AccueilÉcrire, dit-elle. Écrire, dit-il

Écrire, dit-elle. Écrire, dit-il

Autobiographies, mémoires, correspondances, journaux intimes

*  *  *

Publié le lundi 08 avril 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Notre colloque se donne pour ambition d’appréhender l’évolution dans le temps du discours de la domination masculine, dans les écrits à caractère privé (correspondances, récits de vie) ou intimes (journaux intimes, souvenirs, mémoires, autobiographies), publié ou non. L’événement sera placé sous le signe de l’internationalisation et l'interdisciplinarité et nous invitons les philosophes, littéraires et linguistes aussi bien que les historiens, anthropologues et sociologues d’Italie, de France et du Québec à venir partager leurs analyses. 

Annonce

« Écrire, dit-elle. Écrire, dit-il. Autobiographies, mémoires, correspondances, journaux intimes... », colloque de l’Université de Bologne, lundi 21 et mardi 22 octobre 2013.

Argumentaire

Si la relativité dans le temps des partages sociaux entre les hommes et les femmes, de même que leur formulation en terme de Genre, a été mise en évidence par la recherche sur l’histoire des femmes, cet acquis ne fait pas oublier la persistance des rôles sexuels au quotidien. Cette pérennité, parfois analysée comme une résistance masculine, rejoint la réflexion des anthropologues et des sociologues sur les fondements de la hiérarchie sexuelle dans nos sociétés. Elle renvoie à l’hypothèse de structures de longue durée, matérielles et mentales, qui conditionnent les comportements et dont on retrouve une trace, volontaire ou involontaire, à l’écrit.

Notre colloque se donne pour ambition d’appréhender l’évolution de ces structures de longue durée dans le discours à caractère privé (correspondances, récits de vie) ou intime (journaux intimes, souvenirs, mémoires, autobiographies), publié ou non, et qui, en tant que discours associé à l’intériorité et à la chambre, est aussi identifié, traditionnellement, comme un lieu féminin.

L’approche historiographique et interdisciplinaire, que nous proposons, favorisera l’étude du renouvellement des discours et des récits qui définissent, pointent ou nuancent, dans le quotidien comme dans le privé, la domination masculine de nos sociétés occidentales.

L’événement sera placé sous le signe de l’internationalisation et nous invitons les philosophes, littéraires et linguistes aussi bien que les historiens, anthropologues et sociologues d’Italie, de France et du Québec à venir partager leurs analyses.

Modalités de soumission

Les communications en langues française ou italienne seront destinées à durer une vingtaine de minutes et donneront lieu à publication.

Les propositions de contribution, d'une trentaine de lignes au maximum, devront être adressées à : ecriredit-elle@unibo.it

avant le 31 mai 2013

Comité scientifique

  • Patrizia Caraffi, Université de Bologne
  • Jacques Dalarun, directeur de recherche au CNRS
  • Daniela Gallingani, Université de Bologne
  • Chantal Savoie, Université du Québec à Montréal

Contacts organisation

  • Romain Jalabert, Université de Bologne
  • Jean-François Plamondon, Université de Bologne

Lieux

  • Bologne, Italie

Dates

  • vendredi 31 mai 2013

Mots-clés

  • sciences humaines, discours, domination masculine

Contacts

  • Romain Jalabert
    courriel : romain [dot] jalabert [at] unibo [dot] it

Source de l'information

  • Romain Jalabert
    courriel : romain [dot] jalabert [at] unibo [dot] it

Pour citer cette annonce

« Écrire, dit-elle. Écrire, dit-il », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 08 avril 2013, http://calenda.org/241860