AccueilMarie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne (1685-1712), enfant terrible de Versailles

Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne (1685-1712), enfant terrible de Versailles

Marie-Adélaïde de Savoie, Duchess of Burgundy (1685-1712), the enfant terrible of Versailles

*  *  *

Publié le mercredi 13 mars 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Ce colloque international interdisciplinaire est consacré à l'étude du mécénat de Versailles (littérature, musique, danse, peinture, architecture, ...), aux réformes pédagogiques et politiques qui agitent la cour autour de Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne.

 

Annonce

Argumentaire

En octobre 1696 s’ébranle depuis Turin le cortège qui conduira Marie-Adélaïde de Savoie à Versailles. Le contrat de mariage qui la lie désormais – et après maintes tractations – au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, l’oblige de renoncer à la succession du duché de Savoie et scellera, quelques mois plus tard, le sort de l’Europe par la paix de Ryswick.

Par son extraversion, son naturel et sa simplicité, la jeune duchesse s’apprête à bouleverser l’étiquette de la cour de France, hantée par la silhouette de Mme de Maintenon et confite dans les dévotions. Se livrant à une véritable entreprise de séduction auprès du « vieux roi » et de son épouse morganatique, elle devient rapidement la coqueluche de Versailles. Son caractère tempère la religiosité morose de son mari, sa gaieté galvanise autour d’elle artistes et littérateurs, son entrain et sa désinvolture incitent à multiplier les fêtes, les bals, les jeux, les représentations théâtrales, les loteries de chinoiseries…

Parmi les surenchères des carnavals qui se succèdent, l’idolâtrie dont la duchesse devient rapidement l’objet incite à confondre sans cesse le merveilleux des représentations qu’elle suscite avec les habitudes mondaines de la cour. L’abbé de Choisy opte résolument pour la fiction à clés lorsqu’il s’agit pour lui de peindre ses « glorieuses entrées » dans le royaume et son éducation novatrice par le « jeu du roman » (Histoires de piété et de morale). Les conteuses (Mme d’Aulnoy, Mlle de la Force, …) déploient des trésors d’inventions et de rococo afin de satisfaire l’imagination d’une fillette de douze ans et de renvoyer à la cour l’expression satisfaite de sa propre splendeur. Comme ses maîtres à danser (Raynal, Pécour) et à chanter (Matho) lorsqu’ils tablent sur sa jeunesse et sa frivolité, les auteurs espèrent en retour profiter des mannes du mécénat royal. Les traductions des Milles et une nuits, que rédige patiemment Antoine Galland, ne seront pas moins sensibles à l’atmosphère de la maison de Bourgogne.

Le goût de la duchesse est éclectique. Elle aime la danse, le ballet-mascarade, le théâtre dramatique ou lyrique et réquisitionne tous les talents pour le satisfaire et animer les soirées de Versailles, de Marly ou de Fontainebleau. Si la duchesse aime voir jouer les comédies de Molière et de Corneille, les tragédies bibliques de Racine, de Duché ou de Duchêne, elle aime aussi à faire danser et jouer Marie-Thérèse de Subligny, Mlle Casse ou Claude Ballon qui donnent vie à L’Europe galante de Campra, ou, dans les costumes de Jean Bérain, à La comédie des fées de Dancourt. À l’Opéra de Paris, le duc et la duchesse de Bourgogne s’enthousiasment pour Marthésie, reine des Amazones d’André-Cardinal Destouches. En 1700, ils dictent à André Danican Philidor la mascarade du Roi de la Chine à laquelle le jésuite Lecomte, rentré de mission, est prié de collaborer pour l’établissement des costumes, tandis que François Dumoulin agite l’assemblée de Marly d’une danse grotesque de pagode. Les mascarades des Amazones, des Savoyards, de La noce de village rivalisent avec Athalie et Les précieuses ridicules, avec les représentations de L’Andrienne de Baron d’après Térence, avec l’Omphale de Destouches qu’interprète Mlle Maupin à Trianon…

Pour loger la duchesse, Louis XIV fait réaménager les appartements du château. Pour plaire à la femme-enfant, le roi oblige Mansart à redessiner sa ménagerie de Versailles. Aussi, dans le sillage de Marie-Adélaïde, est-ce tout un mécénat qui renaît, une cour qui sort de sa torpeur durant une époque charnière qui relie les splendeurs éteintes de la cour du roi-soleil aux excès de la Régence, puis de Louis XV. L’écart entre la génération du roi et celle des jeunes ducs se creuse perceptiblement ; la cour mise à l’enseigne de la dévotion cède à nouveau à l’attrait des plaisirs et des divertissements dispendieux dans une oscillation du goût qui ne désavoue pas tout à fait les divertissements anciens mais qui ne néglige pas pour autant les talents qui animeront notamment, un peu plus tard, les grandes nuits de Sceaux – tels le cardinal de Polignac, Malézieu ou Genest.

L’historiographie contemporaine est pourtant restée étonnamment muette sur le climat de la cour entre 1696 et 1712. Nul doute que la disparition prématurée, entre 1711 et 1712, du grand dauphin, de la duchesse de Bourgogne, du petit-fils du roi et de leur fils le duc de Bretagne n’ait encouragé ce silence. La brièveté de l’existence des héritiers du trône ne suffit pas toutefois à occulter l’intensité d’une vie curiale qui, outre la revitalisation du mécénat littéraire et artistique, connaît une vague de réformes sans précédents. Dans l’ombre du Petit Concile de Bossuet, Fénelon, Claude Fleury et l’abbé Langeron espèrent enfin concrétiser le renouveau pédagogique qui touche tous les préceptorats des princes mais qui se nourrit surtout des espoirs que donnent les tangibles transformations du duc de Bourgogne. La critique n’a pas évalué à ce jour les retombées de cette pédagogie – qui, fait remarquable, entendait bien s’étendre aux femmes – sur l’éducation de la duchesse. Les écrits de Choisy ou de Genest sur l’apprentissage de l’histoire, de la géographie et de la politique, offerts à Marie-Adélaïde, par exemple, sont restés lettres mortes. L’influence des pédagogues sur Saint-Cyr, où séjourne régulièrement la duchesse, est encore largement méconnue, tout comme leur influence sur la sœur de la duchesse, Marie-Louise de Savoie, et son époux Philippe d’Anjou, héritier du trône d’Espagne.

L’histoire a préféré stigmatiser l’incurie d’une jeune-femme – paresseuse d’esprit, remuante de corps – dont les efforts n’ont pourtant eu de cesse d’attirer l’attention du « clan des ducs » (Chevreuse, Beauvillier, Saint-Simon). L’époque des intrigues galantes avec Nangis, Maulévrier ou Polignac révolue, l’accumulation des manœuvres politiques et la succession des déboires militaires du duc de Bourgogne ont forcé la duchesse à prendre sa place à la cour et à assumer ses prétentions de future reine. Elle tance les protagonistes de la cabale de Meudon (Vendôme, Mlle de Choin, le grand dauphin, le futur cardinal Alberoni, Campistron et le comte d’Évreux) ; elle fait taire les clabauderies des enfants légitimés et tente de contenir le duc du Maine et la bouillante descendante des Condé. Elle espère encore infléchir les décisions de son père lorsque ce dernier rejoint les potentats européens ligués contre Louis XIV dans le marchandage des États qui anime la guerre de Succession d’Espagne.

Au milieu des épreuves qui mettent l’Europe à feu et à sang, éclaboussent son honneur, anéantissent sa famille et sa piété filiale, la duchesse – selon les mots mêmes de son époux et en dépit de ses « enfances » – découvre « un esprit bien éloigné de ce qu’on appelle un esprit de femme ». Le couple en vient rapidement à incarner l’espoir de la nation et des coteries qui refusent de ployer plus longtemps sous l’absolutisme personnel de Louis XIV. Malgré l’exil de Fénelon et la discrétion du « clan des ducs », l’espérance sourd de la communication secrète des Tables de Chaulnes au dauphin. Les réformes qui semblent se dessiner à l’horizon d’une nouvelle politique monarchique redoreront le blason du duc au point d’attirer la sympathie bien sentie de Voltaire qui lui aurait encore décerné la célébrité quand bien même « il n’eût été qu’un simple particulier ». Le XVIIIe siècle, écrivit Saint-Simon, s’ouvrait pour la France, par « un comble de gloire et de prospérités inouïes » que catalysaient les jeunes époux. Quelques années plus tard, enterrer le duc de Bourgogne équivaudra pour le mémorialiste, à « enterrer la France ». L’« année des quatre dauphins » – selon le mot d’Olivier Chaline – s’achèvera dans les rumeurs d’empoisonnement et dans une débauche d’oraisons funèbres d’où percent les espoirs déçus et l’imaginaire collectif de la nation.

Le colloque qui se tiendra à Bruxelles du 04 au 06 septembre 2013 entend combler les lacunes de l’historiographie contemporaine en levant le voile sur l’organisation du mécénat royal (opéra, musique, danse, littérature, architecture,…) qui anime la cour durant le séjour de Marie-Adélaïde. Il entend également étudier les réformes pédagogiques, explorer le contexte politique et social dans lequel est intervenue la duchesse de Bourgogne. Il envisagera, pour ce faire, un spectre large de sources, allant des œuvres littéraires et des manifestations artistiques aux recueils d’oraison et à l’éloquence sacrée, en passant par les égodocuments ou l’étude des relations épistolaires de la duchesse, par l’analyse circonstanciée et renouvelée des forces politiques en opposition. Le colloque réservera également une place à l’iconographie et à l’historiographie de la duchesse. Celle-ci s’est déclinée sous de multiples formes, depuis l’histoire anecdotique de Mme Dunoyer (Lettres historiques et galantes), les récits de Duclos, jusqu’à Olivier Chaline, en passant par les volumes du comte d’Haussonville, l’histoire de Michelet et l’historiographie romanesque d’Émile Magne.

Les interventions feront l’objet d’une publication au sein d’un numéro thématique de la revue scientifique internationale Études sur le XVIIIe siècle (2013, vol. 41). Cet ouvrage, à l’image du colloque, revêtira une dimension résolument interdisciplinaire, mêlant histoire, histoire littéraire, histoire de l’art, philosophie, théologie, histoire des idées pédagogiques,… Les textes des interventions et les illustrations qui les accompagneront devront être déposés à l’issue du colloque afin d’assurer la rapide publication du volume.

Conditions de soumission

Les propositions de textes sont à adresser à Fabrice Preyat (Chercheur Qualifié auprès du FNRS – Université Libre de Bruxelles) à l’adresse suivante : fpreyat@ulb.ac.be

avant le 15 avril 2013.

Les propositions de communication seront exprimées entre une demi-page (1250 signes) et une page maximum (2500 signes).

Le comité scientifique jugera la pertinence des propositions en fonction de leur adéquation au sujet et de leur dimension scientifique.

Calendrier

  • 15 avril 2013 : date limite de dépôt des propositions de communication ;
  • 25 avril 2013 : date de rendu des évaluations ;
  • 04-06 septembre 2013 : tenue du colloque à l’Université Libre de Bruxelles ;
  • Automne 2013 : publication des actes du colloque au sein du volume thématique (vol. 41) de la revue internationale Etudes sur le XVIIIe siècle.

 Comité scientifique

  • Valérie ANDRÉ (FNRS – Université Libre de Bruxelles)
  • Brigitte D’HAINAUT-ZVÉNY (Université Libre de Bruxelles)
  • Manuel COUVREUR (Université Libre de Bruxelles)
  • Agnès GUIDERDONI (Université Catholique de Louvain)
  • Jan HERMAN (Katholieke Universiteit Leuven)
  • Fabrice PREYAT (FNRS – Université Libre de Bruxelles)

Lieux

  • Université Libre de Bruxelles - Avenue Roosevelt 50
    Bruxelles, Belgique (1050)

Dates

  • lundi 15 avril 2013

Mots-clés

  • Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, mécénat, Versailles, Louis XIV

Contacts

  • Fabrice Preyat
    courriel : fpreyat [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Fabrice Preyat
    courriel : fpreyat [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne (1685-1712), enfant terrible de Versailles », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 13 mars 2013, http://calenda.org/241590