AccueilEntre Europe de l’Est et Europe de l’Ouest ? Les partis communistes d’Europe de l’Ouest pendant la dernière décennie de la guerre froide

Entre Europe de l’Est et Europe de l’Ouest ? Les partis communistes d’Europe de l’Ouest pendant la dernière décennie de la guerre froide

Between Eastern and Western Europe? The Communist parties of Western Europe during the last decade of the Cold War

Atelier de recherche au centre Marc Bloch

Research workshop at the Marc Bloch centre

*  *  *

Publié le mardi 10 septembre 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Dans la continuité de l’atelier « Entre Moscou et l’Europe : les partis communistes européens de 1945 à aujourd’hui », qui a eu lieu en juin 2012 au centre Marc Bloch (CMB) à Berlin, le centre Marc Bloch de Berlin, le Zentrum für Zeithistorische Forschung de Potsdam et l’Österreischiche Akademie der Wissenschaften à Vienne organisent un atelier de recherche intitulé « Entre Europe de l’Est et Europe de l’Ouest ? Les partis communistes d’Europe de l’Ouest pendant la dernière décennie de la guerre froide ». Les échanges prévus dans le cadre de cette manifestation doivent donner lieu à une discussion animée afin d’apporter de nouvelles connaissances sur ce sujet. L’objectif de cette rencontre est de servir de tremplin à une recherche future et d’élargir et renforcer la mise en réseau de chercheurs et de spécialistes de cette thématique.

Annonce

Présentation

Dans la continuité de l’atelier « Entre Moscou et l’Europe : les partis communistes européens de 1945 à aujourd’hui », qui a eu lieu en juin 2012 au centre Marc Bloch (CMB) à Berlin, le centre Marc Bloch de Berlin, le Zentrum für Zeithistorische Forschung de Potsdam et l’Österreischiche Akademie der Wissenschaften à Vienne organisent un atelier de recherche intitulé « Entre Europe de l’Est et Europe de l’Ouest ? Les partis communistes d’Europe de l’Ouest pendant la dernière décennie de la guerre froide ». Cette manifestation s'adresse aux doctorants, post-doctorants et spécialistes de la recherche sur le communisme. Les échanges prévus dans le cadre de cette manifestation doivent donner lieu à une discussion animée afin d’apporter de nouvelles connaissances sur ce sujet. L’objectif de cette rencontre est de servir de tremplin à une recherche future et d’élargir et renforcer la mise en réseau de chercheurs et de spécialistes de cette thématique.

Sujet et état de la recherche

Pour les partis communistes ouest-européens (en particulier les plus importants), la seconde moitié des années soixante-dix a été avant tout marquée par les débats sur « l’eurocommunisme ».[1] Les différents courants réformateurs au sein du mouvement communiste répondaient à des motivations différentes et leurs objectifs différaient au plus haut point. Tandis qu’à cette période les échanges s’intensifient, les différends deviennent de plus en plus manifestes. Aussi, l’apparition de l’ « eurocommunisme » ne préoccupe pas seulement les communistes, mais provoque également des réactions dans l’ordre politique occidental[2] (et ce, jusqu’aux Etats-Unis[3]) de par la possibilité d’une participation communiste dans les différents gouvernements.

En 1979, la situation internationale s’envenime de façon significative suite à la double décision de l’OTAN et à l’invasion soviétique en Afghanistan. En outre, en 1980-81, la situation en Pologne s’envenime considérablement. L’Afghanistan et la Pologne sont particulièrement problématiques pour les partis communistes d’Europe de l’Ouest.[4] Faut-il suivre aveuglément la position de Moscou ou énoncer un positionnement indépendant, en opposition avec le PCUS ?

Suite à l’entrée en fonction de Michail S. Gorbatchev en tant que secrétaire général du PCUS en 1985, la situation en Europe change de nouveau. Désormais, le centre du « communisme mondial » prône la nécessité de réformes internes et la détente avec l’Ouest.[5] Ce nouveau développement entraîne des réactions extrêmement diverses parmi les partis communistes occidentaux. Alors que certains avaient ardemment souhaité les réformes de Gorbatchev, d’autres les estiment trop profondes. Dans ce contexte, il est particulièrement intéressant d’étudier à quel point la politique de Gorbatchev a été influencée par les idées eurocommunistes, les relations qu’il entretenait avec les chefs des partis occidentaux et les formes d’opposition et les coalitions en son sein qui se sont dressées sur son chemin.

Les répercussions de la fin de la guerre froide et de la chute de l’empire soviétique sur les partis communistes ouest-européens ont jusqu’à présent peu fait l’objet de travaux scientifiques. Peut-on parler d’une désagrégation définitive ? Alors que certains partis dogmatiques perdirent de leur influence, les partis réformés poursuivirent leur processus de transformation. Cependant, certains PC fidèles à Moscou, comme celui du Portugal ou de Chypre, purent conserver une certaine emprise sur leurs pays respectifs. De plus, durant ces années, une nouvelle forme d’ « internationalisme » apparut au niveau européen, qui aboutit en 2004 à la fondation du Parti de la Gauche Européenne. Dans ce contexte, les partis communistes européens importants, ainsi que ceux de moindre importance, gagnent à être étudiés.

Par ailleurs, un autre grand défi de la seconde moitié des années quatre-vingts fut posé par l’approfondissement et la poursuite de l’intégration européenne. La signature en 1986 de l’Acte unique européen (AUE) fut le premier grand pas vers l’approfondissement de l’intégration de la Communauté Européenne (CE) d’un point de vue politique et économique. Comment les partis communistes y réagirent-ils ? Modifièrent-ils leur politique européenne ?

La recherche sur le rôle des seuls partis communistes ouest-européens n’en est encore qu’à ses débuts quand il s’agit de questionner cette « longue décennie ». De l’apparition de l’eurocommunisme à la désagrégation de l’empire soviétique, cet atelier interrogera le comportement des partis communistes, et particulièrement celui des partis ouest-européens : Comment se positionnèrent-ils entre l’Est et l’Ouest et quels renouvellements et processus de transformation traversèrent-ils ? En outre, il nous faudra prêter une attention particulière à la question de la communication transnationale entre les partis. Quelles influences réciproques existaient ? Quels défis furent affrontés ensemble ?

Toutes communications portant sur les partis communistes d’Europe de l’Est et de l’Ouest durant cette longue décennie sont les bienvenus. Une attention particulière sera portée aux travaux interrogeant les relations inter-partisanes.

L’atelier est interdisciplinaire : sciences politiques, sociologie et histoire y sont représentées. Au travers de cet appel à contribution, douze doctorants seront invités à participer. L’atelier leur donnera la possibilité d’échanger avec un grand nombre de chercheurs établis et renommés. Aussi, la priorité sera donnée aux doctorants lors des discussions clôturant chaque panel.

[1]Pour un résumé sur l’”eurocommunisme”, voir : Silvio Pons, The rise and fall of Eurocommunism, dans : Melvyn P. Leffler/Odd Arne Westad (Hg.), The Cambridge History of the Cold War. Volume III: Endings, 45-65.
[2] Voir en particulier les contributions de Nikolas Dörr et de Michael Mayer, dans : Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung 2010.
[3] Als Überblick: Alessandro Brogi, Confronting America: the Cold War between the United States and the Communists in France and Italy, Chapel Hill 2011.
[4] Enrico Berlinguer: After Poland. Towards a new internationalism, London 1982.
[5] Archie Brown, The Gorbachev Factor, Oxford 1996.

Modalités de participation

Date limite d’envoi : 22 septembre 2013

Les propositions de communication, comportant un titre et un résumé de 500 mots maximum, sont à adresser au format PDF et Word, accompagnés d’un CV, à l’adresse suivante : denoyer@cmb.hu-berlin.de

Les postulants seront avisés de la sélection de leur proposition avant la fin du mois de septembre 2013.

Les communications seront de 15 minutes.

Langues : allemand et anglais.

Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge.

Comité d’organisation

  • Aurélie Denoyer (Centre Marc Bloch, Berlin),
  • Nikolas Dörr (ZZF, Berlin),
  • Maximilian Graf (INZ, ÖAW, Vienne)
  • et Karlo Ruzicic-Kessler (INZ, ÖAW, Vienne)

Comité scientifique

  • Aurélie Denoyer (Centre Marc Bloch),
  • Nikolas Dörr (Zentrum für Zeithistorische Forschung),
  • Maximilian Gräf (Österreichische Akademie der Wissenschaften)

Lieux

  • Centre Marc Bloch, Georg-Simmel-Saal - Friedrichstrasse 191
    Berlin, Allemagne

Dates

  • dimanche 22 septembre 2013

Mots-clés

  • communisme, guerre froide, représentation, histoire croisée, Europe

Contacts

  • Aurélie Denoyer
    courriel : denoyer [at] cmb [dot] hu-berlin [dot] de

Source de l'information

  • Aurélie Denoyer
    courriel : denoyer [at] cmb [dot] hu-berlin [dot] de

Pour citer cette annonce

« Entre Europe de l’Est et Europe de l’Ouest ? Les partis communistes d’Europe de l’Ouest pendant la dernière décennie de la guerre froide », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 10 septembre 2013, http://calenda.org/258588