AccueilSortir la nuit. Rapports sociaux de sexe, perceptions et usages nocturnes des espaces publics

Sortir la nuit. Rapports sociaux de sexe, perceptions et usages nocturnes des espaces publics

Going out at night. Social and sexual relationships, and the nocturnal use of public spaces

*  *  *

Publié le mercredi 03 juillet 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Cela fait plus de vingt ans que ces slogans retentissent régulièrement : « La rue, la nuit, femmes sans peur ! », « Take back the night ! » ou « Marchons ensemble la nuit pour ne plus jamais nous faire marcher dessus ! ». La journée d’études « Sortir la nuit » porte sur les usages et les perceptions des espaces publics la nuit au prisme des rapports sociaux de sexe. Si elle entend explorer prioritairement l'espace de la rue, lieu de passage obligé des sorties, de jour comme de nuit, d’autres lieux (parcs, places, terrasses, etc., voire même transports en commun) sont également inclus dans la définition des espaces publics urbains.

Annonce

Argumentaire

Cela fait plus de vingt ans que ces slogans retentissent régulièrement : « La rue, la nuit, femmes sans peur ! », « Take back the night ! » ou « Marchons ensemble la nuit pour ne plus jamais nous faire marcher dessus ! ». S'ils ponctuent, du Québec aux États-Unis, en passant par la France, les marches féministes « de nuit », c'est que des femmes continuent à lutter pour leur droit à occuper l'espace public la nuit – comme le jour. Pourtant, les dimensions spatiales du sexisme et leurs déclinaisons diurnes/nocturnes sont encore mal connues et peu étudiées.

La journée d’études « Sortir la nuit » porte sur les usages et les perceptions des espaces publics la nuit au prisme des rapports sociaux de sexe. Elle s’inscrit dans un ensemble de travaux sur les usages des espaces publics réalisés essentiellement par des géographes et des sociologues, mais son but est de faire se rejoindre deux points d'entrée dans le sujet en conjuguant des éléments souvent envisagés séparément : la prise en compte des pratiques et des représentations des femmes et deshommes – cette deuxième catégorie d'acteurs étant absente dans les travaux des géographes – et une focale sur l'usage nocturne des espaces publics – la nuit ne constituant pas un point d'entrée spécifique dans les travaux des sociologues.

Si la journée d’études « Sortir la nuit » entend explorer prioritairement l'espace de la rue, lieu de passage obligé des sorties, de jour comme de nuit, d’autres lieux (parcs, places, terrasses, etc., voire même transports en commun) sont également inclus dans la définition des espaces publics urbains retenue par la journée d’études.

Axes thématiques

Nous attendons des propositions de communications autour des trois thèmes suivants :

Nuit sociale et espaces urbains

  • Quelles sont les perceptions de la nuit en ville ? Que nous apprend l’exploration de la nuit « sociale » (versus la nuit « naturelle ») ?
  • Comment la géographie ordinaire du sexisme est-elle renforcée ou contestée lors des événements urbains de masse (concerts gratuits en plein air, carnavals, etc.) ?
  • Que révèle le travail de nuit dans les espaces publics sur la reconfiguration et l’expression des rapports sociaux de sexe (travailleuses du sexe/prostituées, serveuses et barmaids, conductrices de bus ou de taxis, policières, etc.) ?

Expériences et perceptions des violences la nuit

  • Comment décrire, dans une perspective féministe, les interactions nocturnes (par exemple la frontière entre séduction et harcèlement) dans les espaces publics ? Comment sont-elles vécues ?
  • Quelles stratégies individuelles (évitement, habillement, etc.) ou réappropriations collectives (marches de nuit, etc.) les femmes mettent-elles en place ?
  • Comment les pouvoirs publics peuvent-ils s’emparer et/ou prennent-ils en charge la question des violences sexistes/sexuelles dans les espaces urbains ?

Théorie et méthodologie

  • Quelles approches théoriques et quels outils (cartes mentales, etc.) permettent de saisir la géographie du sexisme, en particulier ses déclinaisons urbaines et nocturnes ?
  • Comment mener, sur ces thématiques, une recherche féministe ?

Modalités de soumission

et appel à communications s’adresse en particulier aux personnes travaillant en géographie, sociologie, science politique, mais il reste ouvert aux autres approches disciplinaires. Il n’est pas restrictif quant aux périodes historiques et aux aires géographiques étudiées.

La journée d’études « Sortir la nuit » a pour but de permettre la restitution (notamment à travers une exposition) d’une recherche réalisée à Lille par l’équipe organisatrice de l’événement et de créer des passerelles entre des recherches en cours.

Les doctorant-e-s et les jeunes chercheur-e-s sont fortement encouragées à proposer des communications.

Les propositions de communication (3000 signes, en indiquant le statut, l’institution de rattachement et l’adresse mail) doivent être adressées par email

avant le 10 septembre 2013

à : equipe.envs.lille@gmail.com 

La journée d'études aura lieu en novembre 2013.

Modalités d'évaluation

Evaluation par le comité organisateur : Gwenola Ricordeau (MCF, Clersé, Lille 1), Camille Guenebeaud (Doctorante, TVES, Lille 1), Aurore Le Mat (Doctorante, CERAPS, Lille 2), Sidonie Verhaeghe (Doctorante, CERAPS, Lille 2)

Lieux

  • Lille, France (59)

Dates

  • mardi 10 septembre 2013

Mots-clés

  • nuit, rapports sociaux de sexe, perceptions, usages nocturnes, espaces publics

Contacts

  • Sidonie Verhaeghe
    courriel : equipe [dot] envs [dot] lille [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Sidonie Verhaeghe
    courriel : equipe [dot] envs [dot] lille [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Sortir la nuit. Rapports sociaux de sexe, perceptions et usages nocturnes des espaces publics », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 03 juillet 2013, http://calenda.org/254334