AccueilEspaces frontaliers : zones de contact / zones de conflit ?

Espaces frontaliers : zones de contact / zones de conflit ?

IIIe journées interuniversitaires « frontières »

*  *  *

Publié le mercredi 10 avril 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Les journées d’études interuniversitaires « frontières » organisées à l’université de Liège se proposent d’établir un bilan annuel de l’avancement de la recherche sur la notion de frontière et de limite dans une perspective diachronique et pluridisciplinaire. Après s’être interrogés sur le concept de frontière (Frontières fixes et mouvantes, espaces, temps, imaginaires – avril 2011) et sur le contexte et les circonstances de leur tracé à travers l’histoire (Penser la frontière entre Meuse et Rhin – mai 2012), les jeunes chercheurs à l’initiative de ce projet se proposent d’accorder leur attention aux hommes et aux femmes qui ont vécu ou vivent aux confins d’un territoire, à ceux qui ont gardé, transgressé, passé les limites quelles qu’elles soient, à la manière dont ils ont perçu et / ou subi l’évolution des tracés ou encore à la manière dont on leur a présenté ces changements. La définition et la perception de la frontière envisagée tantôt comme une zone de rencontres, d’échanges (matériels et culturels), de regroupements (politiques et sociaux), tantôt comme une zone de confrontation ou de fracture politique, économique, militaire, culturelle (…) seront donc au cœur de la réflexion qui sera menée durant ces deux jours.

Annonce

Argumentaire

La frontière – a écrit Daniel Nordman – est une idée, non un objet, une chose inerte et amorphe. Elle n’est rien sans les mots, les figures, les concepts par lesquels elle est désignée[1]. En d’autres termes, ce sont l’imaginaire, l’art oratoire, la stratégie militaire, les ambitions et les sentiments humains qui lui donnent un sens, qui la font exister. Ceux qui ont pensé, interprété, réinventé les frontières à travers le temps ont probablement exercé une plus grande influence sur la perception de l’espace et de son organisation que ceux qui les ont bornées et tracées – que l’espace envisagé soit politique, religieux, socio-économique ou culturel. Toutefois, ces hommes de terrain ou de cabinet qui ont imaginé puis concrétisé le tracé des limites territoriales n’ont, pour la plupart, jamais eu à l’expérimenter au quotidien. Leur rapport théorique aux frontières doit, par conséquent, être complété par le témoignage des personnes directement concernées par leur établissement. Les espaces frontaliers ainsi créés requièrent l’attention des chercheurs en raison de leur singularité par rapport au centre, parce qu’ils se révèlent avec le temps zones de contact ou de conflit. 

Les journées d’études interuniversitaires « frontières » organisées à l’Université de Liège se proposent d’établir un bilan annuel de l’avancement de la recherche sur la notion de frontière et de limite dans une perspective diachronique et pluridisciplinaire. Après s’être interrogés sur le concept de frontière (Frontières fixes et mouvantes, espaces, temps, imaginaires – avril 2011) et sur le contexte et les circonstances de leur tracé à travers l’Histoire (Penser la frontière entre Meuse et Rhin – mai 2012), les jeunes chercheurs à l’initiative de ce projet se proposent d’accorder leur attention aux hommes et aux femmes qui ont vécu ou vivent aux confins d’un territoire, à ceux qui ont gardé, transgressé, passé les limites quelles qu’elles soient, à la manière dont ils ont perçu et/ou subi l’évolution des tracés ou encore à la manière dont on leur a présenté ces changements. La définition et la perception de la frontière envisagée tantôt comme une zone de rencontres, d’échanges (matériels et culturels), de regroupements (politiques et sociaux), tantôt comme une zone de confrontation ou de fracture politique, économique, militaire, culturelle (…) seront donc au cœur de la réflexion qui sera menée durant ces deux jours.

L’invitation est lancée à tous les chercheurs en sciences humaines – historiens, historiens d’art, politologues, philologues, linguistes, ethnologues (…) -  intéressés par la problématique et désireux d’établir un dialogue interdisciplinaire fécond.

[1] D. Nordman, « Préface », in M. Catala, D. Le Page et J.CL. Meuret, Frontières oubliées, frontières retrouvées. Marches et limites anciennes en France et en Europe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011 (enquêtes et documents, Centre de Recherche en Histoire internationale et Atlantique, 41), p. 13.

Programme

Jeudi 25 avril

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Accueil par les autorités

  • 9h30 : Introduction – A. Dignef (Université de Liège [ULg])

10h : 1ère session – Frontière(s) et identité(s)

Présidence Ph. Beck (Université Catholique de Louvain-la-Neuve [UCL])

  • A. Binsfeld, (Université de Luxembourg), Grenzerfahrungen im Werk Alexander Wiltheims: Das Beispiel der Treverer
  • A. Sepp (Universiteit Antwerpen/Vrije Universiteit Brussel), Les frontières de la belgitude : transculturalité et identité collective dans la littérature germanophone en Belgique

10h40 : Discussion

11h : Pause

11h20 : 2e session – Conception juridique de la frontière

Présidence E. Geerkens (ULg)

  • J. Maquet (ULg/IPW), Contestations de limites et jugements de Dieu : quelques exemples dans le diocèse de Liège (VIIIe-XIIe siècles)
  • M. Gellard (Docteur de Université Paris-Sorbonne), L'immunité diplomatique comme frontière : l'exemple des ambassadeurs résidents français durant le second XVIe siècle
  • A. Dumoulin (ULg/ERM), De l'interprétation des articles et des conditions de solidarité dans l'épreuve face à une agression territoriale dans les champs historiques et présents : les cas de l’Union de l’Europe occidentale, de la PSDC de l’Union européenne et de l’OTAN. Examen des dimensions stratégiques, politiques et juridiques, de leurs interactions et évolutions entre 1949 et 2012

12h20 : Discussion

12h50 : Pause repas

14h30 : 3e session – Histoire coloniale, histoire globale

Présidence Fr. Balace (ULg)

  • M. Schneider (University of St. Andrews), To the Empire’s ends: Nineteenth-century “Sailor Princes” and the contact zone of the sea
  • J. Zollmann (Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung), From frontier to border. Drawing borderlines, talking about boundaries and enforcing borders between colonial Empires. Portuguese Angola and German South West Africa (1886-1915)
  • D. Singiza (ULg), Échanges transfrontaliers et déplacements de la population rwandaise pendant la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). Réflexion préliminaire

15h30 : Discussion

16h : Pause

16h20 : 4e session – Inventer et transformer les espaces frontaliers

Présidence C. Lanneau (ULg)

  • P. Tilly (UCL), Fleuves et canaux sur l’espace franco-belge entre 1814 et 1914 : vers une redéfinition des espaces ?
  • Ch. Bechet (ULg), Les perceurs de Sedan : passages de frontière et réactions belges pendant la guerre de 1870

17h : Discussion

17h30 : Fin de la journée

Vendredi 26 avril

9h : 5e session – Construire et représenter les espaces frontaliers

Présidence A. Dierkens (Université libre de Bruxelles [ULB])

  • K. Leloux (Nederlands Instituut Athene/boursier Léonardo), L’Halys chez Hérodote
  • J. Winand et T. Gillen (ULg), Frontières, limites et bordures : construction de l'espace réel et de l'espace imaginaire en Égypte ancienne
  • Fl. Close (ULg), À la limite de l’orthodoxie, aux confins de l’imperium christianum

10h : Discussion

10h30 : Pause

10h50 : 6e session – Des frontières et des hommes

Présidence A. Wilkin (FNRS/ULB)

  • N. Schroeder (Oxford University/ULB), Le voisin, un étranger ? Les habitants de la seigneurie d'Esch-sur-Sûre face aux limites et frontières du début du XIIIe siècle
  • E. Guerra (Università degli Studi di Ferrara), An economical frontier? Trieste and the case of the Florentine families in the 14th century
  • É. Capet (Université Paris VIII), Les Pyrénées au XVe siècle : terre de circulation des hommes et des biens entre le royaume de France et le royaume d'Aragon

11h50 : Discussion

12h20 : Pause repas

14h : 7e session – « Frontière » israélo-palestinienne ?

Présidence S. Wintgens (ULg)

  • U. Blanché (Universität Heidelberg), We don’t want this wall to be beautiful. Banksys Umgang mit der Israeli West Bank Barrier
  • D. Simonneau (Université de Bordeaux), Définir et percevoir la « séparation » : pressions et représentations des acteurs israéliens pro-« barrière de sécurité »

14h40 : Discussion

15h : Pause

15h30 : 8e session – Sur quelques mots laissés là

Présidence Ch. Brüll. (FNRS/ULg)

  • A. Laba (Herder-Institut Marburg), „Das Anlitz der Grenzlande“ – Die Darstellung der Lebenswirklichkeiten im deutsch-polnischen Grenzraum als diskursive Strategien innerhalb des Ostgrenzen-Diskurses der Weimarer Republik
  • L. Picard (Université de Bourgogne), Laisser des traces : une obsession des expulsés allemands

16h10 : Discussion

  • 16h30 : Conclusions – J.-L. Kupper (ULg)

17h : Clôture du colloque

Lieux

  • Université de Liège, bâtiment central, salle des professeurs, 1er étage - 7, place du XX-août
    Liège, Belgique (4000)

Dates

  • jeudi 25 avril 2013
  • vendredi 26 avril 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • border studies, frontières, échanges transfrontaliers, conflits

Contacts

  • Florence Close
    courriel : fclose [at] ulg [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Christoph Brüll
    courriel : Christoph [dot] Brull [at] ulg [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Espaces frontaliers : zones de contact / zones de conflit ? », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 10 avril 2013, http://calenda.org/244171