Accueil1913 cent ans après : enchantement, désenchantement

*  *  *

Publié le lundi 15 avril 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Il ne s’agit pas d’étudier systématiquement les différents arts européens : cela a été fait dans un ouvrage fondateur : L’année 1913. Les formes esthétiques de l’œuvre d’art à la veille de la première guerre mondiale, dirigé par Liliane Brion-Guerry. Il s'agit désormais d'évaluer les apports de 1913 et les enseignements que nous pouvons, cent ans après, tirer de cette ultime floraison avant la catastrophe. En quoi les questions posées et les œuvres réalisées en 1913 ont-elles fécondé le XXe siècle ? Qu’est-ce qui a été perdu à cause des violences extrêmes de ce siècle ? Certains aspects de la vie intellectuelle et artistique de 1913 peuvent-ils nous aider à mieux comprendre 2013 et à ouvrir des voies nouvelles ?

Annonce

Direction : Marie-Paule BERRANGER, Colette CAMELIN

Argumentaire

La dernière décade de Pontigny avant la Grande Guerre (en septembre 1913) s’intitulait "La Grande Espérance". Les découvertes scientifiques et leurs applications techniques avaient renouvelé la vie quotidienne et l’organisation sociale ; l’extraordinaire floraison cette année-là d’œuvres littéraires, philosophiques et artistiques semblait justifier une telle "espérance". Un prodigieux laboratoire de formes nouvelles se met en place. Il suffit de rappeler Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, Jean Barois de Martin du Gard, Du côté de chez Swann de Proust, Stèles de Segalen, Alcools d’Apollinaire, La Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France de Cendrars. Des expositions majeures (Der Sturm à Berlin, l’Armory Show aux Etats-Unis) bouleversent le champ artistique. Différents groupes, parfois rivaux, témoignent de l’effervescence générale: futurisme italien, expressionnisme allemand, imagisme et vorticisme à Londres, acméisme russe, cubisme et simultanéisme à Paris. Tandis que Debussy, Fauré, Ravel composent des œuvres majeures, éclate Le Sacre du printemps de Stravinsky. Ce ballet pousse à son paroxysme la "vie", valeur dominante tant dans la philosophie de Nietzsche que dans celle de Bergson. L’opposition entre les héritiers du positivisme et la réaction spiritualiste demeure active en 1913. C’est aussi la dernière année de la domination occidentale incontestée sur le monde. Comment penser aujourd’hui les enjeux intellectuels et politiques du début du XXe siècle?

Il ne s’agit pas d’étudier systématiquement les différents arts européens: cela a été fait dans un ouvrage fondateur: L’année 1913. Les formes esthétiques de l’œuvre d’art à la veille de la Première Guerre mondiale, dirigé par Liliane Brion-Guerry. Il s'agit désormais d'évaluer les apports de 1913 et les enseignements que nous pouvons, cent ans après, tirer de cette ultime floraison avant la catastrophe. En quoi les questions posées et les œuvres réalisées en 1913 ont-elles fécondé le XXe siècle? Qu’est-ce qui a été perdu à cause des violences extrêmes de ce siècle? Certains aspects de la vie intellectuelle et artistique de 1913 peuvent-ils nous aider à mieux comprendre 2013 et à ouvrir des voies nouvelles?

Programme

Lundi 8 juillet

Après-midi : accueil des participants

Soirée : Présentation du Centre, des colloques et des participants

Mardi 9 juillet

1913, année emblématique?

Matin :

  • Marie-Paule BERRANGER & Colette CAMELIN: Ouverture
  • Pascal ORY: Tout le XXe siècle était-il dans 1913? Perspectives d'histoire culturelle et un peu au-delà

Après-midi :

  • François CHAUBET: Les Décades de Pontigny, du local au global. Histoire de la mondialisation culturelle
  • Colette CAMELIN: Jaurès et Péguy face au "monde moderne" en 1913

Soirée :

Projection: Jules et Jim de François Truffaut [1962] d’après le roman de Henri-Pierre Roché, présentée par Pascal ORY

Mercredi 10 juillet

Matin :

La pensée de la vie en question

  • Louis PINTO: Nietzsche. Rencontres avec le pragmatisme (1913-2013)
  • Frédéric WORMS: Les philosophies de la vie en Europe à la veille et à l'épreuve de la guerre

Après-midi :

Perspective temporelle : là-bas vu d'ici

  • Pierre-Louis REY: Ce que ne savaient pas les lecteurs de Du côté de chez Swann
  • Hélène AJI: L'art européen à l'Armory Show (New York, 1913): quelles conséquences pour la poésie américaine d'aujourd'hui?
  • Catherine BERNARD: Décloisonner l’affect / repenser l’avant-garde avec Roger Fry et le Bloomsbury Group (le cas des Omega Workshops)

Soirée :

"Correspondances de 1913" (Remy de Gourmont, Katherine Mansfield, Colette, André Gide et Paul Desjardins, Rilke, Apollinaire et les peintres, Victor Segalen), lecture par Claire RUPPLI (avec le soutien de la Fondation d'Entreprise La Poste)

Jeudi 11 juillet

Rythmes de 1913

Matin :

  • Claude LEROY: Le mythe du Transsibérien. De Blaise Cendrars au train des écrivains
  • Marie-Paule BERRANGER: "À quoi bon des poètes?". De la poésie en 1913 et en 2013

Après-midi :

  • Christophe PARADAS: Proust et Stravinsky avant les Horreurs de la Guerre
  • Claude COSTE: 1913 ou la modernité: naissance d'un mythe musical

à 17 heures:

Concert à la cathédrale de Coutances, proposé par les Amis de la Cathédrale

Récital d'orgue, par Thomas MONNET: "1813-1913" - Mozart, Bach, Liszt, Stravinsky

Vendredi 12 juillet

Matin :

Aventures du roman

  • Hélène BATY-DELALANDE: Le romanesque contre la "littérature". Formes et critiques d'une ferveur interrompue
  • Marie-Hélène BOBLET: Jean Barois et sa postérité: de "l’état de dialogue" au dialogue dans tous ses états
  • Françoise SIMONET-TENANT: Nouvelles voies romanesques (Alain-Fournier, Larbaud, Martin du Gard)

Après-midi : détente

Samedi 13 juillet

Les avant-gardes sur la brèche

Matin :

  • Maurice GODÉ: Topie whileminienne et utopies expressionnistes ou comment réenchanter un monde désenchanté
  • Silke SCHAUDER: Un enchantement désenchanté: la poupée d’Oscar Kokoschka (1886-1980)
  • Patrick NÉE: L'essai d'art chez Apollinaire

Après-midi :

  • Laurence CAMPA: Rivalités nationales des avant-gardes à la veille de la guerre
  • Barbara MEAZZI: "Supprime le nom de Racine inutile en ce moment je sais pourquoi". Encore sur le Manifeste de l’Antitradition futuriste, Apollinaire et Marinetti
  • Anne FAIVRE-DUPAIGRE: 1913-2013 dans la poésie russe: à la recherche d’une Europe perdue

Projection: Le Sacre du printemps de Stravinsky (29 mai 1913) dans une chorégraphie de Pina Bausch (3 décembre 1975)

Dimanche 14 juillet

"Le temps du monde fini commence"

Matin :

  • Efthymia RENTZOU: La représentation du monde d'après l’an 1913
  • Christine LE QUELLEC-COTTIER: La littérature francophone d'Afrique noire au prisme d'une poétique de l'autodétermination. 1913-2013: entre naissance et disparition anticipées

Après-midi :

  • Marco CONSOLINI: 1913: le théâtre au seuil du XXe siècle?
  • Francis VANOYE: Cinéma 1913

Lundi 15 juillet

Matin : Conclusions et discussions

Après-midi : Départs

Catégories

Lieux

  • CCIC, Le château
    Cerisy-la-Salle, France (50)

Dates

  • lundi 08 juillet 2013
  • mardi 09 juillet 2013
  • mercredi 10 juillet 2013
  • jeudi 11 juillet 2013
  • vendredi 12 juillet 2013
  • samedi 13 juillet 2013
  • dimanche 14 juillet 2013
  • lundi 15 juillet 2013

Contacts

  • Morel Michaël
    courriel : Michael [dot] morel [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Source de l'information

  • Michaël Morel
    courriel : info [dot] cerisy [at] ccic-cerisy [dot] asso [dot] fr

Pour citer cette annonce

« 1913 cent ans après : enchantement, désenchantement », Colloque, Calenda, Publié le lundi 15 avril 2013, http://calenda.org/244244