AccueilContenants et contenus en archéologie : méthodes, approches, limites

Contenants et contenus en archéologie : méthodes, approches, limites

École thématique du CNRS, AOROC -Bibracte 2

*  *  *

Publié le lundi 18 mars 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Les progrès en paléogénétique et en biologie ouvrent de perspectives de recherches pour l'archéologie. Cela implique des protocoles de prélèvements et une bonne connaissance, par les archéologues, des méthodes à mettre en œuvre et, par les laboratoires d’analyses, des questions et des résultats attendus par les historiens. Aborder le problème des contenus n’est pas simplement une question de chimie ou de physique, mais aussi une question de culture, de mode de vie. Ce sera l’occasion de confronter les connaissances des céramologues, des archéobotanistes, des ethnoarchéologues, des biologistes, des généticiens, des physiciens travaillant sur ces matières organiques, sur leur traitement à l’origine et leur transformation dans le temps. L’objectif est  de voir dans quel domaine et dans quelles conditions on peut développer de nouvelles approches dans ce domaine.

Annonce

Thème : Repérer, prélever, reconnaître, approfondir les « contenus, restes, dépôts » dans divers contextes archéologiques (terrestres, sous-marins, funéraires) du Néolithique au Haut-Moyen Âge.

Objectifs

Le projet scientifique repose sur la question des restes conservés en archéologie, notamment dans des « contenants » (vases, amphores, fioles..) et leur approche qui reste à l’heure actuelle très délicate puisqu’ils sont « immatériels» dans la plupart des cas. Les avancées des techniques propres à leur reconnaissance (analyses physico-chimiques, génétiques, palynologiques, biométriques…) qui sont à l’œuvre depuis moins de 10 ans sont l'objet de discussion pour les archéologues qui sont demandeurs de protocoles à suivre pour mener à bien des études qui viendront compléter ou bouleverser les études de terrain et les acquis attendus.

Quels sont les objectifs scientifiques de l'école?

Permettre à de chercheurs  « culturalistes » ou des historiens de contribuer  à « la caractérisation des matières organiques dans la perspective de reconstruction des pratiques techniques, alimentaires et culinaires » (rapport conjoncturel CNRS, section 31, p. 590), grâce à des nouvelles connaissances sur les protocoles et les attendus, et contribuer à gommer les clivages « Archéométrie vs. Archéologie ».

Quels sont les objectifs stratégiques de l'école?

L’objectif est de pérenniser l’action de diffusion des avancées techniques concernant l’archéologie de produits biologiques auprès de publics scientifiques appartenant à des réseaux et des institutions différents. La connaissance de ces nouvelles approches méthodologiques et conceptuelles permettra à ces publics de fonder de nouvelles stratégies de recherche sur le terrain et d’adapter leurs pratiques d’étude, de traitement et de conservation du matériel pour y intégrer ce qui doit devenir un impératif : la sauvegarde du potentiel biologique des contenants archéologiques.

Objectifs de formation

Le rôle de BIBRACTE dans le paysage de la recherche archéologique française est un des plus dynamique actuellement, puisque non seulement le site de Bibracte accueille diverses équipes européennes sur le terrain selon des stratégies de fouilles répondant aux questions de son occupation (nécropole, habitat, sanctuaire, environnement…), mais également des équipes qui travaillent sur des questions transversales (économie, politique, société…). Créée en 2010, à l’initiative de l’UMR 8546 CNRS-ENS, Paris (AOROC) et du Centre Archéologique Européen de Bibracte, cette école thématique, organisée tous les deux ans, en est à sa deuxième édition. La première était consacrée à la fabrication monétaire antique et avait rencontré un vif succès. AOROC l’avait organisé en partenariat avec le Centre Ernest Babelon d’Orléans. Nous souhaitons à l’avenir pérenniser cette « école thématique de BIBRACTE » qui aborderait au fil des sessions des thématiques qui intéresse le site et la communauté scientifique dans son ensemble. L’école thématique Bibracte 2 associe cette fois l’UMR AOROC et l’UMR 5140 de Lattes

Les thématiques abordées dans cette deuxième session impliquent des connaissances nouvelles. En effet, les progrès importants en paléogénétique et en biologie ouvrent de nouvelles perspectives de recherches en archéologie. Cependant, cela implique des protocoles de prélèvements très précis et une bonne connaissance, par les archéologues, des méthodes d’analyses à mettre en œuvre et, par les laboratoires d’analyses, des questions et des résultats attendus par les historiens. Aborder le problème des contenus n’est pas simplement une question de chimie ou de physique, mais aussi une question de culture, de mode de vie. Cette école thématique sera l’occasion de confronter les connaissances des céramologues, des archéobotanistes, des ethnoarchéologues, des biologistes, des généticiens, des physiciens travaillant sur ces matières organiques, sur leur traitement à l’origine, et leur transformation dans le temps. L’objectif de cette école thématique est de permettre à chacun à partir d’études de cas précis, de voir dans quel domaine et dans quelles conditions on peut développer de nouvelles approches dans ce domaine des contenants et de leur contenus. La fragilité des vestiges organiques implique la mise en place de mesures conservatoires et d’un traitement particulier dès la fouille selon des procédures qui n’ont pas encore été clairement définies.

Public concerné

Les acteurs de l’archéologie : universitaires, chercheurs CNRS, agents du Ministère de la Culture et de la communication, agents de l’INRAP et des prestataires des services archéologiques, conservateurs de musées et doctorants.

Pour quelles raisons ? A partir de quels constats, analyses, diagnostics ce public est-il ciblé?

Les thématiques proposées entrent pleinement dans les demandes de renouvellement des connaissances des acteurs de l’archéologie Européenne.

L'école répond-elle à une demande de la part des participants potentiels?

Oui, les sollicitations concernant la connaissance du potentiel et des méthodes des analyses de contenus sont nombreuses, émanant des professionnels de l’archéologie préventive, des professionnels du CNRS et des professionnels des musées et de la restauration.

Existe-il une population concernée à priori? Disponibilité de cette population, motivation?

La population concernée est constituée des doctorants et post-doctorants d’une part et des professionnels ayant à étudier et à gérer (conserver) le matériel archéologique. Archéologues responsables de l'étude du mobilier céramique, étudiants en thèse sur des problématiques céramologiques (contenus/contenants). Les demandes émanant de ces personnes, on peut donc estimer qu'elles sont motivées par cette école thématique. En ayant l'information suffisamment tôt, cette formation peut rentrer dans le cadre de leur plan de formation et ainsi être satisfaite.

Pré-requis

Quelles sont les connaissances pré-requises pour suivre avec profit l'enseignement dispensé par l'école?

Il est simplement demandé une bonne connaissance des problématiques concernant l’archéologie des produits biologiques

Une mise à niveau préliminaire (principalement dans le cas de thématique interdisciplinaire) sera-t-elle nécessaire?

Oui et les intervenants prendront soin de faire des « points méthodologiques préalables » (chimie, physique notamment) à travers des documents envoyés à l’avance, notamment sur le vocabulaire

Sera-t-elle intégrée à l'école?

Oui, sous la forme d’un dossier qui leur sera transmis un mois avant l’Ecole, de conférence inaugurale et de deux cours

Sinon, quelles sont les recommandations transmises aux participants?

De s’initier aux thématiques qui seront abordées en consultant quelques articles en ligne dont les références seront données dans le dossier transmis un mois avant l’Ecole.

Grands axes du programme

  • Introduction aux problématiques des contenus et des contenants du point de vue de l’archéologie
  • Bases et approfondissements sur les modalités analytiques et les techniques
  • Conditions d’échantillonnages
  • Conditions de conservations avant et après les études
  • Ethnoarchéologie des contenants

Une large part sera donnée à des exemples concrets et à la pratique dans le but non pas de former des experts mais de leur procurer les éléments essentiels pour une compréhension mutuelle des données respectives et ainsi élaborer des programmes d'analyses cohérents. Des travaux pratiques de prélèvements seront organisés avec observation macroscopique, utilisation de microscopes polarisants, interprétation des résultats, ainsi qu’une séance d’expérimentation sur la préparation de résine ou de poix.

Modalités pédagogiques et aspects innovants

Exposés, travail en groupe, travaux dirigés, travaux pratiques, séminaires (présentés par des conférenciers extérieurs, présentés par des participants), ateliers, séances d'affiches, espaces d'échanges informels, groupes d'études organisés sur demande, etc.

Le rythme des séances de travail 8H-12H, 14H-18H +  séances en soirées.

La bibliothèque du Centre Archéologique Européen reste ouverte toute la nuit, une occasion pour les participants de découvrir sa richesse

Supports pédagogiques :

  • utilisés pour l'enseignement

Consultation d’ouvrages et d’articles, échantillons apportés par les « stagiaires » et les encadrants, projection et commentaire critique de films documentaires   ; manips en petits groupe (colonne de tamisage, flottation, démonstration de la FluoX portable de Bibracte, protocoles de prélèvements, etc…).

  • distribués aux participants

Dossier d’initiation donné un mois avant l’Ecole, supports de cours sur power-point (pdf) qui seront tous disponibles sur des clés et distribués à tous les participants, ainsi que les conférences si les intervenants le souhaitent.

  • publication de documents

Un certain nombre de documents sera mis en lignes sur le site à vocation pédagogique « Archéologies en chantier » de l’ENS http://www.archeologiesenchantier.ens.fr/

Comité scientifique

(thèmes, objectifs, conséquences attendues public ciblé, sélection des candidatures)

  • FRÈRE Dominique, Université Lorient
  • OLMER Fabienne, CNRS, Lattes
  • GUICHARD Vincent, EPCC Bibracte
  • HUET Nathalie, MCC

Comité d'organisation

  • FRÈRE Dominique, Université
  • OLMER Fabienne, CNRS
  • GRUEL Katherine, CNRS
  • HUET Nathalie, CNRS

Intervenants

  • Dominique Frère, Maître de Conférence, Université de Rennes, UMR 8546 AOROC, Paris, Historien, Archéologue
  • Fabienne Olmer, Chargée de Recherche au CNRS, UMR 5140, Lattes, Archéologue, Commerce dans l'Antiquité
  • Laurent Hugot, Maître de Conférence en histoire ancienne, Université de La Rochelle, UMR 8546 AOROC, Paris, Historien
  • Katherine Gruel, Directeur de Recherche au CNRS, UMR 8546 AOROC, Paris, Archéologue, Numismate
  • Elsa van Elsande, Ingénieur d'étude en technique des sciences des matériaux et caractérisation, LAMS, Paris
  • Catherine Hänni, Directrice du laboratoire paléogénétique et évolution moléculaire, Ecole Normale Supérieure de Lyon
  • Carole Mathe, Maitre de Conférence, Chimie Bioorganique et des Systèmes Moléculaires Vectoriels, Université d'Avignon
  • Bertrand Bonaventure, Chargée d'étude à l'INRAP, UMR 7044, Strasbourg, Archéologue
  • Thierry Luginbuhl, Professeur à l'Université de Lausanne, Archéologue, Ethnoarchéologue
  • Nathalie Huet, Ingénieur de Recherche, Ministère de la Culture, Drassm
  • Philippe Marinval, Chargé de Recherche au CNRS, UMR 5140, Carpologue
  • Nicolas Garnier, Ingénieur, Laboratoire N. Garnier, Chimiste, spécialiste des biomatériaux

Programme prévisionnel

dans le cas où le projet est suffisamment avancé :

Arrivée des participants à BIBRACTE le dimanche après-midi

Soirée du dimanche : présentation des participants

Lundi

  • Conférence d’inauguration : De l’étude du contenant à celle du contenu : historique et bilan (2h), Fabienne OLMER et Dominique FRERE , Cours (2h)
  • Atelier : Archéologie des rituels alimentaires, Laurent HUGOT, atelier (2h)
  • Apport et pratique de la tracéologie dans l’étude fonctionnelle des contenants et protocole de relevés (2h), Bertrand BONAVENTURE, atelier (2h)
  • ?, Thierry LUGINBUHL, Cours (2h)
  • Film-documentaire de soirée, Débat (1h30)

Mardi

  • Les différentes problématiques et approches méthodologiques selon les types de contenants (formes, capacités, matières), Sylvie BARRIER et Dominique FRÈRE, Cours (2h)
  • Etude de cas : l'archéologie des boissons fermentées et des produits à base de céréales (vin, bière, galettes...), Philippe MARINVAL, atelier (2h)
  • Les amphores : problématiques, Fabienne OLMER, Cours (2h)
  • Les amphores : études de cas, Fabienne OLMER, atelier (2h)
  • Séance de soirée : comment interpréter les résultats des analyses et croiser les sources issues d’études pluridisciplinaires ?, Tous les intervenants présents, Table-ronde (1h30)

Mercredi

  • Principes et méthodes des analyses physico-chimiques, Elsa van Elsande, Cours (2h)
  • Etude de matières premières à l'aide de différents systèmes portables de spectrométrie vibrationnelle (Infra-Rouge, Spectrophotocolorimétrie), Elsa van Elsande, Cours (2h)
  • Etude de cas : les produits de la ruche et les produits laitiers, Dominique FRÈRE, Cours (2h)
  • Méthodes de fouilles et de prélèvements archéobotaniques, Philippe MARINVAL, atelier (2h)
  • Film documentaire et débats, Tous les intervenants présents, Séance de soirée

Jeudi

  • Méthodes, potentiels et limites des analyses chimiques. Méthodes de prélèvement et de conservation des échantillons, Nicolas GARNIER et Carole MATHE, Cours (2h)
  • Les huiles : études de cas, Dominique FRÈRE, atelier (2h)
  • Méthodes, potentiels et limites des analyses génétiques, Catherine HÄNNI, Cours (2h)
  • Les résines : études de cas, Carole MATHE, atelier (2h)

Vendredi

Les contenants en archéologie sous-marine et en archéologie des milieux humides : des cas à part ?, Discussion et synthèse générale

Evaluation de l’école, Nathalie HUET, Fabienne OLMER, Dominique FRERE et tous les intervenants présents, 2h

Arrêt de l’école thématique à 14h en raison des horaires des TGV pour Lyon et Paris

Conditions de candidature

Pour candidater, veuillez renvoyer le fichier joint complété à  fabienne.olmer@montp.cnrs.fr

avant le 15 avril 2013

Participants

  • Participants rémunérés par le CNRS (y compris BDI) :10
  • Participants non rémunérés par le CNRS travaillant dans une unité CNRS :5      
  • Participants extérieurs : 10                                       
  • Nombre total  de participants prévus: 25

Modalités pratiques

Le Centre de recherche européen de Bibracte représente, par sa dimension internationale, le lieu idéal pour attirer les doctorants et post-doctorants étrangers européens. De plus, il comprend :

  • 1 Salle de conférence
  • 2 salles  de travail
  • Logements et restauration sur place
  • 1 Salle de conférence
  • 2 salles  de travail

Logements et restauration sur place

Catégories

Lieux

  • Centre archéologique Européen
    Glux-en-Glenne, France (58370)

Dates

  • lundi 15 avril 2013

Mots-clés

  • archéologie, contenants, chimie

Contacts

  • Fabienne Olmer
    courriel : fabienne [dot] olmer [at] montp [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Fabienne Olmer
    courriel : fabienne [dot] olmer [at] montp [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Contenants et contenus en archéologie : méthodes, approches, limites », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 18 mars 2013, http://calenda.org/241805