AccueilAprès les intellectuels ?

Après les intellectuels ?

L'éthique et la philosophie comme critique et intervention sociales aujourd'hui

*  *  *

Publié le jeudi 18 avril 2013 par Élodie Faath

Résumé

La philosophie et l’éthique sont pour partie, depuis leur apparition, des entreprises critiques à portée sociale et politique, dont les modalités et les finalités  varient selon les configurations du pouvoir et les contextes historiques ou nationaux. Du sage traditionnel au « taon » de Socrate, en passant par les clercs médiévaux et les philosophes des Lumières, la modernité a ajouté les figures du savant, de l’expert et de l’intellectuel, celui « qui se mêle de ce qui ne le regarde pas » (Sartre). Dans le dernier tiers du XXe siècle, les postures changent : le « grand intellectuel » universaliste et prophétique laisse place à celles de l’intellectuel « spécifique » (Foucault), lui-même proche de l’intellectuel-expert ou de l’universitaire-consultant, auxquelles s’ajoutent enfin depuis peu celle de l’« éthicien ». Aujourd’hui, comment les philosophes et les éthiciens comprennent-ils leur engagement critique et le contexte de leur intervention ?

Annonce

Présentation

La configuration générale du pouvoir, du savoir, de l’autorité et de l’espace public apparaît en effet fort différente au début du XXIe siècle de ce qu’elle pouvait être il y a seulement 30 ans.

Tout d’abord, en ce qui concerne le pouvoir, celui-ci ne se conjugue pas nécessairement avec l’étatique ou même le politique, si l’on retient le pouvoir spécifique des normes sociales. Au rôle instituant et à la centralité de l’État se sont substituées la dissémination des lieux décisionnels et la multiplication des acteurs (gouvernance), l’affaiblissement des pouvoirs publics dans le domaine économique (mondialisation) et le rétrécissement du domaine des valeurs communes (pluralisme). Sur quoi portent alors la critique et l’intervention, quels leviers de changement prétendent-elles activer ?

Durant la même période, la philosophie comme l’éthique se sont professionnalisées, spécialisées et institutionnalisées de manière nouvelle dans les établissements universitaires soumis aux pressions de l’économie du savoir : en quoi cela affecte-t-il le capital symbolique acquis dans leur discipline, et leur conférant un pouvoir d’influence en dehors de celle-ci ? Comment repenser, dans ces conditions, les dimensions épistémologiques de leur engagement, par exemple en ce qui concerne la normativité interpellée ou le type de raison pratique mobilisée ?

De plus, l’engagement critique de la philosophie et de l’éthique prend désormais place dans des sociétés où l’autorité a été largement remise en question : si les philosophies de l’histoire sont en panne et si une position de surplomb n’est plus guère disponible, comment la reconnaissance et la crédibilité de la parole des philosophes et éthiciens s’établissent-elles ? Leurs discours se rapprochent-ils désormais de la parole de n’importe quel citoyen, la critique se confondant avec la contestation ?

Enfin, les destinataires ou les publics visés par l’activité critique apparaissent plus diversifiés : espaces semi-publics ou privés de l’intervention éthique, forums et groupes citoyens nationaux et internationaux, etc. Avec l’avènement des « médias sociaux » ou de la réalité sociale devenue « virtuelle », comment se constituent les publics auxquels pensent s’adresser ces discours, et en quoi sortent-ils transformés par l’irruption de la critique philosophique ou éthique ?

Ce colloque international d’une journée, parrainé par la Chaire d’éthique appliquée et le Département de philosophie de l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada), se veut l’occasion de faire le point sur ces enjeux et d’explorer les perspectives d’avenir. Chaque participant sera invité à s’interroger spécifiquement sur une des relations identifiées ci-dessus : rapport au pouvoir, rapport au savoir, rapport à l’autorité, rapport aux publics. Le colloque mettra en présence, voire en confrontation, les analyses et propositions d’au moins deux participants sur chacune de ces questions, afin de mettre les idées en mouvement.

Programme

8h45-9h00 Mot de bienvenue et problématique du colloque, André Duhamel, Université de Sherbrooke

L’ancrage problématique dans un savoir

9h00-10h45

Présidence : André Lacroix, Université de Sherbrooke

  • Marc Maesschalck, Université catholique de Louvain, Belgique,  L’accroissement du savoir en situation. Rôle et limite de l’intervention philosophique dans une pratique de ‘formation-recherche’
  • Daniel Tanguay, Université d’Ottawa,  Le philosophe et le politique
  • Allison Marchildon, Université de Sherbrooke,  La chercheure, l’éthique et le pouvoir

10h45-11h00 Pause

L’autorité de la parole publique

11h00-12h10

Présidence : André Duhamel, Université de Sherbrooke

  • Alain Létourneau, Université de Sherbrooke, Les pratiques de l’inter-régulation : éclairages pour l’éventuelle alternative entre l’expertise et l’engagement
  • Rachel Nigro, Pontifica Universidade Catolica, Brésil, La dimension performative du langage: pour penser une éthique pragmatique

12h10-14h00    Dîner

Les publics et leurs problèmes

14h00-15h10

Présidence : André Duhamel, Université de Sherbrooke

  • Luc Bégin, Université Laval, L’auto-constitution des «publics»
  • Christian Nadeau, Université de Montréal,  Vitam impendere vero : la vérité dans le débat public

15h10-15h20 Pause

Quel pouvoir pour la philosophie ?

15h20-16h45

Présidence : André Lacroix, Université de Sherbrooke

  • Alain Renaut, Université de Paris IV-Sorbonne, Paris, A quel(s) pouvoirs la philosophie est-elle à même d'être candidate aujourd'hui ? La question des compétences du philosophe
  • Daniel Weinstock, Université McGill,  Que peut la philosophie ?

16h45-17h15 Plénière

17h15 Bilan-synthèse et clôture du colloque

Lieux

  • Université Laval, pavillon Charles-de-Koninck, salle 1451 - 2325, rue de l'Université
    Québec, Canada (G1V 0A6)

Dates

  • mercredi 08 mai 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • philosophie, éthique, critique, intervention, société, pouvoir, vérité, espace public

Contacts

  • André Duhamel
    courriel : Andre [dot] Duhamel [at] USherbrooke [dot] ca

URLS de référence

Source de l'information

  • André Duhamel
    courriel : Andre [dot] Duhamel [at] USherbrooke [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Après les intellectuels ? », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 18 avril 2013, http://calenda.org/245102