AccueilL'entrepreneuriat public : soutenir l'innovation bioalimentaire

L'entrepreneuriat public : soutenir l'innovation bioalimentaire

Public entrepreneurship: supporting innovation in organic farming

*  *  *

Publié le vendredi 22 mars 2013 par Elsa Zotian

Résumé

De plus en plus de produits bioalimentaires sont fabriqués et commercialisés en mettant en avant certaines caractéristiques distinctives : biologique, fermier, du terroir, de spécialité, etc. De fait, la qualité et l’innovation apparaissent comme des éléments déterminants dans la transformation des ressources agricoles, forestières et halieutiques, tout comme la difficulté de cadrer celles-ci au regard des règles et normes standardisées structurant le secteur. C’est cette tension entre innovation et standardisation qui sera abordée au cours du séminaire, en interrogeant plus particulièrement les pratiques des intervenants qui soutiennent, de diverses façons, l’innovation bioalimentaire.

Annonce

Un séminaire organisé par Marie-José Fortin (Chaire de recherche du Canada en développement régional et territorial) et Mario Handfield (Département sociétés, territoires et développement, UQAR), avec le soutien du GRIDEQ.

Présentation

La transformation des ressources est considérée comme un facteur de revitalisation des territoires. Ce mouvement semble amorcé dans le domaine bioalimentaire, tandis que de plus en plus de produits sont fabriqués et commercialisés en mettant de l’avant certaines caractéristiques distinctives : biologique, fermier, du terroir, de spécialité, etc. Le séminaire s’inscrit dans le prolongement de deux recherches menées par les organisateurs sur cette thématique. L'examen des pratiques d’une soixantaine d’entreprises situées dans l'Est du Québec, essentiellement des PME et TPE, a révélé l’importance accordée à la qualité et à l’innovation, mais aussi la difficulté de cadrer celles-ci au regard des règles et normes standardisées structurant le secteur (production, distribution). C’est cette tension entre innovation et standardisation qui sera abordée, en interrogeant plus particulièrement les pratiques des intervenants qui soutiennent, de diverses façons, l’innovation bioalimentaire.

Chercheurs et professionnels discuteront à partir d’une ou de plusieurs des questions suivantes :

  • Qu’est-ce que l’innovation dans le domaine bioalimentaire ? Quelles formes prend-elle ? Comment la repérer dans les projets d’entreprise ?
  • Quels défis les acteurs publics territoriaux doivent-ils relever pour traduire les programmes et mesures de soutien, généralement conçus selon des modèles standards, et les adapter aux réalités multiples des entreprises misant sur la distinction ? Jusqu’à quel point est-il possible, voire souhaitable de moduler l’action publique selon les spécificités territoriales ?
  • Quelles compétences devraient être développées dans les programmes de formation destinés aux professionnels spécialisés du secteur agricole et agroalimentaire, comme à ceux de profil plus généraliste comme les agents de développement ?
  • Quels sont les grands enjeux concernant les activités de recherche et développement, habituellement envisagées comme étant de nature urbaine ? Les proximités géographiques et organisationnelles peuvent-elles compenser l’éloignement relatif des grands centres ?

Droit d'entrée : 15 $ 

Inscription obligatoire auprès du GRIDEQ au plus tard le 19 avril.

Programme

9 h 00 Mots de bienvenue

  • 9 h 30 Richard Shearmur (Centre Urbanisation Culture Société/INRS) « Quelques enjeux liés à l’innovation en région »

10 h 15 Pause

  • 10 h 30 Diane Parent (Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, Université Laval) « Pour en finir avec le mythe de ‘l’agriculteur résistant au changement’. Comprendre l’adoption des innovations en agriculture »
  • 11 h 15 Patrick Mundler (Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, Université Laval) « Entreprises bioalimentaires et qualification de la qualité. Les enjeux de la proximité »

12 h 00 Repas sur place

  • 13 h 00 Marie-José Fortin (Chaire de recherche du Canada en développement régional et territorial) et Mario Handfield (Université du Québec à Rimouski) « L’offre publique d’accompagnement: entre expérience individuelle et structuration institutionnelle »
  • 13 h 45 Sylvie Paradis (INP Toulouse, École d'Ingénieurs de PURPAN, INRA) « Être agriculteur au 21e siècle en France : mieux accompagner un métier et des identités agricoles en évolution »
  • 14 h 30 Martin Robitaille (Université du Québec en Outaouais) « Innover dans l’action publique territoriale, c’est d’abord utiliser les compétences de l’agent de développement »

15 h 15 Pause

15 h 30 Table ronde

Lieux

  • Bibliothèque, salle J-205 - 300, allée des Ursulines
    Rimouski, Canada (G5L 3A1)

Dates

  • mercredi 24 avril 2013

Mots-clés

  • innovation, bioalimentaire, action publique, Québec

Contacts

  • Abigaïl Rezelman
    courriel : grideq [at] uqar [dot] ca
  • Marie-José Fortin
    courriel : marie-jose_fortin [at] uqar [dot] ca

Source de l'information

  • Abigaïl Rezelman
    courriel : grideq [at] uqar [dot] ca

Pour citer cette annonce

« L'entrepreneuriat public : soutenir l'innovation bioalimentaire », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 22 mars 2013, http://calenda.org/242637