AccueilLire la littérature et les arts visuels du monde anglophone avec le Lacan de l’après-encore

Lire la littérature et les arts visuels du monde anglophone avec le Lacan de l’après-encore

Reading English-language Arts and Literature with the Later Lacan

*  *  *

Publié le vendredi 26 avril 2013 par Elsa Zotian

Résumé

En France, la théorie lacanienne est peu usitée dans l’analyse des objets de la culture, et ceci depuis quelques décennies. Si, dans l’après-coup de la publication de Écrits (1966), il y eut une fascination analytique avec la captation imaginaire du stade du miroir et son interaction avec les structures de l’ordre symbolique, depuis les années 1980, l’engagement critique avec la théorie lacanienne est passé en mode mineur. Aujourd’hui, en raison de la montée en puissance des conceptions scientistes de l’être humain (au niveau de l’intelligence, du comportement, de la reproduction, des limites du corps, de la mort), la théorie lacanienne se révèle d’une importance capitale de par son postulat fondamental du sujet en tant qu’être singulier et irréductible, unique et incalculable, définitivement hors de portée de l’objectivation scientifique.

Annonce

E-rea (Revue électronique d’études sur le monde anglophone)  prépare un volume spécial pour une publication prévue à l’automne 2014.

Argumentaire

En France, la théorie lacanienne est peu usitée dans l’analyse des objets de la culture, et ceci depuis quelques décennies. Si, dans l’après-coup de la publication de Écrits (1966), il y eut une fascination analytique avec la captation imaginaire du stade du miroir et son interaction avec les structures de l’ordre symbolique, depuis les années 1980, l’engagement critique avec la théorie lacanienne est passé en mode mineur, et ceci pour plusieurs raisons : la réputation de difficulté qui s’attache tant au style de Jacques Lacan qu’aux concepts théoriques ; l’opposition de nombreuses féministes à l’idée que le signifiant ‘phallus’ aurait un rôle déterminant pour la subjectivité, et le rétrécissement général du champ de la théorie dans les études littéraires.

Aujourd’hui, en raison de la montée en puissance des conceptions scientistes de l’être humain (au niveau de l’intelligence, du comportement, de la reproduction, des limites du corps, de la mort), la théorie lacanienne se révèle d’une importance capitale de par son postulat fondamental du sujet en tant qu’être singulier et irréductible, unique et incalculable, définitivement hors de portée de l’objectivation scientifique. C’est le concept lacanien du réel qui donne tout son poids à cette proposition. Le réel pointe l’endroit où tout système échoue, où le signifiant rencontre son impasse, et aussi, l’au-delà du signifiant : ce que le langage n’a pas (encore et/ou ne pourra jamais) capté, et par-là même, l’impossibilité constitutive du signifiant à tout-dire, à produire un tout. Quelque chose échappe toujours à son étreinte. De manière analogue, ce quelque chose ‘qui manque’ qu’est l’objet a du mythe des origines produit par Lacan complexifie la notion du sujet divisé (le sujet du signifiant) en y rajoutant une ‘fixion’ (à la fois fixation et fiction). La jouissance du corps (toujours réelle, non-symbolisable, mais ‘civilisée’ par lalangue présymbolique) est impliquée dans cette « fixion », « bouleversant l’identité à soi » du sujet (Joan Copjec, Imagine There’s No Woman: Ethics and Sublimation, 2002). C’est dans cette optique d’une rencontre imprévisible dans ses effets entre le corps et lalangue que Lacan énonce : « Le Réel, c’est le mystère du corps parlant » (Colette Soler, Lacan, l’inconscient réinventé, 2009).

Le retour en faveur de Lacan parmi les analystes de la culture anglophone est largement à mettre au compte de Slavoj Zizek (Enjoy Your Symptom: Jacques Lacan in Hollywood and Out, 1992) ; ses analyses audacieuses du cinéma et de la littérature, de la culture contemporaine en général ont ramené la théorie lacanienne dans la sphère du dicible, du pensable et peut-être même du désirable, redynamisant son potentiel pour la compréhension du sujet humain d’un point de vue qui tient compte de la structure (le langage), mais également de ce qui, imprévisible, échappe à la structure : le point toujours singulier de l’insertion subjective dans un moment historique particulier. Selon Alain Badiou, « [l]’apport de Lacan pour aujourd’hui est […] doublement fondamental : d’une part, il permet d’acquérir une compréhension structurale limpide de la crise comme crise (du) symbolique ; d’autre part, il sert à affirmer l’irréductibilité du sujet désirant comme tel » (Jacques Lacan : Passé Présent - Dialogue, 2012). C’est cette insistance sur la singularité radicale de chaque sujet, intrinsèque à la théorie lacanienne, qui en fait un outil pour penser contre les discours déterministes de notre époque.

C’est le cas pour ce qui concerne le discours capitaliste, mais pas seulement ; c’est vrai également pour la question de la différence sexuelle. Le débat sur les implications de la différence sexuelle est, dans la période actuelle, englué dans une opposition entre le sexe et le genre (on pourrait dire « Huston » vs. « Butler »). Par contraste, la théorie lacanienne de la sexuation consiste en une tentative de repenser la différence sexuelle d’un point de vue non-binaire. D’autres concepts nous permettent d’avancer sur des questions importantes : lalangue, par la lettre indivisée qui marque l’humain dès son entrée en contact avec le monde, subvertit l’autonomie supposée du sujet de l’axe imaginaire-symbolique. Si le symptôme indique pour le sujet le « point d’exception aux formes établies du lien social et se situe en relation à la jouissance du corps » (Lissy Canellopoulos, The Bodily Event, Jouissance and the (Post)Modern Subject 2010), le sinthome, lui, désigne la manière, toujours singulière, de nouer les registres du réel, du symbolique et de l’imaginaire, suppléant à l’occasion à l’absence du Nom-du-Père. Ce sont quelques-unes des dimensions de la théorie lacanienne encore peu visitées dans les analyses culturelles des anglicistes, qui pourront illuminer nos lectures de la littérature et d’autres arts du domaine anglophone.

En plus des travaux de Slavoj Zizek, des interventions notables dans le champ de l’analyse culturelle incluent "Eyes Wide Shut, The Woman Not Seen" de Ellie Ragland (European Journal of Psychoanalysis, 2005) ; la lecture faite par Juliet Flower MacCannell’s de The Handmaid’s Tale de Margaret Atwood dans “Things to Come: a Hysteric’s Guide to the Future Female Subject” (Supposing the Subject), ou bien les ouvrages de Joan Copjec.

Dans l’optique de susciter un regard nouveau sur cette orientation théorique et de revitaliser son potentiel pour la critique culturelle, E-rea sollicite des articles qui proposent une analyse lacanienne des productions artistiques du monde anglophone dans les domaines de la littérature, du théâtre, du cinéma, de la peinture et d’autres arts hybrides. Si le Séminaire XX, Encore, est souvent considéré comme le texte qui inaugure la période du dernier Lacan, et à ce titre, il peut servir de point de référence, toute analyse qui mobilise des concepts clés tel que la sexuation, lalangue, autre jouissance, l’éthique du sujet, le sinthome, ou ce concept élusif – l’amour – sera la bienvenue. S’adressant à une communauté large de chercheurs et d’étudiants des études anglophones, les concepts invoqués devront être clarifiés pour illuminer leur usage dans les analyses.

Modalités de soumission

Les articles pourront être rédigés en anglais ou français.

Les propositions devront être envoyées à : Jennifer Murray (jmurray@univ-fcomte.fr)

Calendrier

  • 30 septembre 2013 : propositions de titres avec résumés et 5 références bibliographiques

  • 15 octobre 2013 : notification d’acceptation des propositions pour double expertise en aveugle
  • 31 janvier 2014 : envoi des articles entièrement rédigés (6000-8000 mots)
  • 30 avril 2014 : avis des experts
  • 30 juin 2014 : envoi des textes corrigés Les consignes aux auteurs de E-rea peuvent être consultés à :

Consignes aux auteurs : http://erea.revues.org/344 

Responsable scientifique du numéro

  • Jennifer Murray, C.R.I.T. (EA 3224), Université de Franche-Comté

Dates

  • lundi 30 septembre 2013

Mots-clés

  • littérature anglophone

Contacts

  • Jennifer Murray
    courriel : jmurray [at] univ-fcomte [dot] fr

Source de l'information

  • Jennifer Murray
    courriel : jmurray [at] univ-fcomte [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Lire la littérature et les arts visuels du monde anglophone avec le Lacan de l’après-encore », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 26 avril 2013, http://calenda.org/246011