AccueilÉcriture et genre épistolaires (IVe-XIe siècle)

Écriture et genre épistolaires (IVe-XIe siècle)

Writing and the epistolary genre (4th-9th centuries)

*  *  *

Publié le vendredi 29 mars 2013 par Élodie Faath

Résumé

Le développement du christianisme dans l’Occident latin s'accompagne d'un prodigieux essor du genre épistolaire ; à la lettre théologique de l’époque apostolique, succède ainsi une correspondance très variée, composée à la fois de missives personnelles, de lettres doctrinales, de lettres synodales (transmettant les décisions aux absents) et de lettres pontificales (qui deviennent vite les décrétales). Il nous faut donc bien considérer l’epistola non pas seulement sous un angle purement utilitaire, mais bien comme un fait culturel : elle est le résultat d’un choix littéraire pleinement positif, dont nous étudierons, au cours de cette rencontre, les multiples ressorts.

Annonce

Programme ANR-DFG EPISTOLA, « La lettre en péninsule Ibérique et dans l’Occident latin : héritages et transformations d’un genre littéraire (IVe-XIe siècle) »

Coordination : Thomas Deswarte (Université d’Angers) et Klaus Herbers (Université Friedrich-Alexander, Erlangen-Nuremberg)

Institutions partenaires : CESCM (UMR 6589-CNRS/Université de Poitiers), EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid), Université Friedrich-Alexander (Erlangen-Nuremberg)

Argumentaire

« Quelle douleur ! Les chrétiens ont oublié jusqu'à leur langue, et sur mille d'entre nous, vous trouverez à peine un seul qui sache écrire convenablement une lettre latine à un ami. Mais s'il s'agit d'écrire en arabe, vous trouverez une foule de personnes qui s'expriment dans cette langue avec la plus grande élégance, et vous verrez qu'elles composent des poèmes préférables, sous le point de vue de l'art, à ceux des Arabes eux-mêmes ». Ainsi s’exprime vers 840 Alvare de Cordoue, confronté à l’acculturation de ses corréligionnaires en al-Andalus. Selon lui, l’abandon du latin au profit de l’arabe s’accompagne de la pratique de la poésie, tandis que l’impossibilité d’écrire des lettres équivaut à l’oubli du latin ; bref, sous sa plume, le genre épistolaire est considéré comme caractéristique de la culture latine, comme la poésie l’est de la culture arabe…

Une telle situation dans l’Occident latin ne peut s’expliquer que par le prodigieux essor du genre épistolaire, qui accompagne le développement du christianisme ; à la lettre théologique de l’époque apostolique, succède ainsi une correspondance très variée, composée à la fois de missives personnelles, de lettres doctrinales, de lettres synodales (transmettant les décisions aux absents) et de lettres pontificales (qui deviennent vite les décrétales). Il nous faut donc bien considérer l’epistola non pas seulement sous un angle purement utilitaire, mais bien comme un fait culturel : elle est le résultat d’un choix littéraire pleinement positif, dont nous étudierons les ressorts.

La lettre est ainsi tout d’abord le lieu de l’affirmation – au moins formelle – d’une individualité.  Il ne faudrait pas pour autant faire de cette lettre « substitut de la personne » et imago animi un miroir parfait, où se liraient directement la subjectivité de l’auteur et l’objectivité des faits. Par ailleurs, même quand la lettre a théoriquement un seul destinataire, elle n’est pas toujours vouée à rester cachée. Les auteurs de lettres peuvent jouer sur l'ambiguïté privé-public et sur la multiplicité de destinataires potentiels, et la spontanéité cache souvent de redoutables stratégies littéraires. Ces stratégies sont d’autant plus variées que ce genre se caractérise par sa grande ductilité. Sa forme ‘contamine’ ainsi d’autres types de documents, et de nombreuses œuvres littéraires s’enrichissent aussi de lettres, dont il s’agit d’étudier les modalités d’insertion.

Programme

Mercredi 5 juin

14h-14h30 :  Ouverture et introduction (Thomas Deswarte – Université d’Angers)

1. La lettre : lieu d’une individualité ?

  • 14h30 - Lumen amore meo : les lettres de Venance Fortunat à Grégoire de Tours (Lionel MARY – Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense)
  • 14h50 - Identité royale et individualité culturelle dans les Variae de Cassiodore : la rhétorique de la diplomatie (Ida Gilda MASTROROSA – Université de Florence)
  • 15h10 - S’adresser à un évêque dans les lettres de Loup de Ferrières (Michael I. ALLEN – Université de Chicago)

15h30 - Débat

16h - Pause

  • 16h30 - Prädikate und Epitheta in den Briefen der Karolingerzeit. Zu den Funktionen der Selbstbezeichnung und Anrede in der schriftlichen Kommunikation (Shigeto KIKUCHI – Université de Tokyo)
  • 16h50 - La lettre « substitut de la personne » au XIe siècle : Pierre Damien, Baudri de Bourgueil et les autres (Micol LONG – Ecole Normale Supérieure de Pise)

17h10 - Débat

Jeudi 6 juin

2. Les stratégies littéraires de l’epistola

  • 9h30 - Cassiodorus Variae – panegyric in letter form (Christine RADTKI – Université de Cologne)
  • 9h50 - Les citations des auteurs antiques et chrétiens dans les lettres de Braulio de Saragosse (631-651) (Elena MAREY – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques, Moscou)

10h10 - Débat

10h30 - Pause

  • 11h - Procédés et enjeux de l'écriture polémique dans le dossier épistolaire anti-adoptianiste du concile de Francfort (794) (Florence CLOSE – Université de Liège et Christiane VEYRARD-COSME – Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
  • 11h20 - Spontanéité et stratégies littéraires à l’œuvre dans les lettres d'Alvare de Cordoue (Michaël COUSIN – Université de Poitiers)

11h40 - Débat

  • 13h30 - "Sermo" in Briefform, Reliquienkult und Klosterpolitik. Das Schreiben des Mönches Garsias an Bischof Oliba von Vic über Gründung und Ausstattung des Klosters Sant Miquel de Cuixà (Ludwig VONES – Université de Cologne)
  • 13h50 - Héloise à Abélard. Les "rhetorici colores" au service d'une stratégie illocutoire (Egbert TÜRK – Université de Sarrebruck)

14h10 - Débat

14h30 - Visites dans Poitiers (Baptistère Saint-Jean / Hypogée des Dunes / Cathédrale)

Vendredi 7 juin

3. Le genre épistolaire : contours et porosités

  • 9h30 - La ductilidad del género epistolar en época visigoda (Salvador IRANZO – Université de Barcelone)
  • 9h50 - Les pièces poétiques dans la lettre du haut Moyen Âge (Vincent DEBIAIS – CNRS-CESCM)

10h10 - Débat

10h30 - Pause

  • 11h - Formes et fonctions de la lettre chez Venance Fortunat (Franca Ela CONSOLINO – Université de L’Aquila)
  • 11h20 - Les lettres en vers de Théodulf d’Orléans (Enimie ROUQUETTE – Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

11h40 - Débat

  • 14h - Wie wird ein Papstbrief zur Dekretale? Überlegungen zu einem Gattungsbegriff (Cornelia SCHERER - Université Friedrich-Alexander, Erlangen-Nuremberg)
  • 14h20 - Le constitutum de Vigile (14 mai 553) : un exemple extrême de décision pontificale par lettre (Philippe BLAUDEAU – Université d’Angers, IUF)

14h40 - Débat

16h - Pause

  • 16h30 - L’épistolarité des « lettres-traités » de saint Augustin (Pierre DESCOTES – Fondation Thiers)
  • 16h50 - La lettre d'admonition, un genre épistolaire ? (Alain DUBREUCQ – Université Jean Moulin-Lyon 3)

17h10 - Débat

Samedi 8 juin

3. Le genre épistolaire : contours et porosités (suite)

  • 9h30 - Las epístolas dedicatorias de Isidoro de Sevilla (Ruth MIGUEL FRANCO – Université des Îles Baléares)
  • 9h50 - Das Manuale der Dhuoda: ein Fürstenspiegel in Form des Briefes einer Mutter an ihren Sohn (Ursula VONES-LIEBENSTEIN – Docteure)

10h10 - Débat

10h30 - Pause

  • 11h - L’insertion épistolaire en ancien français, ou les paradoxes d’un « dit par escripture » (Fanny OUDIN – Université Paris Sorbonne)

11h20 - Débat

11h30 - Conclusions (Klaus HERBERS – Université Friedrich-Alexander, Erlangen-Nuremberg)

Comité scientifique

  • Thomas Deswarte (Université d’Angers) ;
  • Klaus Herbers (Université Friedrich-Alexander, Erlangen-Nuremberg);
  • Bruno Dumézil (Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense) ;
  • Jacques Elfassi (Université de Lorraine) ;
  • Nathanaël Nimmegeers (ANR-DFG EPISTOLA, Casa de Velázquez, Madrid) ;
  • Cornelia Scherer (ANR-DFG EPISTOLA, Friedrich-Alexander Université Erlangen-Nuremberg) ;
  • Hélène Sirantoine (ANR-DFG EPISTOLA, CESCM, Poitiers).

Aide à la mobilité

Une aide à la mobilité pourra être octroyée à une dizaine d’étudiants en Master et/ou doctorants, sur dossier motivé.

Les personnes intéressées sont priées de retourner le formulaire de demande ci-joint (également disponible sur le site du CESCM en suivant ce lien) dûment complété à Hélène Sirantoine (hsirantoine@yahoo.fr)

avant le 20 avril 2013.

Inscriptions et renseignements

Hélène Sirantoine (hsirantoine@yahoo.fr)

Centre d’études supérieures de civilisation médiévale-CESCM
Hôtel Berthelot – 24, rue de la Chaîne – BP 603
86022 POITIERS Cedex

Lieux

  • Hôtel Fumé - Amphi Bourdieu - 8 Rue René Descartes
    Poitiers, France (86)

Dates

  • mercredi 05 juin 2013
  • jeudi 06 juin 2013
  • vendredi 07 juin 2013
  • samedi 08 juin 2013

Mots-clés

  • pratiques épistolaires, Haut Moyen Âge, Occident latin

Contacts

  • Hélène Sirantoine
    courriel : hsirantoine [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Hélène Sirantoine
    courriel : hsirantoine [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Écriture et genre épistolaires (IVe-XIe siècle) », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 29 mars 2013, http://calenda.org/243310