AccueilVigilance ethnographique et réflexivité méthodologique

Vigilance ethnographique et réflexivité méthodologique

Ethnographical vigilance and methodological reflexivity

*  *  *

Publié le mercredi 10 avril 2013 par Luigia Parlati

Résumé

La démarche ethnographique suppose de composer avec les singularités et contingences du terrain d’enquête. Ce dossier thématique de la revue Recherches qualitatives vise à mettre l'accent sur la vigilance forte qu’appelle l’ethnographie, à travers des récits d’enquête critiques et réflexifs qui éclairent la manière selon laquelle la démarche se construit dans les interactions entre le chercheur et son terrain, par tâtonnements successifs. Globalement, les textes attendus, au plus tard le 30 août 2013, devront s’appuyer sur des récits d’enquêtes qui mettent en évidence la façon dont la démarche de recherche a été construite et qui argumentent les arbitrages effectués pour la faire progresser. Ils devront contribuer à éclairer les dimensions théorique / pratique de la vigilance ethnographique, en s’inscrivant prioritairement dans l’un des quatre types de rapport dégagés dans l'appel de texte complet.

Annonce

Argumentaire

L’ethnographie est une démarche d’enquête qui contribue à une multiplicité de disciplines. Elle ne se réduit pas à un ensemble de techniques et d’instruments, mais renvoie à une démarche globale qui rend cohérent un travail de terrain, un questionnement de recherche progressif et la production de connaissances (Laplantine, 2005). Son intérêt est peu contesté et, mieux, sa plus plus-value méthodologique est largement reconnue, notamment parce qu’elle articule, selon des combinaisons variables, observations, entretiens et recherches documentaires (Cefaï, 2003; Lapassade, 2001; Spradley, 1979). De fait, l’ethnographie est généralement valorisée depuis les grandes enquêtes des chercheur(e)s attaché(e)s à la tradition de Chicago : elle a fait ses preuves sur de nombreux terrains, où elle a permis de produire des résultats stimulants et de renouveler interprétations et théorisations (Cefaï, 2010). Plus récemment, elle a fait l’objet d’un intérêt renouvelé en raison de la position « privilégiée » de l’ethnographe sur le terrain, qui lui permettrait de repenser les catégories qui ont traditionnellement dominé, pour mieux comprendre et expliquer les phénomènes relevant de la modernité (Weber, 2009). Nonobstant les vertus qu’on lui attribue, il semble que les chercheur(e)s s’investissent encore peu dans ce type de démarche, exception faite dans certains domaines dont l’anthropologie. Sans doute les freins à un investissement plus important des chercheur(e)s dans cette pratique d’enquête sont-ils liés aux exigences de la démarche en elle-même, parmi lesquelles la présence prolongée sur le terrain est probablement la plus difficile à négocier.

Par ailleurs, et c’est là l’hypothèse de travail de ce dossier thématique, la démarche ethnographique appelle également une vigilance aiguisée. Car si elle est balisée par certains préceptes et recommandations méthodologiques (par exemple, Atkinson, 2001; Peretz, 2004), elle ne peut être réduite à un modèle à mettre en œuvre ou à un ensemble de normes codifiées à appliquer : elle exige de « coller » aux aspérités du terrain, à sa singularité et à ses contingences, de s’en imprégner sans s’y noyer, d’y « flâner » sans s’y perdre (Soukup, 2012). Ainsi, la démarche se construit au fil des interactions dans lesquelles le chercheur est
engagé sur son terrain, au gré de tâtonnements et abandons de pistes, en réaction aux découvertes, surprises, imprévus et obstacles qui façonnent le travail ethnographique (Demazière, Horn & Zune, 2011). De ce fait, la démarche se nourrit aux doutes, s’adapte, se (re)négocie au fil de l’expérience incertaine et déroutante du chercheur, source de questionnements nouveaux et provisoires. Pour le dire autrement, la démarche ethnographique est un parcours jalonné d’embûches, de carrefours, d’impasses, de bifurcations, de reliefs, parcours que le chercheur trace au fur et à mesure de ses déplacements, dans une série d’ajustements et d’adaptations au terrain. Il s’oriente en exerçant sa réflexivité; il invente sa démarche en progressant, il la « bricole » – au sens ingénieux du terme.

Telle qu’entendue ici, l’idée de vigilance ethnographique constitue à la fois un concept théorique pour traduire le processus réflexif qui conduit le chercheur à prendre des décisions affectant le cours de sa démarche, et à la fois une méthode pour objectiver sa pratique d’enquête. Dans sa dimension théorique, la vigilance ethnographique constitue une porte d’entrée qui permet de questionner aussi bien l’objet de l’enquête que les concepts qui balisent sa pratique. Par exemple, Hopwood (2007), à travers un compte-rendu analytique d’une ethnographie scolaire, enrichit la typologie classique des rôles d’Adler et Adler (1987) en montrant que la position du chercheur dans un groupe n’est pas fixée une fois pour toute, mais varie en fonction des contextes, des moments et des personnes avec lesquels il se trouve. Dans sa dimension pratique, la vigilance ethnographique permet de penser le caractère évolutif, sinon sinueux, de l’expérience de terrain et le rapport du chercheur à la démarche d’enquête, aux acteurs et aux contingences rencontrés. Par exemple, elle permet de prendre en compte les effets sur le travail ethnographique de la variation des modes et degrés d’intégration du chercheur sur son terrain, comme le montre Burawoy (2003) dans le récit diachronique de son enquête sur les ateliers industriels d’Allied Corporation au sud de Chicago.

Dans les deux cas, la vigilance ethnographique relève d’un exercice critique qui engage la validité des résultats et leur communication aux pairs, car elle renvoie à la capacité d’argumenter ses choix, et donc de décrire sa pratique d’enquête de manière réflexive.
C’est, par exemple, ce que fait valoir Bizeul (1998), pointant l’importance de la restitution des conditions de l’enquête et des conséquences en découlant sur les informations obtenues :

« C’est par l’indication du contexte de tel propos ou de tel
acte, par la mention du type de relation existant à un moment donné
avec un interlocuteur ou avec l’ensemble d’un groupe, plus
globalement par le récit de son enquête, que le chercheur va
s’efforcer de montrer la valeur de ses informations et le
bien-fondé de son analyse » (p. 753). Mais cette réflexivité
méthodologique a ses exigences : elle ne vaut pas une heure de peine
si elle est produite dans un mouvement rétrospectif conduisant à
estomper les mésaventures et désappointements, à livrer un
compte-rendu lissé et cohérent, voire à mettre en scène un
enquêteur habile et ingénieux, triomphant des pièges du terrain.
Les comptes-rendus conventionnels ne convainquent que les chercheurs
partageant les mêmes conventions (Cicourel 1981).

Dans la continuité des échanges tenus lors d’un colloque de l’Association pour la recherche qualitative (printemps 2013), ce dossier thématique a pour ambition de proposer des réflexions méthodologiques approfondies et de favoriser le partage d’expériences stimulantes en relation avec la vigilance ethnographique. Cette question est encore souvent escamotée dans les publications, qui sont prioritairement tournées vers une présentation des résultats, même si les conditions de leur production ne sont pas ignorées. En décalant la démarche, nous n’entendons pas seulement inviter à réfléchir aux aspects les plus problématiques de l’enquête, nous voulons aussi améliorer notre compréhension des « épreuves ethnographiques » (Fassin & Bensa, 2008). Globalement, les textes soumis devront s’appuyer sur des récits d’enquêtes qui mettent en évidence la façon dont la démarche de recherche a été construite et qui argumentent les arbitrages effectués pour la faire progresser (Guber, Milstein & Schiavoni, 2012; Pepin, 2011). Ils devront contribuer à éclairer les dimensions théorique/pratique de la vigilance ethnographique, en s’inscrivant prioritairement dans l’un des quatre types de rapport suivants, tout en établissant des liens avec les autres :

Le rapport à l’objet :

Comment se (re)définit l’objet de recherche en cours de démarche, dans un processus dialectique, et quels types de phénomènes, de contingences, etc., participent de cette évolution? Comment le chercheur tire-t-il profit de certains événements ou particularités du terrain pour reconfigurer l’objet? Par quels processus émergent les questionnements nouveaux autour de l’objet? Comment tenir compte du discontinu qui caractérisent les phénomènes singuliers du terrain dans la construction de l’objet? Comment légitimer les interprétations sur l’objet en maintenant une distance critique, en d’autres mots, comment produire la preuve? Enfin, qu'en est-il des « taches aveugles » (Heinz von Foerster, 1988) d’une démarche ethnographique, et comment la vigilance du chercheur vient-elle y pallier?

Le rapport aux concepts :

Comment le chercheur combine-t-il les concepts – qui jouent le rôle de prismes et non de canevas – et les « aspérités » / singularités du terrain? Inscrits dans des processus qui les font évoluer (Blumer, 1969), comment ces concepts s’assouplissent ou se redéfinissent-ils dans la pratique même de l’enquête? Qu’est-ce que ces rédéfinitions apportent à la compréhension de l’enquête de terrain? au vécu et au rendu de cette expérience? Par quel(s) processus et quelle(s) expérience(s) en vient-t-on à se détacher des canons qui guident traditionnellement la pratique, mais aussi le compte-rendu de la démarche d’enquête de terrain? Quels sont alors les concepts « classiques » que l’on peut faire évoluer?

Le rapport à l’enquête :

Qu’implique le fait de ne pas verrouiller à l’avance les choix méthodologiques, de ne pas adopter une vision descendante de l’enquête qui dicterait une grille de lecture préétablie? Quels sont les processus d’ajustement récurrents qui permettent de s’inscrire dans une démarche qui se veut évolutive? Quels sont alors les coûts d’une posture de flexibilité et de compromis? Comment se gère l’incertitude permanente qui caractérise la démarche ou, pour le dire autrement, comment intégrer les aléa, accueillir certaines « surprises » ? Quelles sont les méthodes d’enquête alternatives qui peuvent être bricolées dans cette perspective?

Le rapport aux acteurs et au terrain :

Comment se négocie sur le terrain une posture qui vise à comprendre un phénomène sans [trop] le déranger (Lapassade, 2001), alors que les personnes concernées, qui sont liées par des intérêts et enjeux différents, ont des attentes – explicites ou non – envers le chercheur et sa production de savoirs? Comment ne pas se faire « enrôler » dans des jeux d’intérêts qui ne sont pas ceux du chercheur (Demazière & al., 2011)? Comment gérer les distances sociales, culturelles, symboliques entre chercheur(e)s et personnes concernées par l’enquête (Payet, Rostaing & Giuliani, 2010)? Quelle est la marge de manœuvre du chercheur dans sa façon de se présenter et de se lier à ces personnes (Bizeul, 1998)?

Conditions de soumission

Les manuscrits attendus ne devront pas excéder 60 000 caractères (espaces comprises) incluant le résumé, les tableaux et les figures, les notes, les références et les appendices.

Pour plus d'informations, les auteurs intéressés à soumettre un manuscrit sont invités à consulter la rubrique « Directives aux auteurs » (http://www.recherche-qualitative.qc.ca/directives_auteurs.html) sur le site de la revue Recherches qualitatives.

De plus, ils doivent signaler leur intention de soumettre un texte à joelle.morrissette@umontreal.ca (mailto:joelle.morrissette@umontreal.ca)

au plus tard le 15 juin 2013.

Tous les textes devront être soumis pour le 30 août 2013.

Responsables scientifiques

  • Joëlle Morrissette, Université de Montréal, Montréal
  • Didier Demazière, Centre de sociologie des organisations, Paris
  • Matthias Pepin, Université Laval, Québec

Références

Adler, P., & Adler, P. (1987). Membership roles in field research.
London: Sage Publications.
Atkinson, Coffey, A., Delamont, S., Lofland, J., & Lofland, L. (Eds.)
(2001). Handbook of ethnography. London, Thousand Oaks, CA: SAGE.
Bizeul, D. (1998). Le récit des conditions d'enquête : exploiter
l'information en connaissance de cause. Revue française de
sociologie, 39(4), 751-787.
Blumer, H. (1969). Symbolic interactionism: Perspective and method.
Englewood Cliffs, NJ: Prentice Hall.
Burawoy, M.B. (2003). Revisits: An outline of a theory of a reflexive
ethnogrophy. American Sociological Review, 68(5), 645-678.
Cefaï, D. (2003). L’enquête de terrain. Paris : La découverte.
Cefaï, D. (dir.) (2010). L’engagement ethnographique. Paris :
EHESS.                   
Cicourel, A.V. (1981). Notes on the integration of micro- and
macro-levels of analysis. In K. Knorr-Cetina & A.V. Cicourel (Eds),
Advances in social theory and methodology, toward an integration of
micro and macro-sociologies (p. 51-80). Boston, MA : Routledge &
Kegan Paul.
Demazière, D., Horn, X., & Zune, X. (2011). La socialisation dans les
"communautés" de développement de logiciels libres. Sociologie et
sociétés, 41(1), 217-238.
Fassin, D., & Bensa, A. (dir.). (2008). Les politiques de
l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris : La Découverte.
Foerster, H. von (1988). La construction d’une réalité. In P.
Watzlawick (dir.), L’invention de la réalité. Constributions au
constructivisme (p. 45-69). Paris: Seuil.
Guber, R., Milstein, D., & Schiavoni, L. (2012). La réflexivité ou
l’analyse des données : trois anthropologues de terrain.
Recherches qualitatives, 31(3), 130-154.
Hopwood, N. (2007). Researcher roles in a school-based ethnography. In
G. Walford (ed.). Studies in Educational Ethnography, 12:
Methodological Developments in Ethnography (p. 51-68). Oxford:
Elsevier.
Lapassade, G. (2001). L’observation participante. Revue européenne
d’ethnographie de l’éducation, 1(1), 9-26.
Laplantine, F. (2005). La description ethnographique. Paris : Armand
Colin.
Payet (http://lectures.revues.org/2040), J.-P., Rostaing
(http://lectures.revues.org/2013), C., & Giuliani
(http://lectures.revues.org/2041), F. (dir.) (2010). La relation
d'enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles. France :
Presses universitaires de Rennes.
Pepin, M. (2011). L'ethnographie scolaire : comprendre quoi, comment
et pour qui? Recherches qualitatives, 10, 30-46.
Peretz, H. (2004). Les méthodes en sociologie : l’observation.
Paris : La Découverte.
Soukup, C. (2012). The postmodern ethnographic flaneur and the study
of hyper-mediated everyday life. Journal of Contemporary Ethnography,
42(2), 226-254.
Spradley, J. P. (1979). The ethnographic interview. Belmont, CA:
Wadsworth.
Weber, F. (2009). Manuel de l'ethnographe. Paris : Presses
universitaires de France.

Dates

  • samedi 15 juin 2013

Source de l'information

  • Joëlle Morrissette
    courriel : joelle [dot] morrissette [at] umontreal [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Vigilance ethnographique et réflexivité méthodologique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 10 avril 2013, http://calenda.org/243957