AccueilPost-doctorat LabexMed – MuCEM

Post-doctorat LabexMed – MuCEM

LabexMed post-doctoral fellowship - MuCEM

*  *  *

Publié le mercredi 16 octobre 2013 par Julie Abbou

Résumé

Dans le cadre du partenariat entre LabexMed et le MuCEM,  il est proposé le recrutement à compter du 1er décembre 2013 d’un chercheur post-doctorant  pour un contrat d’une durée de 12 mois, renouvelable une fois. Le post-doctorant sera sous contrat avec l’Université d’Aix-Marseille et rattaché à une unité de recherche partenaire de LabexMed. Il bénéficiera également d’un statut de chercheur associé au MuCEM. Dans le cadre du présent contrat, le thème de recherche proposé est celui de l’économie des restes en Méditerranée qui donnera lieu à une exposition au MuCEM à l’automne 2016. Le post-doctorant associera ce programme de travail à ses activités de recherche dans le cadre de son laboratoire d’accueil partenaire de LabexMed.

Annonce

Appel

Dans le cadre du partenariat entre LabexMed et le MuCEM,  il est proposé le recrutement à compter du 1er  décembre 2013 d’un chercheur post-doctorant  pour un contrat d’une durée de 12 mois, renouvelable une fois.

Le post-doctorant sera sous contrat avec l’Université d’Aix-Marseille et rattaché à une unité de recherche partenaire de LabexMed. Il bénéficiera également d’un statut de chercheur associé au MuCEM.

Dans le cadre du présent contrat, le thème de recherche proposé est celui de l’économie des restes en Méditerranée  qui donnera lieu à une exposition au MuCEM à l’automne 2016 [1]. Le post-doctorant sera amené à définir avec le commissariat de l’exposition un programme de recherche comparatif dans le bassin méditerranéen sur un des axes thématiques en lien avec ce thème, puis à le mettre en œuvre. Il assurera en outre, sous l’autorité du commissariat de l’exposition,  la coordination scientifique du programme et en particulier l’animation de son conseil  scientifique.

Le post-doctorant associera ce programme de travail à ses activités de recherche dans le cadre de son laboratoire d’accueil partenaire de LabexMed.

Rémunération

La rémunération brute mensuelle sera de 2415€ brut mensuel

Profil  

  • Le candidat devra être titulaire d’un doctorat dans une des disciplines des sciences humaines et sociales.
  • Il devra avoir une expérience dans le domaine de la recherche  sur  le monde méditerranéen.
  • Il maitrisera au moins une langue méditerranéenne en plus du français et de l’anglais.

Dossier de candidature

  • Une lettre de motivation indiquant l’intérêt du candidat pour le sujet proposé et développant les axes de recherche qu’il  souhaite privilégier dans le cadre de sa mission au MuCEM.
  • Un projet de recherche dans le cadre de LabexMed : titre, unité de recherche d’accueil, présentation du projet en 10 000 signes maximum.
  • Un avis du directeur du laboratoire d’accueil
  • Un curriculum vitae incluant les publications significatives
  • Diplôme de doctorat
  • Rapport de soutenance de thèse

Les candidatures (par voie électronique, au format pdf) doivent être adressées

au plus tard le 31 octobre 2013

à labexmed-admin(at)mmsh.univ-aix.fr

A l’attention de Mme Brigitte Marin, directrice de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme et de LabexMed,

avec copie à : M. Denis Chevallier,  département de la recherche et de l’enseignement du MuCEM,  denis.chevallier(at)mucem.org.

Appel téléchargeable ici

Projet

L’économie des restes en Méditerranée

 « En fouillant un tas d’ordure on peut reconstituer toute la vie d’une société » Marcel Mauss, Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, Musée d’ethnographie du Trocadero, 1931

 Matériau utile à la compréhension des sociétés du passé le reste est aussi au cœur d’une économie qui en dit long sur nos sociétés aujourd’hui.

L’objet du programme, qui devrait aboutir à la présentation d’une exposition au MuCEM en 2016,  a pour fil conducteur  l’économie des restes en Méditerranée, en tant qu’ensemble des modalités de  traitement  (au sens large d’appropriation, échange, transformation, récupération tant techniques que symboliques) des éléments matériels  voués à disparaitre ou à avoir une nouvelle vie.

La mise au jour de ces processus, des formes d’organisation qu’ils génèrent, des valeurs  qui les sous tendent  permettra  de soulever quelques-unes des grandes questions que doit aborder un musée de civilisation comme le MuCEM : la part cachée de nos sociétés confrontées d’une part aux pressions du consumérisme et ses corollaires que sont le gaspillage et l’obsolescence des objets et d’autre part aux restrictions des ressources avec leurs conséquences en termes de paupérisation et d’enjeux écologiques.

Le sujet, peu abordé par les musées de société, permet ainsi de rencontrer et de faire se rencontrer les effets sociaux d’une double crise économique et écologique. Ces effets se retrouvent dans  certaines  reconfigurations actuelles des systèmes  d’échange (le don, le troc…) et d’usage des ressources et des objets (la récupération). Le sujet offre par ailleurs une métaphore de la fonction d’un musée comme instrument d’une actualisation du passé avec les distorsions et les changements de sens occasionnés par ces recyclages multiples que sont les mises en collection (boites et bases de données) et en exposition.

1-1 Etendu du domaine concerné 

La mise en perspective historique et culturelle des mutations et pratiques liées aux restes  dans l’espace méditerranéen impose de couvrir un champ suffisamment vaste pour montrer  les multiples dimensions d’une économie des restes.

Le reste a des acceptions multiples : relique, trace, ruine, ordure, déchet. Il engage des valeurs contrastées : pur/impur ; propre/sale ; caché/montré ; sacré/profane ; abondance/pauvreté ; jeté/conservé…

D’un côté le reste humain transformé par le rite funéraire, parfois exhumé, présenté comme une relique sacrée, de l’autre le déchet et ses  différents modes de traitement possibles du tri et du recyclage (parfois dans une œuvre d’art !) jusqu’à sa disparition la plus totale par un traitement radical (enfouir, incinérer, immerger…)

Les modalités d’analyse et de transformation des restes révèlent ainsi les grandes catégories dans lesquelles ils prennent place.

1-2 pistes thématiques

Les restes comme indicateurs culturels et sociaux

les déchets sont des témoins de l’état des sociétés d’aujourd’hui (exemples de la rudologie qui étudie les contenus des poubelles dans différents quartiers) et d’hier (exemple de la fouille archéologique).

Restes humains : reconnaissance, traitement, reconstitutions

(Embaumement, techniques de thanatopraxie, reconstitution des dépouilles lors d’exhumations de charniers…).

Traitement des restes et pratiques funéraires comme révélateurs d’une fonction symbolique essentielle : assurer une présence de ce qui a disparu dans la société et donc contribuer à la transmission des cultures.

Déchets à faire disparaitre ou à cacher

La prise en compte des déchets dans les politiques publiques a pourtant une histoire récente et diffère selon les pays [2].   Les études et enquêtes déjà faites ou à organiser en différents points du bassin méditerranéen permettront d’évoquer  les  manières dont les sociétés considèrent et prennent en charge leurs déchets [3] dans le contexte d’un accroissement considérable des rejets des sociétés et donc d’un accroissement des risques écologiques (on estime à 2,5 milliards de tonnes la production annuelle mondiale des déchets).

Ces politiques se traduisent par la dévolution d’espaces spécifiques (les décharges comme cimetières des sociétés de consommation), le développement de métiers spécifiques (chiffonniers, biffins, éboueurs….) ; des économies marchandes parfois parallèles (décharges sauvages, trafics de déchets, etc) ; des transferts technologiques (techniques de retraitement …)

Récupération et recyclage, des économies informelles en transformation

Ces processus correspondent à des formes de requalifications des objets qui sont réintroduits dans le système économique (marchand, non marchand, domestique) soit par réemplois, soit par transformations. Les exemples vont de la cuisine des restes aux différents intermédiaires du recyclage (de la déchetterie aux vide-greniers en passant par les formes d’échanges caritatifs…) jusqu’aux usages que les artisans et les artistes font des restes.

Ces pistes  permettent de dégager plusieurs thèmes de recherches dans différentes disciplines des sciences humaines et sociales selon l’angle choisi pour aborder l’économie des restes :

  • Analyse des restes et connaissance des sociétés : la rudologie comme science sociale
  • Accommoder les restes humains : pratiques et rites funéraires
  • Les cultes des restes : la relique et la mise en en scène des restes
  • Les marchés du reste : places et industries
  • Hommes des restes : métiers, statuts sociaux, représentations
  • Le droit et  les restes : glanage et grappillage
  • Esthétique du reste : faire de l’art avec les restes
  • Faire du neuf avec des restes : la réhabilitation et le recyclage
  • La « cuisine » des restes

Partenaires

Unités de recherche partenaires de LabexMed

  • USR 3125 / MMSH (AMU‐CNRS) – Madame Brigitte MARIN
  • UMR 7299 – Centre Camille Jullian. Histoire et archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord de la Protohistoire à la fin de l’Antiquité (CCJ/ AMU‐CNRS)
  • UMR 7297 – Centre Paul‐Albert Février. Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale (TDMAM/ AMU‐CNRS)
  • USR 3155 – Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA/ AMU‐CNRS)
  • UMR 7298 – Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M/ AMU‐CNRS)
  • UMR 7269 – Laboratoire méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (LAMPEA/ AMU‐CNRS)
  • UMR 8171 – Centre d’étude des mondes africains (CEMAF – équipe d’Aix/ Paris 1 ‐AMU‐CNRS)
  • UMR 7307 – Laboratoire d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC/ AMU‐CNRS)
  • UMR 7305 – Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES/ AMU‐CNRS)
  • UMR 7310 – Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM/ AMU‐CNRS)
  • UMR 7303 – Temps, espaces, langages. Europe méridionale, Méditerranée (TELEMME/ AMU‐CNRS)
  • UMR 7304 – Epistémologie et ergonomie comparatives (CEPERC / AMU‐CNRS)
  • UMR 7317 – Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST/ AMU‐CNRS)
  • UMR 151 – Laboratoire population, environnement, développement (LPED/AMU‐IRD)
  • UMR 7318 – Droit public comparé, droit international et droit européen (équipes d’Aix‐Marseille/AMU‐CNRS)
  • UMR 8562 Centre Norbert Elias (AMU‐CNRS‐EHESS‐ Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse)

[1] Date à confirmer

[2] En Europe cette prise en compte remonte au XIXe siècle avec la prise en considération des thèses hygiénistes.

[3] Dans la loi française ( 1975) , « déchet: tout résidu d’un processus de production, de transformation  ou d’utilisation, toute substance, matériau ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon ».

Dates

  • jeudi 31 octobre 2013

Mots-clés

  • LabexMed, MuCEM, post-doctorant, restes, recyclage

Contacts

  • Blandine Descamps-Julien
    courriel : blandine [dot] julien [at] univ-amu [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Blandine Descamps-Julien
    courriel : blandine [dot] julien [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Post-doctorat LabexMed – MuCEM », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le mercredi 16 octobre 2013, http://calenda.org/262177