AccueilLa mise en scène théâtrale et les formes audio-visuelles

*  *  *

Publié le lundi 15 avril 2013 par Élodie Faath

Résumé

L’émergence de la mise en scène théâtrale moderne est intimement liée aux mutations technologiques, médiatiques et sociologiques qui accompagnent l’industrialisation du monde occidental au tournant du XXe siècle. L’histoire du théâtre croise en effet à cette époque les trajectoires de dispositifs visuels et sonores aussi divers que la lanterne magique, le phonographe, le téléphone, le théâtrophone et le cinématographe. L’hybridité des médias est alors régulièrement mise au service de la pratique théâtrale. Au moment où les technologies numériques font écho à des formes mixtes apparues il y a plus d’un siècle avec l’électricité, il faut réinscrire l’histoire des arts de la scène dans un contexte culturel plus large, en analysant en particulier les liens qui se tissent avec d’autres dispositifs médiatiques.

Annonce

Direction : Jean-Marc LARRUE, Giusy PISANO

Organisation : Vivien SICA, Stéphane TRALONGO

Présentation

L’émergence de la mise en scène théâtrale moderne est intimement liée aux mutations technologiques, médiatiques et sociologiques qui accompagnent l’industrialisation du monde occidental au tournant du XXe siècle. L’histoire du théâtre croise en effet à cette époque les trajectoires de dispositifs visuels et sonores aussi divers que la lanterne magique, le phonographe, le téléphone, le théâtrophone et le cinématographe. L’hybridité des médias est alors régulièrement mise au service de la pratique théâtrale, que ce soit pendant la conception du spectacle (André Antoine répétant avec un phonographe), sa représentation (Sacha Guitry introduisant des projections et faisant jouer des disques) ou sa notation (les régisseurs conservant des photographies de scène). On ne compte pas non plus les adaptations de pièces de théâtre pour le cinématographe et, plus tard, pour la radio et la télévision. Au moment où les technologies numériques font écho à des formes mixtes apparues il y a plus d’un siècle avec l’électricité, il faut réinscrire l’histoire des arts de la scène dans un contexte culturel plus large, en analysant en particulier les liens qui se tissent avec d’autres dispositifs médiatiques.

C’est l’objectif de ce colloque qui sera l’aboutissement d’un long travail de collaboration entre archivistes et chercheurs autour d’un fonds précieux de relevés de mises en scène dramatiques antérieures à 1945 et en coopération avec plusieurs institutions patrimoniales.

La dernière journée consacrée aux travaux du groupe de recherche "Cinéma, théâtre, émancipation", dirigée par David Faroult et Olivier Neveux sera l’occasion de présenter une étape de ses travaux à l’issue de sa quatrième année de réunions régulières.

Programme

(susceptible de modifications)

Mercredi 19 juin

Après-midi :

  • ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée :

  • Présentation du Centre, des colloques et des participants

Jeudi 20 juin

Matin :

Esthétiques et technologies du son (I)

  • Jean-Marc LARRUE : Les constructions de l'argument essentialiste à la lumière du Fonds de l'ART de la B.H.V.P.
  • Martin BARNIER : Evolution technologique du son au théâtre et au cinéma
  • Geneviève MATHON & Sylvain SAMSON : Impact des nouvelles technologies sonores au théâtre. Le disque: incidence et répertoire dans les théâtres parisiens entre 1911 et 1945

Après-midi :

Genres : textes et mises en scène (I)

  • Adélaïde JACQUEMARD-TRUC : Folies et fantaisies: constitution et évolution de genres
  • Hwarim CHO : Les adaptations du Cid de Corneille à travers les effets dramatiques
  • Pascale ALEXANDRE : Le théâtre historique et sa mise en scène d'après les fonds ART (1860-1900)
  • Frédéric TABET : Migrations esthétiques et techniques de l'art magique au théâtre, le cas d'une appropriation singulière: L’Escamoteur d’Adolphe d’Ennery et Jules Brésil
  • Geneviève DE VIVEIROS : Choses vues: la mise en scène des adaptations théâtrales des romans de Zola

Vendredi 21 juin

Matin :

L'image dans la mise en scène

  • Chantal GUINEBAULT : Cadre et cadrage au théâtre: une pratique du "hors-scène" avant 1945
  • Carole HALIMI : L’artifice du "tableau" au théâtre: du texte à la photographie
  • Caroline CHIK : En toile de fond. De la mise en scène à la mise en image

Après-midi :

Esthétiques et technologies du son (II)

  • Delphine CHAMBOLLE : Le son de l’automobile: évolution des techniques sonores et utilisation des sons sur la scène parisienne (1900-1940)
  • Martin LALIBERTÉ : Avant Pierre Schaeffer, bruits et sons dans les mises en scène parisiennes du début du XXe siècle
  • Giusy PISANO : Le téléphone, une "nouvelle" technologie pour une nouvelle esthétique de mise en scène

Soirée :

  • Histoire du relevé de mise en scène depuis 1945, par Serge BOUILLON (président d'honneur de l'ART) et Danielle MATHIEU-BOUILLON (présidente de l'ART)

Samedi 22 juin

Matin :

Genres : textes et mises en scène (II)

  • Marguerite CHABROL : Héritages du théâtre français chez George Cukor: Paris-Broadway-Hollywood
  • Jean-Pierre SIROIS-TRAHAN : Les dispositifs mixtes théâtre/cinéma et leur mise en scène/film
  • Stéphane TRALONGO : Une esthétique de l’éblouissement. La réception des attractions lumineuses à l’époque de l’électrification des théâtres
  • Caroline RENOUARD : Des premiers temps à l’installation du mythe holmésien: mises en scène et interdépendances médiatiques autour de la pièce de théâtre Sherlock Holmes

Après-midi :

Intermédialités

  • Vincent DUSSAIWOIR : Les influences réciproques du théâtre et du cinéma
  • Viva PACI : Attractions et mise en scène. Dompter les coups d’éclat
  • Frank KESSLER & Sabine LENK : Mise en scène / mise en film

Soirée :

  • Spectacle de danse traditionnelle coréenne, par Kyungho LEE (professeur de l'Université nationale de Chonbuk) et Young Suk CHOI (danseuse étoile et enseignante de Chonbuk) [Titres des danses: 1. DOSALPULI CHOUM (danse de chamanne) ; 2. TAEPYUNGMOU (danse de la paix)]

Dimanche 23 juin

JOURNÉE D'ÉTUDE : "FAUT-IL ÊTRE RÉALISTES?"

Matin :

  • David FAROULT : Pourquoi être réalistes? Présupposés, démarche et sujet des œuvres: quelques cas exemplaires
  • Thomas VOLTZENLOGEL : "Faire des bijoux pour les pauvres". L’héritage du réalisme dans les films de Pedro Costa
  • Armelle TALBOT : La réalité sans commentaire: retour sur une certaine tendance du théâtre contemporain
  • Olivier NEVEUX : Le réalisme attarde l’homme autour de ses ordures

Après-midi :

  • Thibault FAYNER : Comment se sert-on du fait divers en atelier d'écriture ?
  • Natacha THIÉRY : Alain Cavalier : "un cinéaste qui libère son spectateur" ?
  • Jean-Michel DURAFOUR : Explorations, explosions, exploits. De quelques métamorphoses des réalismes (politique, esthétique) chez Jean-François Lyotard
  • Virgilio MORTARI : Artaud ou "Faut-il être cruels pour être réalistes ?"

DÉPARTS

Lieux

  • CCIC, Le Château
    Cerisy-la-Salle, France (50)

Dates

  • mercredi 19 juin 2013
  • jeudi 20 juin 2013
  • vendredi 21 juin 2013
  • samedi 22 juin 2013
  • dimanche 23 juin 2013

Mots-clés

  • théâtre, audio-visuelles, emprunts, esthétiques, techniques

Source de l'information

  • Michaël Morel
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La mise en scène théâtrale et les formes audio-visuelles », Colloque, Calenda, Publié le lundi 15 avril 2013, http://calenda.org/244211