AccueilLa connaissance du génocide des Arméniens

La connaissance du génocide des Arméniens

Les enjeux en France d'une loi de pénalisation

*  *  *

Publié le jeudi 18 avril 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Cette journée prolonge la sortie de La loi peut-elle dire l’histoire ? Droit, justice et Histoire, (sous la direction de Bertrand Favreau, éd. Bruylant, novembre 2012) et de Légiférer sur la contestation des génocides : débats et enjeux, (dossier de la Revue arménienne des questions contemporaines, n°15, décembre 2012). Le 27 avril, plusieurs communications reviendront sur l’état de l’historiographie comme de l’enseignement du premier génocide de cet « âge des extrêmes », sur l’engagement des intellectuels devenus des dreyfusards, sur la première des lois dites « mémorielles » (loi Gayssot), sur les problématiques politiques, juridiques et judiciaires, comme sur la question de la mémoire et de l’Histoire, de la Justice et de la Loi. Une table ronde, réunissant là encore historiens, politistes, juristes, sociologues, permettra de s’interroger à la fois les enjeux et la diffusion des savoirs sur cette question.

Annonce

À la suite des différentes lois dites « mémorielles », de la proposition de « loi Boyer » comme de la reprise, par certains politiques, de l'idée d'une pénalisation de la contestation du génocide perpétré contre les Arméniens en 1915, le Groupe de travail « Mémoire, histoire, archives » de la Ligue des Droits de l’Homme et la Revue arménienne des questions contemporaines, en partenariat avec le Comité de Vigilance face aux Usages Publics de l’Histoire, organisent une Journée d’étude sur la connaissance de ce génocide et ses enjeux notamment en France.  

 

Inscription obligatoire avant le 23 avril : Christelle Poglio, Service communication LDH

 

Tel : 01 56 55 51 07 ; communication@ldh-france.org

 

Participation aux frais du buffet : 12 euros

Programme

Matinée 

présidée par Henri Leclerc 

9 h 30. Ouverture de la journée d’étude par les co-organisateurs

  • Boris Adjemian pour la Revue arménienne des questions contemporaines
  • Gilles Manceron et Emmanuel Naquet, co-délégués du Groupe de travail « Mémoire, histoire, archives » de la LDH
  • Gérard Noiriel pour le CVUH
  • 10 h. Le point historiographique sur les massacres des Arméniens et leur qualification, par Raymond Kévorkian
  • 10 h 30. L’engagement des dreyfusards et des démocrates sur ce sujet et l’importance du premier génocide du XXe siècle, par Gilles Manceron et Emmanuel Naquet
  • 11 h. La « loi Gayssot », son historique et les débats qu’elle a suscités, par Danièle Lochak
  • 11 h 30. Le cas de la proposition de « loi Boyer », par Vincent Duclert
  • 12 h. Retour sur la censure de la « loi Boyer » par le Conseil constitutionnel, par Sévane Garibian

12 h 30. Pause déjeuner (sur place)

Après-midi 

présidée par Danièle Lochak

  • 13 h 30. L’enseignement en France de cette question, par Laurence De Cock
  • 14 h. Faire connaître au public aujourd’hui le génocide arménien : proposition d’une institution publique d’information et de formation des enseignants, par Pierre Tartakowsky
  • 14 h 15. Les enjeux actuels dans la société française et en Turquie, par Michel Marian

15 h. Table ronde : Les enjeux de la pénalisation en France de la négation du génocide arménien. Quelles mesures pourraient mieux faire connaître son histoire ?

avec Boris Adjemian, Jean-Pierre Chrétien, Sévane Garibian, Dzovinar Kevonian, Henri Leclerc, Michel Marian, Emmanuel Terray, Sophie Wahnich

  • 17 h. Conclusions, par Anne Jollet

Intervenants

  • Henri Leclerc, avocat à la Cour, vice-président de la Commission consultative des droits de l'Homme
  • Boris Adjemian, historien, docteur en Histoire, membre du conseil de rédaction de la Revue arménienne des questions contemporaines
  • Gilles Manceron, historien, auteur de plusieurs ouvrages sur les questions coloniales et les problématiques de mémoires
  • Gérard Noiriel, historien, docteur en histoire, directeur d'études à l'EHESS
  • Raymond Kévorkian, historien, docteur d'État en histoire contemporaine et directeur de la Revue d’Histoire arménienne contemporaine
  • Danièle Lochak, juriste, docteur en droit, agrégée des facultés de droit, professeur émérite de droit public à l'Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Vincent Duclert, historien, agrégé d'histoire, enseignant à l'École des hautes études en sciences sociales
  • Sévane Garibian, juriste, docteure en droit, maître assistante au département de droit pénal de l'Université de Genève
  • Laurence De Cock, historienne, professeure agrégée au lycée Joliot-Curie de Nanterre et à l'IUFM de Versailles
  • Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des Droits de l'Homme
  • Michel Marian, politiste, normalien, énarque, agrégé de philosophie, maître de conférences à l’IEP Paris
  • Jean-Pierre Chrétien, historien, directeur de recherches au CNRS,
  • Emmanuel Terray, anthropologue, normalien, agrégé de philosophie, directeur d'études à l'EHESS
  • Sophie Wahnich, historienne, agrégée et docteure en histoire, habilitée à diriger des recherches, directrice de recherche au CNRS
  • Anne Jollet, historienne, agrégée et docteure en histoire, maître de conférences à l'Université de Poitiers
  • Emmanuel Naquet, docteur en Histoire de l’IEP de Paris et enseignant en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles, chercheur au Centre d’Histoire de Sciences Po Paris

Lieux

  • Siège de la LDH, salle Alfred-Dreyfus - 138 rue Marcadet
    Paris, France (75018)

Dates

  • samedi 27 avril 2013

Mots-clés

  • génocide, Arméniens, histoire, historiographie, mémoire, justice, loi, engagement, éducation

Contacts

  • Emmanuel Naquet
    courriel : emmanuel [dot] naquet [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Emmanuel Naquet
    courriel : emmanuel [dot] naquet [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La connaissance du génocide des Arméniens », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 18 avril 2013, http://calenda.org/245111