AccueilConte et communication

Conte et communication

Fairy tales and communication

*  *  *

Publié le mardi 01 octobre 2013 par Élodie Faath

Résumé

Le laboratoire du Maroc et mondes occidentaux, le laboratoire de narratologie, de discours et d'études comparées de la faculté des lettres et des sciences humaines Ben M'sik Casablanca (Maroc) organiseront le 17 mars 2014 une journée d'études intitulée « Conte et communication » qui vise à stimuler l'intérêt face au conte et ses qualités communicationnelles, à identifier et analyser les différentes affinités possibles entre le conte et la communication et à identifier la dimension sociale qui sous-tend la relation entre le conte et la communication.

Annonce

Argumentaire

Si les chercheurs ont souvent tendance à affirmer que le conte est un art à part entière, il n’en demeure pas moins que ces affirmations ne sont pas toujours observables dans la réalité de nos recherches dans ce domaine.

Cependant, le conte est l’une des plus vieilles formes artistiques et littéraires jamais désuète(s) ; il évolue d’une époque à une autre. En effet, il est basé essentiellement sur la mémoire, sur la transmission de génération en génération et sur le respect du passé. Autrement dit, il est un véritable moyen de retransmission du savoir et de la « passation » des connaissances et demeure une source inépuisable pour la sauvegarde de l’histoire de la communauté.

Le conte est un support idéal et primordial qui sollicite tous nos sens et qui touche pratiquement tous les domaines de la vie : Il relate et décrit la vie des personnes et l’univers des peuples. Il est même un gage de la survie des peuples, grâce au transfert des vertus morales, des valeurs, des histoires, des connaissances, etc., de génération en génération.

Le conteur est l’héritier du savoir et du savoir-faire qui lui ont été transmis par les ancêtres. De par son ingéniosité, le conteur fait des créations souvent inspirées de sa réalité passée ou présente qu’il aime à reproduire et à interpréter de façon poétique. Sa production littéraire se fait très souvent dans un style clair et intelligible à tous et se distingue par une richesse d’expression et une délicatesse d’allusion, ce qui donne à ce genre de littérature orale une portée spirituelle et intellectuelle.

Soulignons, dans le même ordre d’idée, que dans sa pratique du contage, le conteur participe à une plus grande maîtrise phonétique de la langue : articulation, débit verbal, souci de convaincre l’autre par la parole qui nécessite un comportement, des gestes en adéquation avec la tonalité et le sens des mots utilisés. Ainsi, la narration des contes fait appel aux techniques de communication les plus développées. Le conteur use de ses qualités communicatives qui sont néanmoins reléguées au second plan par les chercheurs au profit du conte lui-même.

En effet, l’aspect visuel est aussi important que le récit relaté : les contes, ne l’oublions pas, ne vont pas sans les gestes, les mimiques, les répétitions, les pauses, l’intonation, les expressions émotives qui animent le récit, les silences du conteur qui en disent souvent autant que les paroles. Ces différents traits d’oralité sont déterminants pour leur transmission efficace, voire leur pérennité (puisque sa survie dépend de la chaine de transmission orale).

Par ailleurs, nous assistons aujourd’hui à un élargissement du rôle du conte du milieu pédagogique et éducatif vers le milieu du travail, notamment l’entreprise. Le manager conteur est un profil requis dans le domaine entrepreneurial. Ses stratégies de communication associées aux qualités du conte lui-même font de lui un manager performant.

La transmission des messages via le conte s’avère très utile non seulement pour instaurer des valeurs et pérenniser des mœurs mais également pour communiquer efficacement avec le personnel au sein d’une organisation.

Le conte s’avère un outil puissant mais simple, symbolique mais accessible. Il permet de toucher l’affect et d’approcher le sens des choses en toute simplicité.

Les objectifs de cette journée d’études sont :

  • Stimuler l’intérêt face au conte et à ses qualités communicationnelles ;
  • Identifier et analyser les différentes affinités possibles entre le conte et la communication ;
  • Relever et étudier l’aspect éducatif et pédagogique lié au conte.
  • Mettre en valeur le caractère global et transversal du conte.
  • Mettre en valeur les outils employés par le conte pour véhiculer une culture.
  • Identifier et analyser la dimension sociale qui sous-tend la relation entre le conte et la communication.

Modalité de participation

Les propositions de communication sont à envoyer

avant le 30 janvier 2014

sous forme de résumé de 250 mots à l’adresse suivante : conte.communication@gmail.com

Calendrier

  • 30 janvier 2014 : Date limite d’envoi des propositions de communication.

  • 15 février 2014 : Notification des chercheurs de l’acceptation ou du refus de leurs propositions.
  • 17 mars 2014 : Remise du texte de la communication pour la publication.

Langues de communication

Arabe et Français.

Comité Scientifique

  • Nadia OUACHENE (Littérature, FLSH Ben M'sik),
  • Latifa IDRISSI (Communication, FLSH Ben M'sik),
  • Abdelfettah MEKOUAR (Marketing et Communication, FLSH Ben M'sik),
  • Majid DKHISSY (Sociologie et Anthropologie, FLSH Ben M'sik),
  • Samira DOUIDER (Littérature, FLSH Ben M'sik).

Comité d’Organisation

Latifa IDRISSI, Nadia OUACHENE, Lahcen OUASMI (FLSH Ben M'sik)

Lieux

  • Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ben M’sik - Hay El Baraka
    Casablanca, Maroc

Dates

  • jeudi 30 janvier 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • conte, communication, entreprise, éducation, société, culture

Contacts

  • Lahcen Ouasmi
    courriel : l [dot] ouasmi [at] gmail [dot] com
  • Latifa Idrissi
    courriel : latefaidrissi [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Lahcen Ouasmi
    courriel : l [dot] ouasmi [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Conte et communication », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 01 octobre 2013, http://calenda.org/260402