AccueilArt(s) & espace(s)

Art(s) & espace(s)

Art(s) & space(s)

Revue Belgeo

*  *  *

Publié le vendredi 13 septembre 2013 par Elsa Zotian

Résumé

La revue Belgeo prépare un numéro thématique consacré aux relations entre art et espace (parution prévue à l’automne 2014). Les propositions d’articles s’inscriront dans trois axes : le premier a pour objectif de rassembler des réflexions épistémologiques concernant le développement d’une géographie de l’art / des arts pour comprendre ses spécificités et ses apports. Les deux autres envisagent les spatialités artistiques sous deux modes complémentaires, liés à la localisation et aux dynamiques spatiales des acteurs et des phénomènes artistiques. L’appel s’adresse aux chercheurs jeunes ou confirmés et issus de différentes disciplines qui s’intéressent à la dimension spatiale des phénomènes artistiques.

Annonce

Argumentaire

Ce numéro de la revue Belgeo est consacré aux relations entre art et espace. Si les développements de l’art contemporain ont amené les artistes à faire de l’espace une dimension essentielle de leurs œuvres, interrogeable à travers une approche géographique, prendre les acteurs et les manifestations artistiques comme objets d’analyse d’une géographie de l’art est une perspective de recherche sensiblement différente, que nous privilégions dans ce numéro.

Nous proposons trois axes dans lesquels s’inscriront les propositions d’articles : le premier a pour objectif de rassembler des réflexions épistémologiques concernant le développement d’une géographie de l’art/des arts pour comprendre ses spécificités et ses apports. Les deux autres envisagent les spatialités artistiques sous deux modes complémentaires, liés à la localisation et aux dynamiques spatiales des acteurs et des phénomènes artistiques.

1) L’art comme objet de recherche en géographie

Il s’agit dans un premier temps de considérer le contexte scientifique d'émergence de l’intérêt porté à l’art, ses acteurs et ses manifestations par les géographes. Le développement de ces nouveaux objets de recherche apporte des connaissances dans un domaine jusqu'à présent peu abordé des géographes, tout comme il s’inscrit dans un intérêt plus large pour l’avènement d’une économie du signe où l’art a une valeur exemplaire.

Dans un second temps, il faut s’interroger sur la spécificité de ces objets et de leurs apports à l’analyse des espaces. Contribuent-ils à renouveler les approches en géographie (sources, méthodes et représentations cartographiques) notamment par le biais de réflexions interdisciplinaires ? Inversement, en quoi l’approche spatiale enrichit-elle les connaissances des « sciences des arts », confrontées aux outils et questionnements des géographes ?

2) Les arts dans l'espace

Le second axe proposé interroge l'organisation spatiale des arts selon deux angles principaux, ceux de la spécialisation et de la hiérarchisation.

L’étude de la localisation des acteurs et des activités amène tout d'abord à interroger la spécialisation des espaces artistiques. Des modes d'expression différents supposent-ils des espaces de production et de diffusion distincts ? S'il existe des pratiques artistiques dépassant les frontières disciplinaires, certains espaces sont-ils particulièrement propices à l'hybridation artistique ? On cherchera également à comprendre comment les pratiques et les espaces artistiques contribuent à la transformation (sociale, symbolique, matérielle etc.) des espaces dans lesquels ils s'inscrivent.

Par ailleurs, la question des localisations est intimement liée à celle du positionnement des espaces et des acteurs artistiques les uns par rapport aux autres et au regard d'autres espaces. Il s'agit dès lors d'interroger, au prisme de l'art, la définition de hiérarchies spatiales. D'une part, il est possible d’analyser les processus de hiérarchisation au sein des scènes artistiques :  quels sont les indicateurs capables de révéler ces hiérarchies ? Comment centres et périphéries artistiques se définissent-ils à différentes échelles ? Etc. D'autre part, il est pertinent d’observer dans quelle mesure les dynamiques spatiales des arts contribuent à renforcer ou au contraire à subvertir des hiérarchies spatiales préétablies : la biennalisation contribue-t-elle à l'émergence de nouveaux pôles économiques à l’échelle globale ? L'instrumentalisation des arts dans les mouvements sociaux urbains ou dans les politiques publiques conduit-elle à la redéfinition des polarités urbaines? Etc.

3) Mobilités artistiques

Nous proposons de consacrer un dernier axe thématique aux mobilités artistiques. Si la question des circulations artistiques individuelles alimente de manière classique les monographies artistiques, l’analyse des mobilités des œuvres, des individus, des institutions et des savoirs permet d’appréhender de manière originale la structuration des espaces à l’échelle locale, nationale et mondiale.

Comment caractériser ces mobilités ? Comment les représenter ? Dans quelle mesure contribuent-elles à l'organisation des espaces? Les circulations et échanges artistiques contribuent-ils à renforcer ou au contraire à subvertir les hiérarchies spatiales?

Ces interrogations invitent à considérer la diversité des formes de mobilité (saisonnière, plus ou moins institutionnalisée etc.), les acteurs, objets et espaces qu'elles mettent en jeu ainsi que les liens tissés entre les lieux par le biais des réseaux artistiques.

Plus fréquemment étudiées sous l’angle des relations entre activités artistiques et dynamiques urbaines contemporaines, l’analyse des relations entre arts et espaces gagne à envisager d’autres dimensions et angles d’analyse, qui nourriront les trois axes de réflexion proposés. Il est intéressant d’élargir les perspectives et les manières d’étudier les espaces de l’art en diversifiant d’une part les échelles spatiales, mais aussi les terrains (urbain, rural, occidental, oriental, transnational etc.). De même, nous nous intéressons à toutes les disciplines artistiques (arts plastiques, arts vivants, arts urbains, musique, littérature, etc.) et à leurs différentes dimensions (pratiques institutionnalisées, hybrides ou off, création, formation, diffusion, etc.). Finalement, les relations entre arts et espaces ne peuvent se concevoir uniquement sur un mode synchronique et actuel : des cas d’étude historiques et des perspectives diachroniques analysant la formation et la recomposition des spatialités artistiques peuvent également éclairer les processus contemporains

Conditions de soumission

L’appel à contribution s’adresse aux chercheurs jeunes ou confirmés et issus de différentes disciplines qui s’intéressent à la dimension spatiale des phénomènes artistiques. Les contributions viendront, sans exclusivité, s'inscrire dans les axes proposés ; les propositions apportant des regards complémentaires sont cependant également bienvenues.

Les manifestations d’intérêt accompagnées d'un résumé d'une page indiquant la problématique et le plan de l'article envisagés et d'une présentation des auteurs (quelques lignes) devront parvenir aux éditeurs du numéro :

  • Camille Boichot (camille.boichot[at]gmail[dot]com)
  • Tatiana Debroux (tdebroux[at]ulb[dot]ac[dot]be)
  • Boris Grésillon (boris.gresillon[at]free[dot]fr)

avant le 30 novembre 2013 

Après acceptation des propositions, les articles seront attendus pour fin avril 2014, pour une publication à l'automne 2014.

Coordination scientifique

  • Camille Boichot
  • Tatiana Debroux
  • Boris Grésillon

Dates

  • samedi 30 novembre 2013

Mots-clés

  • art, espace, culture, mobilité

Contacts

  • Camille Boichot
    courriel : art [dot] marges [at] gmail [dot] com
  • Tatiana Debroux
    courriel : micmarc [at] ulb [dot] ac [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Tatiana Debroux
    courriel : micmarc [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Art(s) & espace(s) », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 13 septembre 2013, http://calenda.org/259172