AccueilLittératures en mouvement : éditer, dévoiler, traduire l'espace littéraire mondial

Littératures en mouvement : éditer, dévoiler, traduire l'espace littéraire mondial

Literatures in movement: editing, reveal, and translating the world literary space

Cycle des conférences de la BULAC 2013-2014

Cycle of BULAC conferences, 2013-2014

*  *  *

Publié le vendredi 04 octobre 2013 par Rémi Boivin

Résumé

L’action culturelle est une nouvelle mission documentaire de la BULAC, inscrite au projet d’établissement en 2011. L’objectif principal de cette mission est de multiplier à l’attention des publics de la BULAC les motifs de rencontres qui leur permettront d’emprunter d’autres voies pour découvrir les collections de la BULAC. Et ce via un programme annuel de conférences, débats, projections, expositions...

Annonce

Programme

08/10/13

18h30-20h30 Auditorium

Les enjeux sociaux et politiques de la circulationdes oeuvres littéraires depuis 1945 : le cas de la traduction

Avec Gisèle Sapiro, sociologue (CNRS, EHESS, CESSP) et Ioana Popa, sociologue (ISP/CNRS)

Dans l’enquête dirigée par Gisèle Sapiro, publiée en 2008, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation (CNRS Éditions), les flux de traduction en France sont analysés par des mesures quantitatives et qualitatives. La recherche concernait les ouvrages de littérature et de sciences humaines et sociales traduits en français à partir de dix langues, des années 1980 à 2000. Pour mener à bien ce travail d’analyse sur la traduction, la chercheuse s’est notamment appuyé sur la base de données professionnelle Électre qui permet de distinguer les nouveautés par langue et par discipline (ce que ne permet pas l’Index Translationum, la gigantesque base de données des ouvrages traduits dans le monde (créée par l’Unesco et informatisée en 1979).

La traduction est aussi un lieu d’observation privilégié des relations entre littérature et politique. Ioana Popa, auteure notamment de Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989) (CNRS Éditions, 2010), a analysé les effets produits par la Guerre froide et le rideau de fer sur la circulation internationale des œuvres en provenance de plusieurs pays d’Europe de l’Est, et sur leur réception à l’Ouest.

12/11/13

18h30-20h30 Auditorium

Écrire, traduire, dans l’entre-deux des langues

Avec Leslie Kaplan, écrivain (Éditions P.O.L), et Rosie Pinhas-Delpuech, écrivain, traductrice et directrice de la collection « Lettres hébraïques », chez Actes Sud

Cette seconde conférence s'intéressera à la façon dont l'écriture et la traduction peuvent dialoguer entre elles.

Née à New-York en 1943, Leslie Kaplan arrive en France à l'âge de deux ans. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, ils sont tous parus aux éditions P.O.L. et traduits dans une dizaine de langues.

Rosie Pinhas-Delpuech est écrivain, traductrice et directrice de la collection « Lettres hébraïques », chez Actes Sud.

En savoir plus

17/12/13

18h30-20h30 Auditorium

Quand la littérature rencontre la géographie : une recherche en dialogue

Avec Michel Collot, professeur de littérature française (Sorbonne Nouvelle), et Christian Grataloup, professeur de géographie (Paris Diderot)

Dans la précédente conférence, l'écriture et la traduction étaient entrées en résonance grâce au dialogue fructueux entre Leslie Kaplan et Rosie Pinhas-Delpuech. La troisième conférence du cycle « Littératures en mouvement... » propose un nouveau duo a capella qui permettra de faire dialoguer ensemble la littérature et la géographie.

Le modèle structuraliste qui a prédominé dans les études littéraires depuis les années 1960 a laissé peu de place aux dialogues interdisciplinaires. Parallèlement, la remise en question d’un progrès historique continu a favorisé le développement de la cartographie dans les analyses historiques, et sociologiques des sociétés.

Michel Collot et Christian Grataloup examineront les différentes démarches conduisant à la production d'une « géographie littéraire ».

04/02/14

18h30-20h30 Auditorium

Exister dans l’espace littéraire mondial : prix Nobel et stratégies littéraires au Mali et en Corée du Sud

Avec Frédéric Barbe, géographe (Université de Nantes), et Mohomodou Houssouba, écrivain et linguiste (Université de Bâle)

Le prix Nobel de littérature, attribué depuis 1901 par la Suède à un écrivain pour l'ensemble de son œuvre, est une récompense au prestige international. Ce prix est devenu une instance de légitimation littéraire à l'échelle mondiale. Le Nobel de littérature, longtemps controversé pour ses choix d'origine, de genre, d'âge et d'esthétique, montre une adaptation et une mondialisation progressives autour de la figure d'écrivains de plus en plus mobiles et de moins en moins occidentaux. Le Nobel est aussi un prix parmi d'autres prix, dans un système mondial des prix littéraires et de ressources associés à ces prix permettant justement à ses lauréats la mobilité internationale.

 À travers le prisme des prix littéraires, Frédéric Barbe et Mohomodou Houssouba échangeront sur la place de l'écriture et de la lecture en Corée du Sud et au Mali.

Frédéric Barbe présentera l'essor remarquable de la littérature nationale de Corée du Sud. Il s'accompagne d'un double projet de captation, par l’État exportateur qui marchandise et formate ce secteur pour le marché mondial, et par les nationalistes qui attendent depuis plusieurs années un Nobel pour la littérature sud-coréenne, qui lui donnerait une reconnaissance internationale.

Mohomodou Houssouba présentera la situation du Mali qui, malgré la pauvreté matérielle de ce secteur, a son propre système de prix. La création, en 2012, à Bamako, à côté de prix en langue française, d'un premier prix littéraire en langue songhay, une des « grandes » langues nationales du pays et de la sous-région, mais une « petite » langue à l'échelle mondiale, permet de montrer le rôle des prix, même les plus modestes, dans la construction des littératies* nationales, notamment en situation dominée.

Ces regards croisés sur la production littéraire et les stratégies éditoriales dans des contextes contrastés permettront de comparer et d’interroger les processus similaires en cours dans ces deux pays non occidentaux confrontés à la mondialisation.

04/03/14

18h30-20h30 Auditorium

Traduire la littérature mondiale, un impératif de la révolution soviétique. L’École de traduction littéraire : traduire la diversité du monde

Avec Annie Epelboin, enseignant-chercheur en littérature russe et traductrice (Paris 8), et Olivier Mannoni, traducteur et directeur de l’École de traduction littéraire du Centre national du livre (CNL).

Comment embrasser la littérature mondiale par la traduction ? Comment créer un mouvement, faire école ?

Un des grands moments de l’histoire de la traduction, l’un des plus méconnus aussi, est l’élan donné par la révolution russe à l’idée que la littérature mondiale devait être accessible à tous et donc traduite. Dans la Russie de 1918 dévastée par la guerre civile, Gorki crée à Petrograd les Éditions de la Littérature mondiale qui disparaissent en 1926 pour laisser place au dirigisme des Éditions d’État. Ce projet grandiose est repris par Gorki sous une autre forme lors de son retour d’exil en 1932. Annie Epelboin analysera les enjeux idéologiques de cette entreprise de traduction, ses bases, théoriques et pratiques, ainsi que la formation et le devenir des traducteurs qui ont participé à l’aventure.

Et aujourd'hui ? Olivier Mannoni questionnera le rôle de la traduction littéraire dans l’édition française contemporaine et la façon dont la traduction peut refléter la diversité du monde. Il présentera les spécificités du métier de traducteur, notamment son cadre déontologique et les différentes formations spécifiques. À l'origine de l’École de traduction littéraire du Centre national du livre (CNL) qu'il dirige, il en exposera les principes fondateurs et le fonctionnement.

01/04/14

18h30-20h30 Auditorium

Faut-il habiter le monde pour l’écrire ? Échanges géographiques et littéraires sur l’habitat humain

Avec Michel Lussault, géographe, professeur d’études urbaines (ENS Lyon), et Philippe Vasset, écrivain

13/05/14

18h30-20h30 Auditorium

L’expérience d’une ville : Istanbul, d’Orhan Pamuk à Nedim Gürsel

Avec Nedim Gürsel, écrivain et professeur de littérature turque (Inalco, EHESS) et Muriel Rosemberg, géographe (UPJV, UMR Géographie-cités)

En partenariat avec les Cafés géographiques

03/06/14 

18h30-20h30 Auditorium

D’Ouest en Est : à la recherche des auteurs étrangers. Éditer, dévoiler, traduire l’espace littéraire mondial

Avec Patrick Deville, écrivain et directeur dela Maison des écrivains étrangers et des traducteurs (MEET) de Saint Nazaire, et Nicolas Idier, attaché culturel (livre et débat d’idées) à l’ambassade de France à Pékin (sous réserve)

Lieux

  • 65 rue des Grands Moulins
    Paris, France (75013)

Dates

  • mardi 08 octobre 2013
  • mardi 12 novembre 2013
  • mardi 17 décembre 2013
  • mardi 04 février 2014
  • mardi 04 mars 2014
  • mardi 01 avril 2014
  • mardi 13 mai 2014
  • mardi 03 juin 2014

Mots-clés

  • traduction, littérature, sociologie, bibliothèque, échanges

Contacts

  • Action culturelle BULAC
    courriel : action-culturelle [at] bulac [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Action culturelle BULAC
    courriel : action-culturelle [at] bulac [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Littératures en mouvement : éditer, dévoiler, traduire l'espace littéraire mondial », Cycle de conférences, Calenda, Publié le vendredi 04 octobre 2013, http://calenda.org/260713