AccueilSur un air de famille : ressemblances, dissemblances, vraisemblances

Sur un air de famille : ressemblances, dissemblances, vraisemblances

That family likeness: resemblance, difference and likelihood

*  *  *

Publié le mardi 04 juin 2013 par Elsa Zotian

Résumé

La ressemblance oblige d’emblée à s’interroger sur ce qui fait famille. Doit-on se ressembler pour avoir un lien de filiation  ou pour s’aimer ? Inversement s’aime-t-on moins lorsque l’on se ressemble peu, voire lorsque la dissemblance semble criante?  Qu’implique une interruption dans la lignée des ressemblances ? Plus que jamais, biologie et généalogie prétendent nous apporter des réponses à ces questions, mais ce « jeu » des ressemblances ne masque-t-il pas des inquiétudes contemporaines plus profondes sur la transmission et sur ce qui sédimente toute construction identitaire ? Par le biais des différences et de leur visibilité, l’adoption en particulier dans sa dimension internationale, permet de nous interroger sur notre perception de l’altérité et sur la manière dont cette dernière se construit. Aborder la ressemblance a aussi pour mérite de faire débat sur  le statut du corps dans son rapport à la norme, que cette dernière soit sociale, politique, raciale, sexuelle ou religieuse, recoupant en particulier les questions sur le « genre » et l’homoparentalité. Les nouvelles techniques médicales nous entrainent vers un questionnement juridique, éthique et philosophique renouvelé, en particulier dans le domaine des procréations médicalement assistées. Ainsi la ressemblance oblige à questionner notre rapport à l’altérité, et peut-être l’adoption nous offre-t-elle la possibilité de faire émerger des réponses inédites et d’explorer de nouvelles voies.

Annonce

Organisé par l’Association LILIT, Liens, Liberté, Transmission  

Présentation

La ressemblance oblige d’emblée à s’interroger sur ce qui fait famille. Doit-on se ressembler pour avoir un lien de filiation  ou pour s’aimer ? Inversement s’aime-t-on moins lorsque l’on se ressemble peu, voire lorsque la dissemblance semble criante?  Qu’implique une interruption dans la lignée des ressemblances  et sur quels critères s’appuie-t-on pour identifier qu’il y a eu rupture ? Plus que jamais, biologie et généalogie prétendent nous apporter des réponse stables à ces questions, mais ce « jeu » des ressemblances ne masque-t-il pas des inquiétudes contemporaines plus profondes sur la transmission et sur ce qui sédimente toute construction identitaire ?

De la ressemblance génétique aux mimiques et expressions acquises, ce souci de classification des individus a toujours répondu au besoin de se rassurer sur la permanence de l’ordre des choses. La généalogie parfaite gardienne de mémoire, n’est-elle pas la voie la plus sûre vers l’immortalité. Pourtant à quoi bon transmettre si in fine il ne s’agit que de reproduire du même ? Par le biais des différences et de leur visibilité, l’adoption en particulier dans sa dimension internationale, permet de nous interroger sur notre perception de l’altérité et sur la manière dont cette dernière se construit.  

Aborder la ressemblance a aussi pour mérite de faire débat sur  le statut du corps dans son rapport à la norme, que cette dernière soit sociale, politique, raciale, sexuelle ou religieuse, recoupant en particulier les questions sur le « genre » et l’homoparentalité ainsi que sur la signification des signes distinctifs ou d’appartenance. Quelle image entretenons-nous avec notre corps ?  A qui,  ou à quoi voulons-nous ressembler et selon quels critères ? Que voulons-nous transmettre de nous-mêmes ? Quelles en sont les limites ? Les nouvelles techniques médicales nous entrainent vers un questionnement juridique, éthique et philosophique renouvelé, en particulier dans le domaine des procréations médicalement assistées.  Ainsi la ressemblance oblige à questionner notre rapport à l’altérité, et peut-être l’adoption nous offre-t-elle la possibilité de faire émerger des réponses inédites et d’explorer de nouvelles voies 

Programme 

9h00 Accueil

9h30 - 10h00 Introduction : Les raisons imaginaires de la ressemblance 

  • François Noudelmann, Philosophe ; Professeur des universités ; producteur à France Culture 

10h00 - 11h15 Les différentes dimensions de la pensée des ressemblances  (scientifique, juridique, psychologique et politique)  

  • De la génétique à l’épigénétique : la force de l’environnement
    Rachel Levy Médecin, responsable des activités biologiques du centrée d’AMP de Jean Verdier. 
  • Filiation et psychanalyse : un autre regard sur la transmission
    Vanina Micheli Rechtman Psychiatre, psychanalyste, philosophe
  • Quand le droit s’empare de la ressemblance : Comment le modèle du droit de l'adoption peut inviter à repenser le droit commun de la filiation 
    Laurence Brunet  Juriste, chercheur associée au centre de recherche « Droit, sciences et techniques, Université Paris I. Spécialiste des questions de bioéthique. 
  • Les faux-semblants : sexualité et transmission
    Bruno Perreau Professeur au MIT et chercheur associé aux universités de Cambridge et Harvard.

11h15 -11h45 : pause 

11h45-12h30 - Les airs de famille

  • Adoption et don de gamètes à la lumière d'une parenté corporelle : le besoin de ressemblance
    Enric Porquerès Anthropologue ; directeur d'études à l'EHESS 
  • Adoption / PMA : Responsabilités et critères de choix :
    Pierre Jouannet Professeur émérite à l’Université Paris Descartes, médecin,  ancien responsable d’un Cecos. 
  • Apprendre à ressembler. Une conception dynamique des ressemblances familiales
    Nicoletta Diasio Anthropologue ; maître de conférences à l'Université de Strasbourg et membre du laboratoire Cultures et Sociétés en Europe

12h30 / 13h00 : Débat 

13h/ 14h 30 déjeuner 

14h30 / 15h30 Constructions familiales et imaginaire

  • Similitudes et différences : l’expérience des frères Edin
    Vincent et Jean-Victor Edin 
  • L’invention des ressemblances dans la filiation adoptive : « Un enfant qui nous ressemble »
    Sophie Nizard Chercheur en sociologie et en anthropologie,  CEIFR (Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits Religieux - EHESS - CNRS) Spécialiste en sciences sociales du judaïsme
  • A qui ressembler ? C’est fou comme tu peux ressembler à ta deuxième maman !
    Martine Gross Ingénieure de recherche en sciences sociales au CEIFR (CNRS) et spécialiste de l'homoparentalité 

15h30-16h00 Pause 

16h00 - 17h15 Ressemblances / dissemblances : les frontières de l’altérité 

  • Le visage de l’autre
    Pierre Zaoui Philosophe ; professeur à l'Université Paris VII - Diderot 
  • Politiques de la vraisemblance : les enjeux raciaux qui touchent à l’adoption
    Eric Fassin Sociologue, Paris VIII , chercheur à l’IRIS 
  • Produire des altérités radicales
    Richard Rechtman Psychiatre et anthropologue ; Directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris 
  • Visibilité / invisibilité : La construction des différences
    Eleni Varikas Professeure émérite, Université Paris VIII 

17h15-17h45 Débat 

17h45 Conclusion : la liberté de nos ressemblances  

Modérateurs

  • Olivier Poivre d’Arvor écrivain ; diplomate français ; directeur de France Culture
  • Riel Miller Chef de la prospective pour l'UNESCO
  • Daniel Weinstock titulaire de la chaire de recherche du Canada en éthique et philosophie politique. Membre du comité d’éthique de l’agence de santé publique du Canada.

Catégories

Lieux

  • Maison du Barreau de Paris - Place Dauphine
    Paris, France (75001)

Dates

  • lundi 17 juin 2013

Mots-clés

  • adoption, ressemblance, parentalité, homoparentalité, PMA, transmission, filiation, dissemblance, vraisemblance, race, altérité, famille

Contacts

  • Yaël Halberthal
    courriel : yael [dot] halberthal [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Yaël Halberthal
    courriel : yael [dot] halberthal [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Sur un air de famille : ressemblances, dissemblances, vraisemblances », Colloque, Calenda, Publié le mardi 04 juin 2013, http://calenda.org/251750