AccueilFormes et conditions de sortie de la vulnérabilité sociale en milieux populaires

*  *  *

Publié le mardi 16 avril 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Organisé du 3 au 5 juin 2013 à l’Université Lyon 2, ce colloque s’intéresse aux populations des quartiers populaires touchées par des formes d’incertitude et de vulnérabilité sociales. Il vise à réfléchir à la notion de « vulnérabilité », à la place et à l'action des institutions dans les parcours de familles populaires ou de populations en situation de précarité économique, professionnelle et / ou résidentielle, ainsi qu’à saisir les logiques d'entrée et de renforcement de situations précaires et, à l'inverse, à identifier celles qui les atténuent ou en favorisent la « sortie ».

Annonce

Argumentaire

Organisé par le Centre Max Weber (UMR 5283 CNRS), ce colloque prolonge un ensemble de travaux, réalisés dans le cadre de l’axe « Connaissance des populations vulnérables et genèse des vulnérabilités » du programme ANR Vulnérabilités : à l’articulation du sanitaire et du social.

Le projet ANR proposait de mieux connaître les populations des quartiers populaires touchées par des formes de disqualification sociale et d’incertitude, d’étudier la genèse des parcours individuels et familiaux et de comprendre les conditions favorisant le maintien ou au contraire la « sortie » de situations sociales instables. Il visait à étudier les effets conjugués, positivement ou négativement, des dispositifs institutionnels mis en œuvre pour aider les individus et les familles, du travail d’aide auprès des populations d’associations locales, et des différentes « ressources » (relationnelles, familiales, matérielles, scolaires, etc.) dont disposent les individus.

Le projet a donné lieu à un ensemble de travaux analysant les processus de socialisation en milieux populaires, en particulier les modes d’appropriation des logiques institutionnelles de socialisation par les jeunes et les familles. Ces travaux de recherche ont porté sur les ruptures scolaires des collégiens, sur les parcours vulnérables d’emploi des jeunes, sur les effets des démolitions d’immeuble sur les configurations familiales, les conditions de relogement et les réseaux de voisinage dans le cadre de la politique de rénovation urbaine, ainsi que sur des parcours de footballeurs en formation ou professionnels d’origines populaires.

L’objectif de ce colloque est de questionner, sur trois journées, avec d’autres chercheur(e)s extérieurs à ce projet ANR mais travaillant sur des objets proches et/ou ayant des démarches relativement similaires, ces parcours sociaux « déstabilisés » ou marqués par différentes formes de précarité, en lien avec des politiques d’encadrement des milieux populaires. Une réflexion critique sera également engagée sur les catégorisations institutionnelles ou d’expertise existant pour définir actuellement les groupes sociaux les plus dominés (telle que la notion de personnes « vulnérables ») et les enjeux associés à leur usage (ou non) par les chercheurs.

Ce colloque est ouvert à tous (doctorants, étudiants, chercheurs, travailleurs sociaux, toute personne intéressée par sa thématique). L’entrée est gratuite, avec obligation d’inscription : il vous suffit d’adresser un mail à inscriptioncolloquefcsvmp@gmail.com en précisant votre nom, votre statut et le (ou les) jour(s) de votre venue.

Date limite d’inscription : 15 mai.

Toutes les informations sont disponibles sur le site : http://fcsvmp.hypotheses.org/

Programme

3 Juin 2013

« La "vulnérabilité" et les classes populaires : les écueils d'un concept »

Cette journée vise à mettre en débats la catégorie institutionnelle de la « vulnérabilité » et à réfléchir aux modalités de l’interprétation sociologique des formes d’incertitude et de précarisation des milieux populaires. Il s’agit donc de discuter des notions et des catégories d’analyse éclairant les travaux de recherche sur les milieux populaires.

Discutant de la journée : Daniel Thin, professeur de sociologie à l’université Lyon 2

9h30 Accueil

10h-10h15 Ouverture des journées par Sylvia Faure, professeure de sociologie à l’université Lyon 2

10h15-12h00

  • Daniel Thin, professeur de sociologie à l’université Lyon 2 : « De l'usage et de l’abandon d'une notion encombrante »
  • Hélène Thomas, professeure de science politique à Aix-Marseille université, Laboratoire de théorie du droit, psychanalyste :« Toutes fragiles, tous vulnérables ? »

14h-15h50

  • Claude Grignon, directeur de recherche honoraire (DR1) à l’INRA (Département d'Economie et de Sociologie) : « L’inégalité des risques »
  • Valérie Becquet, maître de conférences en sociologie à l’Université de Cergy-Pontoise et membre du laboratoire École, Mutations, Apprentissages : « "Jeune vulnérable" : une catégorie d’analyse pertinente en sociologie de la jeunesse ? »

16h15-17h45  Table-ronde. Discutant : Stéphane Beaud, professeur de sociologie à l’ENS Paris

4 Juin 2013

« Dispositifs institutionnels et classes populaires : injonctions, socialisation et appropriations »

Cette journée s’intéresse à la place et à l'action des institutions dans les parcours de familles populaires ou de populations en situation de précarité économique, professionnelle et/ou résidentielle. Il s’agit de discuter des modes de socialisation institutionnels (mais aussi des présupposés et des attentes institutionnels envers les milieux populaires) et des rapports entre ces « dispositifs » et les individus, rapports variables en fonction de leurs ressources.

Discutant de la journée : Gérard Mauger, directeur de recherche au CNRS et chercheur au CESSP

9h-11h45

  • Sylvia Faure, professeure de sociologie à l’université Lyon 2, et Pierre Gilbert, doctorant à l’université Lyon 2 : « Des parcours résidentiels sous contraintes : les milieux populaires face à la rénovation urbaine »
  • Daniel Thin, professeur de sociologie à l’université Lyon 2 : « Des groupes de femmes de quartiers populaires entre interpellation des institutions et reprise des logiques institutionnelles »
  • Sarah Abdelnour, docteure en sociologie, rattachée au Centre Maurice Halbwachs (CNRS-EHESS-ENS), ATER à Sciences Po Paris : « L’auto-entrepreneur au service des exclus de la société salariale ?De la stratégie de présentation aux usages d’un dispositif de cumul des revenus »

11h45-12h30 Questions / échanges

14h-16h15

  • Ugo Palheta, maître de conférences en Sciences de l’éducation à l’université de Lille 3, chercheur rattaché à l’équipe Proféor du CIREL(EA4354), et chercheur associé à l’OSC et au GRESCO : « Résister à la domination scolaire. Les ambivalences des conduites anti-école dans l'enseignement professionnel »
  • Gaële Henri-Panabière, maître de conférences à l’université Paris Descartes-Sorbonne, et Julien Bertrand, maître de conférences à l’université de Toulouse: « Parcours scolaires d’enfants de familles nombreuses : le poids des temporalités et des régulations domestiques »
  • Daniel Thin, professeur de sociologie à l’université Lyon 2,  et Mathias Millet,  maître de conférences en sociologie à l’université de Poitiers : « Que sont-ils devenus ? Parcours d'une jeunesse en mal d’avenir »

5 Juin 2013

« Ce qui fait ressource et ce qui fait obstacle : parcours en milieux populaires et diversité des supports »

Cette journée porte sur les supports et leur configuration à l'œuvre dans les conditions d'entrée et de sortie de situations instables ou aggravant la précarité des milieux populaires. Il s’agit de saisir les logiques d'entrée, de renforcement de situations précaires et, à l'inverse, d'identifier celles qui les atténuent ou en favorisent la « sortie ».

Discutantes de la journée : Virginie Muniglia et Céline Rothé, ingénieures d'études et de recherche au Département SHSCs - EHESP

9h-11h45

  • Ana Perrin-Heredia, post-doctorante au Centre de sociologie des organisations (CNRS-Sciences-po Paris) : « Faire avec ce qu’on (n’)a (pas) : gestion des comptes et conditions de (sur)vie en milieux populaires »
  • Eliane Le Dantec, maître de conférences en sociologie à l'université de Perpignan Via Domitia, et Laurence Faure, maître de conférences en sociologie à l’université Lyon 2 : « Comment "faire face" malgré tout ? Les supports mobilisables par les jeunes des classes populaires : un jeu de ressources et d’entraves aux ressorts objectifs et subjectifs imbriqués »
  • Frédéric Rasera, docteur en sociologie et Ater à l’université Lyon 2, et Julien Bertrand, maître de conférences en sociologie à l’université de Toulouse : « Au-delà du "miracle" social : les conditions sociales d'entrée sur le marché du travail footballistique de jeunes issus des milieux populaires »

11h45-12h30 Questions / échanges

14h-15h30

  • Virginie Muniglia, doctorante en sociologie à l’EHESS (CMH-UMR 8097 / CRAPE-UMR 6051) et ingénieur d’étude à l’EHESP, et Céline Rothé, docteur en sciences politiques (CRAPE-UMR 6051) et ingénieur de recherche à l’EHESP : « Les parcours des jeunes vulnérables au sein du système d’aide, une construction à l’interaction des logiques d’intervention professionnelles et des logiques de recours à l’aide sociale »
  • Caroline Mazaud, post-doctorante, membre du centre nantais de sociologie (Cens) : « Les jeunes sans diplôme face aux dispositifs d’accompagnement socioprofessionnel. Enquête dans trois organismes de formation » (titre provisoire)

16h-17h Discussion finale et clôture des journées

Lieux

  • Université Lumière Lyon 2 - Campus Berges du Rhône, Amphithéâtre Fugier (bâtiment Athéna) - 74 rue Pasteur
    Lyon, France (69007)

Dates

  • lundi 03 juin 2013
  • mardi 04 juin 2013
  • mercredi 05 juin 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • milieux populaires, vulnérabilité sociale, dispositifs institutionnels, socialisation, ressources

Contacts

  • Émilie Saunier
    courriel : emiliesaunier [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Émilie Saunier
    courriel : emiliesaunier [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Formes et conditions de sortie de la vulnérabilité sociale en milieux populaires », Colloque, Calenda, Publié le mardi 16 avril 2013, http://calenda.org/245502