AccueilMouvements ouvriers et décolonisation : l’expérience britannique, 1919-1984

Mouvements ouvriers et décolonisation : l’expérience britannique, 1919-1984

Labour and Empire in the Age of Decolonisation: the British Experience, 1919-1984

*  *  *

Publié le mardi 02 juillet 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Alors qu’historiens de l’Empire et spécialistes d’histoire ouvrière se sont longtemps ignorés, le moment semble venu d’une « histoire sociale de l’Empire » et donc, pourquoi pas, d’une « histoire sociale de la décolonisation ». Dans l’historiographie de la décolonisation britannique, le monde du travail n’apparaît en effet souvent qu’à l’arrière-plan, les premiers rôles étant réservés aux « grands hommes » – hommes d’État métropolitains et élites indigènes en particulier. C’est ce relatif oubli des masses laborieuses (de leur vécu, de leurs initiatives, de leurs organisations) et du rôle des « sans voix » dans la dissolution de l’Empire britannique que notre journée d’études voudrait contribuer à réparer. La conférence se déroulera le vendredi 8 novembre 2013.

Annonce

Argumentaire

Alors qu’historiens de l’Empire et spécialistes d’histoire ouvrière se sont longtemps ignorés, le moment semble venu (si l’on en croit Bernard Porter ou Catherine Hall) d’une « histoire sociale de l’Empire » et donc, pourquoi pas, d’une « histoire sociale de la décolonisation » – dont Frederick Cooper, les « subalternistes », Stuart Ward ou encore Andrew Thompson ont déjà tracé la voie. Dans l’historiographie de la décolonisation britannique, le monde du travail n’apparaît en effet souvent qu’à l’arrière-plan, les premiers rôles étant réservés aux « grands hommes » – hommes d’Etat métropolitains et élites indigènes en particulier. C’est ce relatif oubli des masses laborieuses (de leur vécu, de leurs initiatives, de leurs organisations) et du rôle des « sans voix » dans la dissolution de l’Empire britannique que notre journée d’études voudrait contribuer à réparer.

La conférence se déroulera le vendredi 8 novembre 2013.

Axes thématiques

Mériteraient par exemple d’être explorées plus avant les thématiques ci-dessous :

en métropole

° sentiments de l’opinion publique, en particulier des classes populaires, à l’égard de la décolonisation ;

° politique impériale et post-impériale des différents gouvernements travaillistes, mais aussi du Parti travailliste dans l’opposition ;

° attitude du TUC vis-à-vis des questions coloniales et collaboration des syndicats avec le Foreign Office, notamment dans la période de « recolonisation » ;

° activisme anticolonial à géométrie variable du Communist Party of Great Britain, de l’Independent Labour Party, du Movement for Colonial Freedom.

dans les dominions

° positionnement des travaillistes et trade-unionistes canadiens, sud-africains, australiens et néo-zélandais par rapport à la Mère Patrie ;

° positionnement des mêmes par rapport aux populations indigènes et à la « décolonisation intérieure ».

dans les colonies

° impact des révoltes ouvrières (en Asie, en Afrique mais aussi aux Antilles ou au Proche-Orient) sur la politique des gouverneurs et du Colonial Office ;

° relations entre leaders nationalistes bourgeois et rébellions populaires ;

au croisement des différentes aires

° contacts, rencontres, échanges entre militants ouvriers ou nationalistes des territoires sous domination britannique et militants progressistes de métropole ;

° rôle des organisations internationales telles que l’Internationale socialiste, l’Internationale communiste, ou encore la League Against Imperialism.

De même que « l’histoire de la classe ouvrière britannique ne peut être écrite que comme une histoire transcontinentale » (Marcel van der Linden), parions avec John MacKenzie que l’histoire de l’Empire britannique, décolonisation incluse, a tout à gagner à redonner leur place aux « gens du commun ».

Modalités de soumission

Les abstracts, accompagnés d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer aux organisateurs :

avant le 10 septembre 2013.

La langue de la journée d’études sera l’anglais.

La journée aura lieu le 8 novembre 2013.

Une sélection des communications sera publiée par Liverpool University Press dans la collection ‘Studies in Labour History’.

Lieux

  • Salle Claude Simon, Maison de la Recherche de l'Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, - 4 rue des Irlandais
    Paris, France (75005)

Dates

  • mardi 10 septembre 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • décolonisation, empire britannique, mouvement ouvrier, anticolonialisme

Contacts

  • Yann Béliard
    courriel : yann [dot] beliard [at] univ-paris3 [dot] fr

Source de l'information

  • Yann Béliard
    courriel : yann [dot] beliard [at] univ-paris3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mouvements ouvriers et décolonisation : l’expérience britannique, 1919-1984 », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 02 juillet 2013, http://calenda.org/254402