AccueilGenre : documenter les résistances dans la Méditerranée actuelle

Genre : documenter les résistances dans la Méditerranée actuelle

Gender: documenting resistance in the Mediterranean today

École d’été (ATED) pour doctorant-e-s et post-doctorant-e-s

ATED summer school for thesis and post-doc students

*  *  *

Publié le jeudi 04 juillet 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Les doctorant-e-s sont cordialement invité-e-s à déposer un dossier pour cette école d’été. Elle fournit le cadre pour réfléchir sur les espaces dans la société où l’on documente des résistances par rapport aux normes accordées à la personne telle qu’elle est définie selon les catégorisations du sexe de l’individu et les comportements supposés conformes à celui-ci. Documenter les résistances qui émergent au regard de ces catégorisations et les attentes de société s’y rapportant induit des interrogations sur l’« agentivité » des individus qui s’engagent dans ce processus afin de sauvegarder les traces des actions individuelles et collectives.

Annonce

Thème d’étude

Documenter les résistances, c’est de prime abord les identifier puis les classer, les conserver et les mobiliser à des fins variées. C’est une initiative entreprise autant par des individus que par des groupes appartenant à la société civile ou à l’Etat. L’initiative peut être une démarche ponctuelle ou bien une procédure qui a pour but d’organiser de grandes quantités d’informations rassemblées sur une longue période.

Dans le même temps, documenter les résistances est une dynamique de questionnement intellectuel qui s’inscrit au plus profond des rapports et des enjeux de pouvoir sociétal. Par son activité de cerner des usages et des règles auxquels résistent des individus dans la société, que ce soit en temps de crise ou dans une période plus paisible, l’acte lui-même de documenter les résistances remet en question des normes de société. A l’échelle de l’individu, c’est une démarche qui accompagne des quêtes identificatoires vis-à-vis de la société ainsi que des mouvements liés à l’individuation de la personne ou à la subjectivation de soi (nombreux sont des chercheurs qui ont réfléchi sur cette question, à titre d’exemple : A. Touraine, F. Khosrokhovar, M. Foucault, G. Deleuze, B. Lahire, M. Wieviorka).      

Au prisme du genre, l’acte de documenter les résistances prend une tournure plus particulièrement saillante dans la Méditerranéeactuelle où des associations ainsi que des personnes, à titre individuel, documentent des résistances menées en temps de crise que cette dernière soit une crise économique (Grèce, Portugal, etc.) ou une crise politique de guerre et de révolution (Libye, Tunisie, Egypte, Syrie, Turquie, etc., mais aussi les pays méditerranéens lors des Guerres mondiales).

Afin d’encadrer ces idées, il s’agit ici de les penser à travers le prisme de la temporalité, pour paraphraser les mots de Wendy Brown, « thinking in time » (in The Question of Gender, 2011), à savoir entreprendre une démarche de réflexion qui lie des questions de genre, éthique et politique aux époques spécifiques, en rendant toutefois compte des éléments antérieurs à l’époque étudiée. Autrement dit, documenter les résistances au prisme du genre dans la Méditerranée actuelle se comprend, dans cette Ecole, dans le contexte du « temps », d’une époque précise dans laquelle se déclinent des spécificités d’actions performatives (J. Butler) à l’égard du genre, des résistances à ces actions et les différentes procédures permettant la documentation de ces résistances.

En ce sens, cette Ecole doctorale fournit le cadre pour réfléchir sur les espaces dans la société où l’on documente des résistances par rapport aux normes accordées à la personne telle qu’elle est définie selon les catégorisations du sexe de l’individu et les comportements supposés conformes à celui-ci. Documenter les résistances qui émergent au regard de ces catégorisations et les attentes de société s’y rapportant induit des interrogations sur l’« agentivité » des individus qui s’engagent dans ce processus afin de sauvegarder les traces des actions individuelles et collectives.

Programme

Cette Ecole croise la théorie avec le terrain et nous attendons des doctorant-e-s qu’elles/ils s’impliquent activement dans ces deux domaines.

Concrètement, l’Ecole ouvrira ses travaux avec une table-ronde comprenant les membres du comité scientifique d’organisation qui présenteront les objectifs et le déroulement du programme de l’Ecole (après-midi 25 septembre).

Deux matinées du programme (26 et 28 septembre) sont consacrées aux séances plénières animées par des responsables de deux associations méditerranéennes dont l’une en Egypte et l’autre au Liban/Syrie. Dédiées, chacune, à documenter les résistances en matière de genre à partir de supports variés (presse écrite, visuelle et orale ; internet ; arts plastiques ; pièces de théâtre ; enquêtes et observations sur le terrain et autres), chaque responsable d’association interviendra pour présenter les objectifs théoriques et sociétaux de l’institution ainsi que les démarches suivies pour atteindre ces objectifs. Dans la mesure où l’Ecole privilégie une participation active avec les doctorant-e-s, ces présentations seront suivies par une séance de discussion avec la salle.

Une visite sur le terrain à Marseille est programmée l’après-midi du 26 septembre afin d’étudier des lieux de résistances féminines. Encadrée par des membres de l’Association Les Femmes et la Ville, une association marseillaise qui documente les rôles des femmes dans des mouvements et des événements de résistances relatifs à l’histoire de la ville et de ses environs, cette visite sur le terrain sera également un moment d’apprentissage au regard des moyens de documenter les résistances.

Ainsi, cette après-midi (26 septembre) contribuera à la préparation des doctorant-e-s qui produiront, durant l’après-midi du lendemain, un travail en rapport avec le thème « Genre : documenter les résistances ». Cette production peut prendre la forme d’un récit, d’un poème, d’une affiche, d’un court-métrage, etc. Les doctorant-e-s partageront leurs productions avec l’Ecole dans l’après-midi du 28 septembre.

Dans la matinée du 27 septembre, nous effectueront une visite guidée à l’exposition sur le genre au nouveau MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) de Marseille qui a ouvert ses portes cette année dans le cadre de Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013. La visite à l’exposition sur le genre au MuCEM sera l’occasion d’étudier l’articulation entre le monde muséal et celui de la recherche. L’après-midi du 27 septembre sera consacrée aux travaux des doctorant-e-s.

Les soirées du 25 et du 28 seront l’occasion de visionner deux films, l’un sur les femmes de Damas et leurs rôles dans la société et l’autre sur la question trans ; les deux films seront suivis d’un débat avec les doctorant-e-s de l’Ecole. Une artiste animera la soirée du 27 septembre autour du sujet du corps et performance LGBTQ. La soirée du 26 septembre est libre.

Le travail de l’Ecole se terminera, pendant la dernière matinée (29 septembre), par une table-ronde plénière qui rendra compte du déroulement des activités avec plusieurs interventions et par un bilan de la part des doctorant-e-s.

L’Ecole se termine le 29 septembre à midi.

Modalités de participation

L’Ecole d’été Genre : documenter les résistances dans la Méditerranée actuelle est ouverte aux doctorant-e-s et post-doctorant-e-s de toutes les nationalités. Le nombre de participant-e-s est limité, la sélection sur dossier sera effectuée par les membres du comité scientifique d’organisation de l’Ecole.

L’Ecole prendra en charge le logement sur Aix-en-Provence ainsi que les frais sur place. Les participant-e-s devront assurer leur transport jusqu’à Aix à l’aide d’un soutien de leur établissement d’étude.

Dans certains cas exceptionnels, l’Ecole d’été apportera un soutien financier aux frais de transport.

Pour présenter un dossier pour l’Ecole, veuillez envoyer les éléments suivants, en français ou en anglais, à cette adresse mail : ATEDGenreAix@gmail.com  

  • Une page d’intention (préciser votre thème et méthodologie de recherche)
  • Un CV détaillé
  • Une attestation de prise en charge de votre billet de transport jusqu’à Aix (Aix-en-Provence TGV ou aéroport Marignane Aix-Marseille) par les soins de votre université, unité de recherche ou Ecole Doctorale si votre dossier est retenu
  • le nom et l’adresse courriel de deux référent-e-s

La date d’échéance de l’envoi des documents

est le 12  juillet 2013

Vous serez informé-e au plus tard le 25  juillet si votre dossier est retenu.

Membres du Comité Scientifique d’Organisation ATED Genre

MMSH Aix-en-Provence :

  • de Gourcy Constance (sociologue),  Maîtresse de Conférence, Aix-Marseille Université / LAMES  
  • Deguilhem Randi (historienne), Directrice de Recherche HdR, CNRS / TELEMME 
  • Hérault Laurence  (anthropologue),  Maîtresse de Conférence HdR, Aix-Marseille Université / IDEMEC 
  • Mackenzie Caroline (historienne), Chercheure associée, TELEMME et entrepreneure

MSH Nantes :

  • Bigoteau Monique (géographe), Ingénieure de Recherche, Université de Nantes / ESO Espaces et Sociétés

MSH Toulouse : 

  • Guétat Hélène (géographe/sociologue), Professeure HdR, Université de Toulouse  

Université du Caire : 

  • Elsadda Hoda (littérature anglaise et littérature comparée), Professeure HdR, Université du Caire  

Université de Zurich :

  • Dennerlein Bettina (études sur le monde arabe et musulman ; études sur le genre), Professeure HdR, Université de Zurich, Institut d’Etudes asiatiques et orientales

Abréviations

  • ADRESS : Association pour le Développement de la Recherche en Sciences Sociales
  • AMU : Aix-Marseille Université
  • ATED : Atelier Thématique d’Etudes Doctorales
  • CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
  • EFiGiES : Association des Jeunes Chercheuses et Chercheurs en Etudes Féministes, Genre et Sexualités
  • GeFeM : Genre, Femmes, Méditerranée
  • IDEMEC : Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative
  • LAMES : Laboratoire Méditerranéen de Sociologie
  • MMSH : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
  • MSH : Maison des Sciences de l’Homme
  • TELEMME : Temps, Espaces, Langages, Europe méridionale, Méditerranée

 

Dates

  • vendredi 12 juillet 2013

Mots-clés

  • genre, résistances, représentations, documentation, médias, méthodologie du genre, société

Contacts

  • Nacira Abrous
    courriel : abrous [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Nacira Abrous
    courriel : abrous [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Genre : documenter les résistances dans la Méditerranée actuelle », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 04 juillet 2013, http://calenda.org/254623