AccueilLes collectifs dans les arts vivants depuis les années 1980

Les collectifs dans les arts vivants depuis les années 1980

Collectivesin performance arts since the 1980s

*  *  *

Publié le mercredi 13 mars 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Le projet sur « Les collectifs dans les arts vivants depuis 1980 » vise à créer une réflexion interdisciplinaire pour saisir les liens entre les contextes socio-économiques et politiques de la création artistique, les formes d’organisation collective, et les processus de création

Annonce

Organisée par :

  • Raphaëlle Doyon (Labex CAP/CRAL-HiCSA)
  • Guy Freixe (Centre de Recherche en Arts et Esthétique  de l’Université de Picardie Jules Verne)

Argumentaire

Le projet sur « Les collectifs dans les arts vivants depuis 1980 » vise à créer une réflexion interdisciplinaire pour saisir les liens entre les contextes socio-économiques et politiques de la création artistique, les formes d’organisation collective, et les processus de création. Il fait suite à une série de recherches impulsées par Marie-Christine Autant-Mathieu (CNRS-ARIAS) sur les communautés artistiques au XXe siècle, dont les résultats ont paru en février 2013 dans Créer, ensemble. Points de vue sur les communautés artistiques aux éditions L’Entretemps. Les études qui avaient été publiées jusqu’à présent sur les groupes, les ateliers ou les studios de théâtre avaient principalement porté sur les artistes fondateurs au détriment du groupe. Nous souhaitons, dans ce prolongement, recueillir des témoignages directs et interroger les processus des collectifs artistiques contemporains et/ou créés à partir des années 1980.

Dans les années 1980, la création artistique bénéficie, du moins en France sous le ministère de Jack Lang, mais aussi dans d’autres pays européens, de politiques culturelles publiques démocratisées et décentralisées. De nombreuses structures de pratique et de diffusion des arts voient le jour. Pourtant, se met aussi en place « une culture de régime » (Christian Biet &Olivier Neveux, 2007) et un retour à des dispositifs artistiques (scéniques, dramaturgiques, chorégraphiques et musicaux) plus conventionnels. Par ailleurs, alors que les années 1960 et 1970 avaient vu fleurir les groupes et communautés artistiques de tout ordre, les années 1980 se distinguent par la place qu’occupent les signatures individuelles dans la création (Nathalie Heinich, 2005). Il s’agit de faire état de ce tournant qui semble marquer la fin des utopies, et d’observer les façons dont les pratiques « communautaires » et « collectives » ont évolué et rebondi au cours des trente dernières années.

Une première journée d’étude, accueillie par le CRAL, soutenue par le Labex CAP, s’est tenue à l’EHESS le 30 janvier 2013. Elle a mis en évidence certains aspects que cette seconde journée approfondira. Les collectifs cherchent à contrer l’unité sémantique et l’autorité esthétique des metteurs en scène ou des chorégraphes ; ils proposent une organisation qui entend accorder une même légitimité à celui ou celle qui écrit, met en scène, compose, joue ou danse. Cette polyvalence est acquise par des « acteurs-dramaturges » (Bernard Dort, 1988) au cours de formations pluridisciplinaires, qu’il s’agisse d’école de jeu, de marionnette, de danse ou de cirque.

Nous interrogerons :

  • les visées égalitaires et les projets hétérogènes des collectifs,
  • la signature collective et les questions de droits d’auteur,
  • l’intermittence (socio-économique et artistique) propre aux collectifs versus la permanence des communautés artistiques des décennies antérieures,
  • les écritures scéniques (théâtrales et chorégraphiques) qui émanent des répétitions, 
  • les trajectoires individuelles polyvalentes des membres des collectifs,
  • la dimension politique des collectifs et les choix de répertoires ou thématiques qui y font écho,
  • les pratiques de rupture avec : l’illusion théâtrale, la fiction des personnages, et l’univocité linguistique et sémantique,
  • les liens entre la légitimité culturelle associée au cirque, à la danse, ou au théâtre et les expériences de collectifs,
  • les différentes traditions nationales vis-à-vis des ensembles et des collectifs dans les arts vivants,

Ces pistes de réflexion ne sont pas exclusives.

Modalités de soumission

Les propositions de communication (de 500 signes environ), accompagnées d'une courte notice bio-bibliographique sont à envoyer par courriel 

avant le 15 avril 2013,

à Raphaëlle Doyon (doyonraphaëlle@gmail.com) et Guy Freixe (guy.freixe@dbmail.com).

La journée d'étude se tiendra à l’EHESS, le 15 mai 2013. La publication d'une sélection des communications pourra être envisagée.

Comité scientifique

  • Marie-Christine Autant-Mathieu, directrice de recherche au CNRS (études théâtrales), ARIAS, Atelier de Recherche sur l’Intermédialité et les Arts du spectacle (UMR 7172).
  • Raphaëlle Doyon, post-doctorante en études théâtrales, LabEx Création, Arts et Patrimoines, CRAL, CNRS-EHESS (UMR8566)
  • Jean-François Dusigne, Professeur en études théâtrales à l’Université Paris 8.
  • Guy Freixe, MCF (HDR) en études théâtrales à l’Université de Picardie Jules Verne.
  • Sophie Jacotot, post-doctorante en histoire de la danse, LabEx Création, Arts et Patrimoines, CRAL, CNRS-EHESS (UMR8566)
  • Maël Guesdon, musicologue, doctorant sous contrat, CRAL, CNRS-EHESS (UMR8566)

Lieux

  • EHESS, Salle Lombard - 96 bd Raspail
    Paris, France (75006)

Dates

  • lundi 15 avril 2013

Mots-clés

  • collectifs artistiques, théâtre, danse, politiques culturelles, processus de création

Contacts

  • Raphaëlle Doyon
    courriel : doyonraphaelle [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Raphaëlle Doyon
    courriel : doyonraphaelle [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les collectifs dans les arts vivants depuis les années 1980 », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 13 mars 2013, http://calenda.org/241592