AccueilLes enjeux prioritaires, une évaluation critique de l’archéologie historique au XXIe siècle

Les enjeux prioritaires, une évaluation critique de l’archéologie historique au XXIe siècle

Quarante-septième colloque sur l’archéologie historique et subaquatique

*  *  *

Publié le jeudi 18 avril 2013 par Elsa Zotian

Résumé

L’archéologie historique a évolué autant mondialement que localement. De nouvelles technologies et méthodes d’analyse ainsi que de nouveaux médias ont été utilisés. De plus, de nouveaux participants se sont joints à la communauté. Au cours du dernier quart de siècle, l’expérience des pratiques archéologiques, les programmes d’archéologie communautaire et publique ainsi que les programmes favorisant la participation de descendants ont évolué. Les archéologues de terrain comme on disait anciennement, font face à une gamme vertigineuse de possibilités tout en devant maintenir la qualité des pratiques dans une ère où pullulent les sources et les supports. D’autres archéologues se concentrent exclusivement sur les méthodes analytiques. Cela étant, comment pouvons-nous favoriser de meilleures pratiques pour tous en présence d’autant d’enjeux variés prioritaires ?

Annonce

Argumentaire

Le comité organisateur du colloque propose un thème qui permettra à la communauté des archéologues de mesurer son évolution au cours du dernier quart de siècle, tout en tenant compte de la transition vers le nouveau millénaire. Il est à noter qu’une telle question a été abordée pour la dernière fois lors d’un colloque ayant eu lieu à Savannah, en Géorgie, en 1987.

La SHA a d’abord demandé à des archéologues éminents de déterminer des enjeux prioritaires lors de l’assemblée plénière de la 20e conférence sur l’archéologie historique et subaquatique. Nous demandons maintenant à l’ensemble de la communauté des archéologues de se pencher sur la question. Les divers secteurs des communautés de la SHA et du ACUA sont invités à évaluer leurs progrès, orientations et priorités. Les résultats pourraient être très différents d’un secteur à un autre, fait surprenant pour certains ou déconcertant pour d’autres. Mais surtout, il est essentiel de permettre à chaque secteur de notre communauté d’exprimer ses propres opinions sur la situation actuelle et future de l’archéologie.

L’archéologie historique a évolué autant mondialement que localement. De nouvelles technologies et méthodes d’analyse ainsi que de nouveaux médias ont été utilisés. De plus, de nouveaux participants se sont joints à la communauté. Au cours du dernier quart de siècle, l’expérience des pratiques archéologiques, les programmes d’archéologie communautaire et publique ainsi que les programmes favorisant la participation de descendants ont évolué. Les archéologues de terrain comme on disait anciennement, font face à une gamme vertigineuse de possibilités tout en devant maintenir la qualité des pratiques dans une ère où pullulent les sources et les supports. D’autres archéologues se concentrent exclusivement sur les méthodes analytiques. Cela étant, comment pouvons-nous favoriser de meilleures pratiques pour tous en présence d’autant d’enjeux variés prioritaires ?

La Ville de Québec est un endroit tout indiqué pour nous réjouir « dans l’ancien » et explorer le nouveau. Il s’agit de l’une des plus anciennes villes d’Amérique du Nord qui abrite un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, soit le quartier du Vieux-Québec, et aussi d’un centre idéal pour explorer les nouveaux supports et technologies mis à la disposition des archéologues. Les méthodes analytiques et les nouvelles technologies de pointe utilisées dans les laboratoires locaux ont permis de faire des expérimentations archéologiques locales et de présenter au public certains des sites les plus importants de la ville. La Ville de Québec est située sur une bande de terre à la frontière de la mer, entre le Cap-aux-Diamants et le majestueux fleuve Saint-Laurent, où une population d’immigrants européens a rencontré les peuples des Premières Nations au XVIe siècle. À l’occasion du 47e colloque sur l’archéologie historique et subaquatique, nous proposons des thèmes qui explorent les différentes frontières entre terre et mer, tout en abordant des enjeux prioritaires ou des enjeux qui continuent de l’être, et nous invitons les archéologues de toutes les communautés à présenter leurs nouvelles recherches dans leurs champs d’expertise respectifs.

L’assemblée plénière commencera par des communications de chercheurs émérites s’interrogeant sur la pratique de l’archéologie urbaine et utilisant la Ville de Québec comme étude de cas : « Devrions-nous faire de l’archéologie dans la ville ou l'archéologie de la ville ? ». Les enjeux prioritaires seront évoqués tout au long de la conférence dans le cadre de séances thématiques qui traiteront des sujets suivants :

  • Grands projets archéologiques subaquatiques
  • Éthique de la pratique archéologique
  • Concepts d’identité et de mémoire en archéologie
  • Révision de faits et d’idées
  • Progrès récents en matière d’analyses scientifiques
  • Archéologie historique et anthropologie
  • Communauté archéologique du XXIe siècle
  • Globalisation et archéologie environnementale
  • Archéologie historique et collections muséales
  • Archéologie et sites du patrimoine mondial de l’UNESCO
  • Archéologie et texte; archéologie et médias
  • Archéologie générale et région circumpolaire-nord, 1250-1950
  • Archéologie commerciale et gouvernementale : nouvelles lois et pratiques
  • Villes côtières et portuaires : archéologie maritime terrestre et subaquatique
  • Archéologie historique post-médiévale et racines de l’anthropocène

Une liste des séances, accompagnée de courtes descriptions de celles-ci, sera publiée sur le site Internet de la SHA www.sha2014.com, et les chercheurs seront invités à soumettre leurs communications et à proposer des symposiums. Il leur sera possible d’échanger des idées au cours d’ateliers et de dîners-discussions.

Comité organisateur

  • Président du comité organisateur : William Moss (Ville de Québec) sha2014quebec@gmail.com
  • Coordonnatrice du programme : Allison Bain (Université Laval) allison.bain@hst.ulaval.ca
  • Coresponsables du programme terrestre : Réginald Auger (Université Laval) reginald.auger@celat.ulaval.ca; Stéphane Noël (Université Laval) stephane.noel.2@ulaval.ca
  • Coresponsables du programme subaquatique : Marc-André Bernier (Parcs Canada) marc-andre.bernier@pc.gc.ca; Charles Dagneau (Parcs Canada) charles.dagneau@pc.gc.ca
  • Responsable des arrangements locaux : Robert Gauvin (Parcs Canada) robert.gauvin@pc.gc.ca
  • Responsable des activités et des visites : Frank Rochefort (ministère des Transports du Québec) frank.rochefort@mtq.gouv.qc.ca
  • Responsable du programme public : Annie Blouin (Ville de Québec) annie.blouin@ville.quebec.qc.ca
  • Coordonnatrice des technologies : Anne Desgagné (Parcs Canada) anne.desgagne@pc.gc.ca
  • Médias sociaux : William Moss (Ville de Québec) sha2014quebec@gmail.com
  • Ateliers de formation : Carl Carlson-Drexler (Arkansas Archaeological Survey) cdrexler@uark.edu
  • Responsable des dîners-discussions : Stéphane Noël (Université Laval) stephane.noel.2@ulaval.ca
  • Membre désigné : Gilles Samson (ministère de la Culture et des Communications du Québec) gilles.samson@mcc.gouv.qc.ca
  • Coordonnateur de l’inscription et de la logistique : Pierre Bolduc (Conferium inc.) registration.sha2014@conferium.com

Conditions de soumission

Veuillez lire la présente partie attentivement pour prendre connaissance des changements apportés au format des séances de communications. Le plus important changement est le retour d’une durée de communications limitée, qui est maintenant de 15 minutes. En soumettant un résumé en réponse à cet appel de communications, les auteurs consentent à ce que leurs projets ainsi que leurs noms et affiliations soient publiés dans le site de la SHA ou mentionnés dans d’autres médias.

Renseignements généraux

Le comité organisateur du colloque de 2014 de la SHA encourage les participants à soumettre divers types de projets de communications. Il pourrait s’agir de symposiums traditionnels, de symposiums électroniques, de discussions entre experts ou de groupes de discussion de trois minutes.

Notez que chaque organisateur d’une séance de communications peut déterminer à son gré la durée de chaque communication faisant partie de la séance. Les séances peuvent être composées d’exposés, de la participation de panélistes et de groupes de discussion. Plus d’une « ronde de discussion » est permise dans le cadre d’un symposium et la participation d’un panéliste est recommandée, mais non obligatoire. Toutes les communications doivent avoir une durée maximale de 15 minutes. Nous encourageons fortement les participants à soumettre des affiches, puisque cela favoriserait la visibilité de l’événement au Centre des congrès de Québec.

Pendant la conférence, les participants seront autorisés à agir à titre :

  • d’organisateur de symposium principal à une reprise pendant le colloque;
  • de principal auteur d’une communication ou d’une affiche à une reprise pendant le colloque;
  • de panéliste à une reprise pendant le colloque;
  • de participant à une discussion entre experts ou à un groupe de discussion à une reprise pendant le colloque;
  • de modérateur (lors de discussions entre experts ou d’un groupe de discussion) à une reprise pendant le colloque;
  • d’auteur d’une communication secondaire ou d’organisateur secondaire autant de fois que souhaité pendant le colloque. Le non-chevauchement des séances de communications ne peut pas être garanti, mais tous les efforts seront déployés pour l’éviter. 

Les organisateurs de chaque séance de communications et les conférenciers qui souhaitent participer au colloque 2014 de la SHA doivent soumettre leurs projets de communications

avant le 10 juillet.

De plus, les conférenciers, les organisateurs et les panélistes doivent s’inscrire au colloque à l’automne et payer la totalité des frais exigés, sinon ils ne pourront pas présenter leurs travaux.

Types de communications acceptées et exigences

  • Communications et affiches individuelles

On entend par communication tout exposé théorique ou méthodologique, ou encore toute information qui synthétise les résultats d’études sur des sujets de portée régionale ou d’actualité ou qui présente des recherches en cours ou les découvertes découlant d’études à petite échelle.

Au moyen de l’information et des mots clés fournis, le responsable du programme du colloque classera les communications individuelles soumises en séances organisées par sujet, région ou période et nommera un responsable pour chaque séance de communications.

Note : Si vous donnez un exposé dans le cadre d’un symposium, votre communication n’est pas considérée comme individuelle. Vous devez soumettre votre communication à titre de conférencier participant à un symposium.

On entend par affiche tout montage isolé contenant notamment du texte et des images et illustrant des projets de recherche en cours ou terminés. Des tableaux d’affichage seront fournis et de l’équipement électronique pourrait être offert moyennant certains frais additionnels. Les auteurs doivent installer leurs propres montages et être présents pendant la séance de présentation d’affiches auxquels ils participent.

  • Symposium traditionnel

Il s’agit d’une conférence au cours de laquelle sont présentées au moins quatre communications traitant d’un thème, d’une région ou d’un projet en particulier. Toutes les communications présentées dans le cadre d’un symposium doivent avoir une durée de 15 minutes maximum. Nous incitons les organisateurs à présenter des communications qui traitent des aspects terrestres et subaquatiques des sujets choisis. 

Les organisateurs de symposiums doivent publier en ligne le résumé et le titre de leur symposium avant de recevoir les résumés des communications des participants pour éviter des erreurs lors de l’envoi des communications. De plus, ils doivent s’assurer que tous les participants à leurs symposiums envoient leurs résumés et leurs paiements complets avant la date de fin de l’appel de communications. 

Les participants doivent communiquer avec les organisateurs pour tout changement relatif au titre d’une de communication ou au résumé d’une communication, ou encore pour toute demande d’équipement audiovisuel, question relative à l’ordre de présentation des exposés ou annulation d’une participation. Les organisateurs doivent communiquer tout changement relatif aux auteurs, aux conférenciers ou aux affiliations au coordonnateur de l’inscription et de la logistique, à l’adresse suivante : registration.sha2014@conferium.com.

Les organisateurs de symposiums doivent soumettre un résumé de 150 mots du projet de séance proposé en ligne, la liste des participants à leurs symposiums (qui devront aussi soumettre un résumé de 150 mots de leurs projets de communications) ainsi que 3 mots clés.

  • Symposium électronique

Un symposium électronique a la même structure de base qu’un symposium traditionnel. Toutefois, les versions finales des communications proposées doivent être envoyées sur le site Internet du colloque en décembre, soit bien avant l’assemblée annuelle. Les personnes qui prévoient assister au symposium peuvent donc lire les communications à l’avance. Par conséquent, les participants au symposium n’auront pas à lire leurs communications pendant le symposium, même si nous recommandons que chaque conférencier présente un court résumé de sa communication (5 minutes et moins) après le discours d’introduction de l’organisateur. À la différence d’un symposium traditionnel, l’essentiel du programme d’un symposium électronique consiste en des discussions entre les conférenciers et l’audience. Le programme du symposium contiendra une liste des conférenciers, mais aucune plage horaire particulière ne sera assignée à chacun de ceux-ci. Les symposiums électroniques sont un moyen novateur qui permet d’explorer en profondeur des théories, idées ou projets particuliers au cours du colloque, puisque les participants et les membres de l’audience auront déjà lu les communications présentées.

Les participants doivent communiquer avec les organisateurs pour tout changement relatif au titre d’une communication ou au résumé d’une communication, ou encore pour toute demande d’équipement audiovisuel, question relative à l’ordre de présentation des exposés ou annulation d’une participation. Les organisateurs doivent communiquer tout changement relatif aux auteurs, aux conférenciers ou aux affiliations au coordonnateur de l’inscription et de la logistique, à l’adresse suivante : registration.sha2014@conferium.com.

  • Forums et discussions entre experts

Il s’agit de réunions moins structurées, d’une durée variant habituellement entre une heure et demie et trois heures, organisées autour d’une discussion sur un sujet qui sera traité par un panéliste invité. Les membres de l’audience sont invités à participer à la discussion. Les projets de discussions entre experts doivent indiquer le nom d’un modérateur et celui de tous les panélistes participants (normalement 6 participants pour une discussion d’une durée d’une heure et demie). Le modérateur doit soumettre un résumé du sujet de discussion et une liste de tous les panélistes participants.

  • Groupes de discussion de trois minutes portant sur des artéfacts : Les enjeux prioritaires

Il s’agit d’une réunion d’une durée d’une heure et demie composée de cinq exposés de trois minutes toutes les demi-heures et suivies d’une discussion de 15 minutes. Les sujets traités concernent un artéfact ou des groupes d’artéfacts particuliers et doivent être liés au thème du colloque. Si vous souhaitez donner un exposé de trois minutes dans le cadre d’un groupe de discussion, veuillez communiquer avec Rebecca Allen, à l’adresse suivante : rallen@esassoc.com.

  • Étudiants conférenciers

Les étudiants qui souhaitent présenter des communications individuelles ou participer à un symposium peuvent soumettre leurs communications dans le cadre du concours annuel « Student Paper Prize Competition », à l’adresse www.sha.org/documents/2014Studentpaperguidelines.pdf. Pour participer, les étudiants doivent être membres de la SHA avant de soumettre leurs communications. Les communications peuvent être rédigées par trois auteurs maximum, toutefois tous les auteurs doivent être des étudiants et des membres de la SHA. Pour toute question concernant le concours Student Paper Prize Competition, communiquez avec Jamie Brandon par courriel, à l’adresse jbrando@uark.edu, ou encore par téléphone au 479 879-6229.

  • Dîners-discussions

Si vous avez des suggestions de sujets à traiter pendant un dîner-discussion ou si vous souhaitez organiser un tel dîner, communiquez avec le coordonnateur de l’inscription et de la logistique à l’adresse registration.sha2014@conferium.com, en prenant soin de joindre une courte description du sujet proposé.

Inscription au colloque et soumission de communications

Nous recommandons fortement aux personnes qui souhaitent répondre au présent appel de communications d’utiliser le système d’inscription en ligne, qui sera accessible à l’adresse www.sha2014.comà partir du 1er mai 2013.

La période d’inscription et de soumission de communications est du 1er mai au 10 juillet 2013.

Si vous ne pouvez pas utiliser le système d’inscription au colloque de la SHA en ligne et que vous devez donc soumettre une communication par la poste, veuillez l’envoyer à l’attention du coordonnateur de l’inscription et de la logistique à l’adresse suivante :

SHA Québec 2014
Conferium inc.
580, Grande Allée Est, bureau 140
Québec (Québec)
Canada  G1R 2K2
registration.sha2014@conferium.com

Date limite pour l’envoi de résumés de communications

La date limite pour l’envoi de résumés de communications est le 10 juillet 2013.

La date indiquée sur le cachet apposé sur les enveloppes contenant les résumés de communications envoyés par la poste doit être antérieure ou égale au 10 juillet 2013. Aucun résumé de communication ne sera accepté après le 10 juillet 2013.

Critères d’admissibilité

Les participants n’ont pas à être membres de la SHA pour donner un exposé dans le cadre du colloque sur l’archéologie historique et subaquatique 2014. Toutefois, pour participer au colloque, les participants et leurs communications doivent respecter le code d’éthique de la SHA. Les participants qui soumettent des communications doivent lire, comprendre et s’engager à respecter les principes du code d’éthique de la SHA ci-dessous. 

Code d’éthique de la SHA / SHA Ethics Statement

Adopted 21 June 2003

Historical archaeologists study, interpret and preserve archaeological sites, artifacts and documents from or related to literate societies over the past 600 years for the benefit of present and future peoples. In conducting archaeology, individuals incur certain obligations to the archaeological record, colleagues, employers and the public. These obligations are integral to professionalism. This document presents ethical principles for the practice of historical archaeology. All members of The Society for Historical Archaeology, and others who actively participate in society-sponsored activities, shall support and follow the ethical principles of the society. All historical archaeologists and those in allied fields are encouraged to adhere to these principles.

  • Principle 1

Members of the Society for Historical Archaeology have a duty to adhere to professional standards of ethics and practices in their research, teaching, reporting, and interactions with the public.

  • Principle 2

Members of the Society for Historical Archaeology have a duty to encourage and support the long-term preservation and effective management of archaeological sites and collections, from both terrestrial and underwater contexts, for the benefit of humanity.

  • Principle 3

Members of the Society for Historical Archaeology have a duty to disseminate research results to scholars in an accessible, honest and timely manner.

  • Principle 4

Members of the Society for Historical Archaeology have a duty to collect data accurately during investigations so that reliable data sets and site documentation are produced, and to see that these materials are appropriately curated for future generations.

  • Principle 5

Members of the Society for Historical Archaeology have a duty in their professional activities to respect the dignity and human rights of others.

  • Principle 6

Items from archaeological contexts shall not be traded, sold, bought or bartered as commercial goods, and it is unethical to take actions for the purpose of establishing the commercial value of objects from archaeological sites or property that may lead to their destruction, dispersal, or exploitation.

  • Principle 7

Members of the Society for Historical Archaeology encourage education about archaeology, strive to engage citizens in the research process and publicly disseminate the major findings of their research, to the extent compatible with resource protection and legal obligations.

Renseignements supplémentaires et mises à jour

De l’information détaillée et régulièrement mise à jour sera publiée sur le site Internet du colloque, à l’adresse www.sha2014.com.

Suivez le colloque 2014 de la SHA sur Facebook au www.facebook.com/SocietyforHistoricalArchaeology (page de l’événement : www.facebook.com/events/102958843222789/), sur le blogue de la SHA au www.sha.org/blog, et sur Twitter à l’adresse twitter.com/sha_org (mot-clic #sha2014).

Pour toute question, communiquez avec le coordonnateur de l’inscription et de la logistique, à l’adresse suivante : registration.sha2014@conferium.com

Lieux

  • Québec, Canada

Dates

  • mercredi 10 juillet 2013

Mots-clés

  • archéologie historique, archéologie subaquatique

Contacts

  • William Moss
    courriel : sha2014quebec [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • William Moss
    courriel : sha2014quebec [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les enjeux prioritaires, une évaluation critique de l’archéologie historique au XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 18 avril 2013, http://calenda.org/244718