AccueilRegards à géométrie variable sur le monde

Regards à géométrie variable sur le monde

Perspectives with variable geometry on the world

*  *  *

Publié le mardi 08 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Dans le cadre de la manifestation Rencontres autour du livre, la Bibliothèque universitaire des langues et des civilisations vous invite à son cycle de conférence 2013/2014 : « Regards à géométrie variable sur le monde », où les acteurs des métiers du livre (écrivains, éditeurs, illustrateurs…) dévoilent leurs savoir et savoir-faire. Au fil de cette année, ces rencontres seront l’occasion de faire dialoguer entre eux différents regards sur le monde.

Annonce

Programme

10/10/13 18h30 – 20h00 Auditorium

  • Le voyage, un pré-texte. Écrire et photographier les métamorphoses du monde.Avec Julien Blanc-Gras, journaliste et écrivain-voyageur, et Laurent Villeret, photographe (Picture Tank)

Le photographe Laurent Villeret et l’écrivain-voyageur Julien Blanc-Gras qui inaugurent cette nouvelle série d'échanges s'attacheront à nous faire partager leur tropisme pour le voyage. Pour l'un comme pour l'autre, voyager rime avec découvrir de nouvelles manières de regarder l’homme habiter le monde. Les travaux de ces deux artistes s’articulent autour de leurs nombreux périples. Bien que  distinctes, ces deux approches mettent chacune en lumière des regards singuliers sur le monde et ses changements, et sur les hommes qui les vivent.

Laurent Villeret réalisait des photographies aériennes pour une société de cartographie, avant de décider, en 1999, «  d'aller voir l’ailleurs ». Son projet Les Héliotropes est né en 2002, lors d’un voyage en Inde. Il concrétise alors son idée de réaliser un carnet de voyage in situ pour ne pas avoir des centaines de photos à développer de retour chez lui. Inspiré par les lieux, il choisit de se servir de l’héliographie, une technique inventée par Nicéphore Niepce, consistant à reproduire sur gravure une image photographiée. Laurent Villeret s'est servi lui d’un Polaroïd* qu'il a, avant son développement, appliqué sur du papier-aquarelle préalablement mouillé. Le rendu est saisissant. Le papier-aquarelle confère à la photo, une texture et un grain très particuliers, une esthétique propre. L'effet escompté par l'artiste donne toute sa mesure : l'univers visuel, bien que figuratif, perd ses repères temporels. Pour Laurent Villeret, l'idée de « brouiller les pistes » était une des composantes initiales de ce projet qui vise à s'intéresser à l’habitat humain au sein de son espace naturel. Cet univers photographique transfiguré par l'imaginaire, Laurent Villeret l'a nommé « Onirie » car « l’ailleurs et l’imaginaire constituent [pour lui] la réponse à la soif d'inconnu qui nous guide » . Une démarche singulière déclinée à chaque étape de ce voyage qui l'a conduit de la Mauritanie à la Russie en passant par Zanzibar et la Chine.

Selon les termes de son éditeur, Julien Blanc-Gras est « écrivain par vocation ». Le voyage constitue l'autre partie intégrante de sa démarche. Cet écrivain-voyageur, en doux rêveur devant les cartes et les atlas, a nourri le projet, en forme de pari (cf son entretien sur France Inter), de quadriller méthodiquement la carte du monde, en la sillonnant, pour ensuite coucher sur le papier ses rencontres et ses impressions de voyage. Ce globe-trotter infatigable a déjà foulé le sol d'une soixantaine des 197 pays que compte notre planète. Son livre Touriste participait déjà de cette audacieuse démarche qu'il qualifie lui-même de « saugrenue ». La simple lecture d’une dépêche de l’Associated Press avait suffi pour qu'il se décide à partir à l'autre bout du monde, aux Îles Kiribati*. La hausse du niveau de la mer annoncée, conséquence du réchauffement climatique, entraînerait à terme l'engloutissement de ces archipels. Pour faire face à ces prévisions mortifères, le gouvernement des Kiribati a décidé d'acquérir 2 400 hectares aux îles Fidji pour y délocaliser la totalité de sa population qui compte 110 000 âmes. Cette disparition annoncée est le « pré-texte » du départ de Julien Blanc-Gras pour la Micronésie, en solitaire pour mieux aller à la rencontre des autres. L'écrivain en reviendra avec une galerie de portraits comme celui (évoqué sur France-Culture) d'un personnage étonnant à la fois ancien professeur, constructeur bénévole de digues, et conducteur du seul taxi de l’île. En parfait émule de Nicolas Bouvier, Julien Blanc-Gras pense que chaque sujet dicte sa forme littéraire. Et marchant dans les pas de l'éminent journaliste et écrivain-voyageur Ryszard Kapuściński, il travaille lui aussi le fragment pour mieux saisir la diversité des situations.

* Les îles Kiribati, composées de 32 îlots, se trouveraient au centre du monde, étant à cheval sur l'équateur et sur l'antiméridien 180 °, à la fois en Polynésie et en Micronésie, au sud des îles Marshall et de Hawaï et au nord des Tuvalu, des Samoa, des îles Cook et de la Polynésie française (source Wikipédia).

20/11/13 17h30 – 19h00 Auditorium

  • Branislav Nusic, une oeuvre théâtrale en voie de traduction(s). Premier acte : Les (des)héritiers. Lecture suivie d'un débat, avec Ned Grujic, metteur en scène ; Sacha Petronijevic, comédien et traducteur de Branislav Nusic ; Sara Perrin Saric, traductrice et comédienne, et Karine Samardzija, traductrice. En partenariat avec le Théâtre 13.
Branislav Nusic (8 octobre 1864 – 19 janvier 1938) était journaliste et fonctionnaire et a parallèlement beaucoup écrit (nouvelles, pièces de théâtre, romans, articles de presse). Considéré comme l'un des pères fondateurs du théâtre moderne serbe, il est aujourd'hui un des auteurs les plus joués en Serbie. Influencé tant par Gogol que par Feydeau, Nusic décrit avec humour et dérision parfois, les mœurs de la petite bourgeoisie serbe de son époque.

16/01/14 17h30 – 20h30 Auditorium

  • De l’Éthiopie à Madagascar : voyages dans les collections africaines de la BULAC et dans l’imaginaire européen. En introduction, mise à l’honneur des dons Jacques Faublée et Joseph Tubiana, avec Véronique Guérin-Faublée, Marie-José Tubiana et Marine Defosse (BULAC)
  • L’Éthiopie dans l’imaginaire européen, des croisades à l’ère moderne. Avec Alain Gascon (CEAf, EHESS), Marc Fontrier (ARESAE) et Éloi Ficquet (CEIFR, EHESS) ; et avec François Enguehard (ARESAE) à l’occasion de la publication du tome 3 de l’ouvrage emblématique, Histoire de l’Éthiopie de Job Ludolf (1681), Éditions L’Archange Minautore

23/01/14 14h – 18h Auditorium

  • Cinéma sri-lankais : autonomie et engagement de la nouvelle génération. Introduction d’Éric Meyer (INALCO), avec Vilasnee Tampoe-Hautin (CRLHOI, Univ. de la Réunion), Pradeepan Raveendran, réalisateur, et Laurent Aléonard, distributeur de films. En partenariat avec l’association InMaLanka et le FFAST

Projections

  • A Mango Tree in the Front Yard. Court-métrage de Pradeepan Raveendran, en présence du réalisateur
  • This is my Moon. Long-métrage de Asoka Handagama, en présence du distributeur Laurent Aléonard, Héliotrope Films

12/03/14 18h30 – 20h30 Auditorium

  • Traduire de Nurith Aviv Documentaire, Éditions Montparnasse, projection en présence de la réalisatrice et de Jean-Yves Masson, professeur de littérature comparée (CRLC, Paris-Sorbonne)

10/04/14 18h30 – 20h00 Auditorium

  • Les lieux de la traduction : revues, résidences, institutions – Table ronde. Avec Dominique Dolmieu, artiste associé (Maison d’Europe et d’Orient), Ghislaine Glasson Deschaumes (revue Transeuropéennes), Neda Nejdana, auteur et traductrice (MEO) et Sarah Cillaire, Monika Prochniewicz, Karine Samardzija (traductrices, revue Retors). En partenariat avec la Maison d’Europe et d’Orient

22/05/14 18h30 – 20h30 Auditorium 

Attention, Séance annulée

  • Collateral Creations, quand l’expertise se mêle à la créativité visuelle. Trois projets pour une vision globale de l’Afrique : ses classes moyennes, ses pratiques alimentaires, ses modes de vie – Table ronde. Avec Joan Bardeletti et Alban Biaussat, photographes et cofondateurs de Collateral Creations ; Olivier Culmann, photographe (Tendance Floue)  ; Dominique Darbon, professeur de science politique (IEP Bordeaux) ; Daphnée Hor, spécialiste en innovation (Breakthrough Innovation Group) ; Gaëlle Launay, responsable marketing (Groupe BEL) ; Juliana Lima, doctorante en science politique (Panthéon Sorbonne)

12/06/14 18h30-20h00 Auditorium

  • Les collections orientales de la Bayerische Staatsbibliothek (BSB) – Numérisation et services innovants (interfaces naturelles et réalité augmentée). Avec Thomas Tabery (BSB) [Date à confirmer, cf www.bulac.fr]

Lieux

  • 65 rue des Grands Moulins
    Paris, France (75013)

Dates

  • jeudi 10 octobre 2013
  • mercredi 20 novembre 2013
  • jeudi 16 janvier 2014
  • jeudi 23 janvier 2014
  • mercredi 12 mars 2014
  • jeudi 10 avril 2014
  • jeudi 22 mai 2014
  • jeudi 12 juin 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • voyage, littérature, livre, cinéma, métamorphose, photographie

Contacts

  • Action culturelle BULAC
    courriel : action-culturelle [at] bulac [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Action culturelle BULAC
    courriel : action-culturelle [at] bulac [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Regards à géométrie variable sur le monde », Cycle de conférences, Calenda, Publié le mardi 08 octobre 2013, http://calenda.org/261326