AccueilLa catastrophe et ses représentations

La catastrophe et ses représentations

Catastrophe and its representations

Villes en ruines : images, mémoires, métamorphoses

Cities in ruins: images, memories and metamorphoses

*  *  *

Publié le lundi 26 août 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Le Louvre engage une réflexion sur l’un des thèmes privilégiés du monde contemporain : la catastrophe et ses représentations. En effet la catastrophe, en tant qu’événement marquant la mémoire et frappant l’imaginaire, est représentée dans de nombreuses œuvres du musée. Il s’agit de les interroger en invitant différentes disciplines à un dialogue commun. Chaque année la réflexion se concentrera sur une thématique spécifique : le sujet abordé en 2013 est la ville et ses ruines. Un programme de trois jours propose d’en explorer les multiples facettes, de l’Antiquité à l’époque contemporaine.

Annonce

Présentation

D’Atlantide à Troie, de Sodome et Gomorrhe jusqu’au monde dévasté par les cavaliers de l’Apocalypse, la destruction des villes a traditionnellement été considérée le signe de la vulnérabilité des hommes et de leurs constructions face à la puissance divine. D’ailleurs, c’est l’histoire même de nos villes a être parsemée de désastres, tant naturels (tremblements de terre, inondations, éruptions…) que provoqués par l’homme (guerres, incendies…). Selon les cas, les débris des mondes révolus sont exaltés ou délaissés, remployés ou oubliés ; pour autant, ils ne cessent de marquer la culture matérielle et immatérielle, de susciter rêveries et fantasmes. Archéologues, historiens de l’art, conservateurs de musée, historiens, philosophes et cinéastes sont invités à croiser leurs regards sur ces questions qui concernent tant notre perception du passé que notre rapport au futur.

Programme

Vendredi 18 octobre

  • 10h : Conférence d’ouverture, par Salvatore Settis, Scuola Normale Superiore, Pise
  • 10h30 : Les ruines entre permanence et impermanence, par Alain Schnapp, université de Paris 1 - Panthéon-Sorbonne
  • 11h : Mémoire et ruines de Mésopotamie: autour de laLamentation sur la destruction d’Ur, par Béatrice André Salvini, musée du Louvre
  • 11h30 : La notion de ruines en Chine : une approche comparative, par Wu Hung, University of Chicago

12h00 : Débat

  • 15h : La chute des villes antiques entre Destin et Némésis, par Filippomaria Pontani, Università Ca’ Foscari, Venise
  • 15h30 : Destruction et ruines dans la Rome antique, par Massimiliano Papini, Sapienza - Università di Roma
  • 16h : Grandeur et misère des ruines de Rome dans la première moitié du XVIe siècle: célébration, lamentation et anathème, par Sabine Forero-Mendoza, université Michel de Montaigne Bordeaux 3
  • 16h30 : Construction et effondrement dans Les désastres de la nation juive de Maarten van Heemskerck, par Monica Preti, musée du Louvre

17h00 : Débat

20h : Projectiondu film La pierre triste (Agelastos petra) de Filippos Koutsaftis, en présence du réalisateur
Film présenté par Georges Didi-Huberman, EHESS, Paris

Samedi 19 octobre

  • 10h : La destruction de la ville, gage de salut ? Quelques réflexions sur la « peinture de destruction » à Naples au XVIIe siècle, par Philippe Malgouyres, musée du Louvre
  • 10h30 : Bâtir sur les ruines: les thermes des Romains à Saint-Pétersbourg, par Olga Medvedkova, CNRS, Centre André Chastel/EHESS
  • 11h : Paris en ruines: considérations sur les risques et désastres de l’époque moderne, par Nina L.  Dubin, University of Illinois, Chicago
  • 11h30 : Pompéi ou la construction d’une ville en ruines : archéologie et patrimonialisation, par Béatrice Robert-Boissier, chargée de mission à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres

12h : Débat

  • 15h00 : Photographier les ruines, enregistrement et mise en scène (1848 - 1919), par Dominique de Font-Réaulx, musée Louvre/Musée Eugène Delacroix
  • 15h30 : Mémoire et historiographie de la catastrophe.  Le bombardement de la cathédrale de Reims en septembre 1914, par Michela Passini, CNRS, ENS, Institut d’histoire moderne et contemporaine, Paris
  • 16h : Les débris de l’Histoire. Représentations visuelles de la destruction de Dresde, par Ann Fuchs, MRIA, University of Warwick, Coventry
  • 16h30 : Répondre à la catastrophe : le barrage des Trois Gorges et l’Art contemporain chinois, par Wu Hung, University of Chicago

Conférence suivie de la projection des vidéos de l’artiste Chen Qiulin 

Rhapsody on Farewell; Chine, 2002, 9 min, coul.

River, River, Chine, 2005, 16 min, coul. 

The Gardens, Chine, 2007, 15 min, coul.

Dimanche 20 octobre

15h : Films de Louidgi Beltrame

Depuis plusieurs années Louidgi Beltrame, né à Marseille en 1971, parcourt le monde afin de réaliser des films interrogeant des lieux de mémoire de la modernité. Il filme « des architectures fantômes – aujourd’hui désactivées – dans leur matérialité, comme des sculptures monumentales. Ces formes vides sont néanmoins habitées par des histoires stratifiées. Celles des conditions de production, des idéologies qui ont motivé ces chantiers, des hommes qui les ont bâtis et exploités ».

Energodar, de Louidgi Beltrame
Fr., 2010, Film super-8 transféré en vidéo HD, 33 min

Voyage initiatique spatial et temporel, Energodar explore l’univers des  « atomgrads ». Ces villes dortoirs, situées à proximité des centrales nucléaires, témoins des vestiges passés de certaines conquêtes urbaines et scientifiques, offrent des univers fantomatiques et figés, sortes de Pompéi contemporaines.

Gunkanjima, de Louidgi Beltrame
Fr., 2010, Film super-8 transféré en vidéo HD, 33 min

Située au large de Nagasaki au Japon, l’île de Gunkanjima est une colonie minière abandonnée depuis 1974. L’île rassemble aujourd’hui les vestiges archéologiques de l’architecture moderne japonaise.

Projection suivie d’une discussion avec Louidgi Beltrame et Catherine David, commissaire d’expositions.

18h : Je veux voir , de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige
Fr./Liban, 2008, 75 min, coul.
Avec Catherine Deneuve, Rabih Mroué

A l’aube d’une nouvelle guerre qui éclate au Liban en juillet 2006, les réalisateurs se demandent si le cinéma peut encore changer le monde. Ils décident de partir à Beyrouth avec une "icône" du cinéma, Catherine Deneuve, et de parcourir en sa compagnie et celle du comédien libanais Rabih Mroué les régions touchées par le conflit pour tenter de retrouver, dans les ruines de leur pays, une beauté disparue.

Film suivi d’une discussion avec Joana Hadjithomas et Khalil Joreige animée par Isabelle Régnier, critique de cinéma.

Informations pratiques

Tarifs

  • Entrée libre pour le colloque le vendredi 18 et le samedi 19 octobre
  • de 3€ (moins de 26 ans) à 6€ pour les films du vendredi 18 octobre à 20h et dimanche 20 octobre à 15h et 18h

Réservations pour les films

  • sur place (caisses ouvertes les lundi, jeudi et samedi de 9h à 17h15, et les mercredi et vendredi jusqu'à 19h15)
  • tel : 01 40 20 55 00

Lieux

  • Auditorium - Musée du Louvre
    Paris, France (75001)

Dates

  • vendredi 18 octobre 2013
  • samedi 19 octobre 2013
  • dimanche 20 octobre 2013

Mots-clés

  • villes, ruines

Contacts

  • Marion Surget
    courriel : marion [dot] surget [at] louvre [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marion Surget
    courriel : marion [dot] surget [at] louvre [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La catastrophe et ses représentations », Colloque, Calenda, Publié le lundi 26 août 2013, http://calenda.org/257502