AccueilLes royaumes de Bourgogne jusqu'en 1032

Les royaumes de Bourgogne jusqu'en 1032

The kingdoms of Burgundy until 1032

L'image du Royaume de Bourgogne à travers sa culture et sa religion

The image of the kingdom of Burgundy through its culture and religion

*  *  *

Publié le vendredi 11 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Ce colloque, qui se tient à Besançon du 2 au 4 octobre 2014, envisage les fondements d'une identité bourguignonne qui se fédère autour de principes mémoriels. Différents thèmes seront envisagés à ce titre, tels que la marche à la christianisation ; les moines et les monastères ; le pouvoir, les reines et les évêques ; le rôle identitaire des cultes et de l'hagiographie.

Annonce

Argumentaire

En 436 Aetius, après avoir infligé une terrible défaite aux Burgondes, installa les survivants en Sapaudia (le territoire de Genève dilaté vers le nord jusqu’au Rhin).  Les Burgondes tirèrent parti de leur position entre Francie et Italie en se taillant un véritable royaume le long de la vallée du Rhône, jusqu’à la Durance, et de la vallée de la Saône, au-delà de Besançon. Cet espace fut consciemment modelé par les clercs du VIe siècle qui créèrent un cycle de Bourgogne, rassemblant artificiellement les martyrs de cette région. Lyon, capitale burgonde, fut ainsi relue, selon J. Favrod,  comme le « centre d’un royaume de Dieu ». Pendant ces décennies, les responsables burgondes menèrent une politique d’assimilation avec la population locale et opérèrent un passage progressif de l’arianisme au catholicisme. Dans ce royaume arien,  les reines catholiques jouèrent un rôle d’intercesseur. La cohabitation, dans cette première « Bourgogne », d'un peuple venu du Nord et des Gallo-romains. Les évêques catholiques issus de cette aristocratie gallo-romaine eurent un rôle politique notable en particulier ceux qui gardèrent une réputation de sainteté, tels Marcel de Die,  Avit de Vienne et Apollinaire de Valence. L'harmonie interethnique fut réglée par une loi du roi Gondebaud. Le paradoxe du premier roi catholique Sigismond fondateur de l’abbaye Saint-Maurice réside dans le fait qu’il fut en butte à la critique de tout son épiscopat. Il perdit le royaume et la vie en raison de l’expansion franque. Sa dynastie fut abattue en 534 et les territoires intégrés au royaume mérovingien. Pourtant, l’identité burgonde résista et Gontran agit en véritable successeur des rois burgondes. Ces derniers avaient gardé un prestige certain au sein de l’aristocratie du royaume encore au VIIe siècle. D’ailleurs, le culte de saint Sigismond fleurissait à l’abbaye Saint-Maurice.

Les Mérovingiens intégrèrent le royaume burgonde aux différents royaumes mérovingiens en lui conservant son individualité. Gontran, qui résidait le plus souvent à Chalon-sur-Saône, y réunit des conciles et y fit ériger en 577 une basilique et un monastère dédiés à Saint-Marcel. En 613, après la capture et la mise à mort de la reine Brunehilde, plus aucun roi ne résida en Bourgogne. Le roi de Neustrie Clotaire II la réunit à ses états. En 687, le royaume de Bourgogne-Neustrie disparut. L'austrasien Pépin de Herstal fit l'unité des royaumes francs. Le vaste territoire de l’ancien regnum francorum fut réparti par Charles Martel en quatre commandements : une Bourgogne d’Arles, une Bourgogne de Vienne, une Bourgogne alémanique et une Bourgogne franque. Au  IXe siècle, l’héritage de Lothaire II fut divisé entre la Bourgogne (futur duché) et les royaumes  des Bosonides et des Rodolphiens, qui finirent par fusionner au milieu du Xe siècle. Cette nouvelle royauté bourguignonne s’appuya sur des cultes traditionnels comme Maurice, sur des grands monastères (Romainmôtiers) et sur des évêchés, se situant ainsi peu ou prou dans la continuité des anciens rois burgondes.

Sous l’autorité d’un roi sans héritier, la monarchie rodolphienne ne put résister à la montée en puissance de l’Empire, dont l’autorité croissante sapa les fondements de la royauté rodolphienne. La monarchie bourguignonne laissa la place à un royaume sans roi, organisé en une marqueterie de nouvelles principautés. Si les plus anciennes étaient déjà en place dans les dernières décennies du Xe siècle (Provence, comté de Bourgogne), d’autres n’apparurent, souvent assez brutalement, que sous le règne de Rodolphe III (Savoie, Dauphiné, etc.).

Pré-programme

Jeudi 2 octobre 2014

  • 14h30 : Anne Wagner : Présentation 

1er thème : La marche à la christianisation

  • 15h : Henri Gaillard de Semainville : Les Burgondes
  • 15h30 : Katalin Escher : Le mobilier archéologique du royaume burgonde (443-534) 
  • 16h : Wolfgang Haubrichs : Saint Trivier des Dombes et la Conversio des Warasques. Deux témoins de l'acculturation burgondo-romane

16h30 pause

  • 17 h :   Bruno Dumézil : Religion et ethnicité dans le royaume burgonde
  • 17h30 : Jean Terrier (Suisse) : Les églises et les débuts et l'enracinement de la christianisation

Discussion

  • Alain Rauwel: conférence « Mémoires de la Bourgogne »

Repas

Vendredi 3 octobre 2014

2ème thème : Moines et monastères

  • 8h30 : Sébastien Bully : L’apport de l’archéologie dans la connaissance du monachisme du haut Moyen Âge
  • 9 h : Alain Dubreucq : Les lettres de saint Colomban et l’image de la culture religieuse des Gaules

Pause discussion

  • 9h50 : Eric Chevalley (Suisse): Culte des martyrs thébains et le monastère d'Agaune
  • 10h20 : Anne-Marie Helvétius : Les textes monastiques du haut Moyen Âge et le sentiment identitaire

Pause discussion

3ème thème : Le pouvoir les reines et les évêques

  • 11h10 : Justin  Favrod (Suisse) : Evêques et métropolitains en territoire burgonde
  • 11h40 : Michèle Gaillard : La Bourgogne, espace privilégié pour les douaires des reines

Discussion Repas (buffet)

  • 14h 15 : Emmanuelle Santinelli : Sainte Clothilde
  • 14h45 : Ian Wood (RU): Saint Avit
  • 15h15 : Nathanael Nimmegeers : Adon de Vienne

Pause discussion

  • 16h15 : François Demotz : Histoire religieuse du Royaume de Bourgogne 888-1032
  • 16h45 : Jessika Nowak (Allemagne): Les évêques dans le Royaume de Bourgogne
  • 17h15 : Nadia Togni (Suisse-Italie): 1032, Frédéric de Genève

Discussion Repas

Samedi 4 octobre

4ème thème : Rôle identitaire des cultes et de l’hagiographie

  • 8h30 : Gordon Blennemann (Allemagne): Le culte comme définition de l’espace bourguignon
  • 9 h : Marie Isaia : Le passé burgonde dans la mémoire de Lyon (IXe-XVe siècle)
  • 9h30 : Philippe Plagnieux : la mémoire de Gontran

Pause

  • 10h30 : Laurent Ripart : « Les références burgondes des royaumes bourguignons du IXe au XIe siècle »

Discussion

Conclusions

Repas (buffet)

Visite de Besançon

Comité d'organisation

  • N. Brocard
  • A. Wagner (UFC)
  • Alain Dubreucq (U. Lyon  III),
  • J. Nowak (U. Fribourg-Allemagne)

Comité scientifique

  • Ian Wood (U. Leeds)
  • Michèle Gaillard (U. Lille),
  • Laurent Ripart (U. de Savoie)

Colloque international organisé par le Laboratoire des sciences historiques en collaboration avec le CIHAM (Centre interuniversitaire d'histoire et archéologie médiévale) et l’université de Fribourg-en- Brisgau (Allemagne). Avec le soutien de l’Institut historique allemand, de l'Institut français d'histoire en Allemagne, du CRULH, du LAMOP, du CERHIC, de l’IRHIS et de l’Université de Franche-Comté.

Le programme n'est pas clos et les organisateurs disposés à accueillir d'éventuelles propositions de communications proposées avant février 2014 qui seront examinées par le conseil scientifique

Lieux

  • Université de Franche-Comté, UFR SLHS - Rue Megevand
    Besançon, France (25)

Dates

  • jeudi 02 octobre 2014
  • vendredi 03 octobre 2014
  • samedi 04 octobre 2014

Fichiers attachés

Mots-clés

  • burgondes, christianisme, royaume

Contacts

  • Anne Wagner
    courriel : valwagnerfr [at] yahoo [dot] com
  • Nicole Brocard
    courriel : brocard [dot] nicole [at] orange [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Anne Wagner
    courriel : valwagnerfr [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les royaumes de Bourgogne jusqu'en 1032 », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 11 octobre 2013, http://calenda.org/261431