AccueilLes sciences sociales au prisme de la Méditerrannée

Les sciences sociales au prisme de la Méditerrannée

The social sciences through the prism of the Mediterranean

*  *  *

Publié le mardi 17 septembre 2013 par Elsa Zotian

Résumé

L’objet de cette journée est de proposer une réflexion sur le comparatisme en sciences sociales à partir d’une boutade : qu’est-ce que l’on apprend à venir faire de la sociologie sur les bords de la Méditerranée les doigts de pied en éventail, ventilés par le mistral, avec des enquêtés à l’accent chantant et à la kalachnikov facile ? Plus sérieusement, il s’agit bien sûr de regarder la Méditerranée au prisme des sciences sociales, de tester avec les outils des sciences sociales si l’espace méditerranéen constitue une totalité pertinente à analyser, en opposition à l’Europe du Nord, avec une continuité plus ou moins affirmée entre les deux rives… et de se demander ce qu’apportent à cette analyse les grands paradigmes des sciences sociales quand ils sont déclinés sur ces terrains. Mais il s’agit aussi de se demander si l’on fait de la sociologie là comme ailleurs, si les particularités de l’espace méditerranéen, par exemple en termes de densité de peuplement côtier, de renouvellement des populations par les intenses mouvements migratoires qui s’y rencontrent ou par les formes de solidarité et d’identité qui y ont cours, obligent à poser les questions autrement et infléchissent ou complexifient les ambitions de théorisation de la sociologie. Bref il s’agit de voir ce que peuvent gagner les sciences sociales à se frotter à la Méditerranée.

Annonce

Argumentaire

L’objet de cette journée est de proposer une réflexion sur le comparatisme en sciences sociales à partir d’une boutade : qu’est-ce que l’on apprend à venir faire de la sociologie sur les bords de la Méditerranée les doigts de pied en éventail, ventilés par le mistral, avec des enquêtés à l’accent chantant et à la kalachnikov facile ? Plus sérieusement, il s’agit bien sûr de regarder la Méditerranée au prisme des sciences sociales, de tester avec les outils des sciences sociales si l’espace méditerranéen constitue une totalité pertinente à analyser, en opposition à l’Europe du nord, avec une continuité plus ou moins affirmée entre les deux rives… et de se demander ce qu’apportent à cette analyse les grands paradigmes des sciences sociales quand ils sont déclinés sur ces terrains. Mais il s’agit aussi de se demander si l’on fait de la sociologie là comme ailleurs, si les particularités de l’espace méditerranéen, par exemple en termes de densité de peuplement côtier, de renouvellement des populations par les intenses mouvements migratoires qui s’y rencontrent ou par les formes de solidarité et d’identité qui y ont cours, obligent à poser les questions autrement et infléchissent ou complexifient les ambitions de théorisation de la sociologie. Bref il s’agit de voir ce que peuvent gagner les sciences sociales à se frotter à la Méditerranée. Cette inversion allant de ce que la Méditerranée gagne aux sciences sociales à ce que les sciences sociales gagnent à la Méditerranée vaut plus largement pour tout terrain comparatiste sous réserve qu’il soit saisi avec suffisamment de précision et de réflexivité sur son périmètre, ses frontières, son articulation à des échelles plus larges. La démarche comparatiste qui fait l’essence de la sociologie de Durkheim à Passeron pose ainsi la question de ce que fait tel ou tel terrain local à la sociologie et pas seulement au problème sociologique qu’il sert à mettre en perspective.

Journée d’étude organisée par le LAMES et la revue Sociologie

Programme

9h – 9h30 : Accueil des participants

9h30 – 10h : Introduction

  • Brigitte Marin, directrice de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
  • Pierre Fournier, LAMES, présentation de la journée
  • Serge Paugam, Centre Maurice Halbwachs, directeur de la publication de la revue Sociologie

10h – 12h : Session 1 – Déviance et société

Animation pour la revue Sociologie Corinne Rostaing, Centre Max Weber

  • Laurent Mucchielli, LAMES, La Provence, terre de violence ?
  • Isabelle Feroni, SESSTIM, UMR 912 Inserm, Marseille, Les inégalités de santé à Marseille, opposition nord-sud et  quartiers en grande vulnérabilité, une lecture territoriale
  • Johanna  Lees, Centre Norbert Elias, Habiter en copropriété dégradée à Marseille : ethnographie d’expériences ordinaires de l’arnaque

13h30 – 16h : Session 2 – Immigration et politique

Animation pour la revue Sociologie : Nicolas Duvoux, CERLIS

  • Françoise Lorcerie, IREMAM, Présence des musulmans dans les sociétés civiles en Europe : des situations contrastées. Quelques enseignements d'une étude transnationale
  • Swanie Potot, URMIS-Nice, Habitat et migrations : des Maghrébins aux Roms, la résurgence du bidonville de la Digue des Français à Nice
  • Annalisa Lendaro, LEST, Régulariser pour mieux régner ? Les travailleurs sans-papiers et les usages sociaux et politiques des normes
  • Cesare Mattina, LAMES, Redistribuer inégalement pour mieux "gouverner" la ville. L'invention des communautés ethniques à Marseille

16h15 – 17h30 : Table ronde – La misère serait-elle moins pénible au soleil ?

Animation pour la revue Sociologie : Pierre Fournier, LAMES

  • Yolande Benarrosh, LAMES (sous réserve),
  • Claude Martin, CRAPE,
  • Sylvie Mazzella, LAMES,
  • Béatrice Mesini, TELEMME,
  • Serge Paugam, Centre Maurice Halbwachs.

Lieux

  • MMSH, salle Duby - 5, rue du château de l'horloge
    Aix-en-Provence, France (13090)

Dates

  • vendredi 27 septembre 2013

Mots-clés

  • Méditerranée, déviance, immigration, politique, épistémologie

Contacts

  • Pierre Fournier
    courriel : pierre [dot] fournier [at] univ-amu [dot] fr

Source de l'information

  • Pierre Fournier
    courriel : pierre [dot] fournier [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les sciences sociales au prisme de la Méditerrannée », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 17 septembre 2013, http://calenda.org/259740