AccueilDes littératures périphériques

Des littératures périphériques

Peripheral literatures

*  *  *

Publié le lundi 27 mai 2013 par Elsa Zotian

Résumé

L’étude des littératures dites périphériques – également qualifiées de connexes, régionales, petites – a longtemps été menée autour de la question de leur existence même et s’est réalisée par l’excès ou le défaut, les uns cherchant à les magnifier, les autres tentant de les nier. Mettant de côté l’hyperbole et la négation, il paraît aujourd’hui important d’explorer les littératures périphériques comme des produits d’une pratique sociale de culture en posant les questions générales suivantes : existe-t-il, dans les littératures périphériques, des expressions spécifiques qui constitueraient des points de vue littéraires originaux, autrement dit des genres, des thématiques, des esthétiques, des rhétoriques et des pratiques linguistiques spécifiques ?

Annonce

Présentation

Colloque organisé par

  • le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA 4451-UMS 3554, Université de Bretagne Occidentale),
  • avec la collaboration du CELIFRAB (Université de Liège),
  • du CRPHL (EA 3003, Université de Pau),
  • d’IKER (UMR 5478, Université de Bayonne),
  • et le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne

L’étude des littératures dites périphériques – également qualifiées de connexes, régionales, petites – a longtemps été menée autour de la question de leur existence-même et s’est réalisée par l’excès ou le défaut, les uns cherchant à les magnifier, les autres tentant de les nier. Mettant de côté l’hyperbole et la négation, il paraît aujourd’hui important d’explorer les littératures périphériques comme des produits d’une pratique sociale de culture en posant les questions générales suivantes : existe-t-il, dans les littératures périphériques, des expressions spécifiques qui constitueraient des points de vue littéraires originaux, autrement dit des genres, des thématiques, des esthétiques, des rhétoriques et des pratiques linguistiques spécifiques ? Et pour mieux apprécier ces spécificités – ou absence de spécificité – quelles sont les relations qu’entretiennent ces littératures avec les grands ensembles de production littéraire ?

Les grands ensembles de la production littéraire sont généralement constitués autour de centres où s’organise l’essentiel de la production, et c’est par rapport à eux que les autres ensembles, plus petits, sont désignés. Le centre domine par son prestige, la masse de son lectorat, la densité de ses instances de reconnaissance, sa capacité à organiser la production littéraire, et impose ainsi la norme. Une périphérie, quant à elle, est à comprendre à la fois dans ses relations internes et dans ses relations avec l’extérieur. Elle se définit par un éloignement qui peut être spatial, social, national, idéologique, sociolinguistique, intellectuel ou politique. Cet éloignement crée parfois des distorsions dans la perception de la norme qui peuvent se manifester par des imitations, des adaptations, l’invention de contre-modèles, et cela dans des temporalités souvent décalées par rapport à ce qui s’écrit, se publie et se lit au centre.

Si l’un des objectifs du colloque est de mener une réflexion pour analyser la littérature bretonne dans la perspective de ses relations avec d’autres champs littéraires – qu’ils soient centraux ou périphériques – il paraît indispensable de le concevoir comme un point d’appui concret, qui, comparé à d’autres domaines littéraires précis et analysé à l’aune d’approches sociolittéraires plus générales, permettra de tendre vers une meilleure compréhension de la modélisation des connexions et ruptures entre littératures périphériques et littératures centrales. L’étude de ces relations apportera un éclairage nouveau sur les mécanismes d’émergence et de développement des littératures dites périphériques pour comprendre l’origine, la continuité historique, la cohérence sociale et la part d’autonomie de ces champs littéraires.

Programme

Jeudi 30 mai 2013

QU’EST-CE QU’UNE PÉRIPHÉRIE LITTÉRAIRE ?

  • 9h00-9h25 Nelly Blanchard & Mannaig Thomas (Université de Brest-CRBC)
    Introduction : Du point de vue périphérique

Président de séance : Jean-Yves Casanova

RECONNAISSANCE

  • 9h25-9h50 Géraldine Bois (Université de Lyon-GRS)
    Les écrivains peu reconnus et les enjeux littéraires nationaux
  • 9h50-10h15 Emmanuelle Valli (Université de Corse-LISA)
    L’intersubjectivité à l’œuvre dans les processus de différenciation littéraire

Président de séance : Stefan Moal

VISIBILITÉ

  • 11h00-11h25 Mohand-Akli Salhi (Université de Tizi-Ouzou, Algérie)
    La littérature kabyle contemporaine, un champ littéraire en quête de visibilité
  • 11h25-11h50 Jean Casenave (Université de Bordeaux-IKER)
    Ecritures et réécritures de l’histoire d’un domaine littéraire minoritaire. Approche historiographique de la littérature basque contemporaine
  • 11h50-12h15 Anne Hellegouarc’h-Bryce (Université de Brest-CRBC)
    L’édition galloise : regards sur un phénomène excentrique

Présidente de séance : Yves Le Berre

LISIBILITÉ

  • 14h15-14h40 Matteo Pedroni (Université de Lausanne, Suisse)
    Périphéries littéraires au cœur de l’Europe : le cas de la Suisse
  • 14h40-15h05 Björn-Olav Dozo (Université de Liège-CELIFRAB)
    Les animateurs de la vie littéraire en Belgique francophone durant l’entre-deux-guerres : méthode de repérage et cas des passeurs de frontières linguistiques
  • 15h05-15h30 Jean-Baptiste Pressac (Université de Brest-CRBC)
    Présentation du projet de base de données «Trajectoires des Auteurs Bretons»

Présidentes de séance : Nelly Blanchard et Mannaig Thomas

LE POINT DE VUE DES AUTEURS

  • 16h15-16h40 Marie-Jeanne Verny (Université de Montpellier-LLACS)
    La littérature occitane vue par ceux qui l’écrivent : littérature périphérique ou littérature tout court ?

TABLE RONDE

17h30-19h00 Table ronde autour de trois auteurs invités :

  • Derry O’Sullivan
  • Alain Di Meglio
  • Yann-Fulub Dupuy

Vendredi 31 mai 2013

JEUX, PRODUITS ET ENJEUX DES RELATIONS LITTÉRAIRES

Président de séance : Jean Casenave

PÉRIPHÉRISATIONS

  • 8h45-9h10 Jean-Yves Casanova (Université de Pau-CHRPL)
    Frédéric Mistral et les écrivains français, de Lamartine à Maurice Barrès. Incompréhension, fascination et admiration
  • 9h10-9h35 Thierry Glon (Université de Nantes-LAMO)
    « Comme la rencontre de tons criards » : la Bretagne dans l’esthétique du régionalisme
  • 9h35-10h00 Annick Madec (Université de Brest-ARS)
    De la sociographie à la polygraphie
  • Présidente de séance : Annick Cossic

DÉCENTREMENTS

  • 10h45-11h10 Serge Rolet (Université de Lille 3-CECILLE)
    La littérature russe, impériale et périphérique
  • 11h10-11h35 Ronan Calvez (Université de Brest-CRBC)
    Rome, capitale de la Bretagne
  • 11h35-12h00 Richard Glyn Roberts (University College of Dublin)
    Lewis et Hemon : homologies et divergences

Président de séance : Dominique Verdoni

SPLENDEURS ET MISÈRES DE LA PÉRIPHÉRIE

  • 14h00-14h25 Yves Le Berre (Université de Brest-CRBC)
    Le bord du centre, l’écriture en breton au XVe et au XVIe siècles
  • 14h25-14h50 Stefan Moal (Université de Rennes 2-CRBC)
    Yann Gerven, voix singulière du “polar” en langue bretonne
  • 14h50-15h15 Ur Apalategui (Université de Bayonne-IKER)
    Bi bihotz. Hilobi bat [Deux coeurs. Une tombe] de Ramon Saizarbitoria ou la description sans complaisance de la misère littéraire périphérique

Président de séance : Ronan Calvez

LITTÉRATURES PÉRIPHÉRIQUES : CONTRE-LITTÉRATURES ?

  • 16h00-16h25 Noémie Le Vourch (Université de Brest-HCTI)
    De l’écriture de l’indépendance à l’indépendance de l’écriture dans les romans d’Earl Lovelace
  • 16h25-16h50 Dominique Verdoni (Université de Corse-LISA)
    La production littéraire en langue corse, un espace de diffusion à élaborer
  • 16h50-17h15 Valentina Tarquini (CIEF)
    Quel statut pour les écritures contemporaines d’Afrique francophone ?

18h00 Clôture

Lieux

  • Brest, France (29)

Dates

  • jeudi 30 mai 2013
  • vendredi 31 mai 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sociologie de la littérature, champ littéraire, modèles, littérature régionale, littérature francophone, sociologie des réseaux, breton, sociolinguistique

Contacts

  • Mannaig Thomas
    courriel : mannaig [dot] thomas [at] univ-brest [dot] fr

Source de l'information

  • Mannaig Thomas
    courriel : mannaig [dot] thomas [at] univ-brest [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Des littératures périphériques », Colloque, Calenda, Publié le lundi 27 mai 2013, http://calenda.org/250456