AccueilPlurilocalités résidentielles et populations locales

Plurilocalités résidentielles et populations locales

Residential plurilocalities and local populations

Revue annuelle « Cahiers de démographie locale » 2013 (parution 2014)

Cahiers de démographie locale, 2013 annual journal (due for publication 2014)

*  *  *

Publié le mardi 10 septembre 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Le millésime 2013 des Cahiers de démographie locale est consacré aux plurilocalités résidentielles et spécifiquement à leur diversité et à leur impact à l’échelle locale. Pour autant qu'il y ait eu des études pionnières – notamment en France celles des chercheurs ayant participé à l’ouvrage collectif « d’une maison l’autre » en France – la plurilocalité résidentielle a été peu présente dans les analyses démographiques. Les raisons sont techniques et épistémologiques. Mais aujourd’hui des données en France (Bonnin and Villanova, 1999) – notamment l’Enquête Famille et Logements de 2011 - et dans d’autres pays d’Europe permettent de dépasser ces difficultés. Ce numéro des Cahiers de démographie locale a pour but de contribuer à la meilleure connaissance de ce thème méconnue et d’actualité.

Annonce

Les Cahiers de démographie locale est une revue dont l’objectif est de stimuler mais aussi de promouvoir les travaux s’intéressant à la mesure et à la compréhension de la dynamique des populations locales. Elle diffuse principalement des articles de démographie mais est ouverte aux travaux de sociologie, de géographie ou d’économie qui rendent compte des évolutions des populations locales.

Argumentaire

Le millésime 2013 des Cahiers de démographie locale est consacré aux plurilocalités résidentielles et spécifiquement à leur diversité et à leur impact à l’échelle locale.

Vivre durant l’année dans plus d’un logement habituel n'est pas nouveau (Duchêne-Lacroix and Mäder, 2013). Les bergers et les souverains par exemple le pratiquent depuis longtemps. Certaines formes particulières émergent cependant aujourd'hui. À côté des propriétaires d’une résidence secondaire pour les loisirs mais pas seulement, il y a aussi les navetteurs hebdomadaires pour raisons professionnelles (mutations fréquentes par exemple), les couples vivant ensemble mais dont chaque membre garde son chez-soi („LAT-couples“), les enfants en garde alternée ou encore les étudiants en colocation près du lieu d’étude et habitant aussi chez leurs parents ou chez leur partenaire, ceux qui jouissent d’une maison de famille, etc. Dans cette diversité de situation y a-t-il un ensemble commun de pratiques, ce qu’on pourrait appeler un "habiter plurilocal" ?

Ces pratiques plurirésidentielles ont des conséquences locales importantes. En Suisse, la controverse sur l’excès de résidences secondaires dans les régions touristiques de montagne et ayant abouti à une initiative populaire approuvée par le peuple a montré l’ampleur de certains problèmes : désertification saisonnière, sur ou sous-dimensionnement et (non)flexibilité des infrastructures et des services publiques et privées sur les différents lieux d’habitation, pression foncière et pression sur le marché immobilier, distorsion entre population légale et population effective, etc.

Pour autant qu'il y ait eu des études pionnières – notamment en France celles des chercheurs ayant participé à l’ouvrage collectif « d’une maison l’autre » en France (Bonnin and Villanova, 1999) – la plurilocalité résidentielle a été peu présente dans les analyses démographiques. Les raisons sont techniques et épistémologiques. Il y avait peu de données et celles-ci concernaient essentiellement les « résidences secondaires ». De plus, le phénomène sort des cadres de pensée habituels : d'une part celui du "double container" - une personne fait partie d'un seul ménage-logement situé dans le territoire d'un pays (Duchêne-Lacroix et al., 2013) et d'autre part celui de la catégorie de mobilité - la plurilocalité résidentielle ne peut être classée ni comme un déplacement quotidien, ni comme une migration au sens d'un déménagement de résidence principale (Weichhart, 2009). Mais aujourd’hui des données en France – notamment l’Enquête Famille et Logements de 2011 - et dans d’autres pays d’Europe permettent de dépasser ces difficultés. Du reste, les analyses sur les mobilités quotidiennes – faisant parties de la plurilocalité au sens large mériteraient aussi d’être mieux mis en valeur, notamment par contraste avec la plurirésidentialité.

Ce numéro des Cahiers de démographie locale a pour but de contribuer à la meilleure connaissance de ce thème méconnue et d’actualité qu’est la plurilocalité au sens large et en particulier celle tenant à la résidentialité.

  • Bonnin, P., Villanova, R. de (Eds.), 1999. D’une maison l’autre: Parcours et mobilités résidentielles. creaphis editions, Grane.
  • Duchêne-Lacroix, C., Hilti, N., Schad, H., 2013. L’habiter multilocal : discussion d’un concept émergent et aperçu de sa traduction empirique en Suisse. Rev. Quételet 1, 63–89.
  • Duchêne-Lacroix, C., Mäder, P., 2013. La multilocalité d´hier et d´aujourd´hui entre contraintes et ressources, vulnérabilité et résilience, in: Duchêne-Lacroix, C., Mäder, P. (Eds.), Hier und Dort: Ressourcen und Verwundbarkeiten in multilokalen Lebenswelten, Itinera. Société Suisse d’histoire, Basel, pp. 8–22.
  • Weichhart, P., 2009. Multilokalität - Konzepte, Theoriebezüge und Forschungsfragen. Informationen Zur Raumentwickl. 1/2, 1–14.

Thèmes pouvant être abordés dans ce numéro

 Ce numéro des Cahiers de démographie locale est ouvert aux analyses locales de toutes les plurilocalités résidentielles issues de la démographie, de la sociologie, de la géographie, ainsi qu’aux approches pluri-disciplinaires. Les thématiques pourront toucher plus particulièrement:

  • L’analyse de certaines populations de plurilocaux selon leurs profils socio-démographiques, leurs pratiques de la mobilité et de la résidentialité
  • L’analyse des rapports entre la plurilocalité résidentielle des populations et les (autres) phénomènes démographiques (parentalité par exemple), socioéconomiques et spatiaux (mutations professionnelles par exemple) dans un lieu ou dans les lieux de résidence des plurilocaux (centre urbain, centre touristique, zones éloignées des centres, etc.).
  • L’analyse des flux de populations selon leurs ancrages (pluri)locales (mobilités pendulaires, touristiques, sociales, etc.).
  • L’analyse comparée entre catégories socio-démographiques de populations, entre bassin de populations, entre pays, entre saisons ou entre différentes périodes historiques
  • L’analyse des pratiques affrontées aux représentations sociales des plurilocaux.
  • Enfin l’analyse des plurilocalités au sens général incluant les mobilités quotidiennes (travail, courses, loisirs) et notamment à partir des enquêtes déplacements des ménages en France.

Conditions de soumission

Date limite pour l’envoi des propositions d’article par messagerie électronique (titre, résumé de 250 mots max. et 5 mots-clefs) :

15 Novembre 2013

Avis du comité de rédaction : 31 Novembre 2013

Date limite pour l’envoi des articles au comité de rédaction : 30 Mars 2014

Parution du Cahier de démographie locale 2013 : 20 juin 2014

Notes aux auteurs

 Les Cahiers de démographie locale, comme tous les ouvrages publiés par les éditions Néo- thèque (www.neotheque.com), sont commercialisés sous deux formats : a. un format classique, en noir et blanc, sur papier ; b. un format électronique, en couleur.

 Les contraintes éditoriales sont faibles. Le parti pris du comité de rédaction est de laisser aux auteurs le plus de liberté dans le format de restitution de leur recherche. Ainsi, la longueur des articles proposés dans les Cahiers de démographie locale varie de 15 à 50 pages de la revue (format A5, police Lucida Bright 9), y compris les tableaux, cartes, figures et le résumé. Cela correspond à des articles comprenant environ de 3 500 à 15 000 mots, ou de 25 000 à 100 000 signes (espaces compris). Chaque article est accompagné d’un résumé de 150 à 200 mots en français et en anglais ainsi que d’un titre en anglais. Les consignes détaillées de présentation des textes seront communiquées ultérieurement aux auteurs retenus.

Responsable scientifique du numéro

Cédric Duchêne-Lacroix, Enseignant-chercheur, Université de Bâle, Institut de sociologie (Seminar für Soziologie)

Adresse postale

Seminar für Soziologie der Universität Basel
Cédric Duchêne-Lacroix
Petersgraben 27
4051 Basel
Adresse électronique : c.duchene@unibas.ch

Lieux

  • Universität Basel - Petersgraben 27
    Bâle, Confédération Suisse

Dates

  • vendredi 15 novembre 2013

Mots-clés

  • multilocalité, habiter plurilocal, habiter multilocal, plurilocalité résidentielle, multilocalité résidentielle, résidences secondaires, populations locales, mobilité, migrations, migrations transnationales, déménagement

Contacts

  • Cédric Duchêne-Lacroix
    courriel : c [dot] duchene [at] unibas [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • Cédric Duchêne-Lacroix
    courriel : c [dot] duchene [at] unibas [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Plurilocalités résidentielles et populations locales », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 10 septembre 2013, http://calenda.org/258812