AccueilEffet de distance(s) : points de vue sur l'art

Effet de distance(s) : points de vue sur l'art

Effect of distance(s): points of view on art

Colloque d'histoire de l'art de l'université de Montréal

History of art conference - University of Montreal

*  *  *

Publié le mercredi 22 mai 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Les étudiants et étudiantes en histoire de l'art de l'Université de Montréal invitent leurs collègues des cycles supérieurs ainsi que les professeurs à participer à son premier colloque qui aura lieu le 8 novembre 2013 sous le thème : Effet de distance(s): points de vue sur l'art. Le colloque est ouvert à toutes les universités et tous les horizons disciplinaires. Les conférences peuvent être données en français ou en anglais. Le projet du colloque s'est élaboré à partir du constat selon lequel la distance est encore peu abordée dans la discipline de l'histoire de l'art. Nous proposons donc d'examiner l'art à travers le prisme du regard et de penser la distance, qu'elle soit sémantique ou formelle, comme catalyseur de la production artistique. Pour cela, nous proposons trois axes: la distance formelle, la distance du regard et la distance 2.0.

 

Annonce

Colloque organisé par les étudiants en histoire de l’art de l’Université de Montréal, le 8 novembre 2013

Argumentaire

« Quand je dis que je vois un objet à distance, je veux dire que je le tiens déjà ou que je le tiens encore, il est dans l’avenir ou dans le passé en même temps que dans l’espace. »
Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception

Prise dans son sens premier, la distance se définit comme un intervalle séparant une chose ou une personne d’une autre chose ou d’une autre personne. Elle se déploie à la fois dans l’espace (lieux) et dans le temps (moments). Si la distance est nécessairement un écart, elle n’implique pas, a priori, un ordre de grandeur, pouvant aller de la proximité familière à l’énigmatique lointain. Pour les disciplines des sciences dites humaines ou sociales, la distance est un outil indispensable. Connu sous le nom de distance critique, il s’agit du juste espace que nous créons entre nous et notre objet d’étude, un espace de réflexivité. Pour qui travaille le passé, la distance est aussi de nature historique et se présente comme un défi : celui de recomposer ce qui n’est plus.

Comme nous le voyons, la notion de distance transcende l’histoire de l’art. Or, elle demeure pourtant rarement abordée de front dans les recherches issues de cette discipline. C’est à partir de ce constat que s’est élaboré le projet de ce colloque. Il s’agit d’examiner l’art à travers le prisme du regard et de penser la distance, qu’elle soit sémantique ou formelle, comme catalyseur de la production artistique. Un dialogue entre le proche et le lointain; entre le familier et l’altérité; entre la frontière et le réseau, notamment, pourra alors émerger. Si la distance se conçoit à partir de significations plurielles, ses manifestations seront ici rassemblées et articulées autour de trois axes. Notons que les terrains d’investigation possibles de ce thème sont multiples et concernent toutes les périodes historiques.

La distance déclinée sous trois axes :

  • De la distance formelle

La relation entre l’œuvre et l’œil humain fait partie intégrante de l’histoire de l’art. Qu’elle résulte d’observations empiriques ou d’études scientifiques, la représentation de l’espace constitue l’un des principes de base de la pratique artistique. Depuis les travaux fondateurs de Brunelleschi et d’Alberti à la Renaissance, la perspective devint un moyen privilégié d’accéder au réel par l’entremise de l’illusion.

La distance formelle peut donc s’incarner à travers des procédés picturaux ou photographiques: voisinage des couleurs; profondeur de champ; perspective atmosphérique ou géométrique ainsi que par des procédés de médiation technique de l’image : stéréoscope; camera obscura; lentille.

Mettant en jeu les rapports au référent, les dispositifs optiques, conçus pour créer un effet de distance chez le regardeur, jouent sur la perception des images.

  • De la distance du regard

Que les contacts avec des territoires « éloignés » aient été bien réels ou imaginés par les artistes, leur regard sur le lointain a laissé et laisse toujours sa trace dans plusieurs œuvres, à diverses époques et à des degrés différents. À ce titre, les courants orientaliste et primitiviste en sont les exemples les plus extrêmes. Mais la distance du regard peut aussi être comprise dans un sens second, cette fois critique, mettant à jour le processus d’objectification qui s’opère dans la relation regardant/regardé. En effet, la distance établie entre le spectateur et le sujet de l’œuvre appelle inévitablement la question du regard. Cette notion, instrumentale dans le développement de la théorie contemporaine, est attribuée à Lacan et elle apparaît dans la littérature anglo-saxonne sous le vocable « the gaze ». Chargé de tensions sociales, le regard peut signaler un rapport de pouvoir, voire de domination. Cette capacité de l’artiste à réifier les figures qu’il représente en fait un champ d’études fertile pour une relecture féministe, postcoloniale ou queer de l’histoire de l’art. Les procédés de mise à distance de l’image, ou au contraire, de rapprochement avec elle, pourront ainsi être examinés afin de révéler les relations ambivalentes ou asymétriques peuplant l’art de toutes les époques.

  • De la distance 2.0

L’avènement d’Internet et des technologies numériques, en synchronie avec la mondialisation, bouleversa notre rapport à l’image, permettant une circulation et un public sans précédent. Or, le web tend également à aplanir l’espace et le temps, autorisant des échanges inédits. Ce phénomène, connu sous le nom d’effondrement des contextes, exerce une influence significative sur la manière dont l’art se produit et se consomme dorénavant. Infléchie par les nouvelles propriétés du monde en réseau et de ses flux, la distance devient une préoccupation majeure des productions actuelles. L’art web, notamment, vient transformer la relation de proximité entre le travail de l’artiste et le regardeur. Il convient alors d’étudier ce changement de paradigme en portant une attention particulière aux nouveaux modes de médiation de l’œuvre.

Nous invitons les étudiants et étudiantes des cycles supérieurs, de tous les horizons disciplinaires, à soumettre une proposition de communication avant le 22 mai 2013. Elle devra exposer clairement votre problématique tout en énonçant brièvement son apport original à la thématique du colloque (voir le formulaire ci-joint).

Exemples de thématiques qui peuvent être abordées :

  • Pratique muséale et décontextualisation de l’objet
  • Rapatriement des biens culturels
  • Le Grand Tour et autres récits de voyage
  • Politique du regard (imperial gaze; male gaze, etc.)
  • Rapports entre l’art et l’anthropologie
  • Représentations de l’autre et de l’ailleurs
  • Postcolonialisme et révisionnisme historique dans l’art
  • Exil et production artistique
  • Art non occidental
  • Marché de l’art et mondialisation
  • Les recherches sur l’optique appliquées à l’art
  • Paysage et représentation du lointain
  • Perspective et jeux d’optique
  • Art web, hypermédiateté et réseaux sociaux
  • Circulation des images

Conditions de soumission

Pour l’envoi de votre proposition (250 mots max) ou pour toute question concernant le colloque, écrivez-nous à l’adresse suivante : effetdedistances@gmail.com

Remplir le formulaire : http://bit.ly/Zmh0fP

Voir l'appel : http://bit.ly/16SDBbn

Date limite de soumission : 3 juin 2013

Vous pouvez aussi nous suivre sur les médias sociaux: 

  • Facebook: Effet de distances: points de vue sur l'art
  • Twitter: @effetdistances

Conditions d'évaluation

Le comité scientifique qui évaluera les propositions est formé de deux professeurs en histoire de l'art au département d'histoire de l'art et d'études cinématographique de l'Université de Montréal, Monsieur Olivier Asselin et Monsieur Denis Ribouillault.

Lieux

  • Montréal, Canada

Dates

  • lundi 03 juin 2013

Mots-clés

  • art, histoire de l'art, distance, lointain, proximité, images

Source de l'information

  • Christelle Proulx
    courriel : effetdedistances [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Effet de distance(s) : points de vue sur l'art », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 22 mai 2013, http://calenda.org/249365