • Centre d'études slaves - 9 rue Michelet
    Paris, France (75005)

Dates

  • jeudi 04 avril 2013
  • vendredi 05 avril 2013

Mots-clés

  • formalisme, poétique, littérature, linguistique

Contacts

  • Sylvie Archaimbault
    courriel : sylvie [dot] archaimbault [at] linguist [dot] univ-paris-diderot [dot] fr

Source de l'information

  • Sylvie Archaimbault
    courriel : sylvie [dot] archaimbault [at] linguist [dot] univ-paris-diderot [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La part du langage dans le « formalisme » : l'arrière-plan linguistique des « formalismes russes » », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 08 mars 2013, http://calenda.org/241204