AccueilL'expression du futur en grec et son histoire

L'expression du futur en grec et son histoire

The expression of the future in Greek and its history

*  *  *

Publié le jeudi 19 septembre 2013 par Élodie Faath

Résumé

Le groupe de recherche sur l'aspect en grec et l'université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 organisent les 10 et 11 octobre 2014 un colloque international sur les futurs grecs et leur histoire. Le futur est de retour : plusieurs publications et ouvrages récents manifestent un regain d'intérêt des linguistes pour le futur. Une des raisons de cet intérêt consiste dans la diversité des problèmes qu'il pose : mutabilité morphologique, incertitude sémantique, tant du point de vue du temps, du mode et de l'aspect que de celui de la référence, incertitude pragmatique aussi entre la suggestion et l'ordre impératif. Ce caractère insaisissable ne peut que susciter la curiosité des linguistes. Ce colloque sera centré essentiellement sur une langue (si l'on peut dire), le grec, qui a la particularité d'offrir à peu près trente-cinq siècles de documentation presque continue. C'est dire que la perspective diachronique sera essentielle.

Annonce

Argumentaire

Le groupe de recherche sur l'aspect en grec et l'université Michel de Montaigne-Bordeaux3 organisent les 10 et 11 octobre 2014 un colloque international sur les futurs grecs et leur histoire.

Le futur est de retour: plusieurs publications et ouvrages récents manifestent un regain d'intérêt des linguistes pour le futur. Une des raisons de cet intérêt consiste dans la diversité des problèmes qu'il pose: mutabilité morphologique, incertitude sémantique, tant du point de vue du temps, du mode et de l'aspect que de celui de la référence, incertitude pragmatique aussi entre la suggestion et l'ordre impératif. Ce caractère insaisissable ne peut que susciter la curiosité des linguistes.

Ce colloque sera centré essentiellement sur une langue (si l'on peut dire), le grec, qui a la particularité d'offrir à peu près 35 siècles de documentation presque continue. C'est dire que la perspective diachronique sera essentielle. Les principaux thèmes sur lesquels porteront les propositions d'exposés seront les suivants:

  • l'histoire des conceptions du futur grec chez les grammairiens depuis l'Antiquité. Si les textes grammaticaux joueront un rôle central dans les recherches, on ne négligera pas les textes rhétoriques , critiques et philosophiques.
  • les différentes formes grammaticalisées du futur, dans leurs aspects morphologiques: on s'interrogera sur les différentes évolutions en tenant compte à la fois de leur diversité et des rapports avec les autres formes du système verbal, mais aussi de la variété dialectale.
  • les aspects syntaxiques (subordination, coordination) pourront être utilement explorés.

En ce qui concerne les aspects sémantiques et pragmatiques, on explorera tout ce qui peut éclairer le fonctionnement des futurs, simples ou périphrastiques, et des divers moyens de référer à l'avenir et de se le représenter. On pourra ainsi envisager la catégorie du futur sur le plan de l'interlocution, des élaborations discursives, de la structure informationnelle, mais aussi de la place des phénomènes concernés dans l'ensemble du système temporel, aspectuel, modal et diathétique.

On pourra aussi s'intéresser aux représentations anthropologiques, cognitives et culturelles de la catégorie du futur grec, sans s'enfermer nécessairement dans une simple conception du temps et de la temporalité.

Toutes les époques du grec seront prises en compte, depuis les tablettes mycéniennes jusqu'aux manifestations les plus récentes de la langue contemporaine. Toutes les granulométries de la diachronie seront explorées, depuis les variations à l'intérieur du corpus d'un auteur jusqu'à des phases de très longues durées susceptibles de faire apparaître des ruptures et des reconstructions dans le système grammatical.

Il sera intéressant le cas échéant de situer les faits grecs dans un cadre plus large, tant par rapport aux origines indo-européennes que dans les contacts de langues et dans une perspective typologique.

Aucun cadre théorique n'est privilégié, à condition qu'il soit explicite et qu'il s'appuie sur un travail approfondi des données issues d'un corpus cohérent.

Modalités de soumission

Les exposés seront de 25 mn et seront suivies de 15 mn de discussion. Les langues acceptées sont le français et l'anglais.

Les projets de communication (3500 caractères maximum, espaces compris) seront à envoyer

avant le 27 avril 2014

à l'adresse colloque-futur-grec@u-bordeaux3.fr

Frédéric LAMBERT, Université Michel de Montaigne-Bordeaux3, CLLE-ERSSàB (UMR 5263)

Comité scientifique

  • Rutger Allan (Amsterdam)
  • Louis Basset (Lyon)
  • Michèle Biraud (Nice)
  • Emilio Crespo (Madrid)
  • Gunnar de Boel (Gand)
  • Jesus de la Villa (Madrid)
  • Camille Denizot (Liège)
  • Richard Faure (Nice)
  • David Holton (Cambridge, GB)
  • Jean Lallot (Paris)
  • Frédéric Lambert (Bordeaux)
  • Théodore Markopoulos (Patras)
  • Odile Mortier-Waldschmidt (Amiens)
  • Adriaan Rademaker (Leiden)
  • Liana Tronci (Sienne)
  • Maria Tzevelekou (Athènes)
  • Sophie Vassilaki (Paris)

Lieux

  • Bordeaux, France (33)

Dates

  • dimanche 27 avril 2014

Mots-clés

  • linguistique historique, histoire de la linguistique, anthropologie, temps, aspect, modalité, pragmatique, sémantique, syntaxe, grec ancien, grec médiéval, grec moderne, futur, avenir

Contacts

  • Frédéric Lambert
    courriel : frederik [dot] lambert [at] semiotik [dot] fr

Source de l'information

  • Frédéric Lambert
    courriel : frederik [dot] lambert [at] semiotik [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'expression du futur en grec et son histoire », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 19 septembre 2013, http://calenda.org/259848