AccueilVigne et vin en Italie

Vigne et vin en Italie

Wine and vines in Italy

Revue « Territoires du Vin »

Territoires du Vin journal

*  *  *

Publié le lundi 16 septembre 2013 par Elsa Zotian

Résumé

Ce dossier s’inscrit dans une réflexion chronologique d’ensemble des XVIIIe, XIXe et XXe siècles en Italie, appréhendés comme une période de profondes transformations et adaptations. En effet, si traditionnellement, le monde de la vigne et du vin se caractérise par une apparente permanence – confortée par les acteurs d’une filière qui s’appuient sur cette image de continuité – les caractères originaux des vignobles « d’identifications géographiques protégées » italiens se sont pour une grand part construit durant les trois derniers siècles. De cette période historique, jusqu’alors largement sous-estimée, ce dossier devra porter l’accent sur les moments d’équilibre et de rupture, de transformation et d’adaptation des espaces vitivinicoles.

Annonce

Présentation de la revue

Portée par la Chaire UNESCO « Culture et Traditions du Vin » de l'Unviersité de Bourgogne et la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, la revue électronique « Territoires du Vin » se propose de présenter des recherches, dans le domaine des sciences de l’homme, sur la vigne et le vin en étant pour elles un point d’appui international. A vocation pluridisciplinaire, elle est conçue pour publier les études sur la vigne et le vin impliquant la diversité des savoirs scientifiques dans le champ des sciences sociales avec le souci de promouvoir collaborations et synergies entre les différentes disciplines et spécialités et d’accueillir l’expérience et la réflexion du monde professionnel vitivinicole.

Le titre de la revue signale un souci primordial d’étudier l’ancrage de toutes les activités sociales liées au vin. La référence aux territoires est une manière d’inscrire le vin dans l’espace géographique aussi bien que dans l’histoire sociale et culturelle. L’attention à la dimension territoriale ne signifie pas seulement la spatialisation du regard porté sur une activité qui participe du paysage végétal comme des modes de vie urbains, mais aussi l’intérêt pour la régulation de la production vinicole et la circulation des vins. Le territoire c’est un espace administré, essentiel pour comprendre le développement de ce qu’on désigne aujourd’hui la filière vitivinicole.

Sans doute faut-il faire intervenir de ce point une approche résolument multi scalaire en acceptant l’idée que les jeux d’échelle sont de longue date présents dans la production comme dans la commercialisation et la consommation des vins. En ce sens les périmètres concernés impliquent aussi bien l’espace villageois et celui des exploitations, que celui des régions ou des pays : la production comme la circulation des vins se déploient depuis les temps anciens du local à l’international dans des conditions qui bien évidemment se transforment : hier l’histoire des vins de Chypre, de Beaune, du Champagne, aujourd’hui celles d’Australie, de Californie ou du Chili illustrent l’imbrication des facteurs productifs strictement ancrés et ceux qui participent des échanges aussi bien économiques que culturels. En somme raisonner en terme de territoires oblige à penser tout à la fois les frontières et les échanges, à concevoir les spécificités et les traits communs, les modes d’activités en distinguant le matériel et l’idéel comme leur imbrication. En ce sens les rites comme les mots associés au vin participent de ces territoires de l’imaginaire et de la culture parties intégrantes de toute approche globale non seulement des usages et de la consommation du vin mais aussi de sa production et de son organisation. La mondialisation du vin, tout au moins de sa consommation et en partie de sa production, n’efface pas la diversité des territoires, issue de l’histoire des sociétés mais aussi inséparable d’un environnement physique en interaction avec l’évolution des sociétés contemporaines notamment.

En somme la revue se propose d’ouvrir ses colonnes aux recherches les plus novatrices soucieuses d’une interdisciplinarité qui permet de penser les interactions sociales, culturelles, la combinaison des savoirs aussi bien des sciences expérimentales que des sciences de l’homme pour aborder ce qui se joue autour du vin.

« Territoires du vin » relève le défi de l’extension des savoirs scientifiques en prenant au sérieux la dimension humaine et sociale de la production comme de l’usage du vin en tant qu’il est un produit alimentaire millénaire et moderne, au carrefour de l’artisanat et de l’industrie, de l’agriculture et de la gastronomie. En somme, par le biais de cette boisson, la revue se propose de jeter un regard sur les sociétés contemporaines et leur histoire. »

Argumentaire

Ce dossier s’inscrit dans une réflexion chronologique d’ensemble des XVIIIe, XIXe et XXe siècles en Italie, appréhendés comme une période de profondes transformations et adaptations. En effet, si traditionnellement, le monde de la vigne et du vin se caractérise par une apparente permanence – confortée par les acteurs d’une filière qui s’appuient sur cette image de continuité – les caractères originaux des vignobles « d’identifications géographiques protégées » Italiens se sont pour une grand part construit durant les trois derniers siècles. De cette période historique, jusqu’alors largement sous-estimée, ce dossier devra porter l’accent sur les moments d’équilibre et de rupture, de transformation et d’adaptation des espaces vitivinicoles.

L’enjeu retenu ici consiste à comprendre et à interpréter la combinaison des mécanismes économiques, politiques, culturels et sociaux qui animent les territoires vitivinicoles et contribuent à la construction (ou la mutation) des normes de production, de commercialisation et de consommation des vins et ce, sur différentes échelles d’analyse locales, régionales, nationales et/ou mondiales (Place de l’influence et des identités Italiennes dans les pays viticoles d’Amérique, rôle des organisations régionales, nationales ou supra nationales dans cette fabrication des territoires du vin.).

À partir de ce regard nouveau porté sur le vin, il s’agit donc d’établir des clés de compréhension du fonctionnement des sociétés viti-vinicoles, qui déterminent aujourd’hui à la fois un capital économique hérité (valeur, authenticité du vin, etc.) et la délimitation d’un espace d’action face aux interrogations actuelles (choix et politiques des professionnels de la filière, etc.).

Calendrier et modalités de soumission

  • 15 octobre 2013 : date limite pour les propositions

Les propositions, sous forme de résumés de 500 mots maximum, doivent inclure le sujet de votre article, les questions principales abordées et les sources utilisées.

  • 30 octobre 2013 : retour des expertises du Conseil scientifique
  • 20 janvier 2014 : date limite de réception des articles (toutes les informations sur le format des articles sur le lien notes aux auteurs)

Les propositions d’articles sont à envoyer en italien ou en français : olivier.jacquet@u-bourgogne.fr

Responsables scientifiques

Lieux

  • Chaire UNESCO
    Dijon, France (21)

Dates

  • mardi 15 octobre 2013

Mots-clés

  • Italie, vin, vigne, sociétés, normes, représentations, acteurs

Contacts

  • Olivier Jacquet
    courriel : chaire [dot] vin-culture [at] u-bourgogne [dot] fr
  • Luca Bonardi
    courriel : luca [dot] bonardi [at] unimi [dot] it

URLS de référence

Source de l'information

  • Olivier Jacquet
    courriel : chaire [dot] vin-culture [at] u-bourgogne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Vigne et vin en Italie », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 16 septembre 2013, http://calenda.org/259416