AccueilIntersections – l’anglais de spécialité, creuset multidomaine : implications scientifiques, didactiques, traductologiques et pédagogiques

Intersections – l’anglais de spécialité, creuset multidomaine : implications scientifiques, didactiques, traductologiques et pédagogiques

Intersections – ESP as a multidomain crucible: scientific, didactic, translatological and pedagogical implications

XXXVe colloque international du GERAS

GERAS 35th International Conference

*  *  *

Publié le lundi 26 août 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Le Groupe de recherche et d’étude en anglais de spécialité (GERAS) organise son 35e colloque sur le thème « Intersections – l’anglais de spécialité, creuset multidomaine : implications scientifiques, didactiques, traductologiques et pédagogiques », en collaboration avec l’équipe interne linguistique, traduction et recherches transversales (LTRT) du laboratoire d’étude et de recherche sur le monde anglophone (LERMA, EA 853) et la maison interdisciplinaire de ressources et de recherches en langues (MIRREL) de l’université d’Aix-Marseille. Ils invitent les chercheurs en anglais de spécialité à explorer la problématique de l’intersection dans leurs objets et dans leur discipline afin d’en dégager les implications scientifiques, didactiques, traductologiques et pédagogiques au bénéfice des parties prenantes au domaine.

Annonce

Argumentaire

L’anglais de spécialité (ASP) désigne deux ordres distincts de réalité. L’appellation s’applique d’abord aux variétés spécialisées de l’anglais définies comme « l’expression des domaines spécialisés dans la langue anglaise » et ensuite à la discipline qui constitue, dans le contexte français, la quatrième branche de l’anglistique[1]. L’une et l’autre de ces réalités s’apparentent à des creusets dans lesquels des éléments différents se mêlent et se fondent pour produire un élément nouveau doté de spécificités propres. D’une part, les variétés spécialisées de l’anglais résultent de l’intersection entre des domaines spécialisés et la langue anglaise pour générer, par exemple, l’anglais du droit, de la médecine, de l’économie ou l’anglais pour l’ingénieur. D’autre part, pour étudier et enseigner ces objets, la discipline sollicite différents domaines du savoir tels que la linguistique, l’analyse du discours, les sciences sociales et la didactique et les combine dans une même démarche. La thématique de l’intersection est donc centrale en langue de spécialité et elle peut prendre les formes voisines du croisement, du carrefour, de l’interdisciplinarité ou de la transversalité selon la diversité des phénomènes étudiés.

Le 35e colloque du GERAS, accueilli par l’équipe interne Linguistique, Traduction et Recherches Transversales (LTRT) du Laboratoire d’Étude et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA) et par la Maison Interdisciplinaire de Ressources et de Recherches en Langues (MIRREL) de l’Université d’Aix-Marseille, invite les chercheurs en anglais de spécialité à explorer la problématique de l’intersection dans leurs objets et dans leur discipline afin d’en dégager les implications scientifiques, didactiques, traductologiques et pédagogiques au bénéfice des parties prenantes au domaine.

Du point de vue scientifique, les interrogations porteront sur les cheminements qui mobilisent les collaborations interdisciplinaires nécessaires à la caractérisation de l’expression des domaines spécialisés dans la langue anglaise. En eux-mêmes, les questionnements liés à l’interdisciplinarité ne sont pas inédits comme l’atteste la maturité de disciplines transversales telles la psycholinguistique ou la sociolinguistique. Néanmoins, l’effort est relativement récent en anglais de spécialité et le rapide développement du domaine plaide pour que la recherche s’y applique sans tarder. L’expression du spécialisé dans la langue s’effectue de façons étonnamment diverses – par le biais de la phonétique, du lexique, de la terminologie, de la phraséologie, des genres de discours, de la fiction à substrat professionnel (FASP), de certaines figures de style comme la métaphore, des cultures spécialisées véhiculées par le langage. Son étude mobilise une multiplicité de champs du savoir et exige qu’ils dialoguent afin d’aboutir, au terme des phases d’analyse, à la caractérisation synthétique d’un objet homogène.

Pour leur part, les variétés spécialisées de l’anglais résultent d’intersections très diverses entre les domaines et la langue. Dans certains cas, en anglais du droit, par exemple, le domaine spécialisé est consubstantiel à la langue et l’intersection comprend la totalité du domaine, spécificité remarquable illustrée par les premiers mots de l’ouvrage classique du juriste américain David Mellinkoff sur la langue du droit de tradition anglo-saxonne : « The law is a profession of words[2] ». Ces variétés spécialisées de la langue posent des problèmes traductologiques très complexes puisque les phénomènes linguistiques spécialisés n’atteignent leur plénitude signifiante que dans une seule langue, celle qui sous-tend leur existence. En revanche, d’autres domaines, tels les sciences exactes et expérimentales, se déploient largement en dehors des langues naturelles de sorte que leurs langues de spécialité reposent au sein d’intersections moins linguistiquement identitaires. Ces domaines ont souvent recours à des langages parallèles aux langues naturelles (langages symboliques, formels ou mathématiques) qui maintiennent une partie du spécialisé en dehors des langues naturelles. Ils lui apportent ainsi une dimension universelle qui simplifie partiellement la traduction. En tant que pratique, la traduction spécialisée et/ou professionnelle s’est considérablement développée au rythme de la mondialisation croissante des activités humaines. Néanmoins, les théories de la traduction sont amenées à affiner leurs approches pour traiter des objets linguistiques de plus en plus synthétiques tels les intersections multidomaines générées par les langues de spécialité.

Les chercheurs sont également encouragés à étudier les implications didactiques du caractère « intersectif » de l’anglais de spécialité en tant que substance linguistique et en tant que discipline. Quelles stratégies d’apprentissage spécifiques peuvent être mobilisées afin d’optimiser l’enseignement et l’apprentissage d’objets structurellement composites ? Comment la réflexion didactique peut-elle prendre en compte l’extrême diversité des intersections réalisées par les différentes variétés spécialisées de la langue ?

Les réponses apportées à ces questions sont tout aussi cruciales pour l’ensemble des acteurs du secteur Lansad (Langues pour spécialistes d’autres disciplines) qui œuvrent à la transmission des langues de spécialité. Leur contribution est sollicitée pour préciser comment les démarches pédagogiques peuvent être adaptées à des objets linguistiques « creusets » où langue et contenus spécialisés sont intimement mêlés. Quelles macro- et micro-tâches peuvent être mises en œuvre pour faciliter l’accès des apprenants à ces objets complexes ?

[1] Cf. les définitions des langues de spécialité et de l’anglais de spécialité adoptées par la Commission formation de la SAES en 2011 : « Évolutions et enjeux des formations et de la recherche dans le secteur LANSAD », 28 janvier 2011 <http://sha.univ-poitiers.fr/saesfrance/spip.php?article262>.

[2] Mellinkoff, David. 1963. Language and the Law. Boston : Little, Brown, vi.

Conditions de soumission

Les propositions de communication en français ou en anglais (sous la forme d’un résumé de 300 mots de préférence accompagné d’une bibliographie indicative) sont à adresser à Isabelle Richard et à Michel Van der Yeught.

Date limite de réception des propositions : 12 janvier 2014

Réponse : 2 février 2014

Comité scientifique

  • Fabrice Antoine, Université Lille 3, France
  • Jean-Claude Bertin, Université du Havre, France
  • Ana Bocanegra Valle, Universidad de Cadiz, Espagne/Spain
  • Alex Boulton, Université de Lorraine, France
  • Shirley Carter-Thomas, Institut Télécom, Évry, France
  • Angela Chambers, University of Limerick, Irlande/Ireland
  • Monique De Mattia-Viviès, Aix-Marseille Université, France
  • Gilberto Diaz-Santos, University of Havana, Cuba
  • Shaeda Isani, Université Grenoble 3, France
  • Ann Johns, San Diego State University, États-Unis/United States
  • Grégoire Lacaze, Aix-Marseille Université, France
  • Monique Mémet, École normale supérieure de Cachan, France
  • Jacqueline Percebois, Aix-Marseille Université, France
  • Isabelle Richard, Aix-Marseille Université, France
  • Margaret Rogers, Surrey University, Grande-Bretagne/Great Britain
  • Anthony Saber, École normale supérieure de Cachan, France
  • Philip Shaw, Stockholm University, Suède/Sweden
  • Michel Van der Yeught, Aix-Marseille Université, France
  • Margaret van Naerssen, Immaculata University, États-Unis/United States
  • Christopher Williams, Università degli studi di Foggia, Italie/Italy
  • Annalisa Zanola, University of Brescia, Italie/Italy
  •  John Swales, University of Michigan, États-Unis/United States

Lieux

  • Maison de la recherche du site Aix-Lettres, Université Aix-Marseille
    Aix-en-Provence, France (13100)

Dates

  • dimanche 12 janvier 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • anglais de spécialité, traduction, lexique, didactique

Contacts

  • Michel Van der Yeught
    courriel : michel [dot] vanderyeught [at] univ-amu [dot] fr
  • Isabelle Richard
    courriel : isabelle [dot] richard [at] univ-amu [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Monique Memet
    courriel : m [dot] memet [at] orange [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Intersections – l’anglais de spécialité, creuset multidomaine : implications scientifiques, didactiques, traductologiques et pédagogiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 26 août 2013, http://calenda.org/255963