AccueilTrous de mémoire, failles du cerveau : le témoignage de la littérature

Trous de mémoire, failles du cerveau : le témoignage de la littérature

Memory lapses, brain flaws: examples in literature

*  *  *

Publié le mercredi 05 juin 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Les progrès rapides de l’exploration cérébrale par l’imagerie médicale et les neurosciences (et précisément les neurosciences cognitives) dans les dernières décennies ont des répercussions dans l’ensemble du champ des sciences humaines et sociales. La connaissance de l’homme neuronal, la cartographie rendue possible des lésions, les découvertes sur la plasticité cérébrale, si elles nous apprennent quelque chose de nouveau du sujet pensant et du sujet parlant, mettent à l’épreuve l’anthropologie, la philosophie, ou encore la psychanalyse, disciplines qui, elles aussi bien sûr, tiennent un discours sur le fonctionnement de l’esprit, de l’intelligence et des émotions. Le présent colloque se donne comme objectif  de  rassembler et de faire dialoguer médecins, neurologues, cognitivistes et psychanalystes, historiens des sciences et spécialistes des littératures et des arts autour des altérations possibles de la mémoire.

Annonce

Argumentaire 

Les progrès rapides de l’exploration cérébrale par l’imagerie médicale et les neurosciences (et précisément  les neurosciences cognitives) dans les dernières décennies ont des répercussions dans l’ensemble du champ des Sciences Humaines et Sociales. La connaissance de l’homme neuronal,  la cartographie rendue possible des lésions, les découvertes sur la plasticité cérébrale, si elles nous apprennent quelque chose de nouveau du sujet pensant et du sujet parlant, mettent à l’épreuve l’anthropologie, la philosophie, ou encore la psychanalyse, disciplines qui, elles aussi bien sûr, tiennent un discours sur le fonctionnement de l’esprit, de l’intelligence et des émotions.

À côté des événements traumatiques circonstanciés, le vieillissement a naturellement des effets délétères sur les mécanismes de la mémoire (Grady et Craik, 2000)  à interpréter alors en termes de déficit : perte dans la richesse et l’organisation des représentations, altération de l’inhibition des informations non pertinentes, ralentissement des opérations cognitives... Dans ce débat d’idées, la littérature – dont le propre est sans doute de n’avoir pas de territoire propre – occupe une place singulière : elle est au carrefour disciplinaire qui lui permet de rendre compte des tensions, des négociations entre ces différentes représentations de l’homme.

Les représentations littéraires – et plus largement artistiques (arts plastiques, cinéma) –  de l’activité du cerveau et plus particulièrement du fonctionnement de la mémoire sont un angle d’attaque particulièrement intéressant pour comprendre comment, historiquement, ont dialogué littérature et médecine. L’importance sociale accrue des problèmes liés au vieillissement de la population, l’éclairage particulier donné à  la maladie d’Alzheimer, trouve des actualisations intéressantes dans la littérature la plus contemporaine (Martin Suter, Small Word, 2000 pour la trad. ; Olivia Rosenthal, On n’est pas là pour disparaître, 2008 ; Cécile Wasjbrot, L’Hydre de Lerne, 2011, par exemple) et le cinéma (Zabou Breitman, Se souvenir des belles choses, 2001 ; Sarah Polley, Loin d’elle, 2006 ; Lee Chang-dong, Poetry, 2010 ; Amour, Haneke, 2012).

Mais on n’a évidemment pas attendu les XXe et XXIe siècles pour appréhender l’homme à partir des défaillances du cerveau et de la mémoire. L’expérience du trou de mémoire,  des syncopes temporelles,  de la dépersonnalisation, de l’absence à soi-même ou de la « panne » dans la logique du raisonnement est thématisée depuis longtemps par les textes littéraires, chez Montaigne ou chez Rousseau, par exemple, qui font de ces accidents non seulement l’occasion d’une réflexion sur la fragilité de l’homme mais aussi l’occasion d’un ressaisissement de soi, voire d’une recomposition de soi. Pour Duras, il s’agirait  plutôt d’un ravissement de soi, seule  réponse possible  à un  événement  dont l’intensité  vient effracter, trouer (motif récurrent) l’existence du Sujet et le confronter à une inquiétante étrangeté.

La littérature abordant la question de la mémoire et de ses aléas semble tiraillée entre l’idéal proustien d’une mémoire totale redonnée dans le souvenir involontaire et une conception du sujet, marquée, au contraire, par l’incomplétude, par la reconnaissance d’un vide ou d’une perte irrémédiable, qui serait précisément à l’origine de la subjectivité. Bien des textes contemporains, de toutes disciplines, abordant la thématique du vieillissement et de la mémoire mettent en tension ces visions du sujet. Ainsi, G. Deleuze et F. Guettari dans Qu’est-ce que la philosophie ? suggèrent-ils que pour le philosophe arrivé au terme de son parcours  « il est tard et l’heure de parler concrètement ». Peut-être pour tout artiste vieillissant en tout cas, est-il l’heure de parler autrement ?

Le présent colloque se donne comme objectif  de  rassembler et de faire dialoguer médecins, neurologues, cognitivistes et psychanalystes, historiens des sciences et spécialistes des littératures et des arts (art visuel : peinture, photographie, sculpture, land art, cinéma)  autour des altérations possibles  de la mémoire.

Axes thématiques

Plusieurs axes thématiques pourront structurer ces rencontres :

La question des représentations spatiales du cerveau et des facultés localisées dans les textes médicaux et les textes littéraires. La retranscription ou la mise en fiction du trou de mémoire et du trouble cérébral en tant qu’expérience vécue dans les textes littéraires et dans les récits de cas médicaux. L’histoire des représentations du vieillissement, et  précisément aujourd’hui de la maladie d’Alzheimer, dans les textes littéraires et les arts. L’appréciation des productions d’artistes vieillissants en continuité ou en rupture avec leurs œuvres antérieures (oubli, reniement, essentialité, souveraine liberté…).
S’agit-il de se  renouveler dans l’urgence ? de se donner le droit d’oublier ? d’être Autre ? La part  du refoulé, le conflit des pulsions, la transparence psychique, formes de régression, dans les écrits tardifs. Le traitement mémoriel  de la temporalité : le remaniement des événements. Les œuvres tardives : la réception des dernières traces (on  donne pour  exemple la polémique récente autour de la publication des dernières notes de Roland  Barthes). Le phénomène d’aphasie chez les écrivains. La définition d’un « style  tardif» : Edward W. Said, On late style : music and literature against the grain, (traduit de l’anglais,  éd.Actes-Sud, 2012).

La dimension littéraire de ce colloque trouvera des prolongements au cours de l’année 2013-2014 dans un séminaire organisé par le CEDFL (GADGES/MARGE).

La réflexion sera menée depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine autour du regard que l’écrivain porte sur sa propre vieillesse, sur les traces stylistiques qui peuvent éventuellement être imputables au vieillissement de l’auteur.

Modalités de soumission

Date limite pour l’envoi des propositions de communication

(à adresser aux organisateurs, par courrier électronique) :

  • Fabienne Boissiéras (fabienne.boissieras@orange.fr)
  • Régine Jomand-Baudry (reginejomandbaudry@yahoo.fr)
  • Marc Hersant (m.hersant@free.fr).

avant le 1er septembre 2013.

Lieu du colloque : Université Jean Moulin Lyon 3, Quai Claude Bernard, 69007 LYON.

Date du colloque : 23-24 mai  2014

Responsables du colloque

  • Fabienne Boissiéras (fabienne.boissieras@orange.fr), CEDFL, GADGES
  • Régine Jomand-Baudry (reginejomandbaudry@yahoo.fr), CEDFL, MARGE.
  • Marc Hersant (m.hersant@free.fr), CEDFL, MARGE

Comité scientifique   

  • Martine Boyer-Weinmann, Professeur à l’université Lumière-Lyon 2
  • Bernard Croisile, docteur-neurologue des hôpitaux, Service de neuropsychologie, hôpital neurologique de Lyon.
  • Delphine Denis, Professeur à la Sorbonne.
  • Alain Montandon, professeur émérite à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

Lieux

  • 18 rue Chevreul
    Lyon, France (69007)

Dates

  • dimanche 01 septembre 2013

Mots-clés

  • neurosciences cognitives, cerveau, trou de mémoire, langage, littératures, arts

Contacts

  • Frédérique Lozanorios
    courriel : frederique [dot] lozanorios [at] univ-lyon3 [dot] fr

Source de l'information

  • Frédérique Lozanorios
    courriel : frederique [dot] lozanorios [at] univ-lyon3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Trous de mémoire, failles du cerveau : le témoignage de la littérature », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 05 juin 2013, http://calenda.org/252218